En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Ferry, Lang, la rumeur : le parquet ouvre une enquête

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 2 heures 52 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 3 heures 27 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 5 heures 17 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 6 heures 27 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 7 heures 36 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 11 heures 33 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 11 heures 52 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 12 heures 17 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 2 heures 59 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 4 heures 6 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 5 heures 50 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Etrange...

Une étude de la NASA montre que le danger des débris sur orbite est plus élevé qu'on ne le pensait

Publié le 19 novembre 2019
La NASA vient de mettre au point un pistolet permettant de simuler les collisions dans l'espace. Son objectif est de pouvoir faire face à des cas de pollution cosmique et prédire les accidents éventuels.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La NASA vient de mettre au point un pistolet permettant de simuler les collisions dans l'espace. Son objectif est de pouvoir faire face à des cas de pollution cosmique et prédire les accidents éventuels.

Atlantico : En quoi consiste cette invention ? Est-ce une découverte majeure ?

Olivier Sanguy : Il ne s’agit pas d’une découverte majeure, mais d’un patient travail qui a abouti à de nouvelles données qui remettent en cause le risque habituellement attribué aux débris spatiaux. Tout d’abord, le pistolet est en fait un dispositif complexe et assez volumineux (il faut un hangar !) qui permet d’accélérer à de très hautes vitesses un projectile. On parle ici de 7 kilomètres par seconde ou 25 200 km/h. Le but est de reproduire ce qu’il se passe lorsqu’un satellite est heurté par un petit débris. Car à des vitesses de cet ordre, même quelque chose de l’ordre de quelques millimètres ou en dessous peut causer des dégâts. La NASA, comme les autres agences spatiales, dispose de modèles mathématiques pour évaluer le risque des collisions sur orbite et donc définir les protections. L’idée est que les plus gros débris, ceux de plusieurs centimètres, sont détectables par des radars au sol. Ceux de 10 cm et plus sont même catalogués. Pour les plus petits (ordre du millimètre), il faut concevoir les engins spatiaux de façon à ce qu’il puisse résister à des impacts. Avec le programme DebriSat initié il y a quelques années, la NASA travaille sur ce sujet avec plusieurs partenaires, dont l’université de Floride. Un test de collision réalisé au sol avec une maquette réaliste de satellite a semble-t-il donné beaucoup plus de débris potentiellement dangereux que ce qu’on estimait auparavant.

Dans quelle mesure cela est-il crucial pour le développement économique et spatial ?

S’il y a plus de risques liés aux collisions, à la fois parce qu’il y a plus de débris engendrés et parce que les dégâts potentiels sont plus importants, alors il faut en tenir compte dans l’architecture des satellites qu’on envoie là-haut. Ce qui peut éventuellement augmenter le coût de ces engins. Cela fait un moment que des spécialistes des débris spatiaux tirent la sonnette d’alarme, mais pas de façon catastrophique. C’est-à-dire qu’on n’envisage pas pour le moment que l’accès à l’espace devienne impossible. En revanche, on pourrait constater une augmentation des défaillances causées par les collisions, ce qui aura forcément un impact financier, à la fois par la perte partielle ou totale d’un satellite mais aussi par l’interruption de sa fonction. C’est pourquoi les agences spatiales et les industriels s’obligent de plus en plus à suivre un ensemble de bonnes pratiques qui doivent réduire significativement le nombre de débris. L’exemple le plus évident est de gérer la fin de vie d’un satellite en contrôlant sa rentrée dans l’atmosphère où il se consumera plutôt que de le laisser errer sur orbite où il deviendra éventuellement une source de débris lui-même. L’agence spatiale française CNES a, au passage, développé une compétence reconnue dans le domaine des débris.

Sommes-nous à l'aube d'une nouvelle guerre des étoiles ? 

Plusieurs pays ont déjà procédé à des tests d’arme anti-satellite. Pour le moment cela consiste à détruire une cible sur orbite pour démontrer qu’on sait le faire. Les États-Unis, l’URSS puis la Russie, la Chine et l’Inde l’ont fait. Le problème de tels tests est qu’ils produisent beaucoup de débris et les études récentes montrent qu’il y en a plus que ce que les modèles théoriques précédents laissaient penser. En cas de conflit, une possibilité serait donc de détruire les satellites de l’ennemi afin de le priver des moyens de renseignements ou de télécommunications fournis par son segment spatial. Le danger de telles attaques est le nombre de débris générés et leurs collisions éventuelles avec d’autres satellites civils.

Cependant, il existe aussi des moyens de neutraliser des satellites sans destruction physique par brouillage électronique par exemple. Il est clair que le climat géopolitique actuel a conduit à une militarisation plus poussée de l’espace. Mais n’imaginez pas des armes de destruction massive sur orbite (ce qui est interdit par les traités). Il s’agit plutôt pour les militaires de disposer de satellites de renseignement et de télécommunications sécurisées tout en veillant à les protéger.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 19/11/2019 - 12:18
Obsolescence programmée
- UFC-Que choisir se saisit de l'affaire ..

- Chérie, la poubelle jaune c'est quoi déjà ??
J'accuse
- 19/11/2019 - 11:29
Ah si c'est interdit par les traités, on est rassuré !
Aucun chef d’État n'a jamais violé aucun traité, n'est-ce pas ?
NIKKO
- 19/11/2019 - 10:20
Tout là-haut
-Il me semblait que tout ce petit monde "tournait" dans le même sens ..

J'ai faux ??