En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

05.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 4 heures 7 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 5 heures 16 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 6 heures 56 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 9 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 10 heures 29 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 4 heures 31 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 5 heures 33 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 7 heures 29 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 9 heures 54 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 3 heures
© Laurent EMMANUEL / AFP
© Laurent EMMANUEL / AFP
Too much ?

Adèle Haenel, #MeeToo et ces procès médiatiques qui font abstraction de l’Etat de droit

Publié le 06 novembre 2019
Christophe Ruggia vient d'être exclu de la Société des réalisateurs de films suite à un article de Médiapart dans lequel la comédienne Adèle Haenel l'accuse le harcèlement sexuel et d'attouchement entre ses 12 et 15 ans.
Olivia Dufour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivia Dufour est journaliste indépendante, spécialisée en économie. Elle est l'auteur de Justice et médias, la tentation du populisme (Lextenson, Juin 2019).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Ruggia vient d'être exclu de la Société des réalisateurs de films suite à un article de Médiapart dans lequel la comédienne Adèle Haenel l'accuse le harcèlement sexuel et d'attouchement entre ses 12 et 15 ans.

Atlantico : L'expulsion de Christophe Ruggia de la SRF intervient quelques heure après publication de Médiapart. Qu'est-ce que cela révèle de l'influence de ce média ?

Olivia Dufour : La rapidité et la nature de la réaction sont édifiantes. Un média donne la parole à une jeune femme qui dénonce des faits d’agression sexuelle et immédiatement ou presque l’association dont est membre l’accusé apporte son « soutien total » à la plaignante dans un communiqué de presse. Mieux, les auteurs du communiqué saluent le « courage », affirment qu’ils la croient et annoncent la mise en oeuvre d’une procédure de radiation de celui de ses membres qui est accusé. Il n’est nul part écrit que l’association va entendre celui-ci, examiner le dossier, et qu’elle prendra sa décision après avoir écouté ses arguments, ce qui serait pourtant le minimum, à défaut d’attendre le procès. Enfin l’association s’engage à revoir les pratiques dans le monde du cinéma. On pourrait imaginer qu’elle dispose d’informations que le public n’a pas, justifiant la brutalité de cette réaction, mais elle précise elle-même qu’elle a découvert non pas l’emprise du réalisateur qui était connue, mais son caractère sexuel à l’occasion de sa médiatisation.

Cela signifie que la présomption d’innocence qui est un pilier de l’état de droit, cède ici instantanément l devant le pouvoir médiatique qui, lui, exige des sanctions exemplaires et immédiates dès qu’il fait des révélations et tolère généralement très mal que la personne qu’il accuse puisse avoir l’audace de se défendre. Concrètement, n’importe qui aujourd’hui peut être condamné à la mort sociale sur une simple accusation lancée dans les médias. Un jour homme se défendait devant l’empereur Justinien des faits dont il était accusé. Son accusateur indigné de ses dénégations lance « s’il suffit de nier alors il n’y a plus de coupables ». Et l’empereur de lui rétorquer : « s’il suffit d’accuser, alors il n’y a plus d’innocents ».

Adèle Haenel a déclaré ne pas vouloir intenter d'action en justice car selon elle, trop peu de condamnations sont prononcées. A l'inverse, le terme de "tribunal médiatique" apparaît de plus en plus, et son apparition entraîne systématiquement une condamnation publique et immédiate de celui qui est accusé sur internet. Or, l'actrice a justement choisi de ce confier à un journal éminemment politique qui a déjà eu une incidence en ce sens, telle que la démission de Rugy. Assiste-t-on à la mise en place d'une justice parallèle ? 

L’impuissance de la justice est l’argument régulièrement avancé pour justifier son contournement. Bien souvent, les accusateurs n’ont même pas essayé la voie judiciaire et partent du principe qu’elle aurait échoué. C’est un peu facile. Sans doute la justice doit-elle s’améliorer sur le sujet des violences faites aux femmes, mais ce n’est pas cela qui se joue dans les mouvements #metoo et autre #balancetonporc, ou pas uniquement. N’oublions pas qu’Internet est conçu comme un outil de désintermédiation, autrement dit, le citoyen est censé se libérer des corps intermédiaires et des institutions pour s’émanciper grâce à Internet.  Il faut lire à ce sujet les ouvrages du philosophe Eric Sadin et notamment La Siliconisation du monde.
 
Chacun avec son smartphone en main se sent maitre du monde. Or, dénoncer sur Twitter ou auprès d’un média les faits de harcèlement, violences, agressions sexuelles est beaucoup plus simple et rapide que de saisir la justice. Et le résultat est beaucoup plus satisfaisant. L’obtention du statut de victime emporte immédiatement l’écoute, la compassion, les soutiens. On obtient surtout la sanction rapide, violente et immédiate de son agresseur ou supposé tel. Que demander de mieux ? C’est ainsi que se forme sous nos yeux un tribunal médiatique au pouvoir absolument terrifiant mais dont on ne veut voir pour l’instant que les vertus, portées par la légitimité du combat contre les violences faites aux femmes.

En quoi cette affaire est-elle symptomatique des limites de notre Etat de droit ? 

Ceux qui utilisent le tribunal médiatique ou qui l’encouragent portent plus ou moins consciemment l’idée que la fin justifie les moyens. Nous vivons dans un pays qui a un rapport très négatif à la dénonciation pour des raisons historiques sur lesquelles il est inutile de revenir. Et soudain on constate qu’il y a des dénonciations qui sont considérées comme souhaitables, vertueuses, salutaires. Pour comprendre à quoi sert l’état de droit, Imaginons un père, un frère, un fils accusé ainsi, jeté en pâture sur les réseaux sociaux,  immédiatement sanctionné par son employeur, son association etc…

Soudain on comprend l’intérêt des droits de la défense, la possibilité d’avoir un avocat, les procédures conçues pour éviter l’arbitraire, les voies de recours et même la possibilité de déclencher des poursuites disciplinaires contre un juge qui commettrait une faute. Dans un état de droit, on préfère un coupable en liberté plutôt qu’un innocent en prison. C’est tout cela que le tribunal médiatique remet en question. La justice n’est certes pas parfaite, mais on a mis des centaines d’années à construire le système le plus juste possible. Les médias compris au sens large, donc incluant les réseaux sociaux, croient pour l’instant qu’il courent vers le meilleur en contournant la justice, qu’enfin on va pouvoir lutter contre les violences faites aux femmes avec efficacité, que le progrès est devant nous. En réalité, c’est une incroyable régression de la civilisation, c’est le retour à la justice privée, à la vengeance.

Comment peut-on vouloir confier la justice à des médias qui sont avant tout des entreprises commerciales n’offrant aucun garantie éthique ou institutionnelle plutôt qu’à l’institution judiciaire ? C’est aberrant. Aucune cause ne justifie pour sa défense de violer l’état de droit. On peut faire évoluer une société autrement que par le scandale et la dénonciation. 

A lire également : Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 10/11/2019 - 22:30
La nausée
Vous pouvez comprendre ça !!
jurgio
- 07/11/2019 - 18:40
Tribunal populaire d'exception
Dans le contexte que nous vivons, déclarer "innocemment" et publiquement : « j'ai été victime mais je ne porterai pas plainte » m'apparaît comme un sommet de perversité. Ainsi la victime "présumée", libérée de fastidieuses démarches juridiques s'est ainsi assurée du même coup de la sentence désirée.
REAGAN
- 07/11/2019 - 15:13
delation
imaginons je dis bien imaginons
un monsieur de 40 ans vient porter plainte contre son prof de français de 20 ans de plus que lui pour attouchement lors qu il avait 15 ans
que se passe t il chez Mediapart circulez il n y a rien a voir