En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 3 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 7 heures 41 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 8 heures 24 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 9 heures 55 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 12 heures 49 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 14 heures 9 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 14 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 15 heures 10 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 16 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 7 heures 21 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 7 heures 56 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 8 heures 53 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 11 heures 9 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 15 heures 34 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 17 heures 11 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
En marche vers la guerre civile ?

Ces points de clivages obsessionnels qui mettent la résilience démocratique française à rude épreuve

Publié le 25 octobre 2019
Les clivages et l'intolérance au sein de la société française connaissent une forte intensité et un haut degré de violence.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les clivages et l'intolérance au sein de la société française connaissent une forte intensité et un haut degré de violence.

Une guerre civile en France est-elle possible? Dans tous les cas, les clivages et l’intolérance atteignent en France aujourd’hui une intensité et une violence comme cela arrive rarement dans l’histoire d’un pays, et comme cela semble réservé aux moments les plus exceptionnels. Le droit à la critique ou à la divergence de pensée sont sévèrement rudoyés, et l’appel à une police de la pensée qui imposerait ses substrats se généralise. Plusieurs points de fixation clive dangereusement le débat public.

La guerre civile est annoncée en France par des oiseaux de mauvaise augure. A en juger par l’état réel du débat public, on peut penser qu’elle ne figure plus seulement par les hypothèses farfelues, mais que les esprits sont suffisamment échauffés et clivés pour s’affronter durement.

La question du néo-libéralisme clive de plus en plus

L’un des points de fixation et de clivage tient à ce que la vulgate appelle « le néo-libéralisme » accusé d’être la source de tous les maux. Ce néo-libéralisme désigne alternativement les méfaits du capitalisme de connivence qui fleurit un peu partout dans le monde et les mesures prises pour lutter contre ceux-ci. Il est mis à toutes les sauces, jusqu’au point de ne plus vouloir rien dire.

Par exemple, l’état de guerre civile qui existe désormais en Equateur est attribué au « néo-libéralisme », à l’identique des événements chiliens. Pourtant, en Equateur, les émeutes sont parties d’une hausse du prix de l’essence, jusque-là fortement subventionné par l’Etat… pour le plus grand bénéfice des plus riches dans le pays. Parallèlement, au Chili, les émeutes ont eu une augmentation du prix du ticket de métro comme élément déclencheur. L’augmentation du coût d’un service public paraît peu liée au libéralisme…

Dans le cas de l’Equateur, le gouvernement se réclame de la gauche. Au Chili, il est ouvertement conservateur. Dans les deux pays, la colère éclate parce que l’Etat augmente, d’une façon ou d’une autre, la cherté de la vie. Les mouvements sociaux partent donc d’une réaction l’impôt (on dira la même chose des événements en cours au Liban).

Dans la novlangue contemporaine, lutter contre l’impôt, c’est lutter contre le néolibéralisme.

Le rejet d’un prétendu néo-libéralisme macronien inquiète

La France n’est pas épargnée par cette lutte contre le « néo-libéralisme » qui occupe autant la gauche que la droite. Des deux côtés de l’échiquier, on trouve des hurluberlus pour voir du « néo-libéralisme » partout, y compris dans les décisions les plus étatistes, les plus hostiles au marché qui soient.

Par exemple, la réforme des retraites, qui vise tout de même à créer un monopole d’Etat pour la protection vieillesse de plus de 99% de salariés, est volontiers analysée comme un avatar du néo-libéralisme, ce qui est une pure absurdité. Une bonne vision de ces élucubrations est proposée dans le dernier livre de Romaric Godin, où il est affirmé que le capitalisme aurait une revanche à prendre en France.

Cette critique d’un prétendu libéralisme macronien est présente à gauche comme à droite, et plus précisément au sein de l’extrême gauche mélenchoniste comme au sein de l’extrême droite lepéniste. Elle vise de plus en plus à antagoniser brutalement toute réflexion sérieuse sur les perspectives politiques et économiques du pays.

Nous sommes désormais sommés de choisir entre un « libéralisme macronien », fondé sur la dépense publique et l’obésité de l’Etat, d’un côté, et un dangereux statu quo, baptisé selon les moments « souverainisme » ou « solidarité », tout aussi dépensier et étatiste que le macronisme, mais réputé « anti-libéral », de l’autre côté. Ces fausses oppositions, qui sont mortifères pour la liberté de penser, dérivent peu à peu en un combat sans merci dont la violence ne demande qu’à s’embraser.

Le recours massif au droit de retrait par les agents de la SNCF le week-end dernier l’a montré : empêtrer le pays dans les blocages sera probablement une arme privilégiée pour mener une lutte front contre front.

La querelle du voile islamique ouvre la porte à la violence des réseaux

Parallèlement à ce débat sur le néo-libéralisme, la querelle du voile islamique et de la laïcité n’est pas en reste.

D’un côté, une majorité de Français se prononce pour des mesures fortes, notamment l’interdiction du voile dans les sorties scolaires. Mais une minorité, composée de Musulmans eux-mêmes, se livre, notamment sur les réseaux sociaux, à des campagnes d’une violence inouïe sur les réseaux sociaux pour dénigrer tous les adversaires du voile.

Il est évident que ces campagnes virales qui visent à intimider tous ceux qui prônent une pratique ordonnée de l’Islam en France sont structurées par de puissants réseaux, probablement financés de manière occulte. Des héroïnes contemporaines comme Zineb El-Razhoui peuvent en témoigner.

Il suffit de lire la brutalité des propos tenus par les adeptes d’un Islam de stricte observance sur Twitter pour comprendre, sur cette question plus encore que sur celle du néo-libéralisme, que les clivages sont puissants, vifs, acérés. Si le débat devait basculer (et nous sommes convaincus que des réseaux occultes s’y emploient), les conséquences en seraient désastreuses, et probablement difficiles à mesurer aujourd’hui.

Un pays qui ne demande qu’à s’embraser?

De-ci, de-là, se dévoilent dans la vie publique, dans nos rues, dans nos quartiers, les sources de tension qui ne demandent qu’une étincelle pour s’embraser. Nul ne sait laquelle des étincelles que les innombrables frottements du débat public produisent mettra le feu à la poudrière France. Mais on sent bien, dans les grands centres urbains, que les sensibilités sont à fleur de peau et que la capacité à endurer les divergences d’opinion est en forte baisse ces temps-ci.

Emmanuel Macron devrait y prendre garde. La crise des Gilets Jaunes a montré comment ce jeune homme brillant et protégé par quelques grandes fortunes dans son ascension fulgurante pouvait être démuni lorsque la rue faisait irruption dans le débat public. Le déploiement d’une violence ahurissante pour rétablir l’ordre dans les rues, sans véritable réponse politique audible a laissé beaucoup de traces qui pourraient lui nuire.

Dans les milieux privilégiés, la capacité du bonhomme à imposer son autorité sans d’épais cordons de CRS ne fait plus illusion. Pour sa plus grande chance, la détestation de la vulgate des Gilets Jaunes dans les élites oblige à ne pas le lâcher, mais ce soutien n’est que transitoire. Dans les milieux populaires, beaucoup sont plein de rancoeurs et veulent prendre une revanche. Dans les minorités agissantes, son indécision sur la laïcité attise les ambitions.

Toutes ces catégories de population partagent un point commun : elles sont convaincues que la République est à bout de souffle sous son format actuel, et qu’une rupture est inévitable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 25/10/2019 - 15:01
Oui, à force de dire que ça va péter
Islamistes contre laïques, atheo-laïques LGBT contre judeo-chretiens, Gilets jaunes contres Bobos, privé contre public, Tic tac Boum! moins pas grand chose...