En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 5 heures 51 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 6 heures 38 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 8 heures 5 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 12 heures 50 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 13 heures 36 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 6 heures 3 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 7 heures 6 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 8 heures 55 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 16 heures 30 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

Publié le 15 novembre 2019
Delphine Ernotte a annoncé que France Télévisions mettrait en place des quotas pour les femmes réalisatrices et qu'une clause de diversité était dorénavant présente dans le cadre des contrats de production.
Nathalie MP Meyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Delphine Ernotte a annoncé que France Télévisions mettrait en place des quotas pour les femmes réalisatrices et qu'une clause de diversité était dorénavant présente dans le cadre des contrats de production.

Delphine Ernotte a annoncé hier que France Télévisions mettrait en place des quotas pour les femmes réalisatrices dès 2020 pour ensuite généraliser la mesure à "l'ensemble des créateurs". Elle a également indiqué que l'entreprise s'engagerait dans le même type de démarches pour "favoriser l'inclusion sociale, et la diversité des origines sociales, culturelles ou géographiques". 

Atlantico.fr : À cette déclaration, Delphine Ernotte a ajouté que le groupe incluait d'ores et déjà dans les contrats de production une clause de la diversité. Dans quelle tendance de la gestion du groupe est-ce que ces déclarations s'inscrivent ? Et plus généralement, dans quelle tendance de politique nationale ?

Nathalie MP : Cette annonce de Delphine Ernotte n'est pas une surprise. On sait que l'égalité entre les hommes et les femmes a été déclarée grande cause du quinquennat par Emmanuel Macron, aussi bien en matière de lutte contre le harcèlement sexuel (l’affaire Weinstein est passée par là) que vis-à-vis de discriminations plus générales dont les femmes se disent victimes, notamment dans leur vie professionnelle avec des salaires inférieurs et un accès plus difficile à certaines professions et aux postes de direction.

La réforme de l'audiovisuel public présentée en 2018 par la ministre de la Culture de l'époque Françoise Nyssen tenait évidemment compte de cette orientation. Investi dorénavant d'une mission de "média engagé", le service public doit non seulement renforcer sa place de "premier partenaire de la création audiovisuelle française", mais il a aussi vocation à changer les mentalités afin de faire passer la France de l’ombre glaciale de la domination de "l’homme blanc de plus de 50 ans" à la brillante lumière de la diversité (vidéo, 01′ 01″)  :

"Ce média engagé, enfin, doit être le miroir de nos différences, d'un sexe et de l'autre, ou des deux, de toutes les couleurs, de toutes les origines, les urbains, les ruraux. Le pays des Lumières, sur ce sujet de la diversité, est hautement réactionnaire. Avec une volonté politique sans ambiguïté, notre média engagé changera les mentalités sur le terrain."

Delphine Ernotte ne fait donc que poursuivre aujourd'hui ce qui a été décidé de longue date par le gouvernement d'Emmanuel Macron.

Mais notons combien cette réforme, faite au nom de l'esprit des Lumières que la France aurait oublié en chemin, renforce l'interventionnisme d'un État qui compte plus que jamais imposer sa morale et décider autoritairement ce qu’il convient de faire et de penser.

Pourtant, rien n’est plus éloigné de l’esprit des Lumières que cette présomption étatique. Au contraire, les Lumières ont abouti à défaire l’individu des contraintes sociales, politiques ou religieuses qui pesaient sur lui d’en-haut sans qu’il ait la possibilité d’y adhérer (ou pas) de son propre chef, entravant son développement aussi bien intellectuel qu’économique. Tout ceci a débouché sur la remise en cause de la monarchie absolue et sur une demande de liberté religieuse, de liberté de conscience, de liberté de la presse et de liberté d’expression.

Avec l’audiovisuel "engagé" de Françoise Nyssen et Delphine Ernotte, on tourne résolument le dos à ce grand mouvement de libération. On n’en revient peut-être pas à l’absolutisme d’antan, mais on plonge à coup sûr dans le constructivisme sociétal le plus officiel, je dirais même le plus revendiqué, selon la croyance que si quelque chose semble bon à ceux qui détiennent le pouvoir, il faut aussitôt l’imposer à tous afin d’accélérer l’émergence d’un homme nouveau.

Même si l'effort de représentation de la société française paraît louable, qu'est-ce que ce type de clause peut poser comme problème pour ceux qui défendent l'idée d'une primauté du mérite ?

Personne ne niera que les femmes ont dû se battre pour conquérir leurs droits par rapport aux hommes. Rappelons qu’en France, il a fallu attendre 1965 pour qu’elles soient autorisées à travailler et ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari. Ce n’est pas si vieux, j’étais née !

Cependant, une nouvelle inquiétude a surgi chez les partisans de l’école "égalitariste", qui consiste à dire que même si l’égalité est réalisée dans la loi, elle ne l’est pas assez dans la vie réelle. La société, trop marquée par ses vieilles habitudes et ses croyances d’antan, n’évolue pas assez vite. Il faut la forcer à accélérer.

Il conviendrait alors que l’Etat prenne des mesures coercitives assorties de sanctions afin d’obliger tout sous-ensemble de la population, tel que conseil municipal, comité de direction d’une entreprise, diplômés d’une école, personnes nominées pour un prix, etc… à avoir une représentation proportionnelle aux diversités observées dans la population générale.

Autrement dit, après avoir aboli les discriminations négatives par suppression des "interdictions" subies autrefois par les femmes, il faudrait se lancer maintenant dans un nouveau genre de discrimination, dite un peu vite positive, en créant partout des "obligations" d’égalité, afin de faire advenir immédiatement et immanquablement la société parfaite auxquels nos égalitaristes aspirent, tant ils sont convaincus que rien ne doit faire obstacle à leurs bons sentiments. Qui refuserait de faire le "bien" ?

C’est là que les libéraux entrent en scène.

Ils font d’abord remarquer que l’attribution de postes, de prix ou de diplômes sur la base "volontariste" de quotas de femmes, de noirs ou de roux déplace injustement le critère de sélection de la compétence vers l’appartenance à une catégorie favorisée, et fait injustement peser sur les personnes concernées la lancinante suspicion de n’avoir pas mérité leur promotion. Elle crée tout aussi injustement une nouvelle discrimination négative envers les catégories que les pouvoirs publics seront moins enclins à soutenir.

Ils soulignent ensuite combien il est absurde d’avoir triomphé d’une vraie oppression – la dépendance des femmes aux décisions effectuées pour elles par leur père ou leur mari sans égard pour leurs aspirations personnelles – pour tomber dans un constructivisme inverse qui accorde tout aussi peu de valeur aux désirs et aux choix des femmes quant à leur vie familiale et professionnelle.

Soyons clair : il n’y a pas constructivisme si je dis "Il est bon que les femmes qui le souhaitent aient les mêmes possibilités d’accès professionnel que les hommes pour telles et telles raisons" afin d’en convaincre une audience. D’ailleurs, je le dis. Mais il y a constructivisme dès lors que l’Etat en fait l’obligation par des lois incluant quotas, subventions d’embauche et amendes en cas de non-respect, au mépris de la volonté propre des personnes concernées et de leur capacité à s’entendre entre elles.

On voit alors combien le terme "volontarisme", toujours prononcé comme si c’était une qualité des plus appréciables chez un politicien, n’est jamais qu’une obsession de tout normer, une façon de faire avaler à la société des évolutions à marche forcée plutôt que de respecter son évolution naturelle. Le volontarisme est une exigence que l’on peut avoir envers soi-même, mais dès lors qu’il s’agit de l’appliquer aux autres, on tombe dans le constructivisme, c’est-à-dire dans la négation des volontés individuelles.

Ce qui est contestable dans la discrimination positive, n'est-ce pas aussi qu'elle prend en compte certains critères seulement ? Si France Télévisions veut représenter la société française, en poussant la logique, ne faudrait-il pas le faire aussi d'un point de vue idéologique ?

Un service audiovisuel public, c'est-à-dire un audiovisuel contrôlé et organisé par l'État avec l'argent de contribuables qui n'ont pas la moindre possibilité d'exprimer leurs préférences sur les programmes, peut-il faire la part belle à la diversité des idées ? Je ne le pense pas.

À partir du moment où il se donne pour mission de "changer les mentalités" et d'être le "premier partenaire de la création audiovisuelle française", il adopte une idéologie particulière et compte bien la faire ruisseler dans toutes les chaumières de France et de Navarre. Pour les dirigeants au pouvoir, les médias sont un tel vecteur de contrôle et "d'éducation" des citoyens, qu'on voit mal un gouvernement lâcher prise sur ce sujet.

Emmanuel Macron a d'ailleurs fait récemment la preuve du contrôle étatique qu'il rêve d'instaurer sur l'information. Au nom de la neutralité de l'information, a-t-il expliqué à des journalistes :

"Le bien public, c’est l’information. Et peut-être que c’est ce que l’État doit financer. (…) Il faut s’assurer qu’elle est neutre, financer des structures qui assurent la neutralité."

Ne se croirait-on pas revenu au temps de l’ORTF où chaque journal télévisé était visé par le ministre de l’Intérieur avant diffusion ? Comment pourrait-on encore parler de liberté de la presse si la "vérité" de l’information devait recevoir systématiquement l’imprimatur de l’Etat ? Où serait la liberté d’expression si les organes de presse devaient se soumettre à une sorte de "bien" médiatique défini par le gouvernement ?

L’information, la vie intellectuelle, les idées … forment un marché qui, comme tous les marchés, fonctionne d’autant mieux qu’il est libre. Tout marché qui commence à subir des distorsions, que ce soit par l’encadrement des prix, la distribution de subventions, un numerus clausus ou diverses autres réglementations, est un marché faussé qui génère tôt ou tard le mécontentement de ses acteurs.

Il en va de même dans le domaine des idées. A partir du moment où il est question d’encadrer certaines idées, d’en interdire d’autres et de favoriser certains thèmes (lois mémorielles, loi contre les fake news), on débouche inéluctablement sur une vie intellectuelle en route pour l’appauvrissement.

Selon moi, la diversité des idées sera la mieux garantie par la fin des subventions à la presse et la disparition de l'audiovisuel public pour laisser la place à l'émergence d'une multitude d'entreprises en concurrence dans le secteur des médias et de l'audiovisuel.

[NDLR :  Exiger des producteurs un fichage ethnique des employés en fonction de leurs origines serait, selon certains spécialistes, passible de 5 ans d'emprisonnement et de 300.000 euros d'amende, selon l'article 226-19 du code pénal. Le refus d'une prestation à raison d'une appartenance ethnique supposée serait, elle, passible de 3 ans d'emprisonnement et de 40.000 euors d'amende selon l'article 225-2 du code pénal]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 18/11/2019 - 10:47
À propos de diversité... Suite
Et bien entendu, la diversité telle que vous l'entendez ne concerne pas les positions, postures et avis politiques soutenus dans le groupe que vous dirigez, Pravda française précisément. Enfin, votre gestion sociale, avec une surconsommation d'intermittents du spectacle, que nous payons deux fois, finira un jour au tribunal,et pour eux à la rue.
mahesa
- 18/11/2019 - 10:29
À propos de diversité à France télévision
Mme Ernotte, nous finançons votre groupe, et ne consommons pas vos produits, qui sont mauvais, tendancieux et mensongers. Vos journalistes ne sont pas de vrais professionnels, et vos émissions ne sont que des instruments de propagande à la disposition des gouvernants. Alors, que vous donniez en plus le pouvoir, inexistant, à des analphabètes de toutes origines et obédiences ne fera que couler plus vite encore les chaînes publiques. Tant mieux, bientôt nous n'aurons plus à payer vos salaires et trains de vie somptueux. Avec vous tous, la République en Marche court à sa perte, et le plus tôt sera le mieux.
bidibul
- 16/11/2019 - 09:49
Toute cette propagande financée par les impôts...
Sans parler de la fraude massive au statut d'intermittent du spectacle, le copinage, les sureffectifs délirants, etc. Ca me donne envie de vomir.