En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 min 2 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 38 min 2 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 23 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 49 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 43 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 16 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 26 min 19 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 1 heure 52 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 14 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 20 heures 55 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 31 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 23 heures 36 sec
© Sameer Al-Doumy / AFP
© Sameer Al-Doumy / AFP
Atlantico Business

Poussée de fièvre (non) acheteuse : tempête politique sur le Black Friday

Publié le 28 novembre 2019
Pour les écologistes, le Black Friday a des effets catastrophiques sur le climat et pour certains responsables politiques, il faudrait même le supprimer. Tout se passe comme si le consommateur était irresponsable. Surréaliste !
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour les écologistes, le Black Friday a des effets catastrophiques sur le climat et pour certains responsables politiques, il faudrait même le supprimer. Tout se passe comme si le consommateur était irresponsable. Surréaliste !

Surréaliste et incompréhensible. Delphine Batho demande l’interdiction du Black Friday et les députés sont prêts à la suivre. En cette période de Black Friday qui va durer tout le week-end, la consommation est donc devenue honteuse moralement et pernicieuse pour l’environnement et le climat. Les politiques, dont certains membres du gouvernement voudraient interdire ce type d’initiatives qui poussent à la « surconsommation » et les écologistes radicaux dénoncent cette course au gaspillage et à la dégradation de l’environnement.

D’autres y voient la preuve de la nécessité de revenir à une décroissance, seul moyen de vivre mieux et plus longtemps. Il faudrait donc interdire, freiner et se priver. Haro sur la liberté de consommer.  

Le Black Friday n‘est rien d’autre qu’une grande opération de publicité et de communication pour encourager les achats dans les magasins et sur internet lors du prochain week-end. Et ça marche.

Depuis quelques années maintenant, les consommateurs se ruent dans les centres commerciaux ou sur leurs tablettes pour profiter des rabais et les soldes (promotions plus ou moins vraies d’ailleurs). 

Importée des Etats-Unis, cette pratique, qui a pour but de booster la consommation un mois avant les fêtes de fin d’année, s’est imposée très vite dans le monde entier. En France, des millions de consommateurs devraient dépenser près de 10 milliards d’euros dans les magasins et sur internet. Tous les secteurs sont entrés dans la course : l’alimentaire, le textile, les biens d’équipement, les voyagistes et même les constructeurs automobiles qui proposent des conditions spéciales et avantageuses.

La fièvre va sans doute monter particulièrement dans le e-commerce et la vente à distance qui déploient des trésors d’imagination pour attirer et séduire les acheteurs. Sans surprise, Amazon va capter la plus grosse part de marché (70% des achats en ligne), suivi de Cdiscount ( 35%), mais tous les autres sites de ventes en ligne s’attendent à faire de beaux cartons et notamment la Fnac, Darty, Veepee ou Boulanger.

Ce qui est extraordinaire cette année, c’est que cette initiative commerciale a provoqué une levée de boucliers pour dénoncer un encouragement à la surconsommation et au gaspillage, néfastes pour tout le monde.

La palme du ridicule revient sans doute à Elisabeth Borne, ministre en charge de l’écologie et des transports, qui a expliqué que ces Black Friday « déclenchaient une frénésie de consommation à coups de remise et de publicités » et qu’ « il fallait consommer mieux.» En d’autres termes, le consommateur est stupide, il faudrait le guider dans ses choix et ses décisions comme un enfant irresponsable. Brune Poirson, l’année dernière, avait déjà essayé de lancer un débat du même type. Mais sans aucun succès. Delphine Batho en a eu davantage puisque sa proposition d’interdire le Black Friday a été adoptée en commission par les députés.

Elisabeth Borne n’a fait que reprendre les éléments de langage des écologistes qui prônent la moindre consommation, avec des choix différents, des produits plus durables etc... Comme si le consommateur n’était pas capable « d’intelligence ou de liberté».

Ce qui est incroyable dans ces propos, c’est qu‘ils aient été tenus par un ministre du gouvernement qui a pourtant compris que la consommation était le moteur principal de la croissance de l’économie française. Un gouvernement qui a d’ailleurs dégagé 17 milliards d’euros pour répondre à la demande de pouvoir d’achat qui montait de la France profonde. A quoi bon donner du pouvoir d’achat, si c’est pour inciter les bénéficiaires à épargner ?

Ce qui est encore plus incroyable, c’est que dans la foulée, des ONG viennent nous expliquer que ces Black Friday sont des catastrophes pour la planète et l’environnement, parce qu’ils encouragent une consommation inutile et concentre cette consommation sur quelques jours, ce qui accroît les émissions de CO2.

Les ONG, militantes de la non-consommation, n’apportent évidemment aucune preuve au procès.

D’abord, la majorité des commerçants, y compris ceux qui se déclarent éco-responsables participent à cette fête de la consommation. On attend encore « la liste des 500 grandes marques qui auraient décidé de boycotter le Black Friday et de fermer leurs boutiques.

Ensuite, toutes les organisations commerciales affirment que le Black Friday ne fait que lisser les dépenses de consommation qui se concentraient autrefois à partir du 20 décembre. Enfin, l’empreinte carbone du Black Friday ne sera pas plus lourde que celle laissée par l’ensemble des dépenses de consommation de décembre. Les acteurs du e-commerce expliquent même que le poids grandissant du commerce digital accroît l’importance des livraisons certes, mais l’organisation de ces livraisons émet moins de CO2 que la mobilité individuelle des consommateurs qui se déplacent vers les magasins. Un seul camion va livrer 10 ou 20 clients dans sa journée, ce qui représente 10 ou 20 déplacements individuels.

La Poste, qui avait du mal à gérer la période de pointe de Noël, considère que le Black Friday étale beaucoup ses charges de livraisons.

Ce qui est absolument insupportable dans la polémique, c’est qu’elle se nourrit aussi de Fake news sur les réseaux sociaux qui sont parfois odieux. La dernière en date serait que le Black Friday aurait un rapport avec l’esclavage puisqu’il tire son nom de la vente d’esclaves au rabais à l’époque de l’esclavage.

Ce débat est ancien mais il est contraire à la vérité historique. La vérité est beaucoup plus simple. Le vendredi noir remonte au début de septembre 1869. A cette époque, l’économie américaine est tombée et les marchés ont failli s’effondrer sous l’action des spéculateurs en or. Ce jour-là, un vendredi, tout était à vendre.

Même phénomène en 1929. Le krach a démarré le jeudi 24 octobre. Ce jeudi restera le jeudi noir (ou Black Thursday), un jeudi où toutes les valeurs vont s’effondrer en provoquant une panique quasi mondiale.

Les commerçants ont préféré s’organiser un vendredi plutôt qu’un jeudi pour proposer les soldes. Ils ont eu raison, le jeudi noir était historiquement trop noir.

Ce qui est incompréhensible dans cette polémique, c’est qu‘elle se nourrit de l’idée que le consommateur est irresponsable ou manipule. C’est parfois vrai. Il y a des commerçants malins et malhonnêtes, il y a des publicités addictives. Mais tous les consommateurs ne peuvent pas être tous abusés ensemble et au même moment. Il y a des réglementations, des régulations. Il y a aussi des organisations de consommateurs pas assez puissantes surement, mais elles existent.

Il y a surtout des consommateurs libres et responsables. L’exercice de cette liberté est sans doute le bien le plus précieux. Les consommateurs peuvent d’ailleurs l’exercer beaucoup plus souvent que le droit de vote. Et c’est peut-être ce qui gène certains responsables politiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 29/11/2019 - 07:55
Nos écolosbobos sont des
Nos écolosbobos sont des nuisibles........ .! Dans les villes moyennes, le BF permet aux petits commerçants des centres villes de mieux résister aux centres commerciaux et au E-commerce. Il est vrai que la majorité de nos écolodébilos et journaleux habitent Paris, là où le commerce ne s'est jamais aussi bien porté, grâce aux étrangers....... Rien à voir avec Limoges.
kuruzawa
- 28/11/2019 - 21:04
consommateurs bas de plafond
évidemment,qu'il faudrait "éduquer",dans la grande tradition de la gauche,tous pays confondus.On a vu ce que ce genre de rééducation a pu donné en Chine,sous Mao.
Comme si les consommateurs étaient assez idiots pour foncer tête baissée,ne pas connaitre leurs besoins.
Personnellement,le Black Friday est une occasion d'acheter à prix intéressant ce dont j'ai besoin.C'est également l'opportunité d'acheter un produit cher à un prix cassé,que je n'aurais pas acheté autrement,car hors budget.
L'année dernière,c'était une machine à café expresso automatique avec broyeur,Amazon bien sûr:au moins 60% de réduction sur un produit qui reste cher,même s'il tend doucement à se démocratiser.Je ne regrette pas du tout cet achat.
Cette année,c'est robot multicuiseur-pour les mêmes raisons et toujours chez Amazon.
Il n'est pas interdit de se faire plaisir en achetant utile.
J'ajoute malicieusement que mes achats sont très "genrés" et que ça ne me pose aucun problème existentiel.
Les jeunes sont peut être plus impulsifs-et encore!-mais globalement les personnes achètent de façon rationnelle,contrairement à ce que la doxa nous raconte.
tubixray
- 28/11/2019 - 09:24
frénésie de consommation ?
Si on considère que le principal bénéficiaire est Amazon vendant des produits made in PRC (China pour les non initiés) on doit être opposé à ce "black friday".
Il en va de la mode comme des cadeaux de Noël, les 3/4 ne sortent jamais des placards ainsi nous sommes bien devenus les esclaves d'une société de consommation à outrance.
Une automobile comme un smartphone servent tous les jours, sacré différence.