En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 21 min 37 sec
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 heures 59 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 5 heures 48 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 6 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 7 heures 3 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 7 heures 40 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 9 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 heures 19 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 5 heures 12 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 6 heures 9 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 6 heures 41 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 7 heures 17 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 9 heures 7 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 9 heures 16 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 9 heures 38 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Projet

Retraites : urgence ou pas urgence pour la réforme ?

Publié le 08 novembre 2019
Edouard Philippe était invité cette semaine sur le plateau de BFMTV. Il a notamment évoqué la réforme des retraites et les intentions du gouvernement.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Philippe était invité cette semaine sur le plateau de BFMTV. Il a notamment évoqué la réforme des retraites et les intentions du gouvernement.

La réforme des retraites est-elle urgente ? La question était posée (et tranchée) par Edouard Philippe sur BFM TV, qui a expliqué qu’il n’y avait pas d’urgence à réformer (mais que le calendrier serait tenu…). La remarque mérite d’être soulignée, car elle ramène aux éléments essentiels de l’arbitrage qu’Emmanuel Macron doit rendre: faut-il ou pas « accélérer les réformes », notamment en cherchant à faire passer à tout prix ce projet de retraites par points qui n’a pas encore convaincu  les Français ?

On comprend bien le dilemme de l’exécutif qui s’est mis tout seul dans la seringue de la retraite par points.

La réforme des retraites, un beau projet sur le papier…

Lorsque le Président de la République était en campagne, le projet était tout nouveau beau tout beau. La promesse était conceptuellement simple à comprendre : au lieu d’un mille-feuilles incompréhensible sur les retraites, avec un régime général et des dizaines d’exception, les Français auraient droit à un système universel égalitaire, aussi carré qu’un jardin à la française, où un euro cotisé ouvrirait les mêmes droits quelle que soit la profession.

C’était aussi brillant qu’une note de synthèse en économie aux épreuves de sortie de l’ENA, voire aussi brillant qu’un livre de Piketty (rappelons ici que le principe de la retraite par points a été théorisé par un proche de Piketty…). Un projet d’une telle ampleur devait forcément échoir à une figure d’élite comme Jean-Paul Delevoye, qui avait brillamment réussi le recrutement des candidats En Marche aux législatives.

… un peu plus compliqué à mettre en oeuvre

Toute la difficulté dans ce genre de projet théorique réside dans le passage à l’acte. Pour les énarques au pouvoir, il s’agit de réaliser une belle œuvre. Pour les Français qui doivent subir la réforme, le projet est un bouleversement du cadre social qui modifie en profondeur leurs anticipations existentielles.

Ce divorce d’intérêt entre les élites gouvernantes et la masse des sujets républicains est accru par le poids de la propagande auto-réalisatrice portée par la technostructure. Officiellement, tous les Français adorent leur sécurité sociale, ils veulent la sanctuariser et rêvent tous d’égalité. Donc, un grand régime universel correspond à l’intérêt général.

La réalité montre obstinément l’inverse. Finalement, des régimes de retraite « balkanisés » conviennent très bien à beaucoup de Français, et il ne se trouve jamais de majorité claire pour soutenir un changement des règles du jeu. Quitte à ce que les ressortissants des régimes spéciaux fassent une clé de bras au pays en le bloquant par tous les moyens, comme ce devrait être le cas en décembre, pour conserver l’existant.

Car le diable se cache dans les détails

Le passage à l’acte, dans ce genre de projets, suppose en effet de régler une multitude de détails qui sont autant d’urticants pour tous ceux qui, tels des lézards, prospèrent à l’abri de l’un ou de l’autre. Tout le monde connaît le problème de l’âge de départ très favorable dans les régimes spéciaux. Mais que dire des taux de réversion pour les veuves ? Du bonus par enfant mis au monde ? Des taux de cotisation employeurs très différents selon les professions ?

Tous ces détails provoquent des catastrophes en série dès lors que le pouvoir exécutif entreprend des les araser pour créer un glacis uniforme de règles. La polémique sur la réversion pour les veuves l’a bien montré. Derrière chaque détail se cache un principe d’organisation collective, et l’instauration du « un euro cotisé ouvre les mêmes droits pour tous » percute de plein fouet nombre de choix sociétaux positifs.

La majorité marcheuse est en train d’en faire la douloureuse expérience. Entre la confiscation des réserves accumulées par certains régimes et la remise à plat des pensions des fonctionnaires, l’érection du jardin à la française regorge de chausse-trappes insoupçonnables sur les plans du paysagiste.

Une absurdité économique ?

Face à la difficulté – et même aux difficultés (majeures) – qui s’annoncent, l’exécutif est cornerisé sur la raison profonde de cette révolution impopulaire qu’il propose.

De longue date, une musique lénifiante prétend que ce projet se justifie par des objectifs d’égalité, et non des objectifs d’économie. C’est une partition difficile à jouer pour plusieurs raisons.

La première est que, sans réforme et sans ajustement paramétrique régulier (terme pudique qui signifie une baisse des retraites par la désindexation), le déficit du régime général revient au galop. Pour 2020, il est programmé à 4 milliards d’euros, si l’on inclut le dérapage du Fonds de Solidarité Vieillesse.

Il est vrai que la mise en place d’une retraite par points ne règlerait pas ce problème à court terme. Mais il est aussi vrai que celle-ci a bien un objectif : réduire la part de PIB, à long terme, consacrée aux retraites obligatoires en France. Cette part est de 14% aujourd’hui, un record dans l’OCDE.

Toute la question est de savoir si la réduction de la part des retraites dans le PIB passe forcément par une épreuve sociale compliquée à engager, ou si elle pourrait très bien intervenir en aménageant le mille-feuilles actuel. Le gouvernement n’ose pas clairement affirmer que l’objectif suprême de sa réforme repose sur un calcul économique pour les trente ou quarante ans à venir… pudeur qui complique fortement sa tâche.

Rendre le système plus juste en l’ouvrant à la concurrence?

En réalité, nous savons tous que la part de la retraite rapportée à la richesse nationale est trop importante en France. A moins de vouloir finir comme la Grèce, il faudra bien, tôt ou tard, agir clairement sur ce point.

Le sot projet d’un grand régime public monopolistique, on le voit, complique singulièrement la réalisation de cet objectif. Il en allonge les délais pour un bénéfice faible.

Il serait en réalité plus productif, plus efficace, plus pragmatique, de garder le système balkanique actuel en y introduisant de l’égalité de choix, à défaut d’y imposer une égalité de règles dont les Français ne veulent pas. L’égalité de choix consisterait à laisser chacun libre de choisir la caisse de retraites qui lui convient, réforme adoptée en Allemagne dans les années 90 sans aucun remous social.

Le seul changement de règle qui serait imposé serait la fin de la solidarité entre les régimes existants. Chaque régime devrait assurer son propre équilibre, en modifiant librement ses paramètres actuariels destinés à éviter ses déficits. De cette façon, le gouvernement contournerait la difficulté sociale d’imposer à tous les retraités et tous les cotisants en même temps des modifications douloureuses.

Cette solution, qui fait le deuil du mythe technocratique d’un grand régime universel, permettrait de rétablir rapidement les comptes en ouvrant à chaque Français la possibilité de changer ses règles du jeu. L’Allemagne l’a fait, pourquoi pas nous?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 09/11/2019 - 10:29
La limite du pouvoir absolu
C'est Macron qui a décidé d'instaurer un régime universel et unique de retraite à points. C'est un cas typique de pouvoir absolu, et non éclairé, parce qu'aucune instance, et d'abord le Parlement, n'a été consulté. Le rôle du Président est d'annoncer qu'une réforme est nécessaire mais surement pas de dire ce qu'elle sera. L'échec de Macron sur ce point est une nécessité démocratique incontournable.
ajm
- 08/11/2019 - 17:45
Façade médiatique.
Le vrai but caché de cette réforme est de rassembler la masse énorme de l'ensemble des cotisations, versements et réserves de retraite dans un espace unique, dans la main du gouvernement , où tous les saucissonages, siphonnades et dérivations possibles seront organisées par Bercy dans l'opacité et la confusion. La soi-disant égalité des règles promise n'est qu'une façade médiatique qui sera effective, si elle l'est, dans quelques décennies. La clause du grand-père pour certains et la règle du gentil couillon premier baisé pour les autres.
J'accuse
- 08/11/2019 - 15:53
Egalitarisme obsessionnel compulsif
Pourquoi vouloir un seul régime de retraite, alors que les activités professionnelles sont très différentes entre elles, en termes de revenus, de risques, de pénibilité, de compétences, etc. ? Il faut un âge de retraite et des conditions de cotisations différentes par type de métier et adaptés à chacun, et non un régime unique, ce qui serait absurde.
Il y a une obsession pathologique qui vient de l'idéologie de gauche, que tout doit être égal, en confondant égalité (tous pareil) et équité (ce qui est juste), en dépit du bon sens.
Le but du gouvernement est connu: comme il ne veut pas toucher à l'âge de la retraite, il doit trouver un autre moyen de renflouer les caisses publiques; il l'a trouvé en voulant pomper les réserves des caisses privées. Ça n'aura qu'un temps: quand la gestion publique, toujours calamiteuse et irresponsable, aura recréé des déficits partout, que fera le gouvernement en charge alors ? Celui d'aujourd'hui s'en fout: ce ne seront pas les mêmes ministres et président. Après eux le déluge !