En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 1 heure 6 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 55 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 6 heures 40 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 58 min 17 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 4 heures 42 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 6 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 6 heures 50 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 21 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Instinct de survie

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

Publié le 06 novembre 2019
Trente ans après la chute du mur de Berlin, le communisme n'a jamais quitté la scène politique. Si les scores électoraux du parti communiste en France sont faibles, il est encore très présent dans les sciences humaines, l'enseignement plutôt qu'électoralement.
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trente ans après la chute du mur de Berlin, le communisme n'a jamais quitté la scène politique. Si les scores électoraux du parti communiste en France sont faibles, il est encore très présent dans les sciences humaines, l'enseignement plutôt qu'électoralement.

Atlantico : Vous avez publié l'édition 2015 de l'ouvrage collectif "communisme" dont le sous titre est "En Europe : L’éternel retour des communistes". Quels sont en 2019, les éléments qui attestent d'un retour des communistes ? 

Stéphane Courtois : "Eternel retour" est une manière de dire qu’à la fois ils n’ont jamais quitté la scène politique, mais qu’ils se présentent souvent sous d’autres formes de type néo-communiste ou post-communiste. Il faut distinguer des situations très différentes. En Russie, les communistes demeurent omniprésents, bien sûr avec le Parti communiste reconstitué après 1991, mais surtout avec Poutine et son équipe qui sont quasiment tous des hommes du KGB reconvertis dans l’administration étatique, les services secrets et le gros business (gaz, pétrole, etc.). En Europe centrale et orientale, cela dépend : là où il y a eu une véritable révolution anticommuniste en 1989 – dans les Etats baltes, en Pologne, en République tchèque –, soit ils se sont convertis effectivement à la démocratie parlementaire, soit ils sont marginalisés. Mais là où on a assisté à une fausse révolution mise en scène par des fractions du parti communiste et de la police politique – Roumanie, Bulgarie, Slovénie etc. –, les communistes se sont reconvertis – au sens professionnel du terme – en « sociaux-démocrates », tout en s’assurant du maintien du quasi monopole qui était le leur sur la justice, les médias, l’économie et la politique. En Europe occidentale, en dehors des nombreux groupes toujours orthodoxes, nombre de communistes se sont rapprochés de l’extrême gauche et des écologistes pour former des alliances électorales, et être en meilleure position pour s’allier aux socialistes.

Pourquoi les communistes n'ont-ils jamais disparu finalement ? 

Ils n'ont pas disparu parce que les pouvoirs communistes, à la différence du pouvoir nazi allemand ou fasciste italien, n'ont pas été vaincu militairement par les démocraties. Ils se sont effondrés sur eux-mêmes, ce qui a laissé le temps à la partie la plus opportuniste et la plus décidée de ces pouvoirs de préparer d'abord une retraite, puis ensuite un retour. Cela s'est opéré essentiellement à travers les services secrets et les polices politiques qui contrôlaient les flux financiers internationaux et qui disposaient de dossiers et de moyens de chantage sur de nombreuses personnalités. Et qui en outre ne se sont pas gênés pour truquer les élections et même pour utiliser la force pure et simple.

Alors que le Parti communiste a essuyé une défaite lors des dernières élections européennes, alors que l’on prédisait à Ian Brossat un bon résultat, quelle forme prend actuellement l'engagement communiste en France ? Sous quelle forme le communisme pourrait "renaître" ?  

Il est vrai que le communisme est affaibli sur le plan électoral, à la fois en raison des modes de scrutin, et parce qu’il est coincé entre LFI et le Rassemblement national qui est en train de conquérir un électorat populaire – ouvriers et employés –, très déçu du président et du gouvernement et sensible aux thèmes démagogiques de Marine Le Pen, bien proches de ceux de Georges Marchais il y a 30 ans. Mais sur le plan des idées, les communistes et l’extrême gauche demeurent puissants dans l’enseignement, dans l’université, dans les sciences humaines, dans nombre de médias. Certaines figures demeurent emblématiques, comme celle d’Alain Badiou qui revendique toujours l’idée communiste tout en continuant de dire son admiration pour les Khmers rouges ou pour la Révolution culturelle de Mao. On constate que 20 ans après la publication du Livre noir du communisme, qui dénonçait la dimension fondamentalement criminelle des pouvoirs communistes au XXe siècle, leur caractère totalitaire tend à s’effacer.

Le communisme "s'exprime" dans les mouvements altermondialistes en France. En quoi est-ce que cela témoigne d'une mutation de la sociologie communiste ? 

Il devient difficile de parler d’une sociologie du communisme, tant le PCF est aujourd’hui affaibli et réduit à quelques dizaines de milliers de membres et tant il a perdu une grande part de son implantation dans le monde ouvrier. Il s’est replié sur le monde enseignant en général, sur les municipalités qu’il contrôle et à la CGT – surtout implantée à EDF-GDF, à la SNCF, dans le métro, les ports, etc –, c’est-à-dire dans le secteur public et parapublic.

Comment la colonne vertébrale du communisme a-t-elle évolué pour s'adapter aux préoccupations contemporaines ? 

Il est symptomatique que nombre de communistes refusent d’assumer ce que fut leur histoire durant 74 ans, de 1917 à 1991, expliquant qu’il ne s’agissait pas du « vrai » communisme. Ce déni, voire souvent un négationnisme, est un moyen commode d’« oublier » Brejnev, Staline, Lénine et leurs crimes contre l’humanité. Parfois même gênés par Marx – un penseur peu porté sur la démocratie parlementaire et adepte de la violence –, ils remontent au fondateur du communisme moderne, Gracchus Babeuf, qui en 1795 prônait « la Sainte Égalité » et la « Communauté de biens ». Cela demeure un horizon utopique fondamental qui se nourrit d’un anticapitalisme devenu aujourd’hui antimondialisation, doublé du traditionnel anti-impérialisme contre les Etats-Unis. Ces thèmes demeurent communs à tous les communistes européens, « de l’Atlantique à l’Oural », et continuent de fonder leur identité commune.

Faut-il voir dans la montée du Rassemblement national auprès des classes populaires un échec des partis communistes à saisir les préoccupations qui traversent les classes populaires contemporaines ?

Le PCF avait réussit son implantation dans le monde ouvrier entre 1935-36 et les années 1960 en l’aidant à obtenir des avantages sociaux très importants – salaires, horaires, vacances, etc. –, en lui offrant un modèle identitaire gratifiant – LE métallo, LE mineur, LE docker etc. – dans une société où le manuel était méprisé des élites, et en lui proposant un « avenir radieux » – le socialisme à la mode soviétique. Or, l’effondrement de l’URSS a désenchanté puis ruiné le rêve. La crise pétrolière, la désindustrialisation, le passage au post-industriel de la fin des années 1970 ont détruit la base sociologique ouvrière – voir l’exemple de la sidérurgie en Lorraine. Et dès 1981, on a assisté à la désaffection électorale envers le PCF des ouvriers et employés qui se sont d’abord reportés sur le PS. Mais l’annonce par les dirigeants de Terra Nova que l’avenir de ce parti n’était plus dans les couches populaires mais dans les classes moyennes et supérieures, n’a pu que désespérer un peu plus ces milieux populaires, violemment frappés par le chômage et qui se vengent des élites en votant Le Pen. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 08/11/2019 - 11:22
AHHHH
Intellectualiser la réflexion de Ganesha!!!!!! vaste projet comme disait le grand Charles en regardant une inscription sur un mur. Les israeliens ont fertilisé le désert du Neguev mais....faire sortir quelque chose de sensé des neurones de Ganesha.....c'est pour cela qu'Hercule s'est arrêté à 12 travaux....Il reste le matérialisme quantique ( croisement entre la pensée de Marx et de Dirac) qui pourrait nous faire comprendre que la pensée de Ganesha est à la fois contradictoire et imprévisible
Ganesha
- 07/11/2019 - 11:38
Evgueniesokolof
Concernant votre message de 11h02, vous présentez une réaction psychologique très habituelle : la première phrase de mon texte du 6/11 12h26 vous a tellement bouleversé, que vous êtes incapable d'intellectualiser les deux suivantes.

Elles apportent pourtant une explication logique !
evgueniesokolof
- 07/11/2019 - 11:15
6/11: 10.40 premier post de
6/11: 10.40 premier post de ganesha
6/11:16:35 4 eme et dernier post de ganesha
six heures de boulot (lecture de Wikipédia) au bureau 336 , troisième étage , sous-direction de la bande dessinée au ministère de la culture!
Voila ce que fait Ganesha aux frais du cochon de payant