En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 59 sec
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 2 heures 29 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 7 heures 41 min
décryptage > International
CCG

Sables mouvants dans le Golfe : le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Environnement
Convergences

Retraites : l’heure de la divagation des luttes a sonné

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Economie
Complexité

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

il y a 11 heures 5 min
décryptage > France
SOS productivité

L’efficacité des organisations : grande oubliée de la réflexion en matière de politiques publiques et privées

il y a 11 heures 30 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 1 heure 54 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 3 heures 9 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 6 heures 13 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 6 heures 48 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Social
Sauver les retraites, oui. Mais lesquelles…?

Mais qui croit encore que la France dispose du meilleur système de retraites au monde ?

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Science
Parker Solar Probe

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Religion
Allah, des sous !

Imam, c'est pas un métier... Et c'est bien pour ça qu'ils sont si rares

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Economie
Vers des guerres commerciales sans issue ?

OMC : le système d’arbitrage des conflits commerciaux poussé à la panne sèche par les Etats-Unis

il y a 11 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

Publié le 14 novembre 2019
En Europe, la question de la souveraineté numérique constitue désormais une priorité, qui confine presque au mantra. Les déclarations les plus ambitieuses se succèdent, en particulier de la part des autorités françaises et allemandes, les plus récentes ayant concerné le projet allemand de création d’un "cloud souverain".
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Europe, la question de la souveraineté numérique constitue désormais une priorité, qui confine presque au mantra. Les déclarations les plus ambitieuses se succèdent, en particulier de la part des autorités françaises et allemandes, les plus récentes ayant concerné le projet allemand de création d’un "cloud souverain".

La nouvelle Commission européenne n’est pas en reste, dont le programme de travail fait une large part à la constitution souhaitée d’un « leadership numérique », voire à une « autonomie stratégique » européenne dans le domaine digital.

Disons-le tout net : il n’est pas anormal que la Puissance publique investisse le champ du numérique. La connexité des domaines économique et politique est après tout d’évidence. Pierre Mendes-France ne combattait-il pas - déjà - l’impéritie budgétaire au nom de la préservation de la souveraineté nationale? Dans un monde marqué par le retour du tragique, les déclinaisons du pouvoir depuis le « soft power » jusqu’au « sharp power » il est naturel que les considérations géopolitiques innervent le domaine numérique, comme les domaines de l’énergie, des biotechnologies ou d’autres. Après tout, le cyber espace, comme tout espace, est aussi un champ d’expression des puissances.

Est-ce à dire cependant que le numérique et la souveraineté fassent nécessairement bon ménage ? La définition que donne Jean Bodin de cette dernière au chapitre 8 des Six livres de la République (1593), la « puissance absolue et perpétuelle d’une République », semble de prime abord orthogonale avec le caractère décentralisé qui est l’ADN du numérique. Rappelons aussi que le Traité sur l’Union Européenne (TUE), en conférant à l’Union européenne en sesarticles 3 et 5des compétences limitativement énumérées, a expressément écarté le principe d’une souveraineté européenne. Au-delà de ces questions de principe, mêler souveraineté et numérique pose une série de difficultés importantes.

D’abord, traiter de souveraineté numérique, c’est traiter, on l’oublie, des trois couches du cyber espace : la couche matérielle et la couche logicielle (c’est-à-dire l’architecture) d’une part, et la couche sémantique (c’est-à-dire les données qui y transitent). L’Europe ne dispose d’aucun acteur d’importance sur la couche matérielle et sur la couche logicielle. Elle n’a commencé à se préoccuper des données que récemment, en particulier au travers des questions d’influence politique russe. Prétendre aller vers plus de souveraineté en matière numérique, c’est traiter de ces trois domaines, dans lesquels les autorités européennes sont particulièrement en retard. Surtout, c’est prendre le contre-pied d’une approche très centrée sur le respect des règles de concurrence, utilisées abondamment contre les acteurs américains, qui exclut, comme vient de le rappeler avec netteté Marghrete Vestager désormais en charge de la concurrence et du numérique, une intervention publique directe et puissante. L’Union européenne ne peut vouloir tout et son contraire.

Ensuite, mêler souveraineté et numérique risque inévitablement de déboucher sur une forme de protectionnisme. Car la souveraineté déploie ses effets sur un espace délimité par des frontières. Or, le cyberespace est conçu selon un modèle ouvert et mondialisé par essence. Prétendre y apposer des frontières pose des difficultés immédiates.Que l’on songe ici au retrait de la loi russe sur les plateformes d'information sous la pression de Yandex, qui commençait à en ressentir les effets délétères. Le législateur national et/ ou européen, se trouvera(it) immanquablement pris dans un étau : si la norme impose des obligations trop dures (en l’occurrence la loi russe imposait une limite de 20% de possession de capital d’une entreprise traitant d’information russe par des acteurs non-russes), elle affecte le modèle économique des acteurs privés.

Enfourcher le cheval de la souveraineté numérique, c’est aussi poser la question de la sanctuarisation des données sur un territoire. Là encore, de quel territoire parlons-nous ? De l’Europe ? Mais alors quid des nombreuses entreprises, par exemple en Allemagne, qui sur une base purement indépendante et sans incitation de la puissance publique ont commencé à stocker des données dans des installations strictement situées en République fédérale d’Allemagne ? Est-ce bien cela que l’on souhaite voir se développer à grand renfort de souveraineté ? Ne risque-t-on pas dans ce cas d’aboutir à ce que l’on nomme la balkanisation du web, à savoir la création de multiples espaces géographiques régionaux au détriment du cyberespace mondialisé ?

Enfin, la souveraineté étant par nature verticale, et le naturel revenant toujours au galop, comment ne pas craindre qu’une approche « souveraine » du numérique ne se traduise par une approche top-down, du type de celle qui a tant échoué dans le passé ? Songeons ici à l'échec retentissant du cloud souverain en France (notamment du projet Andromède qui aboutit aux impasses qu’ont été Numergy et Cloudwatt), alors même que les acteurs allemands déguisent aujourd’hui mal leur méfiance pour le projet présenté il y a quelques jours par les autorités allemandes visant à établir un « cloud souverain ». Rappelons aussi que s’il est exact qu’internet a été largement créé par le Department of Defense américain, sa gestion relève de l’ICANN, entreprise privée de droit californien et, par voie de conséquence, qu’Internet est donc par essence un objet (peu) public - (très) privé. De même, si Space X a bénéficié initialement d’un soutien de l’administration spatiale américaine (NASA), c’est bien un acteur privé qui propose aujourd’hui ses services à des clients de toutes natures.

En définitive, le mieux étant l’ennemi du bien, l’Europe et ses Etat membres doivent prendre garde à ce qu’en prétendant servir les intérêts des européens en faisant passer la régulation du numérique sous les fourches caudines du principe de souverainetés, ils ne parviennent à l’exact inverse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires