En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 34 min 16 sec
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 44 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 2 heures 23 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 48 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 3 heures 21 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 47 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 4 heures 3 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 50 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 1 heure 9 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 2 heures 24 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 3 heures 32 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 5 heures 36 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 43 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Disruptif ?

Emmanuel Macron saura-t-il être l’homme de la disruption constructive... ou juste celui des clashs stériles ?

Publié le 25 novembre 2019
Un article du New York Times rapportait ce dimanche les propos sévères qu’aurait tenus Angela Merkel à Emmanuel Macron en lui reprochant de « casser la vaisselle » dans l’Union en la contraignant ensuite à tout réparer.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un article du New York Times rapportait ce dimanche les propos sévères qu’aurait tenus Angela Merkel à Emmanuel Macron en lui reprochant de « casser la vaisselle » dans l’Union en la contraignant ensuite à tout réparer.

Atlantico : Lors de la réunion des chefs d'Etat de l'OTAN, la chancelière allemande aurait dit à Emmanuel Macron qu'elle comprenait qu'il aime la pensée disruptive, mais qu'elle en avait assez de devoir recoller les morceaux de ce que Macron casse, et que cette vision sur le Président français serait partagée par d'autres pays européens. Angela Merkel faisait référence à la "mort cérébrale" de l'OTAN évoquée par son homologue français. Dans quelle mesure peut-on considérer qu'Emmanuel Macron mène une politique provocatrice à l'International ? 

Christophe Bouillaud : Il ne me semble pas qu’Emmanuel Macron cherche la provocation pour la provocation. Je ne vois pas ce qu’il aurait à y gagner en termes de stature internationale. Par contre, il se met dans la position d’un Cassandre qui rappelle à tous ses partenaires, européens en particulier, les nombreuses difficultés qui sont devant eux. Sur le fond, tout le monde voit bien parmi les dirigeants européens, informés par leurs services diplomatiques, que les Etats-Unis de Donald Trump ne sont plus vraiment ceux du Général Eisenhower, ni même ceux de Clinton, tout le monde voit bien aussi que la Turquie d’Erdogan se comporte en allié peu sûr, pour ne pas dire plus, tout le monde voit bien aussi que les intérêts géopolitiques des différents Etats de l’Union européenne ne sont pas exactement les mêmes, par exemple face à la Russie ou à la Chine.

Simplement, la plupart des dirigeants européens semblent penser qu’il est urgent d’attendre, de voir comment la situation va se décanter : après tout, ni Trump, ni Erdogan ni même Poutine ne sont immortels, des choses peuvent encore changer en mieux lorsqu’ils auront quitté le pouvoir dans leurs pays respectifs. Emmanuel Macron souhaite rompre avec cette attitude européenne qui consiste à repousser à plus tard la résolution des problèmes apparemment insolubles sur le moment, attitude attentiste dite « kick the can down the road » en jargon anglo-américain de science politique,  qui vise essentiellement à éviter d’envenimer les choses, à calmer le jeu. Et, donc comme tout Cassandre, Emmanuel Macron est mal vu de ce fait par ses partenaires.

Il est urgent de ne pas discuter des choses qui pourraient fâcher, ou éventuellement de le faire discrètement dans les profondeurs des coulisses des relations intergouvernementales. 

Que peut faire Emmanuel Macron dans ce contexte ? Peut-il mettre à profit cette tension qu'il génère pour faire bouger l'Europe, qui n'avance en général qu'à la faveur des crises, ou bien sa propension à casser la porcelaine est-elle vouée à l'échec s'il ne sait que parler et pas transformer les chocs qu'il cause en action ?

Comme il joue les Cassandre, les porteurs de mauvaises nouvelles, la stratégie d’Emmanuel Macron ne peut fonctionner que si des événements graves finissent par lui donner raison. Pour l’instant, sa tendance à « casser la porcelaine », comme l’aurait dit Angela Merkel selon le New York Times, ne peut que lui nuire. Personne n’a envie d’affronter à froid des tels défis : fin de la garantie américaine de sécurité, éloignement de la Turquie, définition de l’ennemi principal : la Russie, la Chine ou les islamismes de toute nature ?

En effet, sur ces trois grandes questions, les dirigeants européens sont divisés, les opinions publiques auxquelles ils rendent compte n’ont pas la même vision des urgences. En fait, le récent entretien donné au Monde par le futur Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, membre de la nouvelle Commission européenne, Joseph Borrell ne dit pas des choses très différentes d’Emmanuel Macron : l’Union européenne a encore beaucoup de travail pour définir ses intérêts stratégiques communs. 

Cet épisode est-il symptomatique d'un désamour du couple franco-allemand ? Emmanuel Macron peut-il abîmer durablement la relation franco-allemande, voire l'Union Européenne ?

Cet épisode témoigne peut-être surtout de l’énervement d’une professionnelle de la politique, fatiguée par des années de mandat difficiles à la tête de son propre pays, face à un dirigeant français faisant preuve d’un certain amateurisme. Puisque Emmanuel Macron a bien vu que personne ne répondait vraiment en Europe à ses discours de 2017, en bon professionnel, il aurait dû comprendre qu’il était inutile d’insister et qu’il fallait passer à autre chose. De plus, Angela Merkel se trouve elle-même face à l’évolution compliquée du paysage politique allemand. Elle n’a sans doute pas envie en plus d’avoir à gérer une crise diplomatique au sein de l’Union européenne provoquée par le Président français, résolu à obtenir une réponse positive de ses partenaires. 

Pour ce qui est du couple franco-allemand, il faut d’abord noter que la réconciliation franco-allemande reste à ce jour l’un des récits fondateurs de l’Union européenne actuelle. Personne ne le remet en cause, et l’on continue à accumuler des symboles de cette réconciliation avec le nouveau Traité de l’Elysée signé sous la Présidence Macron. Sur ce fond de réconciliation et de coopération, la relation franco-allemande a toujours été, depuis les années 1950, faite de hauts et de bas, souvent symbolisés pour les grands moments par des couples (De Gaulle-Adenauer, Schmidt-VGE, Mitterrand-Kohl). Les deux derniers présidents français (Sarkozy et Hollande) ne rentreront cependant dans l’histoire de l’intégration européenne que comme le maillon faible d’un couple franco-allemand désormais fortement dominé par l’Allemagne. Le « Merkozy » du temps de Sarkozy fut ainsi surtout un règne sans partage d’Angela Merkel et de son Ministre de l’économie de l’époque, et Hollande fut des plus inexistants. Il est possible que les relations personnelles s’enveniment désormais entre Merkel et Macron, parce que ce dernier veut redonner à la France une parité de leadership, ce à quoi, évidemment, Angela Merkel ne souhaite pas s’habituer sur le tard. 

Par ailleurs, même si les relations personnelles entre les dirigeants sont importantes, il reste que les deux pays divergent sur bien des points dans leur appréciation de la situation mondiale, parce qu’ils n’ont pas les mêmes contraintes de fait. Par exemple, la France ne peut pas se désintéresser de ce qui se passe au Sahel et en Afrique de l’Ouest, ou encore dans le Pacifique (avec la Nouvelle Calédonie, la Polynésie) ou l’Océan Indien (Mayotte, la Réunion). Pour montrer sa bonne volonté, l’Allemagne se force à le faire pour le Sahel, mais sans avoir complètement pris conscience de l’enjeu. Plus généralement, les sociétés allemandes et françaises n’évoluent pas exactement de la même manière : l’Allemagne connait par exemple peu le terrorisme islamiste autochtone, alors même que de nombreux habitants du pays sont désormais musulmans (d’origine turque), mais notre voisin est confronté à un terrorisme néo-nazi des « Allemands de souche » qui infiltrerait jusqu’à ses propres forces armées et services de sécurité ; inversement, la France est, avec la Belgique, le pays d’Europe le plus frappé par un terrorisme islamiste venu des tréfonds de la société française, comme vient de le montrer encore une fois la grande étude de la Fondapol sur le terrorisme dans le monde depuis 1979. 

Au-delà du cas franco-allemand, force est de constater que 70 années d’intégration européenne par le haut et par l’économie n’ont pas réussi à faire une société européenne unique, d’où les difficultés pour agir en commun face aux défis du monde dangereux qui se profile. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 26/11/2019 - 11:55
"La disruption constructive"!
Quelle admirable expression pour dire que tout fout le camp à Bruxelles et que les caprices de notre président ne compensent plus les insuffisances de la chancelière ou inversement. Alors ils ne reste plus qu'à accumuler les symboles: traité d'Aix-la-Chapelle, défense européenne, politique fiscale commune,... Cela fait travailler les "dircoms" et ne fait de mal à personne!
spiritucorsu
- 25/11/2019 - 23:21
Cassandre et le monarque président :une comparaison douteuse!
La volonté de certains dirigeants de vouloir élargir l'U.E. à tout prix à fait qu'elle est devenue un conglomérat d'intérêts disparates et souvent antagonistes avec un système de fonctionnement à 27 impossible à gérer.Cette situation contradictoire en a fait un colosse totalement impotent dans les rapports avec les autres blocs où se jouent l'avenir de la planète.Quant au monarque président,le comparer à Cassandre,c'est lui faire encore trop d'honneur,la démarche de cette héroïne tragique ne visant en aucun cas à se mettre en avant pour briller à tout prix en tirant la couverture à soi, quitte à indisposer ses partenaires.En fait elle voulait simplement éviter un péril mortel à sa cité ce qui était autrement plus honorable.