En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 31 min 17 sec
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 2 heures 24 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 3 heures 2 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 3 heures 21 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 13 heures 30 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 17 heures 33 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 20 heures 47 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 22 heures 45 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 1 heure 48 sec
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 1 heure 38 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 3 heures 4 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 13 heures 18 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 14 heures 18 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 19 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 20 heures 26 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 22 heures 56 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
Mobilisation sociale

Mais qu’est ce qui fera marcher (ou pas) les Français le 5 décembre ?

Publié le 25 novembre 2019
D'après une récente étude de BVA, une majorité de Français considèrent que le Président agit au jour le jour. Une absence de lisibilité qui, maximisant les mécontentements, l’angoisse et l’inquiétude, pourrait conduire à une mobilisation importante le 5 décembre prochain.
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une récente étude de BVA, une majorité de Français considèrent que le Président agit au jour le jour. Une absence de lisibilité qui, maximisant les mécontentements, l’angoisse et l’inquiétude, pourrait conduire à une mobilisation importante le 5 décembre prochain.

Atlantico : Une étude de BVA montre qu'une majorité de Français estime qu'Emmanuel Macron agit au jour le jour. Dans quelle mesure les mobilisations massives du 5 décembre illustrent-elle un mécontentent lié à l'absence de représentation politique satisfaisante ?

Bruno Cautres : nquête de BVA est un baromètre mensuel de la popularité de l’exécutif. Depuis le mois d’octobre cette enquête comporte deux indicateurs d’opinion sur l’Acte II du mandat d’Emmanuel Macron. Il est tout d’abord demandé aux Français leur opinion sur la manière dont Emmanuel Macron aborde la seconde partie de son quinquennat : en novembre, 38% déclarent qu’il « sait là où il va » et 61% déclarent qu’il « agit au jour le jour ». Les deux seules catégories de l’électorat pour lesquelles le pourcentage de ceux qui déclarent qu’Emmanuel Macron « sait où il va » sont les cadres et les sympathisants de LaREM. Chez les ouvriers et employés, les sympathisants LR le pourcentage de ceux qui déclarent qu’il « agit au jour le jour » approche 70% et chez les sympathisants RN il approche 80%. La seconde question posée aux Français concerne leur opinion sur les résultats de l’exécutif vis-à-vis de son objectif de réforme du pays : en novembre, 14% déclarent que l’exécutif y travaille et obtient déjà des résultats, 29% qu’il y travaille et obtiendra des résultats d’ici la fin du quinquennat et 57% qu’il n’obtiendra pas de résultats d’ici la fin du quinquennat. A nouveau c’est au sein des catégories populaires que le doute est le plus fort sur les résultats du programme de réformes, mais aussi chez les 50-64 ans, les sympathisants de la LFI et du RN.

Le doute sur la capacité réformatrice de l’exécutif s’est donc installé, mais plus particulièrement au sein de certains électorats. On voit que l’on a une mosaïque sociale et politique d’électorats qui expriment ces doutes, mais avec des catégories plus encore que d’autres dans le doute. On sait par ailleurs que dans plusieurs secteurs professionnels, la mobilisation pour le 5 décembre est partie de la base. Il y a donc à la fois une sorte de « front uni » de catégories différentes, mais avec des points de ressemblance (les catégories populaires, les oppositions les plus radicales) et des différences dans les motivations de la mobilisation.  En termes d’absence de représentation politique satisfaisante, il faut aussi dire que cette mobilisation arrive à un moment donné où la popularité d’Emmanuel Macron est à nouveau en légère baisse, avec un phénomène de progressive érosion, y compris de son socle électoral.

Maxime Tandonnet : Cette mobilisation correspond à un climat général de mécontentement. « En ce moment notre pays, je trouve, est trop négatif » a reconnu le chef de l’Etat lui-même devant les étudiants à Amiens. Ce propos est particulièrement révélateur d’un état de révolte qui fermente. Le niveau de confiance dans le pouvoir politique est au plus bas. 28% selon Elabe le 7 novembre et encore plus faible pour le Premier ministre (26%). 

De fait, l’actuel mandat présidentiel marque l’apothéose d’une dérive de la vie politique française qui remonte à l’adoption du quinquennat. Un président de la République devrait en principe personnifier l’autorité, la permanence des institutions, l’unité nationale. Or bien au contraire, par sa posture quotidienne, il incarne en fait les soubresauts de l’actualité jour après jour : Whirlpool, les étudiants, la lutte contre la pédo-criminalité, les retraites, la chasse, les violences conjugales, la banlieue, l’Amazonie, l’immigration, la laïcité, etc.

Sa présence médiatique permanente, sa parole intarissable, produisent une violente accélération de l’usure du pouvoir. La profusion des mots et des apparitions est perçue comme le voile d’une déconnexion des réalités et du renoncement à traiter les problèmes de fond. Et puis, à travers cette débauche de communication, il donne lieu au soupçon de préparer avant tout sa réélection. Le plus étrange est qu’il ne paraisse pas avoir conscience de cet effet délétère. Or, une réforme difficile, contre les syndicats, ne peut réussir qu’avec l’appui de l’opinion publique. La crise de confiance actuelle ne se prête pas à une épreuve de force.

Un peu moins de la majorité des Français est opposée aux régimes spéciaux des retraites (sondage Ifop); pour autant, ils seront nombreux à soutenir la manifestation du 5 décembre. Il y a donc véritablement un mouvement de fond. Par quoi est-il alimenté ?

Bruno Cautres :  Il s’agit d’un phénomène d’opinion assez complexe. On peut être en faveur d’une réforme des retraites sur certains aspects mais pas tous. On peut aussi être opposé aux régimes spéciaux, tout en reconnaissant que certains métiers méritent un traitement à part en matière de retraite. Mais surtout, derrière la réforme des retraites, se pose la question de l’ampleur des réformes que le gouvernement souhaite mettre en œuvre sur d’autres dossiers ou qu’il a déjà mise en œuvre : l’enchaînement réforme des retraites, réformes de l’indemnisation chômage, cela commence à inquiéter des milieux et des catégories de Français différentes mais nombreuses. L’inquiétude sociale est forte dans le pays et il ne suffit pas d’en appeler à arrêter les « pleurnicheries » comme l’a dit Richard Ferrand hier au JDD. Les inégalités sociales sont réelles.

Au fond, Emmanuel Macron propose aux Français de redéfinir le sens des mots « justice » et « égalité ». Certes, mais les inégalités sociales de « l’ancien monde » sont là et celles du « nouveau monde » s’annoncent aussi. Il y aura des perdants de la réforme des retraites et ces perdants n’étaient pas des « privilégiés ». Prenons l’exemple de nombreuses catégories de fonctionnaires, notamment les fonctionnaires à bon niveau de qualification et qui n’ont pas les débuts de carrière (en termes de rémunération) en phase avec leurs qualifications.

Maxime Tandonnet : Il est alimenté par un climat de défiance généralisé envers l’autorité politique nationale. Nous vivons dans un pays fragmenté comme le montre l’ouvrage de Jérôme Fourquet, l’Archipel français. Cependant, en ce moment, un sentiment de révolte, venu d’horizons multiples, semble prêt à transcender ces clivages et à embraser le pays : hôpital, cheminots, France profonde des ronds-points (gilets jaunes), étudiants et scolaires, syndicats, cités de banlieues. Le point commun de tous ces mouvements est la crise de l’autorité politique. 

Cela ne se limite pas à un mouvement de protestation contre l’actuel gouvernement. Le sentiment qui prévaut dans le pays est celui d’une carence de la démocratie. Une partie de la population ne croit plus en la possibilité de changer le destin du pays par la voie des urnes. 87% des Français pensent que les politiques ne tiennent aucun compte de leur avis (cevipof). Le taux d’abstention, lors des dernières législatives en juin 2017, a dépassé les 50% ce qui ne s’est jamais produit dans l’histoire. Aucune possibilité d’alternance crédible au pouvoir d’En Marche n’émerge aujourd’hui. Dès lors que la colère ne peut plus s’exprimer par les urnes ou à l’Assemblée, elle s’exprime par la grève, les manifestations et les émeutes violentes. 

Les mobilisations des Français sont différentes selon leur orientation politique. Comment expliquer que ce mouvement n'ait pas transcendé les logiques partisanes ?

Bruno Cautres : Tout d’abord nous n’en savons encore rien, il faut attendre de voir les dynamiques de mobilisation ou leur absence. Les mobilisations sont différemment soutenues selon les électorats, c’est vrai. Et la participation aux manifestations aussi. La thématique de la « convergence des luttes » est une drôle de thématique ; elle est très souvent évoquée par différents points de vue ayant des analyses opposées : pour certains, elle est un espoir d’une grande mobilisation qui fédère des intérêts différents ; pour d’autres, cette thématique est évoquée pour souligner qu’elle n’aura jamais lieu.

En fait, il ne faut tomber dans aucun de ces deux clichés. On peut avoir dans la rue des personnes réunies sur des objectifs en partie commun et en partie différents. Une mobilisation politique est une dynamique, un processus, rien n’est joué d’avance. Tous les acteurs politiques jouent de cette situation et de ces ambiguïtés et tout le monde joue à se faire peur avec « la convergence des luttes » ou son impossible réalité. Il n’empêche que les motivations de cette mobilisation du 5 décembre sont fortes et traduisent d’importants problèmes du pays.  L'ampleur des fractures sociales et territoriales est inquiétante, une fracture béante entre des parties du pays et d'autres est en train de s'affirmer.

Le pays a traversé une immense crise sociale et démocratique l'hiver dernier, les tensions sociales sont fortes, la réalité des inégalités dans le partage du gâteau est bien là. Nous n'en sommes peut-être qu'au tout début d'un processus de recomposition politique dont les effets ne seront peut-être apparents que dans quelques années. 

Maxime Tandonnet : Ce mouvement multiforme qui s’esquisse traduit aussi la fracture démocratique opposant une minorité urbaine des catégories socio-professionnelles élevées, à l’aise dans la modernité et la mondialisation, et la « France périphérique » de tous ceux qui se sentent exclus à un titre ou à un autre. Les premiers peuvent s’identifier aux courants politiques soucieux de leur respectabilité, République en Marche et les Républicains qui, se voulant « partis de gouvernement » rejettent ou prennent leur distance avec la protestation en cours. Les seconds se retrouvent nombreux dans les courants protestataires qui appuient les mouvements sociaux en cours même au risque de la démagogie : lepénisme et gauche radicale. 

Mais attention, le spectre d’un mouvement comparable à celui de novembre/décembre 1995 se profile dangereusement. Le détonateur est le même : les régimes spéciaux de retraite. La mobilisation syndicale est aussi forte. La menace d’un blocage généralisé du pays, sur une période comparable, la fin de l’année, semble se répéter. 

Les Français n’avaient pas pardonné à leur Premier ministre de l’époque, Alain Juppé d’avoir provoqué le blocage du pays pendant trois semaines, entraînant un véritable enfer pour les usagers des transports publics. Les conséquences politiques avaient été gravissimes : une impopularité vertigineuse, la dissolution de 1997 suivie d’une catastrophe électorale pour l’équipe au pouvoir. Aujourd’hui, le président de la République est personnellement en première ligne aux yeux de l’opinion. Un blocage durable du pays, accompagné de violences et probablement suivi d’une capitulation (comme pour la « taxe carbone »), achèverait de décrédibiliser la seconde partie du mandat et de compromettre ses chances de réélection.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 26/11/2019 - 09:54
Un peu moins de la majorité des Français est opposée aux régimes
spéciaux des retraites (Ifop) ! " écrit Atlantico.
Je ne comprends pas cette formulation.
J'ai vu " 67% des français sont contre les régimes spéciaux" ce qui est exactement l'inverse me semble-t-il.
Il faut bien voir que les français soutiennent par principe tout mvt social ou tte grève car cela leur permet de faire grève par procuration. Idem pour les gilets jaunes.
Le gvt paye le prix des 2 ans et demi qu'il lui a fallu pour ne m^me pas traiter cette question .
Tant que les media(le plus gros pb dans ce pays ! ) feront croire aux français qu'il y a des ressources financières cachées , nous n'avancerons pas.
Quant aux alternatives politiques, croyons-nous qu'avec un programme économique proche de celui de Mélenchon ( en route pour le Vénézuela ...) le RN puisse changer
la donne? ce serait pire évidemment.
spiritucorsu
- 25/11/2019 - 19:12
Diviser pour mieux régner.
Excellente analyse,confortée par des hypothèses pertinentes de la part des précédents intervenants.Toutefois on voit mal le monarque président s'essayer à dissoudre l'Assemblée Nationale,en envoyant ainsi à pôle emploi la quasi totalité de ses propres troupes de godillots qui lui assurent pour le moment sécurité,confort et tranquillité .Pareillement,il ne prendra pas le risque d'un référendum qu'il sait perdu d'avance tant est grande son impopularité.Dans un premier temps,fidèle à sa nature il tentera de diviser le front des adversaires qui lui fait face,chose d'autant plus facile que le leader de la c.f.d.t. est embuscade pour tenir le rôle de Judas.Au pire,le locataire de l'Elysée fera semblant d'amender son projet de réforme en sortant son joker:la clause du grand-père.Sauf,que le mécontentement général est particulière axé sur sa petite personne et donc,il annoncera urbi et orbi qu'il réformera jusqu'au bout de son mandat pour se donner une posture de héros réformateur.Ce qu'avait fait d'ailleurs précédemment" fraise des bois"(tel père spirituel,tel fils spirituel).On connait la suite ,fort de son immense succès,"culbuto"n'a même pas pu pu se représenter.
zen-gzr-28
- 25/11/2019 - 17:34
La réforme des retraites était au programme de Macron
Sujet non traité "avant" si l'on en croit le travail fourni par Delevoye durant plus de 2 ans durant ce mandat... Et une dizaine de jours avant la manifestation prévue le 5 décembre, les syndicats sont reçus, demandeurs d'explications claires, qui ne seront pas données au cours de ces entretiens selon les dernières infos ! Sous couvert de réforme de régimes spéciaux actuels et d'égalité, LP comme ses acolytes tiennent des propos flous délibérément. Les gaulois réfractaires informés par leur soin savent très bien que TOUS se feront floués. Une fois de plus, ces incompétents arrogants nous prennent pour des cons... La coupe est à deux doigts de déborder.