En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 27 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 22 sec
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 4 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 57 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 1 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 25 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 59 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 39 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 15 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 44 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 11 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Urgence

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

Publié le 29 novembre 2019
Selon un rapport publié dans Nature, le changement climatique représenterait dorénavant "une menace existentielle pour la civilisation". Allons-nous vraiment vers un effondrement civilisationnel et économique ? Les auteurs de l'étude cèdent-ils à une forme de catastrophisme ?
Sylvie Brunel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel est géographe, économiste et écrivain. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport publié dans Nature, le changement climatique représenterait dorénavant "une menace existentielle pour la civilisation". Allons-nous vraiment vers un effondrement civilisationnel et économique ? Les auteurs de l'étude cèdent-ils à une forme de catastrophisme ?

Atlantico.fr : Un rapport vient d'être publié dans la revue Nature. Selon ce rapport, les points de bascule climatiques (phénomènes qui, lorsqu'ils sont engagés, rendent les conséquences du réchauffement climatique inévitables et irréversibles) identifiés par la même équipe il y a 10 ans sont tous activés. Selon eux, le changement climatique représente désormais "une menace existentielle pour la civilisation". 

Allons-nous vraiment vers un effondrement civilisationnel et économique ou plutôt vers une réorganisation géopolitique, économie et sociale, avec une phase où certains gagneront et d'autres perdront ? 

Sylvie Brunel : Que le changement climatique soit une réalité est indéniable. En revanche, que nous allions vers un point de basculement qui remette en question notre civilisation ne veut strictement rien dire : de tous temps, l’humanité a dû affronter des défis autrement plus graves, éruptions volcaniques aux conséquences planétaires, épidémies de peste noire, âges glaciaires… Le fait que l’humanité soit engagée dans un processus de développement global  ce qui veut dire que les classes moyennes s’accroissent chaque année de 200 millions de personnes, signifie que non seulement de plus en plus de pays se préoccupent des conséquences écologiques de leurs croissance économique, mais qu’ils disposent désormais des moyens d’agir. Par exemple contre la montée des eaux ou la multiplication des épisodes climatiques violents. De toute façon, le dioxyde de carbone déjà présent dans l’atmosphère va y rester un siècle, donc même si nous nous engageons vers une société décarbonée, il faut miser de façon volontariste sur les capacités d’adaptation des territoires, car les défis à relever sont immédiats. Les solutions résident sur une coopération internationale renforcée et une gestion intelligente des ressources, qui ne sont pas un gâteau à partager en des parts de plus en plus petites mais un flux continu d’intelligence et d’innovation. La terre n’est pas en danger : elle n’a jamais été aussi verte ! 

En mettant l'accent sur la "menace existentielle" que représenterait le réchauffement climatique, les auteurs de l'étude ne cèdent-ils pas à une forme de catastrophisme ? Est-ce que cette attitude est souhaitable ? 

Le catastrophisme est considéré aujourd’hui comme très rentable par les institutions internationales, les ONG environnementales, et même les politiques, pour culpabiliser, obtenir des financements et contraindre. Nous assistons à une surenchère de cris d’alerte tous plus alarmants les uns que les autres. Jouer les Cassandre peut être considéré comme utile pour susciter l’adoption de politiques volontaristes, mais cela peut aussi avoir un effet démobilisateur sur les citoyens : à quoi bon agir puisque tout est foutu ?

En réalité la menace climatique sert de prétexte pour justifier la fiscalité écologique la plus lourde, les contraintes les plus difficiles, notamment pour le secteur productif, à qui on charge chaque jour davantage la barque en termes de normes et de taxes, la mise sous cloche de territoires toujours plus étendus contre ceux qui y vivent et les aménagent. Et même l’adoption de politiques autoritaires, l’idée sous-jacente étant qu’il faut sauver l’humanité malgré elle. Le résultat, c’est la révolte des classes moyennes, partout dans le monde, face à ce qu’elles perçoivent comme un déclassement et une régression, sur fond de morosité ambiante. Alors non, cette façon de procéder ne me paraît pas constructive ! 

Dans la mesure où notre système politique, économique et social est difficilement modifiable à très court terme, sans conséquences néfastes, ne faudrait-il pas plutôt tenter de prévoir le sens des réorganisations de pouvoir et de richesses à venir pour mieux en amortir les effets ? 

Il est évident que pour pouvoir protéger, il faut être en mesure de pouvoir produire des richesses et avoir la volonté de mener des politiques de redistribution. Produire pour répartir, répartit pour protéger. Quand on est pauvre et oublié, on ne vit pas en harmonie avec la nature, c’est une violence de chaque instant, pour trouver sa nourriture, résister aux maladies, sortir de la précarité... Il ne faut pas en arriver à un monde profondément clivé, où les uns se verraient assigner des territoires dégradés et périphériques, pendant que d’autres seraient retranchés dans des enclaves privilégiées, où on peut se passer de voiture et manger bio, tout en donnant des leçons au reste du monde. Ce type d’attitude n’engendre que la violence et témoigne en réalité d’un profond mépris pour l’humanité, considérée comme excédentaire, proliférante et nuisible. N’oublions jamais que ce n’est pas la nature qui est fragile, c’est l’être humain sur la terre. La nature s’en sort toujours. La planète se fiche bien de l’humanité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 30/11/2019 - 15:25
J'aime beaucoup Sylvie Brunel
non seulement sa personnalité, mais ses analyses .
spiritucorsu
- 30/11/2019 - 14:45
L'enjeu;la domination et le profit.(suite et fin.)
Tous ces parasites vont bien sûr continuer à vivre sur le dos d'autrui et à pourrir la vie de chacun,la planète ils n'en ont cure,d'autant qu'elle continuera de tourner.Enfin bravo! à md Sylvie Brunel pour son article très clairvoyant et fort bien argumenté qui pour une fois va à l'encontre de la doxa officielle.
spiritucorsu
- 30/11/2019 - 14:45
L'enjeu;la domination et le profit.(suite et fin.)
Tous ces parasites vont bien sûr continuer à vivre sur le dos d'autrui et à pourrir la vie de chacun,la planète ils n'en ont cure,d'autant qu'elle continuera de tourner.Enfin bravo! à md Sylvie Brunel pour son article très clairvoyant et fort bien argumenté qui pour une fois va à l'encontre de la doxa officielle.