En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 42 min 50 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 2 heures 29 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 6 heures 19 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 8 heures 3 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 58 min 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 2 heures 21 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 7 heures 37 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 8 heures 14 min
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
RDA

Ce que Jean-Luc Mélenchon ne comprend absolument pas à la réunification allemande

Publié le 02 novembre 2019
Le Monde Diplomatique titrait cette semaine, en une, "Allemagne de l'Est, histoire d'une annexion". Un article au sujet duquel Jean-Luc Mélenchon a réagi sur Twitter en ces termes : "Enfin le mot juste pour nommer ce qui s'est passé il y a 30 ans. Une violence qui n'en finit plus de se payer".
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Monde Diplomatique titrait cette semaine, en une, "Allemagne de l'Est, histoire d'une annexion". Un article au sujet duquel Jean-Luc Mélenchon a réagi sur Twitter en ces termes : "Enfin le mot juste pour nommer ce qui s'est passé il y a 30 ans. Une violence qui n'en finit plus de se payer".

Atlantico.fr : Dans cette une du Monde Diplomatique, les journalistes rappellent qu'en 1989, après la chute du Mur, les opposants au régime communiste étaient favorables à 71% non pas à l'unification mais à une RDA démocratique. Si le mécontentement de la population d'Allemagne de l'Est demeure à l'heure actuelle, ("58 % des Allemands de l’Est ont le sentiment de n’être pas mieux protégés de l’arbitraire étatique qu’en RDA " ) parler d'annexion n'est-il pas réécrire l'histoire ? 

Edouard Husson : De qui parle-t-on quand on désigne les « opposants au régime communiste » ? Des milieux religieux (les pasteurs protestants, en particulier) et des intellectuels qui étaient opposés au régime. Cette opposition s’était formée dans les années 1980, en particulier dans le cadre de l’organisation par le régime d’un mouvement d’opposants à l’installation de missiles Pershing en Europe de l’Ouest par l’OTAN. Ce mouvement a en partie échappé au régime, puisque beaucoup de ces manifestants en ont profité pour se parler, entre eux, de leur insatisfaction envers le régime de RDA lui-même. C’est dans ces milieux qu’a bouillonné un début d’opposition au régime. C’est, en particulier dans les milieux protestants opposants qu’a germé le mouvement protestataire qui déclenche début septembre 1989 les « manifestations du lundi » de Leipzig. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a une poussée vers la liberté qui précède de plusieurs semaines: dès que la Hongrie a ouvert sa frontière vers l’Autriche, à l’été 1989, plusieurs milliers d’Allemands de RDA en ont profité pour passer à l’Ouest. Après l’ouverture du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, ce sont plus de mille personnes par jours qui vont s’installer à l’Ouest. A la fin novembre au plus tard, il est clair qu’une immense majorité d’Allemands de l’Est réclame la réunification. Se répand le slogan « wir sind ein Volk », nous sommes un peuple, au lieu du slogan jusque-là crié à Leipzig: « wir sind das Volk», nous sommes le peuple. Et surtout, cet autre slogan, plus significatif encore: «Si le deutsche mark ne vient pas à nous, c’est nous qui iront à lui! » C’est la raison pour laquelle Helmut Kohl a accéléré la marche vers la réunification, alors même que les Allemands de l’Ouest n’avaient majoritairement pas très envie de l’entrée de leurs frères de l’Est dans les institutions ouest-allemandes ni. Dans le système de redistribution financière entre Länder. 

Il faut avoir tout cela en tête pour ne pas être dupe de la nostalgie des « Ossies », comme on a commencé à appeler les Allemands de l’Est à partir du milieu des années 1990, lorsqu’économiquement la réunification a moyennement tourné et que s’est développée une « Ostalgie », une nostalgie de l’ancien régime communiste, un vote pour le PDS, le parti succédant à l’ancien parti communiste (aujourd’hui absorbé dans Die Linke) mais aussi une série impressionnante d’attaques violentes en bandes (d’imprégnation néonazie) contre des étrangers vivant dans les « nouveaux « Länder ». Il faut bien comprendre que beaucoup des jeunes Allemands de l’Est, les plus diplômés d’entre eux, sont partis à l’Ouest. L’exemple le plus célèbre en est Angela Merkel, fille de pasteur, mais déjà profondément réaliste, qui n’a pas voulu perdre son temps avec ceux qu’elle qualifiait de rêveurs, à la recherche d’une troisième voie entre capitalisme et socialisme. 

Il est bien vrai, par ailleurs, que la réunification a été mal conçue économiquement. Que les Allemands de l’Est restés au pays en ont souffert. Et qu’aujourd’hui encore, ils ont tendance à idéaliser le régime d’avant. Cependant, si on les pousse dans leurs retranchement, ils reconnaîtront que cela change tout d’être en démocratie pour pouvoir exprimer ouvertement son mécontentement et voter pour les partis protestataires, Die Linke et l’AfD. 

Jean-Luc Mélenchon semble ignorer la réalité de la réunification allemande, qualifiant même "l'annexion" de "violence". Comment expliquer cette lecture historique loin de la réalité ? Est-elle partagée par une partie de la population allemande ?  

Le rapport de la gauche à la violence consiste toujours à minimiser la violence venue de ses propres rangs et à majorer celle commise par l’autre camp. En twittant comme il l’a fait, soit Jean-Luc Mélenchon assume le fait qu’il aurait fait partie de la nomenklatura est-allemande, soit il avoue son ignorance de ce qu’était la RDA pour le citoyen lambda. Délabrement des infrastructures, pollution par le chauffage urbain au charbon, l’archaïsme des procédés industriels et le retard technologique des automobiles, grandes barres d’habitation sinistres et anonymes, atmosphère permanente de suspicion avec le plus fort taux d’informateurs de la police politique par habitant au sein d’un régime communiste européen, prisons politiques : on pourrait continuer la liste qui fait de la RDA un régime communiste «exemplaire ». Les individus n’avaient pas d’autre choix que de se replier sur la sphère familiale (tout en craignant la dénonciation par un proche). Les habitants de l’ancienne RDA vous diront qu’ils essyaient d’ignorer le régime quand ils franchissaient le seuil de leur appartement. On pouvait un peu se laisser aller à parler sans langue de bois. Mais cette séparation privé/public a profondément marqué ceux qui l’ont vécue: les personnes qui ont eu l’occasion de voir Angela Merkel en privé soulignent son humour et son entrain; mais dès qu’elle quitte la sphère privée, pour rentrer en politique, Angela Merkel se met à parler une langue de bois qui sent la RDA (par exemple son incapacité à désigner « les Allemands » ou « les étrangers » en leur substituant l’englobante formule « les gens qui vivent dans ce pays »); elle redevient cette ancienne citoyenne est-allemande pour qui « il n’y a pas d’alternative » et qui fuit le débat politique à tout prix. 

On peut évidemment, comme le font « Le Monde diplomatique » et Mélenchon, énumérer toutes les erreurs commises par les « Wessies » pendant la réunification. Il faudra y mettre l’absurdité du taux de change monétaire « un mark ouest pour un mark est », qui a tué ce qui pouvait rester viable de l’industrie est-allemande; la politique de reprise et liquidation quasi-systématique lors de la privatisation par la Treuhand; l’absurde démantèlement du réseaux de crèches publiques, qui avait maintenu le taux de fécondité est-allemand au-dessus du taux ouest-allemand; la tendance qu’ont eu bien des universitaires ouest-allemands à se procurer à l’Est un poste qu’ils ne trouvaient pas dans les universités de l’Ouest etc....Mais de là à parler d’annexion ou d’en faire l’expression d’une violence équivalente à la coercition marxiste-léniniste, il faut une bonne dose d’aveuglement ou bien un humour très cynique. 

En qualifiant le choix du mot "annexion" de juste, Jean-Luc Mélenchon ne fait-il pas une grave erreur ?  En semblant regretter la RDA le leader de la France Insoumise ne révèle-t-il pas en quelque sorte ces vraies couleurs ? 

Je vous propose de demander à Jean-Luc Mélenchon comment il juge la politique d’accueil massif de réfugiés et de migrants décidée en solitaire par Angela Merkel en septembre 2015 et qui, au-delà d’un engagement étonnant des Allemands de l’Ouest pour insérer les nouveaux arrivants, se révèle catastrophique pour le pays. Mélenchon ne saura pas répondre car il va être confronté aux contradictions de sa propre position politique, sincèrement populiste (pour moi ce n’est pas une insulte) en économie mais très globaliste dès qu’on en vient aux sujets sociétaux ou aux questions de flux migratoires. Or il y a deux choses qu’il faudrait souligner à propos de la politique migratoire d’Angela Merkel. La première, c’est qu’elle a rouvert la fracture entre les deux parties de l’Allemagne réunifiée. Les Allemands de l’Est, malgré les difficultés causées par la politique économique des années 1990 et l’attitude professorale à leur égard de beaucoup d’Allemands de l’Ouest, avaient connu une phase d’intégration réelle sous Gerhard Schröder, en particulier lorsque, durant la campagne électorale de 2002, le chancelier sortant avait chaussé des bottes pour aller marquer son soutien à des régions marquées par les inondations; puis avait affiché son opposition à la guerre en Irak, une position très populaire dans l’ancienne RDA. Ce sont les Allemands de l’Est qui ont réélu Gerhard Schröder en 2002 ! Paradoxalement, c’est leur ancienne compatriote, Angela Merkel, qui leur a donné, en particulier par sa politique migratoire, l’impression de devenir à nouveau des « citoyens de seconde zone », les migrants ayant la priorité sur eux. Ce que les Allemands de l’Est sentent profondément, c’est qu’Angela Merkel est un produit de l’ancien système: pour proposer d’accueillir d’un coup 1,5 millions de personnes, sans préparation et sans moyens financiers dédiés, comme l’a fait la Chancelière il faut avoir été sérieusement imprégné par l’ingénierie sociale et les improvisations permanentes des régimes communistes en matière économique et sociale. Angela Merkel, née en 1953, a passé, on l’oublie trop, à ce jour plus de la moitié de sa vie en RDA ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 02/11/2019 - 19:46
De toute manière
Melenchon c'est un symbole du vide intellectuel qui nous entoure: ce bouffon est digne d'un général sorti de Tintin et les Picaros ; le général Tapioca prêt à fouziller à l'aube tous les récalcitrants. Il peut raconter n'importe quoi et Merdialand se tait . En fait, c'est une réincarnation de Marchais ; un guignol qui amuse la galerie
evgueniesokolof
- 02/11/2019 - 19:42
ganesha
" la comparaison est pathétique avec Causeur où certains articles provoquent plus de mille réactions."
Oui il arrive qu'on soit d'accord!
les articles d'Atlantico sont infiniment supérieurs à ceux de Causeur ou seules quelques plumes sauvent la mise
Mais Causeur utilise Disqs où on peut répondre, poster des photos et des vidéos....
Cela fait 1000 fois que je le dis mais on a l'impression qu'il y a deux mondes:
celui jupiterien de Ferjou et ses copains et puis les soutes où bricolent des besogneux à moitié analphabêtes et qui prennent les lecteurs pour des cons!
Essayez d'écrire à la rédaction: si vous obtenez une réponse, c'est que vous avez un porte jarretelles !
evgueniesokolof
- 02/11/2019 - 19:35
Toujours excellent Husson
Je connais bien la Slovaquie puisque j'y ai épousé ma femme en 1972. En ce temps la, la Tchécoslovaquie est presque vivable au regard de ce qu'est la DDR . Un allemand me confiait d'ailleurs que ce pays était resté prussien avec tous les défauts que l'on sait.
Ce que dit Husson est exact à ce détail près que ce n'est pas le 1DM pour un DM qui a tué l'économie est allemande: la même chose s'est passée en Tchécoslovaquie .
Mais oui, il reste un peu de nostalgie : n'oublions pas que tout système économique a sa cohérence: une économie de marché capitaliste est faite pour que les riches soient riches et n'est légitime que si les autres en profitent un peu. Dans l'économie planifiée , c'était pas la peine de rêver au caddy rempli ou aux vacances aux Seychelles mais on ne travaillait pas beaucoup et il n'y avait pas de riches, tout juste une nomenklatura qui se faisait discrète. Et ces peuples ne sont pas idiots: le "Wir schaffen das" de Merkel c'est concrêtement des réfugiés ne branlant rien quand le petit peuple qui travaille tire la langue!
Dommage que Ganesha , une fois de + pète et rote à table