En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Détresse des salariés

Cette culture de la lamentation qui plombe le climat au sein des entreprises

Publié le 04 novembre 2019
Nos organisations seraient-elles devenues, malgré nos indubitables bonnes intentions, involontairement mais concrètement… toxiques ?
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos organisations seraient-elles devenues, malgré nos indubitables bonnes intentions, involontairement mais concrètement… toxiques ?

N’aurions-nous pas laissé sourdre en elles, à force de surfer sur les modes d’un bien introuvable leadership ou d’essayer les tous derniers colifichets d’un management systémique, la source invisible – et actuellement invincible – de tant de détresses psychiques ? 

De haut en bas, au fil de hiérarchies devenues incohérentes et obsolètes, des salariés souffrent. Sans le dire ni se le dire, jusqu’à l’accident… La désolante et hypocrite imputation de ces maux à la sphère privée ne tient plus désormais, balayée par les dernières recherches scientifiques et les récentes décisions de l’OMS.

Bien sûr, la simplicité et la cohérence règnent dans nos organisations, en permanente réorganisation ! Les champions de la rationalité nous y somment d’en faire toujours plus, à court terme, avec toujours moins. Les adorateurs du dividende sacrifient toute valeur intrinsèque, à grand coups de cost-killing, pour que demeure le ROI. Certains Conseils d’Administration, hésitant à se risquer d’oser une vision, dissèquent les indicateurs, mensongers ou de courte vue. La direction générale, alors contrainte d’y suppléer, tente d’inventer une stratégie pour la proposer à ce CA qui s’obstine pourtant à ne s’intéresser qu’aux chiffres, véritables chaussetrappes pour toute vérité ou créativité.

La corruption ne s’arrête pas là. L’agilité se décrète sous contrainte, voire même chantage ou menace ; l’injonction d’innover est jumelle de celles de la compliance et cousine avec les interdits du moindre risque ou de l’audace et du courage ; le renforcement du négatif grouille et on ne célèbre plus jamais tout ce qui simplement va bien ; la langue de bois généralisée, enfumage anxiogène, fonde une défiance universalisée ; la bienveillance, qui pourtant voudrait s’imposer, s’échoue sur les brisants des objectifs individuels, abyssale cimetière de toutes les tentatives de Team-Building…

L’entreprise serait-elle devenue délirante, à force d’incohérences rationnelles, de suradministrations angoissées et autres paradoxes castrateurs ? Ne serait-ce pas là, de fait, la racine réelle des coûts cachés et la cause première de nos pathétiques atonies économiques ?

Certains audacieux, voulant se libérer du prêt-à-penser universitaire ou des MBA, osent l’entreprise délibérante. Sous diverses formes, parfois hélas encore empruntes de dogmatismes ou d’arrogance, ils expérimentent la décision transactionnelle. Où chaque salarié est appelé à prendre part aux décisions qui concernent son travail. L’expérience montre que, si ce n’est pas un fiasco, ce n’est pas non plus un succès. En dehors de quelques équipes qui déjà s’auto-organisaient spontanément (informaticiens, graphistes, logisticiens…) cette présumée « libération » achoppe concrètement dans toutes les organisations complexes, qui réunissent plusieurs métiers. Elle échoue même, assez gravement, à protéger ses salariés des mêmes souffrances psychiques que subit le travailleur de « l’entreprise-pas-encore-libérée ».

Une autre tendance – plus mondiale – apparaît infiniment plus féconde. Abandonnant sans retour les idéologies de la prédation (la somme de tous les égoïsmes engendre le Bien Commun – tout acte est moral et légitime dès que j’en tire un profit personnel) ou encore de l’instrumentalisation de l’homme par l’homme (je pense donc ils exécutent) une humanité laborieuse, régénérée, est en cours de recréation. 

Entrepreneurs délibérés, c’est-à-dire résolument créateurs d‘authentiques richesses à partager, ils refusent d’accepter la vacuité orgueilleuse et la délétère toxicité de nos organisations dinosauresques. Fermement décider à contribuer et à partager, plutôt qu’à accaparer, bien assurés que la valeur des hommes fait la qualité des entreprises, ils ont choisi de savoir répondre en toute loyauté et clairvoyance, sans se mentir à eux-mêmes, chaque instant, à deux questions essentielles, de pur bon sens. Ancrés dans un extraordinaire renouveau de la plus authentique écologie humaine, ces 2 questions sont devenues leur guide éthique pour toute décision et pour chaque action. À quoi je sers ? À quoi ça sert ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires