En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 30 min 23 sec
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 1 heure 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 4 heures 50 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 7 heures 27 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 1 heure 3 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 4 heures 58 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 5 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 7 heures 27 min
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 22 heures 36 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Atlantico Business

Immigration : ces 3 raisons pour lesquelles le modèle canadien est inapplicable en France

Publié le 07 novembre 2019
Selon l’OCDE, le Canada est le pays membre qui a le mieux réussi à mettre en place la politique d’immigration la plus efficace pour les travailleurs qualifiés... mais il paraît très difficile à transposer ailleurs. Voici pourquoi.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l’OCDE, le Canada est le pays membre qui a le mieux réussi à mettre en place la politique d’immigration la plus efficace pour les travailleurs qualifiés... mais il paraît très difficile à transposer ailleurs. Voici pourquoi.

Le modèle d’immigration du Canada est sans doute un des meilleurs du monde pour son efficacité technique, sauf qu’il commence à bugger dans certaines régions. Et surtout il est difficilement transposable aux pays européens. L’immigration au Canada choisit d’abord des compétences et des expertises. Le résultat est que la très grande majorité des migrants sont d’origine étrangère, mais ils ont au minimum le niveau du bac. Au minimum.

Alors que la France prépare la mise en place d’une immigration économique pour tenter de réguler les flux et faciliter l’insertion, alors que ces questions focalisent la plupart des débats politiques en Europe et plus spécialement en France, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publie un rapport qui compare les différentes réponses faites dans le monde à cette question et présente le Canada comme un “modèle” en la matière.

En bref, cette analyse OCDE montre que le Canada est, de tous les pays membres de l’OCDE, celui dont la politique de recrutement des travailleurs étrangers est la plus satisfaisante :

« Le Canada possède le système de migration de la main-d’œuvre qualifiée le plus élaboré et le plus ancien de l’OCDE. En grande partie à la suite de nombreuses décennies de gestion de la migration de la main-d’œuvre, plus d’une personne sur cinq au Canada est née à l’étranger, soit l’une des plus fortes proportions de la zone de l’OCDE. Au Canada, 60 % de la population née à l’étranger a un niveau d’instruction élevé, la plus forte proportion dans l’ensemble des pays de l’OCDE. »

Les auteurs du rapport ne tarissent pas d’éloges pour dire que le système de sélection mis en place en 2015, est également très efficace « quand il s’agit de réunir les familles et celui qui fait le plus d’efforts constants pour améliorer son système migratoire”.

Les chiffres de l’immigration étrangère au Canada sont spectaculaires. Selon le dernier recensement,la population canadienne a cru de plus de 528 000 habitants en 2018, du jamais vu depuis les années 1950. Cette hausse est essentiellement imputable à l'immigration étrangère. Stimulée par ce phénomène,la population canadienne s’établissait à 37 314 442 habitants au 1er janvier dernier.

Pour Justin Trudeau, qui a beaucoup boosté cette politique,l’immigration ne doit pas être un problème, mais une solution.

En bref, l’immigration canadienne est une immigration choisie qui doit répondre au besoin de l’économie et l’économie a besoin de compétence et d’expertise. On va donc chouchouter les migrants qui possèdent déjà une formation technique très avancée mais très large. « Un des facteurs clés du succès du modèle canadien, c’est qu’on choisit selon une banque de compétences assez large. On ne cible pas des métiers particuliers du moins au niveau fédéral » explique-t-on.

Pendant 5 ou 7 ans, le Canada va donc tester les qualités des candidats à l’immigration. Il a d’abord un permis de travail valable 2 ans et s’il désire s’installer, l’administration va vérifier et mesurer son expertise, sa formation, son CV, son expérience, sa motivation, ses projets, sa connaissance de l’une des deux langues officielles du Canada (l’anglais ou le français), sa connaissance des institutions et de l’histoire du Canada. L’administration fédérale va aussi vérifier l’adéquation du candidat à l’immigration aux besoins de la région où il désire s’installer.

Le modèle est donc bien un modèle fondé sur la nécessité de répondre à des besoins économiques. 

Le projet de réforme présenté par la France se situe bien évidemment dans la même logique. Cependant, il paraîtra très difficile à appliquer. Pour trois raisons ;

La première concerne la situation de l’emploi. Le Canada est en situation de plein emploi avec 2% de chômage maximum. Le sport le plus pratiqué au Canada, c’est la chasse à la compétence. L’immigration est donc absolument indispensable dans tous les secteurs mais les besoins se portent plus particulièrement sur les compétences. La France est un pays où le chômage déborde de partout avec des systèmes d’assurance chômage qui permettent de supporter cette situation même si les conditions se sont récemment durcies. Alors il existe en France, des métiers sous tension et ce sont ces métiers que le nouveau système va cibler, mais techniquement ça sera très difficile à réaliser. Il faudra recenser précisément les besoins et organiser l’adéquation avec le candidat à l’immigration.

La deuxième raison tient à la situation géographique du Canada. L’entrée au Canada est beaucoup plus facile à contrôler que l’entrée en France. La France est ouverte sur l’espace Schengen dont les frontières sont assez perméables. Le Canada est situé entre les glaces désertiques du pôle Nord, l’océan Atlantique à l’est, le pacifique à l’Ouest et la frontière américaine au Sud qui est très contrôlée. Les autorités canadiennes ont donc la possibilité de contrôler toutes les arrivées et toute la sortie de ses territoires. 

La troisième raison tient à l’organisation fédérale du Canada. Chaque Etat à la possibilité d’adapter la loi fédérale à sa propre caractéristique ce qui n’est pas le cas en France ou les questions sont très centralisées par Pole emploi. Pole emploi peut publier un état des besoins mais ne dispose pas d’un état des moyens prêt à l’investir dans telle ou telle région.

Au Canada, les choses ne se règlent pas toujours très facilement. Les dernières élections nous ont révélé que le système pouvait bugger et provoquer des réactions politiques.

D’abord, la situation de l’emploi permet de choisir des palettes de compétences très larges. On ne choisit pas métier par métier, comme voudrait le faire la France. Pour affiner les choix, le système de formation peut se mobiliser très rapidement.

N’empêche qu’au Québec, par exemple l’immigration est un sujet de polémique et de débat politique. Le Québec accueille environ 85 000 immigrants économiques chaque année. Lors des dernières élections, ce chiffre a alimenté les débats et a été source de tensions sur le plan politique, d’autant que compte tenu de la densité, certaines populations ont parfois la perception d’une intégration plus ou moins réussie pour les nouveaux arrivants.Le gouvernement sorti des élections s’est donc pour sa part engagé à réduire cette année de 20 % le nombre des nouveaux arrivants, jugeant que “trop peu d’immigrants maîtrisent le français et que leur taux de chômage est trop élevé”. 

Alors, cette promesse électorale a été mal perçue par les milieux d’affaires, qui estiment que la province aurait en réalité besoin de plus d’immigrants, et par le gouvernement fédéral, qui, a fait savoir “qu’il n’est pas temps de réduire le nombre d’immigrants qualifiés, mais qu’il est temps de continuer à faire croître l’économie canadienne de manière responsable”.

Les entreprises québécoises voudraient “au moins” 60 000 immigrants par an, c’est à dire beaucoup plus que ce que le gouvernement du Québec s’est fixé puisque officiellement, la province prévoit d’accueillir d’ici à 2022 entre 49 500 et 52 000 personnes.

Selon le Conseil du patronat du Québec (CPQ), il faudrait faire venir “plus de 300 000 travailleurs étrangers au cours des dix prochaines années”.

Pour trouver un compromis, le gouvernement du Québec va donc très rapidement relever des seuils de compétence concernant les travailleurs qualifiés, mettre en place un nouveau dispositif d’accompagnement des immigrants pour faciliter l’intégration, et prendre en compte la connaissance et l’adhésion aux valeurs portée par le Canada et notamment les grands principes d’Egalite et de liberté individuelle qui sont inscrits dans la Constitution. C’est nouveau au Canada, c’est plus sensible au Québec, sauf que l’objectif est aussi comme ailleurs de gérer des cultures étrangers imprégnées de préceptes religieuses qui sont difficilement compatibles avec les valeurs de tolérance et des principes de laïcité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 08/11/2019 - 15:16
j'aime bien
ce que dit Popol!
Chez nous le marocain dirait plutôt: pourquoi tu t'emmerderais à bosser, suffit de passer à la caisse , les jours où tu deale pas!
Quant aux diplômes, j'imagine qu'on doit avoir plein de candidats bourrés de diplômes de théologie coranique !
ajm
- 07/11/2019 - 16:09
Espace géographique plus que pays.
Le Canada n'est plus depuis longtemps un vrai pays mais une association improbable et précaire de restes d'Anglais, de Français et de miettes de l'empire Britannique, tout ceci sous la protection militaire du grand voisin US, assis sur des ressources minérales et CARBONÉES ( horreur!) énormes et d'espaces immenses "exploitées " à l'ancienne. Le Canada c'est une espèce d'USA un peu honteux d'être encore un peu Européen et complexé de sa richesse naturelle. Sa situation économique est bonne mais pas autant que ce qu'on peut penser en général.
zelectron
- 07/11/2019 - 14:30
Le "modèle" canadien est un leurre socialiste
Trudeau n'aime que le pouvoir et lui-même, ceci explique cela.