En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 39 min 10 sec
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 26 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 2 heures 35 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 6 heures 20 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 13 heures 9 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 14 heures 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 1 heure 6 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 1 heure 59 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 34 min
© Reuters
© Reuters
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

Publié le 12 novembre 2019
Avec Luc Rouban
Le dernier sondage de Acteurs publics concernant la perception du besoin d'expertise par les fonctionnaires montre une tendance lourde : 90% des interrogés jugent utile ou très utile le recours à une expertise extérieure. Toutefois cette demande pose de multiples questions, tant par ses différences en fonction des secteurs concernés, que par ses origines et causes profondes.
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier sondage de Acteurs publics concernant la perception du besoin d'expertise par les fonctionnaires montre une tendance lourde : 90% des interrogés jugent utile ou très utile le recours à une expertise extérieure. Toutefois cette demande pose de multiples questions, tant par ses différences en fonction des secteurs concernés, que par ses origines et causes profondes.
Avec Luc Rouban

Atlantico : Le dernier sondage de Acteurs publics concernant la perception du besoin d'expertise par les fonctionnaires montre une tendance lourde : 90% des interrogés jugent utile ou très utile le recours à une expertise extérieure. Toutefois cette demande pose de multiples questions, tant par ses différences en fonction des secteurs concernés, que par ses origines et causes profondes.

Atlantico : Comment comprendre le principal résultat de ce sondage ? Est-ce parce que le monde devient plus complexe que les fonctionnaires valorisent si unanimement l’expertise ? 

Luc Rouban : Tout d'abord, il faut revenir sur la méthodologie du sondage. L'échantillon est composé de 661 fonctionnaires des différentes catégoriques, 447 agents de catégorie A - alors que celle-ci est très large -, des fonctionnaires de catégorie B et C, et des contractuels. Et ceux-ci viennent des trois fonctions publiques. Par conséquent, nous avons une population qui est extrêmement mélangée. Cela rend l'enquête un peu moins pertinente que si elle avait porté que sur des postes de décideurs : ici nous avons des enquêtés qui viennent d'horizon très différents, qui ont des niveaux de qualification très différents et qui ont une expérience de l'interface avec les universitaires très, très différente - et certainement inexistante pour certains. Sur le plan méthodologique donc, gardons-nous de tirer des conclusions trop larges.

Mais en effet, on ne peut pas se contenter de dire simplement que le monde étant plus complexe, il y a une demande de davantage d'expertise. Ce serait une démarche circulaire. La lecture de ce sondage doit surtout être faite à partir de la pyramide des demandes faites : il y a un énorme besoin d'aides techniques dans tous les domaines techniques, comme le numérique, l'écologie, les infrastructures, et les transports, avec des demandes de l'ordre de 60% de l'échantillon. Mais alors ce que je trouve plus intéressant, c'est le bas des demandes, qui concernent les domaines les plus essentiels de l'Etat : la diplomatie, la défense, la justice, les finances publiques. C'est assez extraordinaire, car ce sont des domaines où nous avons d'excellents chercheurs et d'excellents experts. Par conséquent, si on lit ce sondage un peu à l'envers et en prenant en compte ses limites, on remarque finalement une représentation collective que se font les agents publics de l'expertise. L'expertise et l'intervention des universitaires sont principalement perçues comme des aides techniques, mais finalement les représentations classiques de l'Etat et notamment de l'Etat régalien n'ont pas besoin d'expertise. C'est-à-dire que l'on a un noyau dur et une périphérie, et l'expertise joue sur cette périphérie. Cela en dit long à mon avis, pour connaître le sujet d'expérience, sur la place des universitaires et des chercheurs dans ce dispositif de l'expertise publique. Pour la périphérie, c'est accepté, pour les sujet techniques, mais dès que l'on commence à passer aux choses sérieuses, et bien on se passe d'eux. 

Cette demande d'expertise peut-elle être mise en parallèle avec une chute de la construction de l'expertise propre de l'Etat ? N'y-a-t-il pas un problème de ressources humaines qui peut être perçu ?

Ca cela constitue le deuxième point que l'on peut observer. Si on regarde la pyramide des secteurs où l'expertise est très demandée, on a quand même de bonne raison de s'inquiéter sur le déficit de compétence et de métier dans les fonctions publiques. Effectivement, on sait très bien que depuis plusieurs décennies par exemple pour la transformation numérique, l'Etat comme les collectivités locales ont dû recruter rapidement des contractuels. C'était une nécessité en termes de compétences pour mettre en place des serveurs, des sites internet, etc... et on sait très bien qu'en parallèle il y a eu un très gros manque de prévision dans la gestion des ressources humaines, parce que dans ces secteurs l'Etat n'a pas su suffisamment recruter et développer les filières de formation. Puis à ce problème se superpose la difficulté d'attirer les talents. En France, nous avons de grands spécialistes en informatique, dans l'environnement, et pareillement pour les infrastructures, mais ils vont de plus en plus vers le secteur privé. Sur ce point, on a un problème d'attraction des compétences et un déficit dans certains secteurs, notamment pour la fonction publique de l'Etat et territoriale. Cela se voit très bien dans les résultats de ce sondage. On devrait dans les secteurs comme les infrastructures, le transport, la santé publique, et même le numérique, avoir des ressources internes. 

Or, c'est un grand sujet d'avenir pour l'Etat : est-ce que les trois fonctions publiques vont être encore capables d'attirer les meilleurs ? Il y a à la fois un problème de quantité en termes d'experts et un problème de qualité des recrutements. Outre avoir les ressources humaines, il faut encore savoir si on les postes sont à jour et s'articulent vraiment avec les attentes de la haute administration et du politique. Donc loin d'être rassurant ce sondage est assez inquiétant sur l'avenir des moyens d'action de l'Etat. 

Dans quelle mesure peut-on lier ce besoin d'expertise à une crise de la responsabilité des décideurs publiques et des hommes politiques ?  N'est-ce pas un moyen de se justifier et ne peut-on pas lier ça à une approche technocratique du gouvernement ? Plus il y a d'expertise, plus il semble possible de contrôler les contestations face à la décision ?

Oui, je pense qu'il y a là deux choses. D'abord certainement le besoin de se protéger. Cela s'entend car les domaines de l'action publique et politique sont de plus en plus judiciarisés. Il y a des enjeux de responsabilité juridique, mais aussi politiquement, il y a des conséquences qui sont parfois très lourde à gérer. L'affaire de l'usine Lubrizol à Rouen constitue le dernier exemple en date. Nous sommes face à une situation complexe où le droit a évolué et les responsabilités se sont renforcées, en parallèle d'évolution de comportements des citoyens - qui hésitent de moins à moins à poursuivre les élus, par exemple les maires qui s'en plaignent souvent -, de sorte qu'il y a un besoin d'obtenir des ressources et une assurance que tous les aspects du problème ont été vus, et que la procédure de consultation a été menée à bien. 

Mais c'est là tout le risque : car il ne faut pas non plus que cette consultation soit purement formelle ; que ça ne consiste pas à dire que l'on a consulté les universitaires pour se couvrir, sans changer rien à la décision. Cette tendance exige, je l'ai vécu en tant que chercheur, qu'une recherche soit effectuée pour finalement ne pas être prise en compte mais servir de justification. C'est aussi visible dans le sondage, et c'est intéressant : les fonctionnaires disent avoir besoin des chercheurs (75%), les grands corps (48%) - ce qui veut dire qu'ils constituent toujours une source d'expertise recherchée, ce qui peut aussi être critiqué... Mais ce qui est flagrant, c'est le niveau d'expertise recherché auprès des citoyens et des usagers qui est à 5% et les associations 2%. Donc à côté de tous les beaux discours sur la démocratie participative, il y a une lecture réaliste de la situation par ce sondage : les fonctionnaires ne comptent absolument pas sur les supposées connaissances ou intelligences collectives des citoyens pour orienter ou conseiller les politiques publiques. Il y a là encore une critique que peut permettre de faire ce sondage. L'idée de démocratie participative semble très loin d'être acceptée par les agents publics, malgré sa présence médiatique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 13/11/2019 - 14:04
MAIS....
C'est quoi ce Gloubilgoulba? C'est pour occuper l'espace? Manifestement ce type ne connait rien à la fonction publique sinon.....il poserait les vrais problèmes et pour lui répondre faudrait au moins 120 000 caractères! donc non aux clowns!
citoyen sceptique
- 12/11/2019 - 19:08
compétences
Curieux de voir écrit que la fonction publique ne cherche des ''experts '' qu'à l'Université, donc chez d'autres fonctionnaires. Dont les experts indéboulonnables sont à la remorque de leurs homologues du privé: on n'a pas les moyens... . Ce qui est d'ailleurs une conclusion occulte du texte proposé: "" les fonctionnaires ne comptent absolument pas sur les supposées connaissances ou intelligences collectives des citoyens pour orienter ou conseiller les politiques publiques.""
Donc: Restons entre fonctionnaires, nous aurons raison quoi qu'il en soit, continuons à imposer notre point de vue aux politiques, jusqu'à ce que la vie nous donne tort, mais alors nous serons à la retraite"" . L'appel à des consultants exerçant réellement leur expertise (souvent mondiale) serait un affront pour eux, même s'il est courant ailleurs, là où l'emploi à vie n'existe plus dans la fonction publique.
tubixray
- 12/11/2019 - 09:39
Mais c'est bien sur
Avec la garantie de l'emploi à vie, l'ajustement des compétences pour faire face à l'évolution technologique est tout simplement impossible à moins de recruter des agents contractuels tout en gardant ceux dépassés par les évènements.
Ces derniers végètent tout en étant augmentés selon leur ancienneté alors que les contractuels travaillent d'arrache-pied.