En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 7 heures 55 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 12 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 13 heures 33 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 38 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 15 heures 31 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 16 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 16 heures 59 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 7 heures 32 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 13 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 49 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 15 heures 18 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 45 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 17 heures 14 sec
© SYLVAIN THOMAS / AFP
© SYLVAIN THOMAS / AFP
Elections

Quel poids (et quel impact) du vote immigré ou communautariste en France ?

Publié le 24 octobre 2019
Si les listes communautaristes à proprement parler réalisent des scores minuscules, la concentration de population d’origine étrangère pèse sur le choix et le discours des candidats d’un certain nombre de partis.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les listes communautaristes à proprement parler réalisent des scores minuscules, la concentration de population d’origine étrangère pèse sur le choix et le discours des candidats d’un certain nombre de partis.

Atlantico.fr : Le contexte actuel est marqué par le débat autour de l'interdiction des listes "communautaires" aux élections municipales. Y a-t-il un vrai risque de voir ces listes, notamment l'UDMF qui est au coeur de débats, l'emporter ? Y a-t-il un vote communautaire en France ? 

Vincent Tournier : Tout dépend de ce que l’on entend par vote communautaire. Si l’on entend par là des partis de type ethno-religieux dont la natureest de revendiquer une identité spécifique, alors la réponse est clairement non. C’est l’un des mérites de la société française :nous n’avons pas en France de partis communautaires parce que le système partisan est largement structuré par le clivage gauche-droite. Donc, pour l’instant, ce système s’avère peu perméable à une structuration de type communautariste, cette dernière étant de plus difficilement compatible avec la culture civique française.Un parti comme l’UDMF, qui a été créé en 2012 sur une base clairement religieuse,fait des scores très faibles, même si dans certaines localités, il a pu recueillir un nombre significatif de voix. 

Il faut cependantsouligner que plusieurs facteurs jouent contre lui. En particulier, les scrutins de ces dernières années ne lui ont pas été très favorables parce qu’il s’agissait de scrutins nationaux (la présidentielle, les européennes). Avec les municipales qui viennent, la situation risque d’être différente, et il faudra donc suivre les résultats avec attention, d’autant que la polémique qui l’entoure aujourd’hui lui fait une publicité considérable.  

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les partis politiques font l’objet d’une surveillance de la part des pouvoirs publics. C’est ainsi que, au cours des dernières décennies, de nombreuses dissolutions ont été prononcées. La plupart de ces dissolutions ont concernédes partis extrémistes, mais certaines concernaient des partis régionalistes (corse, basque, alsacien), voire des partisethno-religieux, comme le tristement célèbre Tribu Ka de KémiSéba, dissout une première fois en 2004 puis une seconde fois en 2009 (il s’était reconstitué sous le titre « Génération KémiSéba »).

Le fait qu’il existe un risque sérieux de dissolution explique pourquoi l’UDMF avance masqué. Ce partiest en effet contraint de dissimuler son identité religieuse derrière une rhétorique généraliste et bon enfant, susceptible de convenir à tout le monde(l’écologie, le social, et même l’égalité hommes/femmes). Cette rhétorique lui permet de montrer patte blanche. Il tente même de se banaliser en se comparant aux partis chrétiens-démocrates. Cette astuce n’est pas sans rappeler la comparaison qui avait été faite autrefois entre l’AKP, le parti islamiste d’Erdogan en Turquie, et les partis chrétiens-démocrates européens. Or, on sait maintenant ce qu’il en est, et on peut souhaiter que, dans le cas d’un parti comme l’UDMF,personne ne tombera dans un piège aussi grossier. Cette stratégie de banalisation suivie par l’UDMF lui permet d’éviter de disparaître, elle lui crée aussi un tort important parce qu’elle lui interdit de déclamer pleinement et publiquement son idéologie. 

Si le vote "communautaire" est assez faible, est-ce que cela empêche néanmoins d'autres listes, au niveau local, de tenter de l'attirer, voire de le faire émerger, que ce soit dans la composition des listes ou dans les discours ?

C’est le second aspect du vote communautaire, et cette fois-ci il est plus difficile de répondre par la négative. Il s’agit ici des stratégies qui sont menées par les partis politiques pour attirer des électeurs sur une base communautaire. On pourrait parler d’un clientélisme de type ethno-religieux. Il est clair qu’un tel communautarisme existe : tous les partis, notamment au niveau local, cherchent à attirer des électeurs de diverses ethnies, origines, religions, soit en plaçant sur leur liste des personnes censées représenter les communautés auxquels ils s’adressent, soit en proposant des mesures qui visent à répondre à des demandes communautaires (par exemple le soutien pour une mosquée ou le financement d’associations). Ce communautariste est apparu dans les années 1980 et il n’a cessé de se renforcer au cours du temps, et il va très probablement augmenter encore. On en trouve aujourd’hui la traceindirecte dans la pétition qui vient d’être publiée par le Journal du Dimanchepour dénoncer la stigmatisation dont les musulmans feraient l’objet: cette pétition, signée par une centaine d’élus locaux, est assez troublante parce que, non seulement elle ne dit pas un mot sur l’islamisme et les attentats, ce qui mérite en soi d’être souligné dans le contexte actuel, mais aussi parce qu’elle émane essentiellement d’élus de la Seine-Saint-Denis. Pourquoi ce lien avec des territoires à forte concentration musulmane ? Si on était cynique, on pourrait y voir une sorte d’aveu, comme si cette pétition dressait la liste de tous les élus locaux qui font du clientélisme et éprouvent le besoin, à l’approche des élections, d’envoyer des messages à leurs électeurs potentiels.  

Toutefois, il faut se garder d’être trop manichéen. Ce clientélisme électoral est certes problématiqued’un certain point de vue mais, pour son versant positif, on peut se demander s’il n’a pas pour méritejustement d’empêcher l’émergence de partis communautaires. En somme, si les partis communautaristes ont du mal à se développer, c’est aussiprécisément parce que les électeurs concernés estiment que leur vote sera plus efficace s’ils le marchandent avec des partis traditionnels.Le problème est en effet qu’il faut choisir : soit le clientélisme, soit le communautarisme. Aucun des deux n’est certes satisfaisant sur le plan des principes, mais y a-t-il un autre choix, compte-tenu de la situation actuelle ?

Comment votent les Français issus de l'immigration, et en particulier les Français de culture ou de religion musulmane ? 

Les données disponibles permettent de dresser deux constats. Le premier est celui d’un vote très marqué à gauche. Cette orientation à gauche n’est pas facile à expliquer, mais il est certain qu’elle a des conséquences très importantes sur le système partisan puisqu’elle a notamment conduit les partis de gauche à réorienter leurs discours vers les populations issues de l’immigration, ce quiexplique au passage les tensions autour de la laïcité, laquelle est désormais perçue par une partie de la gauche comme une arme anti-islam.

Le second constat est celui d’une forte abstention, laquelle s’accompagne généralement d’une moindre familiarité avec la vie politique, par exemple une moindre propension à se situer sur un axe gauche-droite. Ce déficit de politisation et de participation est un élément très important. Il signifie qu’on a affaire à une population qui est éloignée de la politique, qui ne se sent pas très concernée, ou simplement qui n’a pas les grilles de lecture pour comprendre les enjeux politiques. Cette situation est logique car les musulmans sont souvent issus de milieux modestes, mais aussi parce queleur intégration se passe nettement moins bien que pour d’autres populations immigrées. De plus, c’est une population qui est présente en France depuis peu de temps, donc quimaitrise mal l’histoire et la culture du pays d’accueil. Une partie de cette population amême du mal avec la langue, notamment à l’écrit. Bref, tous ces éléments se cumulent pour créer un déficit d’intégration civique. Or, ce déficit civique n’est pas sans lien avec la question du clientélisme et du communautarisme. En effet, une population qui ne se sent pas très concernée par la politique risque d’être plus réceptive aux charmes du clientélisme ou du communautarisme. On cède moins facilement quand on a des convictions et des principes fondés sur une certaine conception du civisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 24/10/2019 - 19:02
L'intérêt de la ''gauche'' pour les musulmans.
La ''gauche'' compte beaucoup sur le vote des musulmans qui, dans notre pays, ont le ''droit de voter'' voir https://lesobservateurs.ch/2016/08/03/15-a-20-millions-de-musulmans-france..Cette ''gauche'' qui a ''aidé'' les musulmans à tuer nos soldats et des ''civils innocents'' afin que les musulmans obtiennent ''l'indépendance'' de ''leur'' pays et, ensuite, cette ''gauche'' qui attire les terroristes musulmans, en France, afin qu'ils votent pour elle, ces gauchistes qui voulaient ''jeter à la mer'' les ''Français'' non-musulmans(en 1962) et qui ouvrent toutes grandes les portes de leur ville à la racaille musulmane, qui distribuent ''généreusement'' les sous des Français non-musulmans à l'islamo-racaille qui arrive, chaque jour, de plus en plus nombreuse,dans notre pays ,au lieu de RESTER dans son pays ''indépendant''!...
Alain Proviste
- 24/10/2019 - 18:44
Article intéressant mais...
"Cette orientation à gauche n’est pas facile à expliquer" --> Vraiment ? Ce n'est pourtant pas bien compliqué : 1) yabon la redistribution 2) affection modérée pour la France traditionnelle que n'aime pas non plus la gauche
lasenorita
- 24/10/2019 - 17:12
Le vote des immigrés musulmans.
On a donné la ''nationalité française'' à ces BARBARES de musulmans sous le prétexte qu'ils sont ''nés en France''...mais les non-musulmans ''nés en Algérie'', eux, ils n'ont pas le ''droit de vote'' en Algérie. .Le F.L.N. a ''nationalisé'' les biens des non-musulmans ''nés en Algérie'' et maintenant toute la nomenklature algérienne achète des biens (avec de l'argent sale) en France! Les dirigeants algériens se précipitent tous les Week-end à Paris pour placer leur argent et passer du bon temps dans les bars à chichas (où on a le droit de fumer)des Champs Elysées.. Les dirigeants algériens, si enclins à critiquer l'ancienne colonie française, ont perçu 7,15 millions d'euros, en 2015,du gouvernement français, ce sont les principaux bénéficiaires au titre de ''la coopération française'', hors budget de fonctionnement! François Mitterrand a accepté de payer le gaz algérien 30% plus cher que son prix du marché.. ainsi mes sous (et ceux des Pieds-Noirs) sont donnés à ces terroristes musulmans qui nous ont chassés de notre pays natal! Près d'un bien sur dix acquis en Ile-de-France l'est par des Algériens!