En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

03.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Le devenir des réseaux sociaux

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 27 min 43 sec
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 1 heure 18 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 3 heures 52 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 20 heures 41 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 21 heures 28 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 22 heures 55 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 42 min 34 sec
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 20 heures 53 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 21 heures 56 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 23 heures 46 min
© Thierry Zoccolan / AFP
© Thierry Zoccolan / AFP
Le beurre et l’argent du beurre

5 décembre : derrière la crise sociale, la confusion de revendications générales de plus en plus contradictoires

Publié le 26 novembre 2019
Alors qu'Emmanuel Macron craint d'être confronté à un mouvement social massif en décembre, l'incertitude grandit quant à la capacité de l'exécutif à désamorcer cette bombe à retardement. Les revendications contradictoires des Français renforcent cette phase plutôt floue du quinquennat d'Emmanuel Macron.
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron craint d'être confronté à un mouvement social massif en décembre, l'incertitude grandit quant à la capacité de l'exécutif à désamorcer cette bombe à retardement. Les revendications contradictoires des Français renforcent cette phase plutôt floue du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Atlantico : Emmanuel Macron a semblé vouloir contre-attaquer la semaine dernière à l'approche du 5 décembre. En visite à Amiens, il a donné l'impression de vouloir fixer l'objet des revendications des manifestants en estimant que le mouvement à venir se résumait à un combat contre le régime universel. Est-ce vrai ? Le mouvement annoncé ne dépasse-t-il pas largement la question des retraites ?

Christophe Boutin : Quand 57 % des Français approuvent le mouvement de grève à venir, et que 71 % d'entre eux estiment que le conflit va durer, il est logique de voir le chef de l'État s'interroger sur sa cause, et Emmanuel Macron n’a bien sûr pas tort de dire que l'un des déclencheurs de ce mouvement de grève du 5 décembre est la réforme du régime des retraites, puisque c’est ce qu’avancent diverses centrales syndicales qui appellent à le rejoindre.

Contre cette réforme des retraites donc, on trouve par exemple des syndicats représentatifs d’un secteur public où 70% des agents sont favorables au mouvement : syndicats de la SNCF, de la RATP, un certain nombre d'Air France, de ceux des personnels au sol aux contrôleurs du trafic aérien. De manière assez générale, certains syndicats appellent en fait tous les agents de la fonction publique à faire grève pour cette question des retraites, que ce soit dans l’Éducation nationale, à la Poste, chez les pompiers ou chez les policiers. Plusieurs syndicats de police menacent ainsi d'une fermeture symbolique des commissariats, de refuser de rédiger des procès-verbaux, ou de renforcer les contrôles - et donc les attentes, et on voit bien la volonté de permettre un blocage le plus complet possible du territoire - aux péages d'autoroutes ou dans les aéroports. Le syndicat de la magistrature appelle lui l'ensemble des professionnels de justice à la grève, et les avocats respecteront peut-être cette journée « justice morte » décidée par le conseil national des barreaux, là aussi sur la question des retraites.

Car ces appels à la grève en raison de la réforme des retraites ne concernent pas que le secteur public strictement entendu. Des syndicats d’EDF annoncent des coupures d'électricité, et dans le domaine des transports, sont concernés le transport urbain ou routier, de voyageurs ou de marchandises, et les secteurs plus spécifiques des taxis, ambulanciers ou déménageurs. Des débrayages sont aussi prévus à l'initiative de la CGT dans un certain nombre d'entreprises privées où ce syndicat a encore un peu d'influence (74% des ouvriers sont favorables au mouvement). Et même des retraités, par définition pourtant peu concernés, souhaitent se mobiliser « en solidarité avec les actifs en lutte ».

Mais on commence ici à voir d’autres considérations s’ajouter à la seule réforme des retraites. Le mécontentement des retraités par exemple, qui les conduit à s’agréger aux manifestations du 5 décembre, tient au moins autant à la baisse de leur niveau de vie, dû à des prélèvements supplémentaires, qu’à la solidarité affichée. Autre exemple avec un domaine hospitalier où un mouvement initié depuis des mois tente d’attirer l'attention du gouvernement sur des conditions de travail profondément dégradées, et où, si une partie continue de vouloir mener des actions spécifiques, d’autres préconisent de se rallier au mouvement du 5 décembre. De la même manière, certains syndicats lycéens ou étudiants entendent utiliser cette journée de grève pour faire entendre des revendications qui dépassent leurs inquiétudes sur leurs (très) éventuelles futures retraites, et ont beaucoup plus à voir avec leurs aides actuelles. Et, bien évidemment, c’est aussi le cas pour ces Gilets jaunes réunis en assemblée générale à Montpellier début novembre qui ont eux aussi choisi de rejoindre cette grève du 5 décembre.

S’il n’y a pas nécessairement « convergence des luttes », il y a donc au moins une convergence des lassitudes, un même rejet de la politique menée par Emmanuel Macron, qui dépasse, quoi qu’il en dise, la seule question de la réforme des retraites, celle-ci, quand ils se demandent s’il leur restera de quoi financer un mouroir pas trop indigne, confortant les Français dans leur angoisse globale face à l’avenir. Quant à ce qu’il adviendra de la réforme après le 5 décembre, les Français sont assez équitablement partagés : un tiers (34%) estime que le Président la maintiendra telle quelle, un autre (33%) qu’il la modifiera largement, le dernier tiers estimant qu’il la repoussera ou l’annulera.

Plus globalement, les revendications des Français sont-elles aujourd'hui cohérentes ? On peut en effet noter des contradictions, comme celle existant entre écologisme et défense de l'Etat providence, ou celle entre recherche de libertés (locales notamment) face à l'Etat, mais aussi attente d'un pompier social (Whirlpool), celle encore entre une  volonté d’affirmation face à la Chine, aux États-Unis ou à la Russie, mais avec une volonté d'indépendance vis à vis de l'Union européenne. En quoi est-ce cela qui entretient le flou quant à l'avenir politique et social ?

C'est l'argument massue qui était notamment utilisé pour discréditer les revendications des Gilets jaunes présentées au début du mouvement : contradictoires, donc incohérentes, on n’aurait pas à les écouter. Et effectivement les éléments que vous évoquez peuvent donner cette impression d’incohérence : on ne peut vouloir, c'est bien connu, le beurre et l'argent du beurre. Mais il n'est pas évident que derrière ces contradictions on ne trouve pas en fait une même logique. Reprenons les.

La première contradiction est celle qui place d'un côté l'écologisme - entendons ici la défense de l'environnement, avec ce qu'elle peut impliquer de coûts supplémentaires -, et de l'autre, avec cette défense de l’État-providence, celle d'un financement social incompatible avec les nouvelles dépenses envisagées. Pour autant, les deux relèvent d'une même logique, la volonté d'éviter de laisser des individus sans défense face a des intérêts privés qui se refuseraient à prendre en compte les intérêts de la communauté. C'est le cas pour la protection de l'environnement, dont la dégradation ne profite qu'à quelques-uns quand elle affecte l'ensemble de la société ; mais aussi pour la défense, sinon l'État-providence, qui n'a jamais été une véritable demande des Français, toujours inquiets face à ceux qui vantaient le trop fameux « modèle suédois », au moins de cette protection sociale qu'une communauté doit à tous ses membres.

Deuxième contradiction évoquée, celle qui existe entre les libertés locales et le rôle de l'État central. Mais il y a simplement ici une volonté d'équilibre qui court l'ensemble de la pensée politique. Benjamin Constant, ou Alexis de Tocqueville, pour se limiter à ces exemples évidents, posent justement cette question de l’articulation du rôle nécessaire de l'État comme puissance arbitrale et de la non moins indispensable défense des libertés, individuelles ou collectives, professionnelles ou locales, face a une trop grande emprise de ce même État. Et dans l'exemple que vous citez, l'État est simplement censé, dans une logique d’ailleurs très française, intervenir sur le plan économique pour empêcher une prédation menée par des intérêts financiers supranationaux, à l’encontre des travailleurs français.

Troisième contradiction enfin, celle qui opposerait une volonté d'affirmation de la France sur la scène internationale à la volonté d'indépendance par rapport à l'Union européenne. Elle peut aisément être dépassée si l’on veut bien se rappeler que cette Union européenne est perçue par les Français comme une structure exogène, technocratique, a-démocratique sinon antidémocratique, qui entend imposer sa loi aux États membres et porter atteinte à leur souveraineté. Or c'est de cette souveraineté que les Français ne veulent pas être dépossédés, ni économiquement par la Chine, ni économiquement et culturellement par les Etats-Unis, ni par les subtiles manœuvres des « trolls » de la Russie ; et pas plus par les diktats des « technos » bruxellois. S’associer entre Européens par des coopérations pour être à même de contrebalancer les puissances évoquées est une chose, s’inféoder pour cela à ceux qui laissent l’Europe ouverte aux vents mauvais de la mondialisation en est une autre.

On le voit, derrière ce que l'on appelle des contradictions, se profile une même angoisse des Français, celle d'être broyés en étant jetés dans un avenir sur lequel ils auraient perdu toute maîtrise – et, à cause de cela, une même volonté, celle de reprendre en main leur destin.

Depuis 2017, personne ne semble en mesure de dépasser ces contradictions. Pourquoi ni le macronisme, ni les Gilets jaunes, ni aujourd'hui les syndicats, ne parviennent à mobiliser les Français dans un projet cohérent ?

Si personne ne permet de dépasser ces contradictions, c'est parce que les groupes ou les individus que vous évoquez ne peuvent pas faire ce diagnostic. Le projet dans lequel Emmanuel Macron se propose de fédérer les Français n'est pas celui de la reprise en main de leur destin, mais celui d’une fuite en avant dans l’internationalisation européenne et la mondialisation financière. C'est un projet qui ne peut séduire que ce que Jérôme Sainte-Marie appelle à très juste titre le « bloc élitaire », qui ne représente en France qu'une minorité et n'a pas vocation à attirer ceux qui comprennent assez rapidement qu’ils ne feront jamais partie des « premiers de cordée » auxquels sont réservés tous les avantages.

Le projet des Gilets jaunes, initialement au moins, parce qu’il était lié au surgissement de cette angoisse que partagent nombre de Français, correspondait plus à cette logique. Pour diverses raisons, le mouvement s’est ensuite montré incapable à lui seul de définir un véritable projet et d'entraîner derrière lui.

Les syndicats, enfin, sont surtout obsédés par l'idée de ne pas rater cette chance qui leur est donnée de bénéficier d’un second souffle. En totale déliquescence, coupés de la réalité, incapables de saisir le mouvement de fond qui a abouti, d'une part, en 2017, à l'effondrement de cette gauche politique à laquelle ils étaient intimement liés, et d’autre part, une année plus tard, à cette lame de fond qu’était le mouvement des Gilets jaunes, ils peuvent être sauvés par le fait que le pouvoir politique aime à voir des interlocuteurs connus autour de la table. Leur seul projet est de surfer sur le mécontentement général pour exister à nouveau, et Martinez pourrait citer Cocteau : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur ».

Comment sortir de ce moment de flou sur le plan politique et social ?

On ne pourrait sortir de ce flou qu’en répondant à ce qui fait le lit commun des principales interrogations ou inquiétudes des Français. Il est permis de penser, par exemple, que le sentiment de dépossession, culturel, matériel, de perte de tous les repères, dans ce contexte de déconstruction généralisée menée par quelques intellectuels pétris de haine de soi et des médias en roue libre, joue un rôle majeur. Les Français n’ont sans doute pas envie que l'on tire ainsi un trait sur leur communauté, construite depuis des siècles, et qui s'est exprimée aussi bien par une langue et une culture que par sa manière propre d'appréhender la question sociale et ses nécessaires solidarités. Comme un de leurs anciens dirigeants, ils se font toujours « une certaine idée de la France », qui n’est sans doute pas celle d'un territoire ouvert à tous les vents, aux migrations de masse comme à la prédation financière.

Il y a donc dans cette demande des Français, qui prend parfois des accents populistes à mesure que leur semble évidente cette trahison des élites décrite par Christopher Lasch, un conservatisme profond, qui se défie de la table rase culturelle et anthropologique qu’on leur propose. Si l’on tient compte de cette logique de fond, on voit assez clairement, derrière ce que l'on présente parfois comme des contradictions, une véritable cohérence. Mieux la définir, non seulement dans sa part de rejets, mais aussi dans sa part d’affirmations, ce qui est sans doute le plus difficile, permettrait de sortir du flou en faisant prendre conscience à tous de ce qui est toujours en partage, de rebâtir un projet commun et de retrouver cette volonté d'agir ensemble dont Ernest Renan rappelait qu'elle est au cœur du sentiment national.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 27/11/2019 - 12:55
Constatation:
L'entropie du système est en phase de croissance rapide au Macronistan.
clo-ette
- 27/11/2019 - 09:07
On a l'impression
que Macron depuis le début obéit à un planning bien élaboré d'avance de "réformes" . celui ci ayant évidemment ( c'est mon impression ) été élaboré par d'autres que lui , ceux qui l'ont désigné . En effet, je me suis toujours demandée comment il avait émergé , et était apparu, tel un diable sortant de la boite .
spiritucorsu
- 26/11/2019 - 23:05
Pas faux!
Pas faux ajm,mais on ne peut passer sous silence le fait que le monarque président ait été mis en place grâce au soutien actif de ses amis oligarques des médias et de la technostructure qui en attendent bien quelques avantages en échange ,notamment le statut quo quant à tous leurs privilèges et la rente dorée qu'ils retirent d'un pays mis en coupe réglée .Quant à leur marionnette,ils la débrancheront si jamais elle contrarie trop leurs intérêts pour mettre un autre pantin à la place.