En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Après sa cure, Jean-Luc Delarue va s'investir dans la lutte contre la drogue auprès des moins de 18 ans

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 22 min 2 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 22 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 5 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 6 heures 55 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 7 heures 59 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 8 heures 52 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 9 heures 56 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 10 heures 20 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 53 min 43 sec
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 6 heures 34 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 7 heures 10 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 8 heures 39 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 9 heures 6 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 10 heures 21 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Plasticité sémantique

De l’écueil de trop "genrer" le harcèlement

Publié le 27 novembre 2019
Le mot harcèlement a connu une évolution sémantique, notamment en investissant le champ juridique ces dernières années. Marc Crapez revient sur cette notion.
Marc Crapez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Crapez est politologue et chroniqueur (voir son site).Il est politologue associé à Sophiapol  (Paris - X). Il est l'auteur de La gauche réactionnaire (Berg International  Editeurs), Défense du bon sens (Editions du Rocher) et Un  besoin de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mot harcèlement a connu une évolution sémantique, notamment en investissant le champ juridique ces dernières années. Marc Crapez revient sur cette notion.

Ce mot a acquis depuis 20 ans une plasticité sémantique en investissant le champ juridique. Un grand Robert de la langue française ne lui accordait que 5 lignes. Le sens commun suggère immédiatement ce dialogue de sourds : "-Cesse donc de me harceler avec ça. -Mais je ne te harcèle pas, je te le rappelle, c'est tout". Ce qui se trouve en jeu dans ce dialogue, agacé mais amical, c'est la figure du négligent face à celle du rabat-joie. D'emblée, le harcèlement est une notion polémique où chacun tend à en rajouter. Sa « juridicialisation » s’avère donc problématique.

Une juridicialisation complexe                                                                                  

Dans l'espace juridique, le terme recouvre aussi bien une agression physique que verbale, et verbale à différents stades. D’abord, des faits qui révulsent le sens commun. Le harcèlement scolaire, impliquant souvent des caractéristiques physiques, rejoint les préoccupations d'ordre antiracistes. Comme son surgeon sur Internet, le harcèlement en milieu scolaire est une variante de la stratégie du bouc-émissaire : un groupe se coalise en moquant lâchement tel ou tel aspect d’un individu isolé. On songe bien sûr au petit garçon Noir qui fondait jadis en larmes, dans son coin, parce que victime d’attaques racistes, quand ce n’était pas de coups et blessures. Au vu de cette catégorie de harcèlement, les passagers clandestins, qui profitent des angles morts de la législation pour simuler en être, eux-aussi, victimes, sont une honte.

En second lieu, une photo figure en bonne place sur Google, de harcèlement sexuel. C'est le stéréotype du chef de bureau qui d'une main donne un conseil et, de l'autre, fait des attouchements d'ordre sexuel. Quant aux propos, on constate que les insultes faites aux femmes sont ordurières et sexuelles : appel au viol, attaques sur le physique… débouchant encore -on frémit d'y penser- sur des coups ! Les conductrices, quant à elles, se trouvent très rapidement taxées de petite vertu, là où les insultes entre hommes sont modulées, elles, en fonction de l’apparence physique du conducteur d’en face. La couardise incite à cibler les faibles et certains hommes sont d’autant plus grossiers avec une femme qu’ils se sont montrés pleutres devant un autre homme.

Présomption d’innocence et présupposé de culpabilité 

Les femmes et les enfants d'abord ! Comme dans les législations anti-discriminatoires, la charge de la preuve finit par être renversée. Parce qu’il (ou elle) est en situation de vulnérabilité, on postule que celui qui se sent victime et en accuse un autre dit vrai. Cette évaporation de la présomption d’innocence de l’accusé peut être légitime et de bonne méthode. A condition de demeurer partielle, circonstancielle et révocable au vu d’éléments probants. De ne pas engendrer une présomption, un présupposé voire un préjugé de culpabilité (proche des appels au lynchage : « on sait bien que c’est lui ! » ou « si ce n’est toi c’est donc un des tiens ! »). La justice consiste à combler l’écart des versions entre les griefs d’une victime et la défense d’un mis en accusation. Le degré de liberté de cette défense varie en fonction des régimes politiques. 

En matière de harcèlement moral, cet enchaînement d'agissements hostiles répétés visant à détruire psychologiquement, le curseur paraît raisonnablement positionné dans le monde professionnel. La jurisprudence écarte les arguties (exemple : « que n’a-t-il dénoncé cela plus tôt ! »), afin de gommer les positions de surplomb de l’employeur… mais attention, accuser de mauvaise foi son supérieur de harcèlement justifie un licenciement. L’époque du chef de service n’osant plus réprimander une employée incompétente de peur d’essuyer une plainte pour harcèlement sexuel est, en principe, révolue. La jurisprudence a réajusté, par une sorte d’expérimentation empirique, dysfonctionnements et déséquilibres. Du moins les principaux.

En revanche, de même que le droit au divorce est parasité par le procédé immonde qui consiste à accuser faussement l’ex-conjoint d’attouchements sur ses enfants, l’accusation de harcèlement moral peut devenir une arme contre l’ex-petit ami(e). La bonne idée de départ, qui consiste à sanctionner une conduite répétée visant à effrayer  et dégrader les conditions de vie d’autrui, peut faire insidieusement l’objet d’un effet pervers, en l’occurrence d’un effet d’aubaine. A preuve ce forum sur Internet où l’on s’échange des recettes, une virtuose se glorifiant ainsi : « J'ai réussi à lui en faire cracher 2500 » (des mails, pour pouvoir le compromettre).

Biais, distorsions, dissymétries

La duplicité est, par définition, difficile à démontrer. Tours pendables et double-jeu sont pourtant destinés à « faire enrager quelqu’un », à le pousser à la faute en jouant sur une corde psychologique dûment répertoriée. Or cette faculté n’est ni « genrée », ni judiciarisée. D’où le danger de « genrer » unilatéralement le harcèlement. Car si l’avantage physique de l’homme ne peut être exploité en aucun cas -et même sa seule présence non menaçante peut-être perçue comme une menace (c’est pourquoi le piéton masculin tient tête à ses congénères aussi bien qu’il s’écarte d’une trajectoire féminine)-, en revanche ce peut-être une femme qui est responsable de pressions psychiques exploitant, maquiavéliquement, la vanité du Bourgeois gentilhomme, la naïveté de George Dandin, le côté bon Samaritain du Médecin malgré lui, l’orgueil intellectuel d’Alceste, et bien d’autres archétypes encore.

il convient d'ajouter un risque de distorsion socio-culturelle. En effet, des atouts tels que le toupet et/ou le maniement des TIC et/ou des précédents procéduriers familiaux -tout ceci connoté CSP de bon aloi- pénalisent plausiblement les citoyens les plus laborieux. Autrement dit, « genrer » le harcèlement, c'est introduire une double inégalité, qui peut favoriser des personnes malhonnêtes et/ou « mythos », imbues d'elles-mêmes, ou encore socialement privilégiées.

Deux poids, deux mesures

La pression médiatique laisse, en général, les magistrats plutôt de marbre. La libre délibération demeure, normalement, intacte. Mais subsistent des pesanteurs indirectes par effets d’agencement ou affinités électives. Ainsi, la journée de formation des référents harcèlement et discrimination au sein de la profession d'avocat a généré la signature d’une charte, relative à la lutte contre les discriminations et le harcèlement dans la profession. Il y a donc le risque que la fonction ne crée l'organe, ou vice-versa. On attend le néologisme anti-harcèlement dans le sillage de l'anti-discrimination. Au quotidien, en attendant, la défense d'un accusé de harcèlement n'est pas indispensable au cursus d'un as du barreau…

On a affaire, non seulement à un droit fondamental, annexé à diverses chartes, qui dès lors revêt un caractère apodictique, de par une sorte de sacralité intrinsèque, mais il s'agit, de plus, d'une sorte de sur-droit ou de gardien du droit ou de droit intimidant, qui revêt, en conséquence, le caractère impérialiste d’un arsenal accusatoire. Des effets d’aubaine et d’opportunité en cascade n’assurent plus protection de la veuve et de l’orphelin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vu de très loin
- 27/11/2019 - 13:41
Le harcèlement n'est pas genré...
Pas d'accord : le harcèlement n'est pas "genré". Et il y a bien moins de situations à effet pervers que de situation de harcèlement, où la victime se tait généralement.
D'accord : défendre la présomption d'innocence. Difficile tant que les réseaux sociaux pourront discuter de tout sans limites légales