En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

07.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 2 heures 15 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 4 heures 19 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 5 heures 16 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 7 heures
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 8 heures 16 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 9 heures 15 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 11 heures 16 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 23 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 3 heures 2 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 4 heures 51 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 6 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 7 heures 13 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 9 heures 23 sec
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 11 heures 40 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 31 min
J'accuse

J’accuse, la vérité au-dessus de tout : petit retour sur ceux qui se sont abusivement attribué le beau rôle dans l’affaire Dreyfus

Publié le 26 novembre 2019
Une question qu’on me pose depuis quelque temps : Vous avez vu « J’accuse » ? Vous savez, ce film de l’horrible Polanski sur l’affaire Dreyfus… Il paraît qu’en fait il est excellent.
Nathalie MP Meyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une question qu’on me pose depuis quelque temps : Vous avez vu « J’accuse » ? Vous savez, ce film de l’horrible Polanski sur l’affaire Dreyfus… Il paraît qu’en fait il est excellent.

Alors oui, j’ai vu « J’accuse ». Un film à voir.

Non seulement parce qu’il est parfait du point de vue de sa réalisation méticuleuse et de la performance de son acteur principal Jean Dujardin, mais surtout parce que c’est un film sur la vérité et la justice comme valeurs absolues qui dépassent tout, la préservation des institutions comme les petits attachements identitaires des hommes.

Pour ce qui est de « l’horrible » Polanski, je suis d’avis que tout homme qui a porté atteinte à une personne ou à ses biens doit répondre de ses actes. Le judiciaire est là pour ça, laissons la justice faire son œuvre s’il y a lieu avant de lancer anathèmes et menaces de boycott.

Quant au film, je pense que l’affaire Dreyfus n’en est que la trame de fond, je dirais même le décor – historique, certes, mais seulement le décor. En réalité, tout tourne autour du lieutenant-colonel Picquart (1854-1914), tout tourne autour de la fabuleuse capacité qu’il a eu à mettre de côté ses réserves, ses antipathies – son antisémitisme tranquille et virulent, disons-le carrément – pour aller chercher au-delà de lui-même les valeurs intemporelles de justice et de vérité.

Le film s’ouvre en janvier 1895 sur la grande scène de la dégradation du capitaine Dreyfus dans la cour de l’École militaire (voir bande-annonce en fin d’article). Celui-ci vient d’être condamné à perpétuité pour trahison et il sera prochainement envoyé en réclusion sur l’île du Diable.

Intense soulagement au ministère de la Guerre et chez ces messieurs de l’état-major : l’affaire Dreyfus est terminée et l’armée française est sauve ! Le « Juif » a été proprement mis hors d’état de nuire et la « juiverie internationale », malgré toutes ses roueries, n’a rien pu faire pour lui. Dans les salons dorés de la République, on trinque, on rit, on se congratule en prenant des airs entendus, et le commandant Picquart n’est pas le dernier à participer à la fête.

Il se trouve qu’il connaît bien le capitaine Dreyfus car il l’a eu comme élève à l’École de guerre. Il ne l’aime pas, il n’aime pas les Juifs, il n’aime pas ce qu’ils représentent – whatever that may be – mais il se targue de ne pas laisser entrer ces considérations dans le jugement académique qu’il porte sur lui en tant que professeur. On découvre un Picquart froid, sans affect, strictement rationnel et très sûr de lui.

Tiendra-t-il la distance ?

Peu après, coïncidence, Picquart est nommé chef du service de renseignement militaire avec le grade de lieutenant-colonel. Il s’agit justement du bureau qui a établi la culpabilité de Dreyfus grâce au fameux « bordereau », document récupéré en mille morceaux dans une corbeille à papier de l’ambassade d’Allemagne grâce aux bons offices d’une femme de ménage cornaquée par le commandant Henry, numéro deux du service.

La routine de l’analyse des poubelles de l’ambassade d’Allemagne se poursuit. Picquart lui-même tombe sur un document connu désormais sous le nom de « petit bleu » : un télégramme rédigé par l’attaché militaire allemand et adressé à un certain Esterhazy, officier français en poste à Rouen. Le télégramme n’a jamais été envoyé à son destinataire (puisqu’il a fini dans la corbeille à papier) mais il atteste des activités de renseignement d’Esterhazy en faveur de l’Allemagne.

Jusque-là, rien à voir avec Dreyfus.

Picquart informe le ministre de la Guerre de cette nouvelle fuite et apprend alors qu’Esterhazy n’est pas un inconnu pour l’administration militaire : par deux fois il a sollicité par lettre sa mutation à Paris. Il récupère les lettres en question, rentre à son bureau et se rend compte de l’extraordinaire similitude graphologique entre ces lettres et… le « bordereau ». Similitude qui lui est confirmée par le même spécialiste qui avait attribué le bordereau à Dreyfus.

Et nous revoilà dans l’affaire Dreyfus.

Sauf qu’il n’y a plus d’affaire Dreyfus mais une seule et unique affaire Esterhazy. Autrement dit, l’armée s’est complètement trompée. S’étant trompée, elle a cherché tous les moyens de masquer ses fautes pour se protéger. On découvre dans la foulée qu’elle a non seulement accusé un innocent mais qu’elle s’est crue autorisée à forger des pièces accusatrices « secrètes » pour obtenir à coup sûr un verdict de culpabilité et qu’elle entravera sans états d’âme toute action ultérieure qui aurait pour but d’exposer ses mensonges.

Émergent alors deux figures, deux écoles de pensée, deux formes de loyauté.

D’un côté, on a le lieutenant-colonel Picquart. Au-delà de ses réticences personnelles vis-à-vis de Dreyfus et au-delà des circonstances particulières de l’époque, il pense qu’il existe quelque chose d’intangible, quelque chose de supérieur, quelque chose qui vaut la peine qu’on prenne des risques et qui s’appelle la vérité. Pour lui, c’est même la seule façon de protéger l’institution militaire qui reste grande à ses yeux. Cette position, qu’il va avoir le courage de maintenir jusqu’au bout, lui vaudra d’abord éloignement aux quatre coins des territoires français puis arrestation et emprisonnement en bonne et due forme.

Face à lui, voici le commandant Henry. Auteur des faux versés au dossier, il préfère se dire que « ce sont les chefs qui décident ». Lui, obéissant, loyal, se contente d’exécuter. Au prix d’un écrasement de sa conscience qui finira par le pousser au suicide.

Henry est en quelque sorte un précurseur d’Adolf Eichmann. Lors de son procès (1961), ce dernier avait justement basé toute sa défense sur le fait qu’en tant qu’officier du Reich, il n’avait qu’une seule chose à faire, obéir. Il s’était même réclamé de Kant pour se justifier. Dans Qu’est-ce que les Lumières ? (1784), le philosophe déclarait en effet :

« Il serait très dangereux qu’un officier à qui un ordre a été donné par son supérieur, voulût raisonner dans son service sur l’opportunité ou l’utilité de cet ordre ; il doit obéir. »

Voilà qui semble régler la question. Si ce n’est qu’Eichmann a opportunément oublié la suite du texte :

« Mais si l’on veut être juste, il ne peut lui être défendu, en tant que savant, de faire des remarques sur les fautes en service de guerre et de les soumettre à son public pour qu’il les juge. »

Du reste, en disant dans un autre texte qu’« il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes », Kant montre qu’il reconnait parfaitement le rôle essentiel de la conscience, la nécessité du discernement et la légitimité de la désobéissance civile dès lors que des valeurs humaines absolues sont menacées.

Or c’est précisément ce que Picquart a choisi de faire, quitte à s’extraire avec force de la glaise sociale qui emprisonne trop facilement ses pairs, ses collègues, ses semblables dans leurs cadres de pensée habituels. Pas pour Dreyfus en particulier, mais pour l’idée  supérieure qu’il se fait de la vérité et de la justice, idée qui doit aussi s’appliquer à Dreyfus.

Si Henry est un précurseur d’Eichmann, Picquart m’apparait comme un précurseur de Georges Bernanos, quoique dans une version nettement moins compassionnelle. Résidant à Majorque en 1936, ce dernier est le témoin quotidien de la « croisade » du général Franco contre le bolchévisme. Mais jour après jour, les horreurs succèdent aux abominations. Catholique, monarchiste, proche de l’Action française, Bernanos pourrait fermer les yeux. C’est ce que font les gens comme lui.

Mais lui ne peut plus. Dans un effort de totale vérité et de totale liberté, en conformité avec sa foi, mais en rupture avec toute appartenance politique et toute proximité sociale, il décide de témoigner. Ses chroniques sur les événements espagnols seront rassemblées dans Les grands cimetières sous la lune. Inutile de dire que nombre de ses amis lui ont alors tourné le dos.

Rien ne peut dépasser les impératifs de vérité et de justice – voilà ce que nous dit Bernanos, voilà ce qu’a découvert le lieutenant-colonel Picquart qui aurait pu si facilement s’en tenir tranquillement aux critères moraux de son camp et voilà ce que nous raconte le film de Polanski « J’accuse ».

Bande-annonce du film « J’accuse » de Roman Polanski (2019) avec Jean Dujardin dans le rôle du lieutenant-colonel Picquart :

Sur le déroulé de l’affaire Dreyfus elle-même, on pourra visionner (sur youtube) le téléfilm réalisé par Yves Boisset en 1995 d’après le livre L’affaire de Jean-Denis Bredin.

On pourra également se reporter au chapitre que Philippe Nemo a consacré à l’affaire dans son livre Les deux Républiques françaises pour mesurer combien la gauche de l’époque s’est indûment appropriée le beau rôle (témoignages de Léon Blum à l’appui).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 26/11/2019 - 20:05
Le soutien à un pédophile avéré
, qui a forcé une petite fille de 13 ans à avoir une relation sexuelle ? Par quels orifices à votre avis, était-elle pubère? Des poils?...) condamné, qui a fuit la justic, n’a pas effectué sa peine et qui a peut-être récidivé plusieurs fois est à vomir.
Je pense à Estelle Mouzin et aux autres victimes de pédophiles.
Combien ici se masturbent devant des images d’enfants se faisant sodomiser (dans le milieu médical, en France, des Bébés de quelques mois la verge de papa dans le rectum ou dans la bouche)
Combien ici vont en vacances en Thaïlande se faire des petites filles ou garçons?
Se réjouir du succès d’une telle merde est affligeant ou inquiétant.
Lisez donc Zola
Gpo
- 26/11/2019 - 16:51
La bien pensance a voulu remplacer les juges
et nous intimer l'ordre de boycotter le film..C'est raté ..les blaireaux, les gens qui ne sont rien, les ploucs, les gilets jaunes se sont rebellés..et il est numéro 1 à l'affiche
C'est un film remarquable et on peut déplorer la défection (lâcheté) des comédiens à venir défendre voire promouvoir le film..
Vont-ils rendre leurs cachets à cet "horrible" violeur de Polanski dans un sursaut de dignité??
Bravo monsieur Polanski!!
hoche38
- 26/11/2019 - 12:08
Éternel problème!
Cette confrontation entre les fidèles à une organisation légitime et ceux fidèles à la morale fait penser aux membres du Parti communistes qui aux procès de Prague ont du choisir entre la fidélité au Parti et celle à la vérité.