En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 2 heures 11 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 4 heures 29 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 6 heures 50 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 7 heures 20 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 9 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 10 heures 22 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 10 heures 40 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 6 heures 29 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 7 heures 9 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 7 heures 53 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 8 heures 58 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 10 heures 7 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 11 heures 6 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Ultra-personnalisation

Emmanuel Macron, son "je" et le problème politique qu’il lui pose

Publié le 29 octobre 2019
Durant l'entretien accordé en ce début de semaine à RTL ou lors de ses récentes déclarations sur le voile, Emmanuel Macron personnalise de plus en plus les questions politiques.
Christian Le Bart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Le Bart est professeur de science politique à l’IEP de Rennes, membre du CRAPE-CNRS, et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne. Il a travaillé sur des objets de recherche divers comme les maires, les étudiants politiques,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant l'entretien accordé en ce début de semaine à RTL ou lors de ses récentes déclarations sur le voile, Emmanuel Macron personnalise de plus en plus les questions politiques.

Atlantico.fr : Emmanuel Macron a déclaré dans un entretien donné à RTL « J’ai appris, et j’ai appris durant ces deux années et demi des choses qui sont à la fois très politiques et très intimes » ou encore : « À vouloir faire bouger les choses avec impatience, énergie, parce que c’est ce qui me caractérise, j’ai parfois blessé des gens ou donné le sentiment que je voulais changer le pays contre les Français eux-mêmes»  

Ces déclarations entrent elles dans ce que ce vous avez décrit comme l’ego-politique ?

Christian Le Bart : La politique, au sens classique du terme et telle qu'elle s'est construite dans un contexte de professionnalisation au fil du 20ème siècle, était une activité qui nécessitait un certain dépassement de soi et qui supposait la mise entre parenthèse de tous les affects et de tout ressenti individuel.  Ce qui comptait était ce que l'on faisait, non pas ce que l'on ressentait. Max Weber appelait cela la bureaucratisation du monde. Le politique était au service de l'action publique et du collectif, et si émotion il y avait, c'était forcément exemplaire et collectif. On a basculé dans un autre monde où le politique a le droit de dire "je", au nom d'un droit à l'authenticité qui est droit à être soi : un soi qui n'est pas le moi présidentiel mais le soi en tant qu'individu singulier titulaire du rôle. Cela fait qu'il y a toute une série de choses qui peuvent désormais être mises dans l'espace public : le plaisir qu'Emmanuel Macron prend à être Président, les blessures qu'il tente de panser, y compris des blessures narcissiques, et tout cela va être mis en relation avec un passé, une personnalité particulière, autant de choses qui sont normalement absentes de l'espace public. La référence est le modèle des deux corps du roi : le corps abstrait et le corps concret. Avec Emmanuel Macron, on a deux identités : le rôle et le titulaire du rôle, mais avec à certains moments une domination de la deuxième.  

La mise en scène de soi était aussi quelque chose qui existait avec François Hollande ou Nicolas Sarkozy. Est-ce qu’Emmanuel Macron a une particularité de ce point de vue-là ?

La spécificité d'Emmanuel Macron est qu'il a joué la carte de la "peopolisation" précocement dans le cadre d'une campagne présidentielle commencée très tôt. C'est quelqu'un qui a créé une formation politique autour de lui, sur sa personne.  Il s'est aussi débarrassé de toutes les grammaires institutionnelles en prenant par exemple ses distances avec la discipline gouvernementale (lorsqu'il était ministre), avec le Parti Socialiste, avec François Hollande, ou encore avec le clivage droite-gauche. Tout cela est mis de côté au profit d'un homme, Emmanuel Macron, utilisant très précocement les médias pour faire entendre sa petite musique, et dont les initiales ont été données à un mouvement qui ressemble au fond à un fan club. On est dans l'adhésion à une personne, ce qui fait que l'on ouvre la porte à une certaine introspection publique. Selon cette nouvelle grammaire politique, les états d'âme de l'individu Macron sont tout à fait recevables et font partie des éléments mobilisables dans les stratégies de présentation de soi du Président.

Est-ce que cette individualisation a changé quelque chose du point de vue de l’action politique ? A la Réunion : « Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire». En quoi est-ce la même chose qui se joue ? 

Tout d'abord, on recentre tout sur la personne du chef d'Etat en lui donnant le rôle de décideur ultime. Lorsque je travaillais sur les gilets jaunes, j'étais frappé de voir que toutes les revendications remontaient à Emmanuel Macron, et  par la manière dont celui-ci se rendait complice de cela en se mettant en scène (payant de sa personne, en bras de chemise etc.) lors du grand débat. Les députés LREM se définissaient eux-mêmes comme des gens qui portaient la parole des citoyens  jusqu'au Président, non pas comme des détenteurs du pouvoir législatif, mais comme ceux qui avaient l'oreille de Macron. Notre système présidentiel est devenu ultra centralisé sur une personne singulière, d'où des effets d'extrême encombrement autour de l'agenda présidentiel, d'exacerbation d'attentes déraisonnables à son endroit ; et il est terrible de mettre en regard cette hyper-personnalisation et le contexte par ailleurs d'impuissance des pouvoirs publics (européanisation ou de mondialisation). 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 30/10/2019 - 02:43
D'accord avec votre accord !
Eh oui, spiritucorsu, les moutons n'ont pas reconnu le loup sous son manteau de mouton, et c'est insensé : que la gauche reste naïve avec Macron, comme elle l'avait été avec Mitterrand, nationalisations puis privatisations au profit de la bande de la rue de Bièvre, on peut essayer d'y croire. Mais que la droite, qui sait compter, ne voie pas la dilapidation du patrimoine France, ça n'est pas vraisemblable. D'accord, Macron l'a achetée en baisse d'impôts et d'ISF, mais cela n'aura qu'un temps, court. Et le coup d'après ? Très inquiétant.
spiritucorsu
- 29/10/2019 - 23:53
Nous sommes bien d'accord.
Nous sommes bien d'accord mahesa,le monarque président n'est que le bras armé d'une oligarchie qui n'a pas de patrie et pour laquelle seule compte le profit.Le personnage avance masqué et toujours sous couvert de bonnes intentions.Effectivement,il y a lieu de se faire du souci quant aux services publics en particulier et au patrimoine du pays en général.Le problème c'est qu'il y a beaucoup de personnes un peu trop candides et que cela lui facilite la tâche.Le loup est bien installé dans la bergerie ,et il y a même des moutons qui sont contents.Cela va être difficile de l'en faire sortir.
mahesa
- 29/10/2019 - 20:36
Le narcissisme de Macron n'est pas notre priorité.
Il a un autre défaut beaucoup plus grave, et nous devons nous assurer que la vente de notre patrimoine en pièces détachées n'est pas au profit d'un retour sur investissement pour lui et ses financiers. Notre industrie, nos hôpitaux et notre secu, nos réseaux ferrés et électriques, nos systèmes de retraite et nos assurances chômage , nos médias, etc. Trop, c'est trop. Et refusons son discours d'optimisation et d'efficacité à l'américaine, totalement ridicule. Non, c'est de profits financiers qu'il s'agit, et nous ne pouvons l'accepter, c'est pour nous impensable. Et pourtant, il suffit de regarder son fonctionnement!