En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Affaire Tapie : "Le choix de l'arbitrage était inopportun et illégal"

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 6 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 8 heures 14 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 23 heures 31 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 6 heures 18 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 6 heures 57 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 7 heures 53 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 22 heures 8 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 1 jour 2 heures
Baisse en vue ?

Les taux d’intérêt à court terme ont-ils fini de baisser ?

Publié le 25 novembre 2019
Fraîchement arrivée à la tête de la BCE, Christine Lagarde, va-t-elle continuer de défendre la politique de taux d'intérêt bas menée par l'institution ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fraîchement arrivée à la tête de la BCE, Christine Lagarde, va-t-elle continuer de défendre la politique de taux d'intérêt bas menée par l'institution ?

« Oui, si… » nous dit Christine Lagarde le 22 novembre, dans son premier discours en tant que Présidente de la Banque centrale européenne. Un discours qui a dû sonner comme une forte répétition de ceux de Mario Draghi, devant cet auditoire majoritairement composé de banquiers allemands à Frankfort. « Oui, si…» la situation économique de la zone euro finit par s’améliorer, ce qui n’est pas sûr : elle stagne depuis trois mois, à un niveau faible. Christine Lagarde développe alors sa position, mettant (politiquement) en avant deux dangers opposés. « D’un côté, une union monétaire trop axée sur le partage des risques peut conduire à du hasard moral et à trop peu d’épargne», dit-elle. Traduction en un français moins technique et moins diplomatique : par des taux bas, nous voulons que les économies repartent, mais certaines peuvent en profiter pour surendetter leurs entreprises et leurs états. Il y aura alors creusement des déficits et insuffisance d’épargne, quitte à ce que « les autres » payent leur renflouement en cas de crise financière (hasard moral). On aura reconnu « la critique allemande » contre Mario Draghi (et peut-être aussi contre la France et l’Italie, après Grèce, Portugal et Espagne) : les taux trop bas ont eu et peuvent avoir des effets pervers dangereux. Ils poussent au crime d’excès de dette et réduisent l’intérêt de comportements vertueux : la réduction des déficits budgétaires, par les réformes.

Ayant repris « la critique allemande », Christine Lagarde peut alors poursuivre. « Mais d’un autre côté, mettre trop l’accent sur la réduction du risque peut conduire au problème opposé : excès d’épargne et croissance fragile de pays forcés de s’autoassurer en menant des surplus persistants ». Traduction en français moins technique et moins diplomatique : une union monétaire où le souci prioritaire est de demander à chaque pays de réduire sa propre dette y mène à moins de croissance et à un excès d’épargne chez lui puis dans toute la zone, par manque de solidarité fiscale et bancaire. Aura-t-on reconnu l’Italie devenue vertueuse, une conversion peu signalée ? Elle le paye politiquement, avec une croissance de 0,3% et un excédent de compte courant de 2,6% du PIB, avec peu de consommation et d’investissement, donc peu de croissance par la demande interne, pour réduire sa dette publique (135% du PIB) avec un excédent primaire (avant frais financiers) de l’ordre de 1% du PIB ? Aura-t-on reconnu aussi l’Allemagne, où l’activité industrielle continue de se réduire selon l’enquête Markit publiée le 22 novembre, avec une croissance à 0,5% seulement, mais avec un excédent budgétaire à 1,9% du PIB, des comptes courants de 7,6%  du PIB (record mondial !) et une dette publique qui veut passer au-dessous de 60% du PIB (61,9% actuellement). « Oui les taux sont assez bas en zone euro, si…» la coopération s’y complète par de moindres excédents budgétaires allemands (notamment) et un plus important programme d’investissements « verts » pour la zone entière cette fois, avec plus d’efficacité et de sérieux des autres (France notamment) » : c’est la doxa de la BCE. 

« Oui, ils doivent : ces taux d’intérêt sont si bas qu’ils cachent les risques, poussent à la dette et dissuadent d’épargner », dit… la BCE dans sa Revue de Stabilité Financière de novembre ! Leur baisse a poussé des ménages et des entreprises trop fragiles à se surendetter, et plus encore le shadow banking. Elle pourrait « encourager une prise de risque excessive de la part de certaines institutions financières non bancaires et sociétés non financières fortement endettées, ainsi que sur certains marchés de l’immobilier ».  C’est le premier point soulevé par Christine Lagarde.

« Oui : ils sont si bas qu’ils menacent la solidité de nos établissements », disent les banquiers. Le rendement des fonds propres bancaires est de 8% : les banques sont très sous-valorisées en bourse, ce qui les conduit à distribuer beaucoup de leur résultat en dividendes, pour tenir leurs cours. En plus, les régulateurs nous demandent plus de fonds propres pour renforcer notre solidité, d’autant plus si nous faisons plus de crédit, dont la demande monte, avec ces taux bas peu rentables pour nous ! Ces taux bas qui poussent à s’endetter, fragilisent aussi les prêteurs ! Pareil pour nous, disent les assureurs. 

« Oui, ces taux sont bas pour faire repartir l’économie par le crédit, avec des effets pervers je l’admets, et vous devez donc vous restructurer pour être plus efficaces et moins chers dans la distribution de crédit, donc moins nombreux », répondait Mario Draghi, pensant d’ailleurs aux banquiers allemands, devenus bien moins rentables que les italiens !

« Non, ces taux sont encore trop hauts aux États-Unis », dit Donald Trump. Il voudrait que Jerome Powell, le Président de la Banque centrale américaine les baisse encore, pour soutenir la croissance et ne pas renforcer le dollar dit-il, et surtout éviter un fort ralentissement (pire une récession) en 2020, année de sa campagne de réélection. Et ces taux plus bas permettront en même temps aux banques de faire plus de crédit aux États-Unis, sachant que les contraintes techniques et prudentielles des banques moyennes ont été déjà allégées, sous sa pression. « Ils sont assez bas pour l’instant » répond Jerome Powell. Il ne prévoit pas de les baisser les 10 et 11 décembre a-t-il fait savoir (et peut-être même fait comprendre au Président Trump, qui l’a invité à la Maison Blanche le 18 novembre). 

Oui dit le FMI, ces taux bas font partout trop monter le crédit, donc les risques, notamment dans les pays et intermédiaires financiers fragiles. On comprend que ces taux si bas partout sont faits pour faire repartir l’économie. Mais, faute de réformes, d’innovations (et de courage politique), ils alimentent plus le statu quo et les bulles que les investissements et les formations de rupture. 

Alors : oui ou non ? Comment trancher ? Pour répondre, demandons-nous ce qui se passera si les États-Unis vont mieux, et remontent leurs taux, au milieu de ces excès de dettes ? Une nouvelle récession mondiale, à partir des pays fragiles. Et que se passera-t-il si les États-Unis vont plus mal, et baissent les leurs ? Les baisses reprendront. Bien sûr, le Comité monétaire de la Fed nous dit, le 30 novembre : « Tous les participants trouvent qu'actuellement, les taux négatifs ne sont pas un outil de politique monétaire intéressant pour les Etats-Unis ». Mais, juste après, « ils n’excluent pas, le cas échéant, qu’il pourrait être approprié de réestimer le rôle potentiel des taux négatifs comme outils de politique monétaire » ! 

Moralité : les taux sont bas parce la croissance est durablement basse. Ils n’ont donc pas fini de rester bas, puis l’on va bientôt craindre qu’ils baissent encore, crise partout, ou qu’ils montent, crise chez les surendettés ! Dans les deux cas, banques, assureurs et entreprises doivent se renforcer, et les états en profiter pour faire des investissements stratégiques, pas des dépenses courantes  !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Affaire Tapie : "Le choix de l'arbitrage était inopportun et illégal"

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 25/11/2019 - 23:46
Catastrophe certaine ou possible.
On ne maîtrise complètement jamais quoique ce soit ou alors c'est un hasard très heureux. Seuls les fous ou les crétins pensent vraiment tout maîtriser. La politique des taux bas est indispensable dans les circonstances actuelles et prévisibles mais elle a aussi de sérieux inconvénients. C'est le meilleur choix mais il peut nous réserver de douloureuses surprises. Un relèvement substantiel et durable des taux de déclencherait, lui de façon certaine , rapide et sans surprise une très forte récession, un chômage massif , des crises financières majeures et des bouleversements politiques et sociaux gravissimes. Cela plairait sans doute à très court terme à nos copains Allemands comme leur attaque de la Belgique neutre en août 1914, de la Pologne en septembre 1939 , qui étaient, chez eux, très populaires . On est pas obligé de produire une catastrophe certaine type 1929 pour éviter d'autres catastrophes hypothétiques.
guzy1971
- 25/11/2019 - 14:09
rigolez pas c'est avec vos impôts
Et vous pensez que les gens qui nous gouvernent maitrisent la situation ?