En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Stratégique

Pourquoi les difficultés de Thales concernent toute la Défense

Publié le 28 octobre 2019
Au cours des derniers jours, suite à l’annonce de résultats qui ont désagréablement surpris analystes et financiers, le Groupe Thales a perdu plus de 10% de sa valeur boursière. Thales est présent dans cinq secteurs : l’aéronautique, l’espace, le transport terrestre, l’identité et la sécurité numériques, la défense et la sécurité.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours des derniers jours, suite à l’annonce de résultats qui ont désagréablement surpris analystes et financiers, le Groupe Thales a perdu plus de 10% de sa valeur boursière. Thales est présent dans cinq secteurs : l’aéronautique, l’espace, le transport terrestre, l’identité et la sécurité numériques, la défense et la sécurité.

Disons-le tout net : parce que Thales est au cœur de la plupart des programmes militaires, qu’il s’agisse par exemple de l’aviation militaire (Rafale) ou des navires de la marine nationale (FREMM), sa fragilisation, si elle devait se confirmer, ferait peser un risque important sur l’ensemble de la Base Industrielle et Technologique de Défense (BITD) française.

Il faut en outre mentionner ici le positionnement très franco-britannique de l’entreprise qui, en ces temps d’incertitude liée au Brexit, la fragilise. Dans ce contexte, si la vie des affaires connaît des hauts et des bas, et si, à l’évidence, il arrive aux marchés de se tromper, les difficultés que rencontre Thales sont réelles.

D’abord, le Groupe Thales tire sans doute trop sur la corde qui le lie à l’armée française. Souligner que la moitié de son chiffre d’affaires relève de matériels civils serait prendre la proie pour l’ombre : la réalité est que la recherche effectuée dans ses activités militaires irrigue ensuite son activité civile. Surtout, parce qu’il a, comme d’autres acteurs, un lien très fort avec les armées françaises, il est toujours guetté par le risque de se comporter en rentier. Comment, à cet égard, considérer autrement l’échec du drone Thales « Watchkeeper » dans le contexte du contrat de drones MALE de l’Armée de Terre ? Ce drone avait préalablement été retenu par l’armée britannique. Dans le contexte du Traité de Lancaster House, Thales, n’imaginant pas pouvoir perdre le marché français après avoir été retenu Outre-Manche, avait présenté à l’armée de terre française un projet si éloigné des nécessités opérationnelles que c’est finalement le drone Patroler de Safran – pourtant très outsider - qui avait finalement été choisi.

Ensuite, l’export. Il est évidemment clé pour Thales, puisqu’un très grand nombre de systèmes d’armes exportés intègrent ses technologies. Ainsi, quand Naval Group vend une frégate ou un autre navire de guerre à un gouvernement étranger, Thales, de manière assez automatique, voit une partie de la manne générée lui revenir, sans véritable effort. C’est aussi dans le contexte d’une amélioration importante des exportations de matériel de défense par la France au cours des dix dernières années, l’exemple emblématique étant le succès tardif mais réel du Rafale, que se comprennent beaucoup des réussites de Thales. L’entreprise a ainsi parfois des difficultés à agir comme chef de file. Dans le contexte des relations militaro-industrielles florissantes entre la France et le Brésil au début des années 2010, Thales voit ainsi lui échapper le contrat pour le système de surveillance des frontières SISFRON au profit de la technologie israélienne. Toute médaille ayant son revers, il est aisé de comprendre que moins une entreprise doit se battre pour mériter ses succès, et plus elle risque de voir son dynamisme et sa capacité d’innovation s’émousser sa performance économique et industrielle. Identiquement, l’entreprise a eu tendance à se reposer ces dernières années sur des lauriers qui tendent aujourd’hui à se faner rapidement. La disruption engendrée dans le domaine spatial par l’irruption rapide de nouvelles entreprises (new space) est en train de mécaniquement se faire au détriment de l’agrégat industriel Thales Alenia Space qui bénéficiait jusqu’ici d’un quasi-monopole en Europe.

Enfin, Thales souffre aussi d’une difficulté que rencontrent beaucoup d’entreprises de très haute technologie : l’articulation défectueuse entre le niveau technique et le niveau projet. Thales possède ainsi à l’évidence des compétences techniques remarquables. Pour autant, ces compétences pour pouvoir jouer à plein, exigent qu’une partie des techniciens trouvent leur chemin, plus tard dans la carrière professionnelle, comme managers. Or, comme beaucoup d’entreprises de haute technologie, cette articulation s’effectue mal chez Thales, expliquant ensuite qu’une partie de son exceptionnelle compétence technique ne se traduise pas à suffisance par des succès commerciaux capables de générer une performance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 29/10/2019 - 19:40
Les financiers sont les maitres de Talès
Les ingénieurs ne comptent plus que pour du faire valoir aux précédents.
Voir ce qui est arrivé au nucléaire français et qui continue.