En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 7 heures 32 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 14 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 15 heures 20 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 16 heures 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 16 heures 54 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 9 heures 59 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 11 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 13 heures 57 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 14 heures 39 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 16 heures 56 min
© Manan VATSYAYANA / AFP
© Manan VATSYAYANA / AFP
Nouvelles révoltes mondiales

Pourquoi les gouvernements ne comprennent rien aux contestations sociales qui embrasent la planète

Publié le 27 novembre 2019
Les contestations sociales se multiplient à travers le monde notamment à Hong Kong, au Chili ou en Iran. Branko Milanovic revient sur les difficultés rencontrées par les gouvernements face à ces mobilisations.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les contestations sociales se multiplient à travers le monde notamment à Hong Kong, au Chili ou en Iran. Branko Milanovic revient sur les difficultés rencontrées par les gouvernements face à ces mobilisations.

"Le spectre hante [le monde]. Le spectre de ...[quoi ?]". Alors qu'en 1848 Marx et d'autres observateurs savaient plus ou moins exactement ce qui hantait l'Europe, nous n'avons aucune idée de ce que les révolutions de 2019 signifient. Certains comme Yascha Mounk et Thomas Friedman, les anciens combattants des rêves des années 1990, aimeraient voir en elles un avatar des révolutions nationalistes (qui leur paraissaient démocratiques) qui ont fait tomber le communisme. Mais les révoltes d'aujourd'hui et les régimes auxquels elles sont confrontées sont si hétérogènes que l'on ne sait pas exactement ce qu'elles pourraient faire tomber. D'autres associent ces révolutions au printemps arabe, tout en espérant qu'elles aient une issue plus favorable.

Les nouvelles révoltes mondiales n'ont pas grand-chose en commun avec les périodes révolutionnaires plus anciennes, que ce soit 1848 ou 1968, même si nous essayons astucieusement de les rapporter à ces dates. Nous assistons à la première révolution de l'ère de la mondialisation. Comme les révoltes s'étendent sur un vaste espace et touchent différents pays et continents, elles ne peuvent pas avoir, contrairement aux révolutions  géographiquement limitées de 1968, de nombreuses choses en commun les unes avec les autres. Elles partagent, je pense, premièrement, la capacité de s'organiser par le biais des réseaux sociaux et, deuxièmement, des revendications politiques qui peuvent peut-être se résumer à l'aversion des hommes politiques au pouvoir et au désir de se faire entendre et d'être inclus dans le processus politique.

Les révoltes d'exclusion unissent les gilets jaunes et les manifestants algériens. La révolte contre la corruption des élites politiques unit les manifestants libanais et colombiens. La révolte contre la hausse des prix, décrétée avec insouciance pour les pauvres, unit les manifestants iraniens et chiliens. Le désir d'indépendance unit les manifestations catalanes et hongkongaises. La haine des régimes qui tirent sur les manifestants unit les mouvements de masse boliviens et vénézuéliens.

Tenter de trouver des points communs idéologiques entre ces révoltes est un exercice qui a manifestement des limites. Yascha Mounk voit dans le renversement du régime bolivien, un désir de démocratie. Mais en réalité, c'est un coup d'État militaire à l'ancienne, très probablement préparé des mois à l'avance, qui a ramené au pouvoir une élite oligarchique raciste. Par conséquent, la gauche privée de ses droits va devoir recommencer son combat pour la démocratie. Mais au Venezuela et au Nicaragua, c'est le contraire : la droite tente de renverser les anciens révolutionnaires de gauche qui ont décidé de ne jamais quitter le pouvoir et d'asphyxier les autres.

Les manifestants à Hong Kong sont qualifiés de "démocratiques" par les médias mainstream. Mais en réalité, ce sont des sécessionnistes qui utilisent la démocratie comme slogan, parce que les demandes de démocratie, peu susceptibles de s'étendre au reste de la Chine, ne peuvent se réaliser que si Hong Kong est au préalable indépendant. Ils ressemblent donc aux manifestants catalans qui croient aussi que la démocratie réelle implique le droit à l'autodétermination. Tous deux posent une question à laquelle, depuis au moins 1918, lorsque Woodrow Wilson et Lénine ont essayé de proposer leurs solutions, le monde n'a pas donné de réponse : qui a droit à l'autodétermination ? Est-ce un droit démocratique fondamental ou non ? Peut-elle être exercée si d'autres membres d'un État donné s'y opposent ? Nous ne sommes tout simplement pas en mesure d'y répondre aujourd'hui dans ces deux cas, car nous ne pouvons rien dire de significatif sur l'indépendance kurde ou palestinienne, ou sur le Kosovo et l'Abkhazie. Le monde est donc plein de conflits "gelés" qui éclatent de temps en temps et représentent autant de points qui pourraient conduire à des guerres beaucoup plus importantes.

Considérons ensuite les manifestations chiliennes et iraniennes. Les deux mouvements ont été déclenchés par une évolution économique apparemment anecdotique : l'augmentation du prix de l'essence (qui est d'ailleurs aussi à l'origine du mouvement des gilets jaunes) et la hausse du prix du métro. Les deux régimes ont réagi avec une violence inhabituelle : plus de 100 personnes auraient été tuées en Iran et plus de 20 au Chili. Mais ces deux régimes sont très différents : l'un est une démocratie néolibérale qui a des racines constitutionnelles marquées par une dictature d'extrême-droite ; l'autre est une théocratie quasi-démocratique dont l'origine est un mouvement révolutionnaire qui a combattu une dictature de droite. Pourtant, dans les deux cas, les gens ne se sont pas levés uniquement en raison de la hausse des prix ; ils semblent être poussés par quelque chose de plus fondamental : le mépris des régimes pour les droits des citoyens, l'ignorance totale de vastes groupes de personnes (les pauvres au Chili, les jeunes sans emploi en Iran).

La répression la plus violente a eu lieu en Irak. Mais le monde s'est tellement habitué à la violence et aux massacres en Irak depuis que le "changement de régime démocratique" y est arrivé en 2003 que le nouveau cycle de violence de masse attire très peu l'attention. Beaucoup de ceux qui ont soutenu l'invasion de l'Irak, arguant qu'elle conduirait à l’émergence de la deuxième démocratie (après celle d'Israël) au Moyen-Orient, disent très peu de choses sur ces manifestations : elles sont si difficiles à intégrer dans leurs plans. S'ils les soutenaient, ils accuseraient indirectement le "régime démocratique" qu'ils ont contribué à instaurer en 2003. Alors ils ne disent rien.

Les révolutions de 2019 annoncent un nouveau genre de révolutions mondialistes. Elles ne font pas toutes partie d'un même courant idéologique facilement reconnaissable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 27/11/2019 - 17:42
Pourquoi ?
Parce que Branko ne leur avait pas encore expliqué. Soyez un peu plus réactif, jeune homme !
A M A
- 27/11/2019 - 12:17
contestation généralisée simultanée
La contestation explose par hasard de partout et simultanément. Et il n'y a pas de "chef d'orchestre"....Les voies du Seigneur sont impénétrables.