En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 45 min 16 sec
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 2 heures 14 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 6 heures 11 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
CCG

Sables mouvants dans le Golfe : le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix

il y a 9 heures 27 sec
décryptage > Environnement
Convergences

Retraites : l’heure de la divagation des luttes a sonné

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Complexité

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
SOS productivité

L’efficacité des organisations : grande oubliée de la réflexion en matière de politiques publiques et privées

il y a 11 heures 14 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 1 heure 39 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 2 heures 53 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 5 heures 57 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 6 heures 32 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Social
Sauver les retraites, oui. Mais lesquelles…?

Mais qui croit encore que la France dispose du meilleur système de retraites au monde ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Science
Parker Solar Probe

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Religion
Allah, des sous !

Imam, c'est pas un métier... Et c'est bien pour ça qu'ils sont si rares

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Economie
Vers des guerres commerciales sans issue ?

OMC : le système d’arbitrage des conflits commerciaux poussé à la panne sèche par les Etats-Unis

il y a 11 heures 23 min
© Eliot BLONDET / POOL / AFP
© Eliot BLONDET / POOL / AFP
Politique territoriale

Cette case qui manque aux élites françaises pour trouver le remède à l’impuissance politique et à la crise de défiance généralisée

Publié le 15 novembre 2019
Après le fantasme de la toute puissance des experts technocrates, Emmanuel Macron qui assistait ce jeudi au conseil municipal à Epernay semble céder aux sirènes du local. Les élites françaises semblent oublier qu’une bonne partie du destin de la France se joue hors de nos frontières.
Sebastien Laye est un entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More et président du mouvement Les Citoyens Cincinnatus.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sebastien Laye est un entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More et président du mouvement Les Citoyens Cincinnatus.
Voir la bio
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le fantasme de la toute puissance des experts technocrates, Emmanuel Macron qui assistait ce jeudi au conseil municipal à Epernay semble céder aux sirènes du local. Les élites françaises semblent oublier qu’une bonne partie du destin de la France se joue hors de nos frontières.

Atlantico.fr : Hier, jeudi 14 novembre, Emmanuel Macron a organisé une visite dans la Marne afin de vérifier la bonne application de ses réformes territoriales. Cette initiative est emblématique d'un recentrage de l'exécutif sur l'échelon local. 

La crise des Gilets jaunes a poussé le gouvernement a réorganisé sa politique territoriale. Un indicateur de mesure de l'état des "Objets de la vie quotidienne" a été mis en place afin de mesurer l'impact direct des réformes ministérielles sur la vie des gens. Du côté du parti Les Républicains, on voit aussi un ensemble d'appels à se concentrer sur les territoires. Ce parti-pris en faveur du local ne produit-il pas une focalisation excessive sur un échelon qui est en fait dépendants d'interactions mondiales ? 

Sébastien Laye : La politique des territoires est le parent pauvre des ambitions de l'Etat jacobin, ou comment Paris prétend en meme temps aider les territoires et les régenter. Dans la plupart des autres pays, les Territoires se gèrent eux memes sur de nombreux sujets de proximité en vertu du principe de subsidiarité: ce qui suppose une approche girondine des choses et d'achever non pas la décentralisation, mais la déconcentration des pouvoirs. En réalité le gouvernement rejoue la sérénade jacobine en insistant sur ses propres mesures (fondamentalement pour revenir à votre exemple, il faudrait proposer un indice du pouvoir d'acheter avec les principaux produits de la vie quotidienne se substituant à la mesure caduque du pouvoir d'achat par l'Insee, comme je l'ai proposé avec mon groupe Les Citoyens Cincinnatus) là où il faudrait donner plus d'autonomie aux territoires. C'est donc un parti pris en trompe l'oeil. Et ce d'autant plus que vous avez raison, au delà des sujets locaux, les principaux sujets des régions par exemple, sont internationaux: leur principale compétence étant celle du développement économique, ce dernier dépend aussi de la croissance européenne, de la BCE, de la politique monétaire et du taux de change....plus que des décisions locales. Toute politique de développement économique locale doit prendre en compte ce qu'on appelle la macro économie et donc les grands équilibres internationaux. Or toutes les régions ou métropoles ne sont pas armées pour cela en termes d'équipes et de compétences....

Vincent Tournier : L’indicateur des « objets de la vie quotidienne des Français »a peu à voir avec l’échelon local. Il s’agit simplement d’un dispositif qui est censé aider le citoyen à visualiser la réalité des réformes gouvernementales. Cela ressemble beaucoup à un gadget mais, surtout, cela en dit long sur le manque de visibilité des réformes gouvernementales, ou plutôt sur le fait que les Français ont l’impression que cette politique ne produit pas des résultats positifs, impression qui est renforcée par l’accumulation de protestations dans la rue.

Quoi qu’il en soit, parler d’un parti-pris en faveur du local est très excessif. Il existe certes en France une rhétorique de la décentralisation, surtout à l’approche des élections locales, mais cette rhétorique est finalement assez illusoire. En fait, on doit admettre que la décentralisation a globalement été un échec. Quoi qu’on dise, ça ne marche pas, ou du moins on n’y arrive pas. Par exemple, on ne parvient toujours pas à s’entendre sur l’échelon territorial qui doit être supprimé ou sur celui qui doit être valorisé. François Hollande disait que le niveau départemental était appelé à disparaître, argument repris par la commission Attali dont Emmanuel Macron faisait partie ; pourtant, le gouvernement actuel annonce que le département va être conforté. 

La décentralisation est valorisée parce qu’elle fait plaisir à tous ceux qui critiquent l’Etat, mais dans la réalité, personne n’y croit vraiment, sans doute parce qu’elle s’accorde mal avec notre culture nationale, axée sur l’égalité entre les citoyens. Ce blocage culture explique sans doute pourquoi la décentralisation a été menée en dépit du bon sens. Elle a été une succession de réformettes qui ont permis à l’Etat de se débarrasser de quelques compétences secondaires, sans qu’il soit jamais question de toucher aux vraies compétences, que ce soit en matière de sécurité, d’éducation, de social ou d’économie, et plus encore en matière de finances. Le résultat a été une complexification croissante sans rien résoudre. Songeons par exemple aux « super-régions » de François Hollande, qui coûtent finalement plus cher que l’ancien système, sans avoir apporté une plus-value évidente.  

Pour autant, faut-il une nouvelle décentralisation ? Si la décentralisation n’est pas une solution, que faut-il essayer ? 

Vincent Tournier : Il faut se faire une raison : nous avons en France une culture centralisatrice et jacobine. Quoi qu’on dise ou fasse, il sera très difficile d’en sortir. Il faut acter cette réalité. Plutôt que de continuer à discuter sans fin sur quelque chose qui ne se fera jamais, il serait certainement plus rationnel de réfléchir sur la manière d’agir dans un domaine plus crucial : l’aménagement du territoire. Car c’est bien de cela que nous avons besoin aujourd’hui, comme l’a montré la crise des Gilets jaunes. Au-delà de l’aménagement du territoire, de nombreuses politiques s’avèrent mal adaptées au niveau local.Qui peut croire par exemple qu’on pourra sauver l’hôpital public par la décentralisation ? De même, quand on entend Jacqueline Gourault, l’actuelle ministre de la Cohésion des territoires, affirmer que « la politique de transition écologique est quelque chose qui peut se faire au niveau des collectivités territoriales », on reste songeur car s’il y a bien une chose dont on est à peu près certain, c’est que, si unepolitique de transition doit être mise en oeuvre, elle ne se fera certainement pas par le bas, mais au contraire par une politique volontariste, sans doute même autoritaire, de la part de l’Etat central. 

Il y a presque vingt ans, Lionel Jospin avouait : "l'Etat ne peut pas tout". Est-ce qu'au fond la concentration de la politique territoriale sur les services n'est-elle pas un moyen pour les hommes politiques actuels de cacher leur impuissance ou leur inconséquence face aux enjeux internationaux mondiaux ? Par exemple, la vente d'Alstom à General Electrics n'a-t-elle pas plus d'impact sur le local que des décisions de l'Etat centralisé ?

Sébastien Laye : En premier lieu - et en tant qu'entrepreneur et analyste économique je peux en témoigner- cette attitude cache leur manque d’intérêt pour les sujets économiques, notamment les plus complexes: monnaie, crédit, commerce international. La nouvelle majorité n'a pas changé la donne sur le sujet, car faire HEC et dix ans d'une boite de conseil ou de pub ne fait pas de vous un expert économique....Ensuite, les élus locaux ou un responsable national en visite sur un territoire a besoin de résultats immédiats: incriminer la croissance mondiale ou des phénomènes économiques internationaux n'est guère populaire. Ils opèrent donc sous un voile d'illusion, en oubliant les principaux créateurs de richesse: entreprises, entrepreneurs, chercheurs, innovateurs. L'Etat et les acteurs locaux ont pourtant fort à faire pour créer un environnement favorable à la croissance et à l'emploi, mais il faut aussi savoir faire preuve d'humilité et reconnaître que les acteurs publics sont des acteurs importants certes, mais non uniques, dans le développement économique.

Vincent Tournier : Cette formule de Lionel Jospin reflète la crise qui frappe l’Etat, mais elle est totalement fausse. L’histoire nous montre au contraire que l’Etat peut tout, à condition évidemment qu’il le veuille. Le problème est qu’aujourd’hui les élites, y compris à gauche, se sont converties à l’idée que l’Etat doit laisser une place croissante à la société civile et au contrat privé. Emmanuel Macron n’est de ce point de vue que la dernière étape d’une série commencée dès les années 1980. C’est cette évolution qu’on voit par exemple à l’œuvre dans le domaine social, où la place des acteurs privés tend à s’accroître, ou encore dans le domaine religieux, où l’Etat n’a visiblement pas l’intention de reprendre la main. 

Le cas de la politique industrielle, auquel vous faites allusion, est aussi emblématiquede ce point de vue. Pendant longtemps, il a été affirmé que l’industrie n’avait plus sa place dans une économie moderne, et que ce secteurétait naturellement appelé à disparaître de sa belle mort pour faire place à une économie de services. Or,  c’est très discutable : non seulement l’industrie demeure une composante centrale de l’économie, et même de la puissance de l’Etat, mais sa disparition n’a rien denaturel et résulte surtoutd’un abandon politique (abandon lié aussi au fait que l’industrie a été vue en France comme un bastion du Parti communiste). Pourtant, la désindustralisation restera sans doute comme l’une des graves erreurs des gouvernements successifs car on commence à en mesurer tous les effets, que ce soit avec la désertification de certains territoires ou avec l’intégration des immigrés. On oublie en effet que l’industrie a été l’un des instruments les plus efficaces pour assurer l’intégration car elle permettait (avec l’agriculture) de fournir en masse des emplois peu qualifiés. Une politique industrielle n’aurait pas forcément permis d’éviter le phénomène des banlieues, mais elle aurait sans doute permis de limiter les dégâts. 

Emmanuel Macron s'est exprimé dans The Economist et le Forum sur le paix sur des grandes questions internationales et économiques, mais est-ce qu'il ne manque au fond de mesures concrètes de coopération capables de dynamiser l'économie française et ses régions ? 

Sébastien Laye : Il endosse subrepticement une position de commentateur comme son prédécesseur: je n'ai pas à juger la validité de sa vision mais il ne me semble pas dans son role car je n'ai pas trouvé trace de propositions concrètes sur ces questions. Que veut il faire de l'Euro ? de la politique monétaire qui doit se discuter avec la BCE ? quel est son avis sur le taux de change de l'Euro ? sur le ralentissement en cours, peut-il provoquer une hausse du chômage à nouveau en France en 2020 ? sur la protection de nos industries dans le cadre de la guerre commerciale internationale ? Nous ne manquons pas d'experts avançant des propositions: je sortirai par exemple début décembre pour mon think tank l'Institut Thomas More, des propositions pour réorienter la politique monétaire en Europe vers plus de croissance et de création d'emplois.

Vincent Tournier : Sur le plan géopolitique comme sur le plan économique, la situation de l’Europe devient très difficile. Trente ans après la chute du mur de Berlin, le bilan n’est pas franchement glorieux. 
Les Européens ont été trop optimistes, comme le relève Thomas Kleine-Brockhoff. Ils n’ont pas suffisamment anticipé l’évolution des rapports de force dans le monde, avec la montée de la Chine et les ambitions agressives de certains pays comme la Russie ou la Turquie. Les pays européens ont abandonné toute ambition militaire, ils ont délaissé l’OTAN, ils ont cru que le renoncement à la puissance permettrait d’enclencher un cercle vertueux. Le résultat est tout le contraire. C’est d’ailleurs ce que vient de dire Emmanuel Macron dans l’entretien à The Economist. La position qu’il défend n’est pas en soi vraiment nouvelle car les Français ont toujours soutenu le principe d’une Europe-puissance. La nouveauté d’Emmanuel Macrontient plutôt à la forte dramatisation de son propos puisqu’il a parlé d’une disparitionpossible de l’Europe. C’est un message qu’il envoie à nos partenaires européens, surtoutà l’Allemagne, une façon de les mettre devant leurs responsabilités. La récente intervention militaire de la Turquie en Syrie contre les Kurdes devrait faire réfléchir car elle a montré que les Européens sont dans l’incapacité de défendre leurs propres alliés. C’est inquiétant pour l’avenir : quels sont les peuples ou les pays qui vont prendre le risque de se ranger du côté de l’Europe s’ils savent que l’Europe ne peut rien leur garantir ? 

Concernant la question des régions, il faut surtout signaler que la politique de l’Union européenne, qui a justement consisté à favoriser l’échelon régional, n’a pas produit des résultats très positifs : premièrement, elle n’a pas permis de souder les Européens puisque les pays qui ont le plus bénéficié des aides régionales sont ceux qui, comme les pays d’Europe de l’est, sont restés les plus euro-sceptiques ; et deuxièmement, elle a favorisé les dynamiques centripètesdont on voit aujourd’hui les conséquences avec la poussée d’indépendantisme en Catalogne ou en Ecosse (ce qui incite au passage à se féliciter que la décentralisation régionale n’ait pas été plus poussée en France sinon où en serions-nous aujourd’huiconcernant les pulsions séparatistes ?). C’est tout le problème de l’intégration européenne, laquelle est traversée depuis son origine par une tension entre, d’un côté, la volonté d’unifier les peuples et, de l’autre, le souhait de promouvoir un vaste marché économique concurrentiel, lequel a forcément pour implication de mettre en concurrence les territoires les uns avec les autres. C’est là un vice congénital dont on voit mal comment il pourrait être dépassé, surtout depuis que les élargissements successifs ont amplifié la diversité interne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 17/11/2019 - 16:07
La case vide .. bis
Pas de fixation malsaine, on parle de féminicides, mais les propos d'une ministre (..) de la justice qui enfonce le clou avec le fait qu'être une femme vous expose à plus de violences dans le couple !! eh oui mesdames.
- Jusqu'à lire à sur un site voisin .. qu'il est maintenant fait obligation aux médecins, du moins à l'éthique:
- "Il est nécessaire de dépasser le secret médical. Ça fait appel à l'éthique du médecin : s'il voit qu'une femme se fait massacrer, ça me choquerait qu'il ne le dise pas", estime t-elle.
- Madame est choquée .. avec un terme pareil - massacrer sous vos yeux - on vient de franchir plusieurs marches d'un seul coup !! et vider autant de cases **
- Il est aisé de faire le lien avec l'article de H16 " alerte météo sur la liberté d'expression " pour comprendre que violence et esprit étriqué font bon ménage ensemble .. Je mettais cela sur le compte de la malbouffe, des pesticides .. l'éducation, peut être ??

- Allez, je vous laisse, je vais sur Vidéo Gag. Là au moins les connards qui se mettent en scène me font rire ..
cmjdb
- 17/11/2019 - 09:18
LA CASE VIDE...
C'est surtout révélateur de l'incompétence. Ils vont dans tous les sens à la recherche de quelques voix d'électeurs introuvables !...
francisquinze
- 16/11/2019 - 19:57
La case qui manque
c'est le parler vrai concernant la gravité de la situation et en particulier des comptes:
- un déficit exprimé par rapport au budget (26%) et non au PIB (3%) faussement rassurant.
- la part des dépenses publiques (56% du PIB en France contre 44 en Allemagne):
- l'énormité des prélèvements obligatoires record du monde avec 49%
- l'ampleur des déficits des régimes spéciaux de retraite du public (17 milliards annuels pour la seule SNCF)
- le montant moyen des retraites à la RATP: 3 700 € !
- la part record des personnels non soignants dans les hôpitaux 35 % contre 24 en Allemagne etc...
- l'énormité de la dette hors bilan 4 000 Milliards d'euros d'engagements non comptabilisés, en sus des 2 400 milliards officiels.
- Sans parler de l'immigration pour laquelle nous appliquons la Taqiya !
Comment les Français pourraient-ils se sentir concernés si on leur cache la vérité ?
Majorité comme opposition si les médias eux-mêmes participent activement à la désinformation ?