En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 29 min 29 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 4 heures 13 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 6 heures 22 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 37 min 14 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 2 heures 27 sec
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 49 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 26 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 6 heures 11 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 33 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 21 heures 15 min
info atlantico
© ANDRE DURAND / AFP
© ANDRE DURAND / AFP
Jour des morts

Sondage exclusif : les (surprenantes) croyances des Français sur ce qui se passe après la mort

Publié le 02 novembre 2019
A l'occasion de la fête des morts, l'IFOP a réalisé un sondage exclusif pour Atlantico sur les croyances et les représentations de l'au-delà pour les Français.
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chantal Delsol, née à Paris en 1947, est journaliste, philosophe,  écrivain, et historienne des idées politiques. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ifop
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Voir la bio
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Chantal Delsol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chantal Delsol, née à Paris en 1947, est journaliste, philosophe,  écrivain, et historienne des idées politiques. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fête des morts, l'IFOP a réalisé un sondage exclusif pour Atlantico sur les croyances et les représentations de l'au-delà pour les Français.

Atlantico.fr : L'IFOP a réalisé un sondage pour Atlantico, à l'occasion de la fête des morts, sur les représentations de l'au-delà pour les Français. 

Ce sondage est particulièrement surprenant. En quoi montre-t-il notamment une déchristianisation massive et une disparition du dogme, qui touche aussi, paradoxalement, les catholiques pratiquants ?

Jérôme Fourquet : Pour cette enquête réalisée à l’occasion de la Toussaint, nous avons repris les résultats et les libellés d’une enquête précédente réalisée il y a vingt ans. Cette comparaison nous a permis de nous rendre compte de l’évolution de la perception des Français sur l’au-delà et sur une éventuelle forme de vie après la mort.

A partir de cette comparaison, nous avons fait plusieurs constats. Premièrement, l’idée -déjà majoritaire il y a vingt ans- selon laquelle l’homme disparaîtrait totalement après sa mort a nettement progressée. Aujourd’hui 49% des Français y adhèrent, ce qui représente une progression de 7 points par rapport au précédent sondage. Deuxièmement, si 14% des Français -le chiffre reste stable- estiment toujours que l’âme humaine est immortelle ; on note également une baisse de 4 points sur la question des corps et de l’âme (de 11% à 7%). Ainsi, les Français estimant que l’âme humaine est en attente de la résurrection des corps sont de moins en moins nombreux. Il en va de même au sujet de la réincarnation (baisse de 3 points, de 13% à 10%). 

Nous avons donc bien la confirmation et l’amplification d’une croyance ou d’une représentation qui était déjà présente il y a vingt et qui se renforce ici : une majorité des Français estiment que la mort est finale. Cependant, il faut également noter ici que dans ce sondage comme dans celui de 1999, 1 Français sur 5 déclare ne pas vouloir se prononcer sur la question de la vie ou de l’absence de vie après la mort. Cela montre donc que les choses ne sont pas encore clairement établies, et qu’une grande incertitude demeure auprès d'une partie de la population. 

Lorsque l’on rentre dans le détail, on s'aperçoit donc que la croyance héritée du catholicisme selon laquelle l’âme humaine devient immortelle ou est en attente de résurrection des corps reste minoritaire. Ce qui est d’autant plus intéressant puisque les scores demeurent assez faibles chez les individus qui se définissent comme étant catholiques et pratiquants. Seuls 47% des catholiques pratiquants disent croire à l’existence de l’âme (26% croient en l’immortalité de l’âme humaine, 21% estiment que l’âme humaine est en attente de résurrection des corps).

Ces chiffres nous montrent donc que l’empreinte du catholicisme continue de régresser dans notre société (53% des non catholiques pensent que la mort est finale).

Chantal Delsol : Ce n’est pas inattendu. La disparition de la croyance aux dogmes est déjà ancienne, dans le christianisme français en tout cas. Nous sortons d’un siècle entier (le XX° siècle) inspiré par le maurrassisme, c’est à dire par une pensée machiavélienne dans laquelle on pratique sans croire, la croyance étant réservée aux simples d’esprit (les femmes, les enfants, les incultes). Pendant tout le siècle qui nous précède, la religion chrétienne est sociologique : on ne pratique pas parce qu’on croit, mais parce que la religion tient le lien social et la morale commune. Je ne crois pas qu’il y ait à cet égard une chute dans la croyance. La présence dans les églises a beaucoup diminué, mais ceux qui y vont sont de vrais croyants. Naturellement il y a une déchristianisation massive. Mais chez les chrétiens eux-mêmes, il n’y a pas de chute dans la croyance aux dogmes.

Peut-on souscrire à l'idée de Chesterton, à propos de la situation actuelle, selon laquelle : “Depuis que les hommes ne croient plus en Dieu, ce n'est pas qu'ils ne croient plus en rien, c'est qu'ils sont prêts à croire en tout" ? Quelles nouvelles croyances émergent ? 

Jérôme Fourquet : Ce que l’on constate c’est que l’idée d’une réincarnation ne se développe pas fondamentalement -c’est même en légère régression par rapport à 1999- ce qu’il se développe c’est l’idée qu’il n’y a rien après la mort. Lorsque l’on regarde les résultats du sondage dans le détail, on remarque que l’idée de la réincarnation est plus répandue chez les plus jeunes (17% des moins de 35 ans).

Le fait principal c’est que le dogme hérité de notre longue histoire catholique continue de régresser au profit d’un grand scepticisme mais aussi d’une certaine forme de collage métaphysique, chacun se construisant ou se rattachant à un certain nombre de croyances qui ne sont ni fermement établies ni cohérentes. 

Lorsque l'on regarde les résultats de la deuxième question, on voit que 20% de la population -à nouveau- ne se prononce pas sur ces questions. On peut donc considérer que ces sujets continuent de susciter de la perplexité. Nous avons toujours une minorité non négligeable -12% de la population- qui estime que l’on peut engager un dialogue avec les morts et nous avons des réponses plus partagée sur la question de la protection assurée par les morts. Malgré la déchristianisation, cette idée est très présente et n’est donc pas clairement rattachée au dogme catholique. 

Chantal Deslol : Bien sûr, il est très humain de quêter le sens de la vie, de poser les questions métaphysiques, de croire en des religions et en des dieux. Nous retrouvons cette constante chez tous les humains dans le temps et l’espace, et il n’y a pas de raison pour que nous autres post-modernes échappions à cette constante. Aussi, quand le Dieu du monothéisme judéo-chrétien s’efface, nous retrouvons les anciens paganismes, un nouveau sacré et de nouveaux dieux. L’écologie est la religion de la jeunesse de notre époque – il suffit de voir avec quelle gravité sacrée les enfants somment leurs parents de trier les déchets. Nos contemporains se précipitent sur les cultes néo-païens ou sur les sagesses qui viennent d’ailleurs (bouddhisme par exemple). C’est tout à fait naturel.

Dans quelles mesures les catholiques pratiquants sont-ils moins nombreux qu’auparavant, notamment par rapport au sondage réalisé en 1999? Dénote-t-on chez eux une différence entre la pratique et la croyance intime ?

Jérôme Fourquet : En 1999, les catholiques pratiquants déclaraient à 58% que les morts sans pouvoir communiquer avec nous, nous voient et nous protègent. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 43% à déclarer ceci. La part de ceux qui estiment que communiquer avec les morts est impossible demeure stable à 24%, la part de ceux qui ne se prononcent pas sur la question augmente mais ceux qui estiment qu’il est possible de communiquer avec les défunts croit également. 

On peut donc en déduire deux tendances :

- D’une part le poids numérique des catholiques pratiquants a beaucoup diminué en 20 ans et cela entraîne donc  mécaniquement un certain relativisme et une baisse de ce type de croyances.

- Parmi les catholiques pratiquants, les croyances sont aujourd’hui moins homogènes. 

Ainsi, même en étant pratiquant on peut aujourd’hui avoir une forme de libre-arbitre et une diversité de point de vue qui est plus importante qu’il y a vingt ans.

La deuxième question qui porte sur la communication avec l'au-delà peuvent aussi rappeler la problématique de la mémoire collective. Les Français se sentent en effet de moins en moins protégés par leurs morts. En quoi est-ce que cela peut refléter plus généralement une relation des Français au passé ?

Chantal Delsol : La croyance en la protection des saints (des morts) s’efface naturellement en même temps que le christianisme lui-même. Les médias parlent maintenant d’Halloween plus que de la Toussaint. Les prénoms ne se réfèrent plus à des saints. 
Par ailleurs,dans une société de plus en plus individualiste, le lien qui rattache l’individu à ses ascendants et à ses descendants est de plus en plus lâche. Autrement dit, les liens se défont dans le temps aussi bien que dans l’espace. L’individu post-moderne n’a plus d’arbre généalogique, d’autant qu’il provient de familles décomposées et recomposées, il ignore ses ancêtres et ne s’y intéresse guère ; et il juge normal que son pays s’endette chaque jour davantage au détriment de ses descendants.
Autrement dit, l’abandon de la protection des saints s’inscrit aussi bien dans l’abandon des dogmes chrétiens que dans les habitudes individualistes.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (58)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
COUKOUCéMOI
- 04/11/2019 - 20:54
Suite et fin Aaah ! ....
Bien ! la stérilité de l'échange étant avérée, sans enjeu ni objectif, surtout sans aucun intérêt à ce niveau d'en dessous, la Raison, le Bon Sens, et l'Equilibre qui constituent partie de mon âme saine d'esprit (et non du saint esprit !!!), aussi mortelle que mon corps (notez la subtilité phonétique du > OSSIMORTEL < , je vous abandonne aux bras de votre sainte Trinité. Pas mal non plus celle-là ! Et vous avez le bonjour de Brahma.
COUKOUCéMOI
- 04/11/2019 - 20:53
Aaah ! "l'instinct raisonné"... Le curseur est un peu haut, OK !
L'instinct, la Raison de Kant; mon sujet au bac philo... au siècle dernier ! 13,5/20, 12 pages ! Y a pas eu mieux sur l'académie.
Ceci posé >>> "ce qui se conçoit bien, s'énonce clairement, et les mots viennent aisément pour le dire". (N.Boileau)
Une avalanche de mots empilés, des affirmations diverses et fantaisistes, des réactions épidermiques, une tendance au délire, l'incapacité à traiter les idées, la manie du jugement sans instruction, quelques aboiements, une purée de mélanges et d'amalgames désordonnés et confus, etc.. ne constituent ni une démonstration ni un argumentaire. Ainsi je dirais, "même pas mal"; un tir croisé ne peut atteindre sa cible si les tireurs sont atteints de strabismes opposés. Cogitez cette problèmatique du tir croisé...
Le gorille
- 04/11/2019 - 20:11
La "soif"
L'athée, tel que je le ressens chez vous, COUKOUCéMOI, pas chez d'autres, c'est quelqu'un qui est en recherche et qui n'est pas satisfait de ce qu'il rencontre, de quelque côté qu'il se tourne. Il a "soif". Il est dans un désert "spirituel". Et cette soif est inextinguible par les moyens habituels. Il ne faut pas lui proposer l'agnosticisme, qui est aussi une échappatoire. Autant que j'aie pu le lire, une clef est de passer par l'étude de l'âme. Les réactions des individus sont souvent positives et étonnées. C'est pas gagné, mais le "boa ne se mord plus la queue" : il a repris une direction. COUKOUCéMOI, vous ne me semble pas malhonnête : votre opposition, qui me paraît plus de façade qu'autre chose, n'est qu'une demande de "vrai", mais votre histoire doit y met un obstacle. Cependant, on ne peut pas répondre à une "opposition" : elle ne fait pas avancer. N'avoir que des arguments "contre", et toujours chercher le "contre" ne donne qu'une illusion de savoir. Il faut aussi mettre en route votre propre "bonne volonté", et passer de "l'opposition" à "l'adhésion" (ce n'est pas le "pari"). L'âme reste le sésame.