En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Gilets jaunes et trumpistes enragés : clones, cousins ou frères ennemis ?

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

03.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

04.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

05.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

06.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 13 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 18 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 19 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 22 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 16 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 22 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 22 heures
© Josep LAGO / AFP
© Josep LAGO / AFP
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

Publié le 13 novembre 2019
Les GPS occupent une part majeure dans la vie quotidienne, notamment pour se déplacer. Sommes-nous devenus dépendants aux GPS ?
François Jeanne-Beylot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François JEANNE-BEYLOT est spécialiste de la recherche d'information, l'intelligence économique, la veille et l'influence. Dès 2000, il créé la société Troover qui accompagne toujours aujourd'hui ses clients et France et Europe et en Afrique dans la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les GPS occupent une part majeure dans la vie quotidienne, notamment pour se déplacer. Sommes-nous devenus dépendants aux GPS ?

Atlantico.fr : Les GPS ont une part très importante dans la vie de chaque individu et participent à l'organisation d'un bon nombre de choses dans notre société. Ils nous permettent de nous déplacer, aux armées de localiser des zones minées lors des conflits etc. 

Comment fonctionnent les GPS ? Que se passerait-il si les GPS arrêtaient de fonctionner ? (pour l'homme, les infrastructures, les activités) 

François Jeanne-Beylot : Il convient d’abord de préciser de que l’on entend par GPS. Car, en effet cet acronyme a deux significations : Dans le langage courant on entend par GPS, un assistant de navigation : un appareil électronique ou une application qui permet de se géolocaliser ou d’offrir des services de positionnement (itinéraire, trafic, calcul de vitesse, etc.) grâce à un système de positionnement par satellites. Mais c’est aussi le nom du système états-unien de positionnement par satellites : le Global Positioning System (GPS). Développé et appartenant au gouvernement des États-Unis, il a été mis en place par le Département de la Défense à des fins militaires dès 1960, sur une initiative du Président Nixon. Le premier satellite du système GPS est lancé en 1978 ; En 1995, 24 satellites sont opérationnels (plus 4 en réserve) achevant le dispositif et le rendant totalement opérationnel, en dégradant toutefois le signal de façon volontaire, avec une précision d’une centaine de mètres pour un usage civil. Cette restriction de précision est levée en mai 2000, suite à un accident d’avion : le crash de la Korean airlines en 1983 intervient en pleine guerre froide. L'avion ne disposant pas de système de navigation performant, le vol dévia de sa route et entra dans un espace aérien soviétique interdit. Il fut abattu par un avion de chasse provoquant la mort de 269 personnes. En réaction, le Président Reagan annonça que la technologie GPS serait ouverte pour des usages civils dans le futur. Ce n’est qu’un de ses successeurs, Bill Clinton, qui offrira la technologie au grand public, dix-sept ans après. On le voit ainsi, le système de positionnement satellitaire est hautement stratégique. Si, celui développé aux Etats-Unis est le premier et le plus utilisé, il en existe d’autres : GLONASS, son concurrent Russe, opérationnel quelques années à la fins des 90’s puis depuis 2010, Galileo conçu par l’Union Européenne et fonctionnel depuis 2016, Compass ou Beidou en Chine, pour les principaux.

Pour revenir à la question du fonctionnement d’un système de position par satellite, il calcule la distance qui sépare un récepteur de plusieurs satellites, par triangulation. Le récepteur reçoit régulièrement les informations permettant de calculer la position des satellites ainsi que la distance qui le sépare de ces satellites. Il peut donc en déduire sa propre position. Précisons, que le dispositif de localisation par satellite est un système passif. Le récepteur se limite à recevoir les signaux des satellites et d'en déduire une position. Le réseau des satellites ne reçoit aucune information des récepteurs au sol. Il est donc techniquement incapable d'effectuer la surveillance d'un territoire d'une quelconque façon. Certains appareils peuvent en revanche combiner un récepteur de localisation par satellite et un émetteur. C’est le cas de l’AIS, de l’APRS, d’eCall ou autres tachymètres. 

Ainsi, si le système états-unien s’arrêtait de fonctionner, ou si son usage était de nouveau limité ou réduit pour les usages civils, nous pourrions nous connecter à d’autres systèmes, comme son concurrent européen. Le déploiement de Galileo doit s'achever vers 2020, il sera alors constitué de trente satellites dont six de rechange. La précision attendue sera plus importante que pour le système GPS avec une déclinaison gratuite et un niveau de qualité encore supérieur dans le cadre de services professionnels payants. Si cela se trouve, l’application de géolocalisation que vous utilisez s’y connecte déjà, comme c’est le cas d’au moins un milliard d’appareils aujourd’hui. 

Sommes-nous, de fait, dépendants aux GPS ? 

Il y a donc une double dépendance : en premier lieu, celle au système choisi, mais celle-ci, nous l’avons vu, peut être contournée. Attention toutefois, votre appareil ou application offre rarement le choix aujourd’hui du système de localisation. Il faut donc vérifier que votre appareil soit compatible avec tel ou tel système

La véritable dépendance réside en fait dans celle de l’utilisateur à ces applications dont certains (beaucoup) ne peuvent plus se passer. Régulièrement des accidents ou erreurs sont dus à une confiance abusive donnée par l’utilisateur aux GPS. Faut-il rappeler que notre cerveau se situe de notre coté de l’écran et que ces applications et appareils sont là pour nous rendre un service. Beaucoup d’entre nous ont pu mesurer leur impuissance face à l’inopérabilité d’un GPS (le plus souvent parce qu’il ne capte pas ou qu’il n’a plus de batterie …) et dans ce cas une solution de secours, moins connectée, s’avère fort utile. Ces services peuvent non seulement nous rendre dépendants mais aussi vulnérables.

En effet, si, nous l’avons vu plus haut le système de localisation par satellites est passif et par nature ne reçoit pas d’information des terminaux, de nombreuses applications utilisent nos données de géolocalisation. Ainsi Google enregistre l’historique de positions des téléphones Android, des applications (Waze, Google Maps, entre autres) partagent la position de ses utilisateurs pour estimer le trafic routier, Strava permet à ceux qui l’utilisent de partager leurs performances sportives, etc. Il convient donc d’être prudent sur l’usage qui peut être fait de nos données par ces applications, ou par d’autres, si ces données sont partagées. Suite à l’affaire Strava qui a permis de positionner des militaires français déployés sur des théâtres d’opérations, parce qu’ils partageaient leurs performances et positions avec l’application, l'état-major français a, par exemple, rappelé à ses personnels la nécessité de respecter les règles élémentaires de sécurité et notamment de désactiver les fonctions de géolocalisation. Cette dépendance, non pas au système de géolocalisation, mais aux applications sociales, aurait pu couter cher … 

En conclusion, il nous parait nécessaire qu’à un niveau géostratégique plusieurs systèmes puissent être proposés, afin que les citoyens et les états ne soient pas dépendants de ces dispositifs. Par ailleurs, il convient de rappeler aux utilisateurs que les données de géolocalisation, dont l’usage peut parfois s’avérer pratique, peuvent aussi être partagées et donc présenter un risque. Enfin, même si je reconnais utiliser comme tous régulièrement mon GPS, je ne pourrais personnellement terminer cette tribune sans partager mon plaisir de lire une carte routière ou une carte marine. En mer, leur présence est obligatoire à bord, même en présence de tout appareil électronique. Mais au delà, leur lecture approfondie permet toujours de découvrir un lieu dit ou une curiosité sur terre dont le GPS se moque allègrement !

Chacun devrait donc pouvoir se passer de GPS, même s’il en fait usage, afin, avant tout, de ne pas être dépendant. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 14/11/2019 - 10:17
Rachel et Betty ..

- https://www.youtube.com/watch?v=Rt8qdcjQMgs
clo-ette
- 13/11/2019 - 17:34
Il serait bon
d'apprendre à se passer de GPS, et à s'obliger à s'orienter avec des repères, le soleil, voire des plans, c'est bon pour le cerveau .
assougoudrel
- 13/11/2019 - 13:13
Souvenons- nous de Papa,
perdu, qui essayait de faire demi tour avec la caravane familiale sur une route étroite. Il fallait un plan pour traverser les grandes villes.