En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Moisson de médailles aux championnats d'Europe

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 1 heure 54 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 3 heures 56 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 5 heures 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 6 heures 51 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 9 heures 24 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 11 heures 58 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 3 heures 33 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 4 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 9 heures 14 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 10 heures 57 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 12 heures 2 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

Publié le 23 octobre 2019
En maître incontesté des phases de poules, Paris a, dans les grandes largeurs, consolidé hier soir sa place de leader du groupe A. Un doublé d'Icardi (7e et 63e) et un triplé de l'ouragan Mbappé (61e, 79e et 83e) donnent désormais aux Parisiens cinq points d'avance sur le Real Madrid, vainqueur à Galatasaray.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En maître incontesté des phases de poules, Paris a, dans les grandes largeurs, consolidé hier soir sa place de leader du groupe A. Un doublé d'Icardi (7e et 63e) et un triplé de l'ouragan Mbappé (61e, 79e et 83e) donnent désormais aux Parisiens cinq points d'avance sur le Real Madrid, vainqueur à Galatasaray.

Le football est un peu comme l'armée, parfois, faut pas chercher à comprendre. Parce que franchement, bien peu auraient parié sur une situation telle que celle-là à l'orée de la troisième journée des phases de poules. Bon, que le PSG joue pour remporter un troisième match de rang, dans une compétition aussi déséquilibrée, c'était presque dans la logique des choses... mais que le dauphin du groupe soit le FC Bruges... et que les joueurs du Real Madrid jouent déjà leur survie en essayant de sauver la tête de leur entraîneur, avouez que tout cela était difficilement prévisible. Mais en football en général, et en Ligue des Champions en particulier, les surprises ont souvent une espérance de vie très courte. Et la logique sportive, ou si vous préférez, le poids économique, ramènent bien souvent à la réalité les rêveurs et les utopistes.

Côté Parisien, malgré une victoire (très large) et une qualification à portée de main, il n'y a paradoxalement pas de quoi pavoiser. Et oui, on peut gagner 5/0 à l'extérieur et susciter des doutes, des questionnements. Pourtant, en ouvrant rapidement  le score et en dominant totalement le premier quart d'heure, l'équipe avait tout fait pour se faciliter les choses. Oui, tout allait bien jusqu'à ce que Di Maria rate l'occasion de knockouter les Belges. Parce qu'à partir de là, la magie des grands soirs a disparu, pour laisser la place à la fébrilité, aux approximations et à l'absence de pressing. Jusqu'à quand ? Jusqu'à l'heure de jeu. C'est-à-dire le moment choisi par Tuchel pour faire rentrer Mbappe. Un joueur d'exception, un joueur qui change tout. Lui, tant qu'on pouvait s'en passer, on s'en passait bien, mais dorénavant, on ne pourra plus le faire. Ce buteur névrotique et compulsif a compris que la modération ne menait nulle part. Alors, il marque, encore et encore... encore et toujours.Trois buts, une passe décisive, le tour était joué et le match était plié. Le rêve pour tout entraîneur. Alors, avec cette affaire, que conclure ? Qu'avec une kyrielle d'absents majeurs, et en jouant plutôt mal, cette équipe marque cinq fois à l'extérieur ? Ou que face à un adversaire valeureux mais limité, une petite poignée de joueurs a fait une grande différence ? L'avenir nous le dira. Au delà de la belle opération comptable qui permet au PSG de comptabiliser désormais cinq points d'avance sur le second, avec une différence de but très confortable, il faut tout de même considérer les faiblesses affichées par certains acteurs. Si Di Maria (trois passes décisives en étant impliqué directement sur les cinq buts !) et Thiago Silva auront, encore une fois, été les tauliers de l'équipe, certains n'ont pas marqué des points. On pense à Verratti, Herrera et Choupo-Moting. Ce dernier est un vrai mystère, sa côte de popularité étant inversement proportionnelle à son rendement durant les matchs... Hier soir, le contraste était autant spectaculaire que dévastateur: il y a eu un match sans lui et un autre avec Mbappé. Quand aux Belges, la leçon est sévère... lorsqu'on sort une belle partie et qu'on en prend cinq à domicile, on s'offre surtout un bouquet de mauvais souvenirs.

Dans ce groupe, la chose n'est pas courante, le dauphin est un roi. Et pas n'importe lequel. On savait la situation critique pour les joueurs du Real Madrid et leur entraîneur, et tous ont répondu présents. Car ces temps-ci, rien n'est simple pour Zinedine Zidane, l'homme qui prouve que l'on peut avoir été canonisé de son vivant et pourtant ne plus être en odeur de sainteté. Les griefs de ses dirigeants à son endroit sont nombreux: peur du fiasco européen, jeu en berne, mercato raté, cadres amorphes, blessés en cascades... bref, le pot au noir avec en prime l'ombre de Mourinho. Le toutim. Mais Zidane reste un compétiteur hors norme et si, hier soir, il a peut-être sauvé sa peau, c'est tout sauf une surprise. En s'appuyant sur ses cadres habituels (Benzema, Ramos et Kroos buteur à la 18è) et en pouvant enfin compter sur un bon Courtois, il a gagné du temps, du répit, une respiration. Et si Bernabeu n'est pas encore (loin s'en faut), le jardin d'Eden, on peut parier que ce Real, cette bête blessée, ne sera pas bonne à jouer dans les semaines à venir...

Cette large victoire Parisienne est donc presque synonyme de qualification pour les huitièmes de finale. Juste avant l'hiver, c'est déjà du bonheur rangé dans une armoire. Au delà du résultat brut, ce succès fastueux donnera surtout, pour quelques heures durant, le sourire aux plus fidèles des supporters. Vous savez, ceux dont on parle presque jamais. Parce qu'un petit bonheur pour ces gens-là, non seulement ce n'est pas rien, mais c'est déjà beaucoup. Attention, il n'est pas question ici d'évoquer un public. C'est souvent bête un public, c'est versatile. Il ne s'agit pas non plus de parler des fans. Les fans aiment les vedettes et les idoles qui finissent en écharpes, en mugs ou en porte-clefs... Non, nous parlons là des vrais supporters, des purs. Ceux qui n'insultent pas, qui ne déversent pas leur haine mais leur trop plein d'amour... ceux qui ont inventé une autre façon d'aimer, à guichets fermés... et qui sont capables de vivre leur passion au-dessus de leurs moyens. L'existence de ces supporters, liée fidèlement à un club (ne dit-on pas son "club de coeur" ?), c'est tout de même quelque chose. C'est respirer en fonction des résultats, des transferts... c'est mener une vie ballottée par les victoires ou les défaites... et donc se conformer à ce qui ne dépend pas de soi. Et puisque le vrai supporter a compris qu'à l'inverse du club, il n'était que de passage, c'est qu'il accepte l'angoisse existentielle absolue, laquelle est enchaînée à l'inexorable fuite du temps. Montrer humblement sa fidélité, la persistance de sa passion, voilà ses motifs. Parce qu'il est traversé régulièrement par des émotions de toutes sortes, la plénitude, la déception, la futilité, l'ennui... le football lui permet d'exprimer l'ineffable... le tout avec le luxe suprême de pouvoir jeter son dévolu sur un club, donc de pouvoir choisir sa souffrance. Que peut-on demander de plus ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires