En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 3 heures 46 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 5 heures 25 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 9 heures 13 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 10 heures 19 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 11 heures 24 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 12 heures 17 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 13 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 13 heures 45 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 4 heures 18 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 9 heures 59 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 10 heures 35 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 4 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 12 heures 31 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 13 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Cocotte minute

5 décembre : dans la cocotte minute de l’opinion

Publié le 25 novembre 2019
La manifestation du 5 décembre prochain promet d'être massive, mais dans quelle mesure cette mobilisation découle-t-elle du mécontentement des Français, déçus par un président agissant au jour le jour sans plan à long terme ?
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La manifestation du 5 décembre prochain promet d'être massive, mais dans quelle mesure cette mobilisation découle-t-elle du mécontentement des Français, déçus par un président agissant au jour le jour sans plan à long terme ?

Atlantico : Une étude de BVA montre qu'une majorité de Français estime qu'Emmanuel Macron agit au jour le jour. Dans quelle mesure les mobilisations massives du 5 décembre illustrent-elle un mécontentent lié à l'absence de représentation politique satisfaisante ?

David Nguyen : Nous sommes à un moment du quinquennat d'Emmanuel Macron où tout le monde retient son souffle. Après des débuts très volontaristes (ordonnances travail, ISF, réforme SNCF), suivis d'une longue période de gestion de la crise des gilets jaunes (mesures sociales, grand débat national), la grande question est de savoir si à mi-mandat l'exécutif va réussir à renouer avec sa capacité à réformer ou au contraire plonger dans un nouveau conflit social dur. Nous ne sommes plus au lendemain de l'élection présidentielle, quand la légitimité à agir était forte, l'attentisme bienveillant de mise et que le macronisme était encore un objet politique non identifié suscitant peu d'oppositions. Depuis, les clivages se sont exacerbés, le débat public s'est tendu et les Français commencent à exiger des résultats. La réforme des retraites, même si elle a donné lieu à de longues consultations menées par Jean-Paul Delevoye et même si le gouvernement est plutôt dans une posture de négociation, s'engage dans un climat social explosif. Aux mobilisations éparses mais répétées des gilets jaunes vont s'ajouter des grèves structurées et paralysantes qui vont tendre d'emblée le rapport de force. Reste que le gouvernement conserve au moins deux atouts politiques : les partis d'oppositions sont toujours très affaiblis, notamment après leurs résultats aux élections européennes de mai 2019, et les sympathisants LREM expriment un soutien sans faille au président de la République et à son action. 

Un peu moins de la majorité des Français est opposée aux régimes spéciaux des retraites (sondage Ifop); pour autant, ils seront nombreux à soutenir la manifestation du 5 décembre. Il y a donc véritablement un mouvement de fond. Par quoi est-il alimenté ?

Ce paradoxe s'explique par le fait qu'il est question ici d'une réforme globale. Les Français ont compris qu'il ne s'agissait pas seulement de mettre fin aux régimes spéciaux, mais bien de modifier l'ensemble du système des retraites. Nous ne sommes plus dans le cadre de la réforme de la SNCF du printemps 2018 qui était soutenue par une majorité des Français parce qu'elle ne concernait que les cheminots. Désormais, tout le monde se dit qu'il va peut-être y perdre. L'argument de la fin des "inégalités" entre régimes de retraites ou de l'équilibrage financier du système ne suffisent pas. Il faut aussi rassurer sur les conséquences concrètes pour chaque Français en matière de pouvoir d'achat, de niveau futur des pensions. Et le problème actuel est bien là : parce que le gouvernement prend son temps pour ne pas tendre le débat, les contours de la réforme sont flous et il est difficile de présenter les éventuels bénéfices concrets et individuels que les Français pourront en tirer.  

Les mobilisations des Français sont différentes selon leur orientation politique. Comment expliquer que ce mouvement n'ait pas transcendé les logiques partisanes ?

Selon un sondage de l'Ifop publié le 21 novembre dernier, le mouvement du 5 décembre est considéré comme "justifié" par 98% des sympathisants FI, 88% des PS, 76% des RN et seulement 24% des LREM et 43% des LR. On constate donc effectivement des clivages politiques très clairs, à la fois selon l'axe "ouvert/fermé" et "gauche/droite". Il y a d'un côté les personnes proches des formations les plus radicalement opposées au pouvoir actuel - FI et RN - qui soutiennent massivement les grèves à venir, de l'autre les sympathisants LREM qui expriment un point de vue diamétralement opposé. C'est à la fois la conséquence d'un rapport opposition/majorité classique, mais aussi de deux visions de la nécessité ou non de transformer le modèle social français. En parallèle, on retrouve le clivage gauche-droite entre les sympathisants PS en forte opposition à la réforme et les LR qui y sont majoritairement favorables. Le gouvernement va peut être se fonder sur cet état de l'opinion en insistant sur la nécessité de réformer, d'équilibrer les comptes et de moderniser le système - un discours auquel sont sensibles les électeurs LREM et LR - tout en essayant de rassurer une partie de l'opposition sur les conséquences de la réforme en matière de pouvoir d'achat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 25/11/2019 - 19:12
Pas déçus: révoltés !
Macron suit bien une stratégie à long terme depuis qu'il a été conseiller économique de Hollande: devenir ministre pour être élu président et être réélu. C'est l'ambition personnelle d'un parvenu dénué de tout scrupule, que la situation politique du pays a favorisée, et favorise encore. Inutile de chercher plus loin.
Il ne faut pas prendre le soutien apparent de certains à Macron pour une adhésion: la majorité d'entre eux votent pas défaut, désabusés, comme face à Le Pen après l"élimination judiciaire de Fillon.
Le soutien aux Gilets jaunes a en revanche presque atteint les 4/5e, et ça c'était une véritable adhésion. C'est la peur du chaos qui l'a fait reculer, mais il reste majoritaire.
Et donc Macron est minoritaire, très minoritaire, et on déteste à la fois sa politique, sa personne, et sa majorité. Rejet total et définitif.
lasenorita
- 25/11/2019 - 18:21
Les Français en ont marre!
Quand ''on tire trop sur la ficelle: elle se casse! Même les Français qui ont voté ''pour Macron'' regrettent leur choix électoral! C'est que Macron s'était bien débrouillé afin d'être le seul ''valable'' pour être élu!