En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 18 min 14 sec
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 2 heures 14 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 12 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 45 min 37 sec
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 1 heure 38 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 3 heures 31 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 6 heures 31 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 13 min
© Reuters
© Reuters
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Publié le 11 novembre 2019
Emmanuel Macron aime se faire des ennemis. Et son plus grand ennemi est la réalité.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron aime se faire des ennemis. Et son plus grand ennemi est la réalité.

Une volonté de puissance disproportionnée en comparaison de l’intelligence des situations

Le président français est un phénomène dans notre histoire politique. On n’avait rarement vu un tel décalage chez un de nos dirigeants, entre la volonté de puissance, disproportionnée, et la vision politique, de peu d’envergure derrière les apparences. Prenez Richelieu, Napoléon ou de Gaulle: l’intelligence du réel et la volonté politique avançaient chez eux de concert; au contraire on peut dire, à propos de Napoléon III, Paul Reynaud ou François Mitterrand que leur extraordinaire intelligence s’accompagnait d’une faiblesse de caractère qui les paralysait dans les affaires internationales. Emmanuel Macron, lui, est peut-être unique en son genre. Il avance guidé par un instinct du pouvoir sans équivalent dans la France des vingt dernières années mais son absence de compréhension profonde du monde l’amène à commettre régulièrement d’énormes erreurs d’appréciation qui le mettent en danger. 

L’entretien que le président français vient de donner au magazine The Economist, est un modèle des erreurs d’appréciation qu’il lui arrive de commettre, par un mélange d’instinct des situations et d’incapacité à les analyser correctement. Le résultat en est que le président français, apparemment sans s’en rendre compte, s’isole sur la scène internationale. 

L’OTAN est en état de mort cérébrale, explique Emmanuel Macron, car on a pour la première fois un président américain en désaccord avec le projet européen. Et du coup, poursuit-il, l’Union Européenne est en grand danger de tomber dans l’insignifiance si elle ne se dote pas d’une armée autonome. C’est absolument nécessaire, selon lui, alors que les régimes autoritaires (Russie et Turquie) se renforcent aux portes de l’UE et que la Chine apparaît de plus en plus puissante. Le président français se lance alors dans un grand plaidoyer pour une souveraineté européenne (dans les domaines de la défense, des télécommunications et du numérique, elle lui apparaît indispensable), fait l’éloge de son propre engagement en faveur de l’Europe de la défense, déplore que la Grande-Bretagne ait choisi de diverger de l’Union Européenne; il assène aussi que l’Allemagne n’aura pas d’autre choix que de soutenir une politique économique et monétaire plus expansionniste et dit sa certitude que la Russie n’a pas d’autre solution que de renoncer à son isolement conservateur hostile à l’immigration et de s’allier à l’Union Européenne. 

L’interview est longue mais je ne crois pas avoir escamoté le raisonnement géopolitique d’ensemble. Ce qui frappe à sa lecture, c’est la manière dont le président français surestime l’effet géopolitique possible de sa volonté de puissance. Non pas que la France n’ait pas des atouts en Europe et dans le monde. Le président français, qui jouait avec l’idée, voici un an, de proposer à l’Allemagne le partage de la dissuasion nucléaire française, en fait désormais un atout pour la France seule; tout comme il insiste sur le poids de la francophonie dans le monde. Mais tout cela est, comme le reste de ses propos, éloigné d’une réflexion stratégique sur les faiblesses et les atouts du pays. 

Un président sans alliés à la tête d’un pays sans marge de manoeuvres

1. Il est particulièrement maladroit de proclamer la mort de l’OTAN quand notre pays, malgré un budget militaire plus élevé que celui de nos partenaires au sein de l’UE, serait bien incapable de se passer du soutien logistique et opérationnel américain dans ses interventions sur les théâtres d’opération étrangers. Les initiatives de défense européenne citées par le président français sont embryonnaires. Le président français ne semble pas comprendre la logique qu’il y a derrière l’insistance du président Trump pour que les membres européens de l’OTAN paient la contribution à laquelle ils se sont engagés. 

Ce n’est pas du désengagement américain, c’est un manque d’engagement européen qui est à l’origine des turbulences der l’OTAN. Ce qu'Emmanuel Macron explique au président Trump, c’est qu’il n’est pas prêt à la réciprocité au sein de l’Alliance Atlantique. C’est le genre de remarques qui pourrait avoir un effet de prophétie auto-réalisante si elle était prise au sérieux par Washington. C’est bien la raison pour laquelle les partenaires européens de la France au sein de l’OTAN ont protesté contre les propos tenus par le président français. 

C’est bien parce qu’ils n’arrivent pas à se résoudre à augmenter significativement leur effort de défense que les autres pays européens essaient pouvoir rester le plus longtemps possible dans l’ambiguïté, espérant que les Etats-Unis n’auront pas d’autres choix que de rester dans un entre-deux. Politique à courte-vue, expression aussi d’une peur que le président français précipite l’heure de vérité, à savoir un ultimatum américain à l’Europe pour son réarmement ou un règlement au comptant aux Etats-Unis de leur engagement militaire. 

2. Emmanuel Macron surestime totalement les gains immédiats qu’il pourrait faire avec les cartes qu’il a en main. Il ne voit pas qu’il vaudrait mieux jouer avec prudence, au lieu de bluffer, car le jeu pourrait rapidement tourner à son désavantage. La vérité est que la France est dans une situation de faiblesse immédiate particulièrement évidente. 

Le pays serait tout à fait incapable d’augmenter son budget de la défense sans enfreindre encore plus qu’il ne le fait les engagements de maîtrise budgétaire pris dans le cadre de la zone euro. Le pays est prisonnier du taux de prélèvements obligatoires le plus élevé d’Europe entretenu par une désastreuse politique d’immigration sans quotas et sans assimilation, reconduite par chaque président depuis quarante ans, et dont le coût en termes d’allocation des ressources aux territoires, de gâchis éducatif, de déficit de la sécurité sociale, d’absence de modernisation industrielle, d’insécurité croissante, de radicalisation islamiste et de perte de substance de l’idéal républicain se fait de plus en plus sentir. Le président français critique la Russie qui refuse de pallier son déficit démographique par l’immigration. Mais ne voit-il pas qu’il est assis sur un volcan prêt à se réveiller? 

Les choix faits par la France depuis quarante ans en faveur d’une société multiculturelle au sein d’une Europe fédérale unie par une monnaie gérée à l’allemande ont conduit à l’immense révolte sociale des Gilets Jaunes, voici un an. Le président ne s’en est sorti qu’en augmentant la dépense publique - par la dette. Mais il est à la merci d’une remontée des taux d’intérêts, qui pourrait faire entrer l’euro à nouveau en turbulence le jour où les marchés s’attaqueront à la dette italienne, exposant par la même occasion la dette française. Et que se passerait-il le jour où le malaise des banlieues, témoin de l’échec du multiculturalisme néolibéral, s’exprimerait simultanément à la révolte de la France des Jaunes? Adieu rêves de grandeur et de médiations à grand renfort de mises en scène sur la scène internationale pour un président qui devrait soudain éteindre un incendie généralisé pour assurer sa survie politique. 

3. La plus grosse erreur d’appréciation commise par Emmanuel Macron concerne les valeurs et ce qui devrait nous unir aux Etats-Unis de Donald Trump. Toute l’argumentation du président repose sur un postulat: les Etats-Unis ne seraient plus en phase avec le projet européen. Et si c’était le contraire? Ne pourrait-on pas dire que le progressisme d’une Angela Merkel ou d’un Emmanuel Macron s’éloigne de ce qui faisait la raison d’être de l’OTAN: la défense du monde libre contre l’idéologie? Après les années Obama, Donald Trump ne ramène-t-il pas les Etats-Unis et, potentiellement, l’Occident à la vocation originelle de l’OTAN, la défense réciproque de démocraties souveraines. L’OTAN n’est pas une organisation supranationale; elle est une alliance d’Etats souverains. Le président français fait comme si les démocraties ne pouvaient être que « libérales »: mais les libéraux - ou les progressistes -  ne sont qu’un parti, dans une démocratie authentique; il y a les conservateurs, les sociaux-démocrates, les écologistes etc... Et il est absurde de qualifier d’illibéral ce qui n’est pas la démocratie des progressistes. 

Allons plus loin: où sont les intérêts de l’Union Européenne aujourd’hui? Où sont les intérêts de la France? Face à la Chine néo-totalitaire, qui met la révolution numérique au service d’un contrôle total de ses citoyens, ne nous retrouvons-nous pas naturellement aux côtés des Etats-Unis? Dans un Proche-Orient déstabilisé par des années de politique « néoconservatrice » (en fait il faut dire néolibérale), n’est-il pas bienvenu que les Etats-Unis se retirent et que la Russie, pays à la tradition diplomatique et militaire bien établie, et qui en a fait les preuves dans le conflit syrien, joue un rôle stabilisateur? Après le Brexit, avons-nous d’autre solution que de trouver un accord solide avec la Grande-Bretagne? Or est-il plausible de relancer les relations avec Londres en commençant par une diatribe anti-OTAN?

L’art de la déclaration qui vous crée des ennemis! 

Certains commentateurs ont affirmé que le président français se situait dans la tradition du Général de Gaulle. Il faudrait se sortir cela de la tête. Emmanuel Macron n’est ni gaulliste ni gaullien. 

- Qui peut dire où se situerait le Général de Gaulle aujourd’hui? Serait-il absolument insensible au plaidoyer trumpien pour le réancrage des relations internationales dans la souveraineté des nations? 

- La notion de souveraineté européenne est absolument étrangère à la pensée dui Général. Tout comme la séparation explicite, assumée par Emmanuel Macron, entre la souveraineté telle qu’il l’entend et la souveraineté populaire. 

- Jamais le Général de Gaulle n’a fait la leçon aux autres pays - encore moins à tous à la fois. Emmanuel Macron a un talent incomparable pour se faire des ennemis, comme le montre la crise iranienne en cours, où le président français a réussi à se couper à la fois du gouvernement iranien et du gouvernement américain. Personne ne sait au nom de quelle réalité le président français parle: au nom d’une souveraineté européenne qui n’existe pas ou au nom d’un pays dont on assume pas la souveraineté? 

Par son entretien accordé à The Economist, Emmanuel Macron prend le risque de détériorer un peu plus les relations avec les Etats-Unis de Trump; il se coupe encore une fois de la Grande-Bretagne; il se met mal avec l’Allemagne et les autres pays membres de l’UE; il provoque la Russie, en jugeant avec beaucoup de condescendance le pays qui a le plus souffert des totalitarisme au XXè siècle. Autant dire que le président français s’est mis à dos non seulement tous les pays dont il pourrait avoir besoin au sein du camp occidental; mais il manque à ce qui est la vocation profonde de la France: être, conformément à sa géographie, le carrefour des initiatives diplomatiques. 

Paris pourrait être le lieu où Trump et Poutine se parlent mais rappelons-nous comment, il y a un an jour pour jour, le président français avait jugé qu’une rencontre entre Trump et Poutine en marge de la commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale ferait de l’ombre à la célébration qu’il avait imaginée. Paris devrait être le lieu où le Brexit était négocié; mais Emmanuel Macron a passé son temps, depuis son élection au printemps 2017, à se faire le porte-parole d’une ligne dure vis-à-vis de l’UE. Paris devrait être le lieu le lieu où des solutions soient trouvées aux tensions internes à l’Union Européenne. Surtout, Paris devrait être le lieu où l’on pense l’avenir de l’OTAN. 

Mais Emmanuel Macron multiplie les adversaires et les critiques au plan international dès qu’il en a l’occasion. Au point que l’on puisse dire que son plus grand ennemi, c’est la réalité ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 12/11/2019 - 08:57
Ses N'mis numéro 1
Le vrai Gilet Jaune et le français de souche.
evgueniesokolof
- 11/11/2019 - 21:04
eh oui
Macro-cephale.....une grosse tête pleine de vent....On pense à pasticher l'Albatros : "ses ailes de crapaud l'empêchent de marcher"
Gré
- 11/11/2019 - 20:42
Et pourtant, bonnes gens,
Et pourtant, bonnes gens, vous rempilerez avec Macron en 2022 ...