En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 2 heures 10 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 48 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 7 heures 36 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 43 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 48 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 10 heures 40 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 12 heures 8 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 2 heures 42 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 4 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 8 heures 22 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 58 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 10 heures 27 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 54 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 12 heures 9 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Vision

Diagnostics percutants, conclusions pratiques vaporeuses : le paradoxe Macron

Publié le 08 novembre 2019
Emmanuel Macron a donné une interview au journal britannique The Economist. Dans cet entretien, réalisé en octobre au sein de l'Elysée, le chef de l'Etat affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale". Le président de la République a aussi exprimé ses inquiétudes sur l'avenir de l'Europe.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a donné une interview au journal britannique The Economist. Dans cet entretien, réalisé en octobre au sein de l'Elysée, le chef de l'Etat affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale". Le président de la République a aussi exprimé ses inquiétudes sur l'avenir de l'Europe.

Atlantico.fr : Dans une interview accordée à The Economist, Emmanuel Macron se montre très pessimiste au sujet de l'Union Européenne allant même jusqu'à déclarer que "si elle ne se pense pas comme puissance dans ce monde", elle disparaîtra "parce qu’elle fera l'objet d'un coup de boutoir". Que penser de ce diagnostic ? A l'heure du Brexit et de désaccords multiples entre les Etats membres, l'Europe n'est-elle pas effectivement dans une impasse qui pourrait, sauf changement d'attitude, mener à sa perte ?

Christophe Bouillaud : Bien sûr nul ne sait de quoi l’avenir sera fait, mais le diagnostic semble quelque peu alarmiste. En effet, rétrospectivement, on peut tout de même constater que l’Union européenne, elle-même héritière des Communautés européennes des années 1950, est toujours là en cette fin de 2019, alors même que beaucoup de commentateurs se sont avancés depuis deux décennies au moins à décrire les difficultés du moment comme une crise existentielle qui mettrait fin à l’expérience de l’intégration européenne. N’était-on pas au bord du gouffre en 2010-2012 au moment de la crise de la zone Euro ? « Si l’Euro échoue, alors l’Europe échoue », disait alors Madame Merkel sur un ton dramatique pour convaincre le Bundestag de faire preuve de solidarité européenne. Il faut se rappeler que, quand la Commission Juncker prend ses fonctions il y a cinq ans, en 2014, Juncker lui-même décrit l’Europe comme en proie à une « polycrise » - une crise multidimensionnelle - et décrit sa propre Commission comme celle de la « dernière chance ». Or, si l’on se place du strict point de vue des élections européennes de cette année 2019 avec le regain de participation qu’on a pu y observer ou biens du point de vue des sondages d’opinion disponibles, l’idée européenne ne se porte si mal que cela chez les Européens. De fait, les crises successives des dernières ont été, si ce n’est résolues, au moins contenues. 

Par ailleurs, contrairement à ce qu’affirme Emmanuel Macron dans son entretien à The Economist, l’Union européenne, c’est d’abord un « grand marché » des biens, des services, du travail et du capital. Or, à ma connaissance, il n’existe aucune force économique organisée de quelque importance qui souhaiterait l’éclatement de ce « grand marché ». Pour illustrer ce fait, il faut rappeler que les difficultés liées au Brexit tiennent essentiellement au fait qu’au Royaume-Uni les intérêts économiques ne vont pas tous, loin de là, vers la solution de rupture choisie par les électeurs britanniques à une courte majorité, du coup il faut tout faire pour que tout change sans rien changer vraiment, ce qui s’avère bien sûr des plus compliqué à des parlementaires conscients de ces aspects d’interdépendance économique entre les îles britanniques et le reste du continent européen. 

Par contre, le Président Macron a sans doute raison de s’alarmer d’une impréparation des dirigeants européens à une nouvelle situation de crise. Il faut bien constater que chacune de ces crises précédentes s’est résolue, ou a été contenue, dans l’urgence, dans les longues nuits bruxelloises où la solution n’arrive qu’au petit matin,  et en devant inventer au fur et à mesure les instruments à utiliser et les solutions à mettre en œuvre. C’est cette gestion au bord du gouffre, particulièrement visible pendant la crise de la zone Euro, qui pourrait un jour mener au désastre. Il serait bon d’anticiper un minimum, et de ne pas se laisser dépasser par une situation de plus en plus prévisible par ailleurs. Le retrait de la garantie américaine de sécurité, via l’OTAN, semble d’ailleurs la clé de cet entretien avec The Economist, le moyen de faire comprendre aux partenaires européens que cette situation se profile nettement sauf à accepter de vassaliser complètement le marché européen aux intérêts économiques nord-américains, avec la disparition à terme des capitalistes européens… 

A son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron se voulait leader de l'Europe aux côtés de l'Allemagne, mais la réalité est tout autre : il apparaît aujourd'hui isolé sur la scène européenne, son choix de commissaire européen a été refusé par les parlementaires... Pourquoi ce décalage entre le diagnostic, plutôt pertinent, et la réalité et l'efficacité des actes ?

Comme je crois l’avoir déjà dit dans vos colonnes, les précédentes grandes réformes de l’Union européenne et des Communautés européennes, depuis les années 1950, ont toujours été précédées par une coordination préalable entre quelques dirigeants-clés, à partir d’une convergence d’intérêts bien compris et souvent d’une idéologie commune (par exemple, l’antitotalitarisme dans les années 1950). Or, suite aux crises des années précédant l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République en 2017, aucun réseau réformateur de ce type n’a émergé. Au contraire, comme Emmanuel Macron le note lui-même, les diverses manières de résoudre les difficultés rencontrées ont  accru les tensions Nord/Sud et Est/Ouest dans l’Union européenne. Aucun parti au niveau européen (PPE, PSE ou ALDE), aucune sociabilité paneuropéenne autre que partisane entre dirigeants, n’ont fait émerger un projet commun. Chaque dirigeant européen semble obnubilé par les demandes de son propre électorat, sans être capable de s’élever à ce niveau de généralité qu’avaient atteint les « pères de l’Europe ». 

Du coup, constatant sans doute cette absence, Emmanuel Macron a choisi de se lancer seul dans une proposition de refonte de l’Union. Le dernier dirigeant français qui a tenté ce genre de défi n’est autre que le général de Gaulle avec le Plan Fouchet de 1961-62, et encore ce fameux plan avait été établi par une commission intergouvernementale entre les 6 pays de l’Europe d’alors. Pour l’instant, force est de constater que personne d’autre parmi les dirigeants européens qu’Emmanuel Macron n’a très envie en Europe d’une discussion de fond sur les institutions européennes, et sur l’avenir de l’Europe. Personne ne s’est risqué à proposer ne serait-ce que la convocation d’un Comité Théodule pour en discuter… Les votes négatifs de 2005 en France et aux Pays-Bas sur le Traité constitutionnel européen restent dans les mémoires, et personne ne veut se risquer à rouvrir la boîte de Pandore d’une discussion ouverte et démocratique sur l’Europe, ses institutions et sa finalité.

S'il a par le passé (notamment avec le PS) pris des décisions de rupture, comment expliquer -et au vue de l'évolution de son constat sur l'Europe- qu'il reste plutôt inactif sur les questions européennes ? Peut-il changer de politique ? 

Pour le coup, Emmanuel Macron ne me parait pas inactif. Il essaye de peser dans les décisions communes, mais il ne représente qu’un pays sur 27, et ce pays n’a pas réussi à se construire un système d’alliés sûrs pour avancer sa cause au sein de l’ensemble. Du coup, à chaque fois, quand il obtient quelque chose – comme le fameux budget commun de la zone Euro -, c’est une toute petite chose qui ne change pas vraiment la donne. 

Dans le contexte institutionnel actuel, il ne peut guère aller plus loin. Nous ne sommes plus au temps du Général de Gaulle quand la France pouvait en se retirant des institutions communautaires provoquer à elle seule une crise telle qu’il fallait négocier avec elle un compromis. E. Macron n’a pas souhaité mettre les Britanniques dehors au 31 octobre pour en finir avec le Brexit, alors même qu’il en avait théoriquement le pouvoir. De fait, je le vois mal renverser vraiment la table au niveau européen, d’autant plus que l’électorat LREM en France ne comprendrait sans doute pas pourquoi leur champion se met tout un coup à faire du De Gaulle au risque de tout faire exploser et de mettre en danger l’Euro et du coup leur épargne. 

Que devrait-il faire dans la logique de son diagnostic ? Si l'avenir de l'Europe, comme il l'affirme, semble compromis à l'heure actuelle, quelles solutions ?

D’abord, ce qu’il vient juste de faire, et qui est peut-être une décision forte de sa part  trop passée sous silence en France, il a refusé lors du dernier sommet européen l’ouverture de négociation d’adhésion pour l’Albanie et la Macédoine du Nord. Cela a visiblement choqué ses partenaires. Par ce veto (puisqu’il s’agit d’une décision à prendre à l’unanimité des 27), il exige que ces derniers prennent au sérieux la redéfinition de l’Union européenne qu’il propose comme « communauté » et comme « puissance ». Ce refus est dans la droite ligne de la vieille théorie française de l’approfondissement de l’Union européenne qui doit passer avant son élargissement. Cela correspond peut-être à la prise de conscience plus récente de la part d’un grand Etat qu’à force d’admettre des petits Etats en terme de démographie dans l’Union, les institutions de celle-ci ont de plus en plus de mal à représenter les équilibres politiques et économiques réels en son sein, puisque les citoyens des petits pays ont en fait plus de poids relatif que ceux des grands pays. Une Europe-puissance ne peut pas fonctionner sur une telle illusion institutionnalisée.

Ce veto d’Emmanuel Macron met par contre bien sûr en danger le flanc sud-est de l’Union en cas de nouvelle crise migratoire dans les Balkans, puisqu’aucun Etat de la région n’aura trop envie d’aider l’Union européenne pour prix de sa future adhésion, et peut être vu comme contradictoire avec sa volonté affichée de faire de l’Union européenne une puissance, puisque cela ouvre des perspectives à la Fédération de Russie, à la Turquie ou même à la Chine dans cette région des Balkans, qui pourtant devrait être le pré carré de l’Union européenne. 

Enfin, en dehors de ce qu’Emmanuel Macron peut obtenir de ses partenaires dans le cadre du fonctionnement routinier de l’Union européenne, le plus important est sans doute pour lui et pour la diplomatie française d’avoir des plans d’urgence à proposer en cas de crise majeure, de pouvoir saisir les fenêtres d’opportunité qui pourraient s’ouvrir. Je pense en particulier à tout ce qui concerne les aspects budgétaires en cas de crise économique majeure. Une relance par l’action de la BCE sera sans doute impossible, puisque je vois mal les taux d’intérêt devenir carrément négatifs pour les simples particuliers,  il faudra alors agir massivement au niveau budgétaire, et il ne faudra pas s’en laisser compter par quelques pisse-froid. 

Sur le fond, il reste une contradiction majeure dans l’« euro-macronisme ». Une Europe puissance qui se défend seule contre les dangers du mondeavec un fort budget commun peut-elle faire l’économie d’un pouvoir fédéral ? C’est bien cela le problème : soit ce sont les grands Etats restants qui forment un directoire à deux, trois, quatre ou cinq (France, Allemagne, Italie, Espagne,  Pologne ?) et  qui font office de pouvoir fédéral de fait, ou même de droit à la manière du Plan Fouchet, soit les 27 Etats (dont les grands, dont la France) se décident enfin à doter la Commission de tous les pouvoirs fédéraux qui pourraient être les siens. On ne peut pas raisonnablement avoir une Europe puissance où, en pratique, c’est la France qui décide de tout ce qui concerne ces aspects. L’Europe ne peut pas être simplement la France en grand.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 09/11/2019 - 23:16
1
Ainsi il faut partir de la base: Les USA veulent réduire le coût de l'Europe OTAN. Ils ont été prévenus que cela se fera au détriment des achats Militaires de l’Europe aux USA (Avions etc…) d'où l'avion de combat de l'UE. La présence USA va se réduire & donc, l'UE doit impérativement prendre le relais de la puissance manquante & se réorganiser en conséquence. Pour ça il faut une certaine cohérence diplomatique & militaire vis-à-vis de la Russie (en sachant que Poutine n'est pas immuable) Faut aussi analyser le désengagement des USA au Moyen-Orient. Ce désengagement se fait au bénéfice de la Russie.
Mais la Russie va immanquablement buter de la même manière sur le Nid de Serpents du Moyen-Orient comme il a buté en Afghanistan mais avec un Nid 1000fois plus gros. De plus il a des frontières beaucoup plus proches que les USA avec ce même Nid de Serpents.
Sur l'Asie même si avec les Chinois pour le moment, cela semble stable il ne peut ne pas penser que cette longue frontière est une fragilité pour lui. Donc il a le Moyen-Orient, ou il va mettre beaucoup de force, mais il lui faut garder une excellente puissance en Asie aussi. Suite...
Benvoyons
- 09/11/2019 - 23:16
2
Bilan la Russie a besoin d'une Europe stable avec laquelle, elle peut s'entendre pour son commerce mais aussi pour une non-intervention contre elle.
Pour l'Europe reste le Moyen-Orient qui déstabilise le Maghreb & une partie de l'Afrique. & donc même si la Russie va s'embourber avec le Moyen-Orient il reste aussi un critère de stabilisation du Nid de serpents. Concernant le Maghreb il n'y a qu'avec un fort même très fort investissement économique que nous pouvons de nouveau stabiliser mais surtout émanciper & sortir le Maghreb de la région du Nid de serpents du Moyen-Orient.
En fait les USA sont nécessaires mais ne peuvent plus commander l'OTAN avec les nouveaux intérêts de l'Europe & des pays qui sont autour
En fait l’analyse de Macron est plus large & beaucoup plus pragmatique.
Pour discuter avec les Allemands il est souvent nécessaire de provoquer, déstabiliser. Les Allemands ont une trouille, celle que l'on pense qu'il veulent toute la puissance & tout commander. Cette pensée en fait souvent aboutit à les faire ronronner. Donc Macron à raison de taper sur la table, pour éliminer les ronronnements Allemands & de ses alliés proches.
clo-ette
- 09/11/2019 - 12:58
impression
de navigation à vue .Eviter l'obstacle quand on le voit .