En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 41 min 19 sec
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 2 heures 10 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 6 heures 7 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 7 heures 22 min
décryptage > International
CCG

Sables mouvants dans le Golfe : le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Environnement
Convergences

Retraites : l’heure de la divagation des luttes a sonné

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Complexité

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

il y a 10 heures 45 min
décryptage > France
SOS productivité

L’efficacité des organisations : grande oubliée de la réflexion en matière de politiques publiques et privées

il y a 11 heures 10 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 2 heures 49 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 5 heures 53 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 6 heures 28 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Social
Sauver les retraites, oui. Mais lesquelles…?

Mais qui croit encore que la France dispose du meilleur système de retraites au monde ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Science
Parker Solar Probe

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Religion
Allah, des sous !

Imam, c'est pas un métier... Et c'est bien pour ça qu'ils sont si rares

il y a 11 heures 27 sec
décryptage > Economie
Vers des guerres commerciales sans issue ?

OMC : le système d’arbitrage des conflits commerciaux poussé à la panne sèche par les Etats-Unis

il y a 11 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

Publié le 12 novembre 2019
Guillaume Tabard publie "La malédiction de la droite" (éditions Perrin). Dans son ouvrage, il raconte comment la droite, majoritaire et longtemps dominante, s'est échinée à perdre le pouvoir depuis la fondation de la Ve République. Ici, il répond aux questions d'Atlantico.
Guillaume Tabard est rédacteur en chef et éditorialiste au Figaro. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Tabard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Tabard est rédacteur en chef et éditorialiste au Figaro. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Tabard publie "La malédiction de la droite" (éditions Perrin). Dans son ouvrage, il raconte comment la droite, majoritaire et longtemps dominante, s'est échinée à perdre le pouvoir depuis la fondation de la Ve République. Ici, il répond aux questions d'Atlantico.

Atlantico : Vous parlez des dernières années de la droite comme de sa "descente aux enfers". Au-delà des guerres des chefs que vous soulignez, vous faites état d'un creux idéologique  important.  La droite est donc en mal d'unité idéologique? Comment intervient le macronisme dans ce délitement?

Guillaume Tabard : Lorsque je parle de "descente aux enfers", je voulais souligner le fait depuis 2012, la droite n'a eu de cesse de perdre son électorat et son espace. Pour ce qui est de l'idéologie, on peut aller plus loin dans le temps. Lorsque l'UMP s'est constitué en 2002, il existait encore en son sein de la place pour de nombreuses sensibilités historiques de la droite comme des libéraux ou des étatistes, mais aussi des souverainistes qui se reconnaissaient dans le programme. Progressivement, cette composante souverainiste soit est partie, soit ne se sentait plus représentée au sein de l'UMP. Lorsque le parti a été créé, il y a eu une sorte d'unification idéologique sur une ligne libérale, girondine, centrale voire centriste et européenne qui fait qu'un certain nombre d'électeurs a décidé de partir vers des partis plus souverainistes comme Debout la France ou le Front National. Il y a eu un mouvement d'exode de la droite de l'UMP, ce qui explique l'échec de Nicolas Sarkozy en 2012 par rapport à 2007 où il avait réussi à faire venir à droite des électeurs du Front National. A partir de la campagne d'Emmanuel Macron, on a assisté à un autre exode, celui de la gauche de l'UMP (puis des Républicains), de gens qui se reconnaissaient dans le discours du candidat En Marche.  

La droite a été victime d'un double mouvement de départs, sur sa droite et sur sa gauche. Les divisions personnelles sont constantes dans l'histoire de la droite française. On a vu de fortes personnalités de la droite s'affronter entre elles sur le plan idéologique comme ce fut le cas au RPR entre Jacques Chirac et Philippe Séguin, mais aussi pour accéder à un même poste avec Jacques Chirac et Edouard Balladur. Dans mon livre, le premier affrontement que je décris est le départ du gouvernement Antoine Pinay sous le Général de Gaulle, qui symbolise selon moi l'incapacité de réconcilier ou de faire travailler ensemble la droite Gaulliste et la droite non-Gaulliste. Il y a toujours eu des divisions, parfois purement épidermiques entre par exemple Georges Pompidou et Jacques Chaban-Delmas et idéologiques comme je viens de le démontrer.
C'est une des causes de l'affaiblissement de la droite certes, mais ce ne sont pas ces divisions qui l'ont fait perdre.

Votre livre souligne le rôle ambigu de Jacques Chirac dans le destin de la droite. Chirac, l'homme du rassemblement voulant à la fois incarner à lui seul tout le spectre idéologique de la droite, tout en pourfendant l'unité politique de la droite de manière politicienne. Sur le plan idéologique, Chirac a-il-été finalement le liquidateur du gaullisme au sein de la droite ?

Si l'on prend Georges Pompidou, il incarnait déjà une rupture avec le Gaullisme, tout en représentant une certaine continuité. Il était bien plus européen, libéral et centriste que le Général de Gaulle. Le cas de Jacques Chirac est plus complexe car en 1974 il fait le choix de Valéry Giscard d'Estaing contre Jacques Chaban-Delmas, donc du candidat libéral en dépit du candidat Gaulliste et une fois qu'il sera en guerre contre Valéry Giscard d'Estaing, il va puiser aux sources du Gaullisme en tentant de rassembler plutôt que diviser. Jacques Chirac n'a pas toujours eu des convictions cohérentes, basculant d'un côté à l'autre sans cesse. Lorsqu'il était Premier ministre, il a mené des actions très libérales et réformatrices, en 1987, après la mort de Malik Oussekine, il arrête tout, et une fois Président de la République, il devient très prudent sur le plan des réformes.

Ce qui fait que Jacques Chirac est un homme fort de la droite, c'est que son pragmatisme a toujours emboîté le pas à l'idéologie. Un des grands clivages entre la gauche et la droite réside dans le fait que la gauche a toujours travaillé très en profondeur sur la vision idéologique des choses, a toujours eu le goût des débats d'idées jusque dans le détail, là où la droite a toujours refusé de s'enfermer dans une idéologie au profit du pragmatisme. Si l'on prend l'exemple de l'Algérie, Charles de Gaulle revient au pouvoir pour garder l'Algérie française et finit par accorder l'indépendance à l'Algérie. Jacques Chirac a épousé tout le spectre de cette droite et à sa mort les gens n'ont eu de cesse de demander qui était le vrai Chirac : un radical socialiste ? un homme de droite ? Pour moi, il existe plusieurs Jacques Chirac. Lorsqu'il commence sa carrière, la gauche le surnomme "facho Chirac" car il se montre volontiers autoritaire et ancré à droite, en 1995 il fait la fracture sociale, en 2002, lorsqu'il pense devoir affronter Lionel Jospin, il base au premier tour sa campagne majoritairement sur la question de la sécurité mais quand il affronte au deuxième tour Jean-Marie Le Pen, il repart sur une vision de rassemblement, plus centrale.

Vous écrivez  que les barons locaux qui sont désormais sur le devant de la scène de la droite auront à 'rendre à la droite le goût d'elle-même'. Comment envisager une telle renaissance? Croyez-vous par exemple à la stratégie locale mise en avant par François Baroin ?

En ce qui concerne cet exemple de stratégie locale, c'est un constat partagé par tous ceux qui peuvent prétendre représenter la droite aux prochaines présidentielles. Tous sont marqués par un engagement local fort : Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez – s'il revient d'ici 2022 – sont Présidents de Régions, Bruno Retailleau préside le groupe au Sénat mais était avant Président de Région également, François Baroin est Président des maires de France. Tous sont liés aux territoires et le mettent en avant. Cela a par ailleurs été un point faible du début de quinquennat d'Emmanuel Macron qui s'est montré plus distant alors que la droite, au contraire, a gardé et maintenu ce lien qu'elle avait avec les territoires. C'est un point qu'elle pourra valoriser mais ce ne sera pas suffisant.

La droite ne peut pas se contenter d'un effondrement d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen pour récupérer leurs électeurs. C'est à elle de trouver une voie de passage. Lorsque François Mitterrand a repris le Parti socialiste, il l'a fait alors que le Gaullisme était dominant et que le Parti communiste était écrasant pour le PS. Il a recréé un PS et la droite est aujourd'hui dans la même situation. Elle essaye de trouver de nouveaux espaces comme l'écologie par exemple. Pour moi, il y a une urgence éthique que la droite doit saisir. Le défi n'est pas la préservation de la planète mais de l'humanité elle-même avec le transhumanisme, la montée du véganisme, l'antispécisme etc. En bref, tout ce qui met en péril l'humanité doit être affirmé comme un enjeu majeur pour la droite. Le système social français pourrait également être un chantier pour la droite. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 12/11/2019 - 20:46
Question existentielle!
Qui sera le François Mitterrand des Républicains? Ne serait-ce pas déjà Emmanuel Macron?
lasenorita
- 12/11/2019 - 17:22
Je vote ''contre'' la gauche!
Quand je vote, je choisis le candidat ''de droite'' le mieux placé pour ''faire barrage'' à la gauche. Ainsi j'ai voté pour le parti de du général de Gaulle,bien que je n'étais pas d'accord avec certaines idées du général,afin d'empêcher la gauche d'avoir le'' pouvoir''.. on a vu ce que cela a donné quand les gauchistes ont gouverné: la chute de l'économie française et une immigration musulmane incontrôlée….Actuellement les politiques ''de droite'' n'ont pas un programme bien net au sujet de l'immigration musulmane.. Des anciens ''gauchistes'' votent R.N. parce qu'ils en ont MARRE de ces musulmans,qui nous envahissent,puisque le R.N. est le seul parti qui dit, clairement, qu'il faut STOPPER l'immigration musulmane!