En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 2 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 26 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 46 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 27 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 52 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 50 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 39 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 14 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 52 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 11 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Solutions politiques

Brexit : cet étonnant aveuglement sur les avancées de Boris Johnson

Publié le 24 octobre 2019
Boris Johnson et Bruxelles se sont entendus sur un texte de divorce. La date reste en suspens.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Boris Johnson et Bruxelles se sont entendus sur un texte de divorce. La date reste en suspens.

L'interminable sortie de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne est interprétée par beaucoup comme un échec cinglant pour les Brexiteers. A force de répéter comme un mantra que le vote de 2016 fut une décision absurde et que l'Union Européenne doit s'accommoder de cette absurdité, les médias ne font plus attention quand il se passe quelque chose de décisif. Avant-hier, 22 octobre 2019, Boris Johnson a obtenu un soutien à son nouvel accord avec l'Union Européenne avec trente voix d'avance: 329 députés ont voté pour et 299 ont voté contre. C'e'st la première chose qu'il faut souligner: Theresa May avait vu son accord rejeté par trois fois. Boris Johnson l'a fait adopter du premier coup ! Voilà pour la première fois depuis longtemps un élément de sortie de crise. Alors, oui, les députés se sont ensuite appliqué à neutraliser en partie leur premier vote. 322 contre 308 ont décidé qu'il leur fallait plus de temps que trois jours pour voter la loi d'application de l'accord. Seuls 5 sur 19 des députés travaillistes qui ont voté, contre la discipline de leur parti, l'accord de Johnson ont aussi voté en faveur d'une mise en oeuvre rapide. Il n'y a pas que les travaillistes. Les unionistes nord-irlandais du DUP ont dans les deux cas voté contre Johnson, drôle de remerciement pour un Premier ministre qui a mis fin au backstop. 

En fait, pour bien comprendre le Brexit, il faut voir que les Britanniques sont en train de sortir de la démocratie post-moderne, pour inventer la démocratie du XXIè siècle, qui n'a pas encore de nom. La démocratie post-moderne, c'est celle de John Bercow, Philipp Hammond, Jo Swinson, Arlene Foster ou Jeremy Corbyn: chacun n'en fait qu'à sa tête et pousse des cris d'orfraie lorsqu'il est rappelé au sens du collectif, au bien commun. On ne dit ni oui ni non mas "oui et non" en permanence car un oui ou un non clairs sont des agressions de l'individu. La grammaire est fasciste disent toutes les postmodernes depuis que Barthes leur a mis cette idée dans la tête. En face, Boris Johnson est consistant. Il ne pense pas que ses compatriotes doivent être éternellement condamnés à subir les vapeurs d'individus privilégiés et pour qui le Brexit est à l'origine d'une cure psychanalytique sans fin. Il pense qu'un oui est un oui, un non est un non. Les Britanniques ont voté non. Les parlementaires doivent dire oui à un texte qui met en oeuvre le Brexit. Le Premier ministre a tenu parole: la Grande-Bretagne est en mesure de sortir de l'UE au 31 octobre. Mais une partie des parlementaires a encore des atermoiements. Ces enfants gâtés ne voient pas que chaque jour qui passe signifie des versements supplémentaires à l'UE. Ce n'est pas leur argent, c'est l'argent du contribuable. 

La crise de la démocratie libérale est en fait une crise de l'individualisme absolu qui caractérise la modernité. Boris Johnson fait advenir la démocratie conservatrice, celle qui pense que l'on est comptable vis-à-vis des générations dont nous sommes les héritiers mais aussi vis-à-vis du peuple, de tout le peuple. Un homme, une voix. Aucune ne pèse plus que les autres. C'est la démocratie de toujours. L'individualisme post-moderne nous fait évoluer vers une sorte de dictature molle, une oligarchie décadente. C'est dans cet état que se trouvent la France ou l'Allemagne. La Grande-Bretagne revigore la démocratie. Le processus est lent et douloureux. Mais Boris Johnson le fait aboutir.     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 26/10/2019 - 10:30
Hiris
Votre pensée sent le ...fâné
Puisque les anglais sont pétris de regrets, cela devrait dissuader les autres de commettre les mêmes bêtises ( chacun sait que les anglais n'ont fait que cela, comme par exemple payer de beaucoup de vies les conneries qui nous ont conduites à...1940) et alors, pourquoi ne pas organiser un référendum sur le ....frexit que les français rejetteraient avec horreur comme ils ont approuvé Maastricht. Evidemment, faudrait faire le tri: BHL voterait par procuration pour les autres et Caron pour les animaux.....
Vous êtes tout simplement décérébré !
evgueniesokolof
- 25/10/2019 - 22:03
même Bendidons
Nous fait une déprime....du coup il se contente de trois mots! Ouf!!!!
Et oui bravo Husson mais c'est pas parce que Bendidons a encore mangé son caleçon qu'on va ouvrir une bouteille
Hiris
- 25/10/2019 - 14:07
Le Brexit dont vous parlez n existe pas
Il a été voté par des retraités en milieu rural qui n avait qu'une idée en tête "le retour de la grande Angleterre " oui mais celle d avant avec toutes ses colonies ,sa richesse ,sa puissance ,sans émigrés d où qu' ils viennent,et toute leur capacité à agir comme bon leur semble . Ceux qui ont voté pour l on fait pour de mauvaises raisons et pleurent maintenant qu' on leur a mal expliqué, qu' ils voteraient différemment. Ne vous en déplaise ils ne sont pas les précurseurs d une nouvelle forme de démocratie, mais les anciens chantres royalistes d une grandeur évanouie et qui ne reviendra jamais .Les jeunes eux ,quand ils ont voté ont voté CONTRE le Brexit, persuadés que le Brexit c était has Been ,c est la génération Erasmus.Leur intérêt professionnel,leur manière d être, trouvait son épanouissement dans l Europe.Si ce Brexit était légitime dans l esprit des gens ,il serait en place depuis longtemps ,les députés ne sont que les porte voix du peuple .