En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 27 min 12 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 49 min 24 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 24 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 35 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 29 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 2 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 31 min 12 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 38 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 1 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 42 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 18 min
© DOMINIQUE FAGET / AFP
© DOMINIQUE FAGET / AFP
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

Publié le 22 octobre 2019
Les débats sur l'autorisation du port du voile lors d'accompagnements de sorties scolaires conduisent à s'interroger sur les liens entre les replis communautaristes et la modernité.
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats sur l'autorisation du port du voile lors d'accompagnements de sorties scolaires conduisent à s'interroger sur les liens entre les replis communautaristes et la modernité.

Atlantico : Dans le Figaro, Hélé Béji déclarait que la modernité est caractérisée par la dissolution des liens traditionnels, et que les replis communautaristes religieux sont une réaction à la perte d'identité que cette dissolution occasionne. Votre analyse concorde-t-elle avec ce point de vue de Hélé Béji, reliant modernité et absence d'identité ?

Michel Maffesoli : On distingue classiquement en sociologie la société et les communautés. La société est un grand ensemble de personnes, le lien entre elles étant fondé sur le contrat social entre individus libres de toute appartenance communautaire, liée à leur origine, leur ethnie, leur religion, le statut de leur famille etc. C’est ainsi qu’en France la loi Le Chapelier a interdit les corporations, les confréries etc. Le lien communautaire est un lien de proximité, établi sur le partage d’un territoire, d’une origine, d’une croyance, mais aussi de convictions, d’idéaux etc. Le lien sociétaire, contrat social est un lien juridique établi entre des individus membres d’une même Nation, d’un même Etat. 

Il est tout à fait juste de dire que la modernité (18e – 20e siècles) a fonctionné, pour reprendre les termes de Hannah Arendt sur “l’idéal démocratique”. Cet idéal démocratique a mis en avant l’individualisme : “je pense, donc je suis, dans la forteresse de mon esprit” et  le rationalisme (tout a une raison, tout est susceptible d’être rationalisé). La modernité a abouti à la dissolution des liens affectuels, émotionnels qui fondent au contraire du contrat social, les liens  communautaires. 

Bien sûr, il serait faux de dire que ces liens communautaires avaient totalement disparu : les partis, les syndicats, les paroisses, les communes avec leurs patronnages, leurs associations  ont constitué autant de communautés de base. Il n’empêche : ces liens communautaires étaient fondés sur de “grands récits”, des croyances communes en un Paradis, une Révolution qui agrégeait les hommes entre eux. Ces grands récits ont perdu leur pertinence, et de nouvelles communautés informelles ont pris la place des partis, paroisses, syndicats, bref des communautés instituées. 

Les mouvements religieux tels certains mouvement identitaires ou fondamentalistes mais aussi les divers mouvements de New Age sont des exemples de ces nouvelles “tribus”. Mais on pourrait aussi citer le renouveau du localisme, les diverses modes alimentaires, vestimentaires, les loisirs, les pratiques artistiques, sportives qui toujours lient des personnes entre elles, fondent ces communautés. 

Je ne parlerais pas de communautarisme, ce qui en France, est une façon de stigmatiser ces mouvements communautaires. Je pense qu’il y a un besoin communautaire, c’est à dire d’un lien social de proximité, mais il me semble qu’il n’est pas forcément un mouvement de repli.

Car on observe qu’il y a une grande diversité de communautés, j’ai employé pour décrire ce fractionnement la métaphore du tribalisme : chacun appartient à diverses tribus, à divers groupes auxquels il se lie selon des affinités culturelles, sportives, territoriales, religieuses. 

Il y a certes un repli de chacun sur sa ou plutôt ses communautés, mais justement parce qu’il n’y a pas une seule identification, on ne peut pas parler de repli. 

Plutôt que d’identité, ce qui est le propre de la modernité, un individu défini par son sexe, sa religion, sa catégorie socio-professionnelle etc. , je  parlerais “d’identifications multiples” : on peut être banquier le jour, DJ la nuit, être Vegan et supporter d’un club de foot. On peut être musulman pratiquant, mais aussi supporter d’un club de foot, et amateur d’un groupe de musique. C’est cette multiplicité d’identifications qui permet une prise de distance et donc protège de l’enfermement sectaire.

 

Pourquoi l'offre religieuse est-elle si propice à combler le vide d'identité, par rapport à d'autres appels à l'appartenance?

Le mot religion contient la réponse :  religare, relier,  la croyance, les rites me lient à l’autre, aux autres et à l’Autre de la déité. La religion ne permet pas tant une “identité”, encore une fois, il s’agit là d’un concept “dur”, de la modernité, mais une identification aux autres. La religion catholique a bien mis cela en exergue en parlant de “communion des saints”, ce qui lie, même des personnes qui ne se connaissent pas, mais qui communient par la croyance et le rite communs. Et toutes les religions, même si elles n’expriment pas cela aussi bellement, fonctionnent autour de ce lien communautaire. Pensons par exemple aux cultes afros-brésiliens (candomble) dans lesquels la transe permet à chacun de sortir de son petit soi pour communier dans un grand Soi commun. 

La religion vécue ainsi au jour le jour permet cette communion ici et maintenant. Mais encore une fois, il s’agit moins d’identité que d’identification. C’est à dire moins de caractéristiques rationnelles et établies une fois pour toutes comme celles que l’on note sur les “papiers d’identité”, invention de la modernité, que d’expressions émotionnelles, affectuelles. La, les tribus, à laquelles ou auxquelles chaque personne appartient se définissent par des goûts communs, des passions communes, des solidarités, des sentiments éprouvés en commun. C’est ceci qui caractérise la période contemporaine que j’appelle avec d’autres (J.F. Lyotard, J. Baudrillard par exemple) la postmodernité. 

La postmodernité redécouvre des valeurs passés, pré-modernes, et l’idéal communautaire comme la pulsion religieuse en font partie. 

 

La modernité fait-elle fi des traditions, des pratiques usuelles, des mœurs et conventions, pour revenir à des formes plus totales d'adhésion, comme la radicalité religieuse et la lecture littérale de textes religieux?

L’histoire avance par périodes, ce qu’on appelle des époques. L’épochè en grec c’est la parenthèse. Une parenthèse s’ouvre et se ferme. Cette succession d’époques peut se lire tout au long de l’histoire humaine. Il semblerait que le développement scientifique et technologique en ait accéléré le mouvement. 

Une époque se définit par des représentations communes, des valeurs dominantes, bref un imaginaire collectif. Mais ceci ne signifie pas que les valeurs contraires aient complètement disparu. Elles se vivent à moment donné en mineur, puis réémergent et peuvent devenir plus importantes, puis dominantes. Ainsi dans le grand rationalisme du 19e siècle, scientiste, techniciste, productiviste, le romantisme en littérature, en musique, en peinture a exprimé une sorte de contrepoint plus émotionnel, plus qualitatif. 

La religion, le sentiment religieux a subi une lente érosion entre l’âge des cathédrales et l’époque moderne, seconde moitié du 19e siècle puis 20e siècles. Ce qu’on appelle la sécularisation. Qui a par exemple voulu écarter de l’espace public tout signe religieux. (au-delà de la loi de 1905 qui tolérait les processions, les soutanes…) D’un point de vue théologique, on a observé un certain abandon des formes de croyances considérées comme obscurantistes, la prédestination, le créationisme, voire la présence réelle du corps et du sang du Christ dans les éléments de la Cène. 

En réaction à cette sécularisation et à cette rationalisation des religions elles-mêmes, on observe un retour aux racines, aux traditions, une volonté de “réenchanter le monde”. En ce sens il s’agit bien d’une forme de “radicalité”. Mais celle-ci n’implique pas forcément le fanatisme et encore moins le terrorisme. Il y a toujours, surtout chez les convertis, comme le sont nombre de jeunes islamistes dits radicalisés, une forme de fanatisme et une forme de prosélytisme. Mais justement, la religion est là avec ses rites collectifs, ses partages d’émotion communautaire pour empêcher l’expression violente et aggressive des croyances. 

Je pense qu’il ne faut donc pas lutter contre l’idéal communautaire, contre le besoin d’être relié aux autres et d’exprimer ensemble une forme de spiritualité, mais qu’au contraire c’est la sécularisation à marche forcée et une forme de volonté d’éradication des religions qui a conduit à ces formes perverses de radicalisme. 

 

La révolution iranienne était-elle déjà une illustration précoce de ce mécanisme de repli engendré par la modernité?

Je ne suis absolument pas un spécialiste de l’Iran, ni de l’Islam. Je me souviens que Michel Foucault à l’époque avait été fortement critiqué pour avoir applaudi la chute du Shah d’Iran et la prise de pouvoir par Khomeini. Ce spécialiste de la modernité avait bien vu cependant qu’il s’agissait là d’une réaction à une modernisation forcée. Le shah d’Iran souhaitait “occidentaliser” son peuple, le plier aux valeurs européennes dans lesquelles il avait été éduqué comme bon nombre d’élites non européennes. C’est, en effet,  l’Europe qui a inventé la modernité et l’a imposée au reste du monde. 

Nombre de mouvements révolutionnaires voire terroristes sont pour part explicables par un rejet des valeurs du rationalisme, de l’individualisme et du productivisme de la modernité. 

La résurgence de mouvements religieux, le développement de divers groupes fondamentalistes, charismatiques participent de cette même réaction contre une sécularisation et une laïcisation à outrance. 

Je pense cependant que rien ne sert de dénir la réalité sociétale telle qu’elle est. Il faut sans aucun doute trouver un moyen de réguler les diverses tribus, de leur permettre de vivre ensemble, de trouver des modes de relation pacifiée des tribus entre elles plutôt que de stigmatiser une pulsion religieuse et un besoin communautaire qui dès lors qu’ils seraient “interdits” s’exprimeraient de manière violente. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
celajun
- 23/10/2019 - 16:41
Et que dire de la secte maçonne ?
On sait que M. Maffesoli appartient à cette secte semi-clandestine latrgement introduite dans tous les gouvernements qui se sont succédés et qui favorise toutes les dérives secytaires communautaristes. Atlantico se prétend de droite et laisse la parole à ce militant communautariste qui approuve les dérives mahométanes.
jurgio
- 22/10/2019 - 17:50
Le Chahada Power
Ce voile, à l'aspect rebutant quand on ne le dit pas une carapace chélonienne qui montre une séparation des réalités , apparaît de nos jours où on a banni la jolie cornette soit une sorte de casemate spirituelle, soit un beffroi d'assaut qu'on avance lentement pour faire tenir coi l'ennemi. Il a été utile de rappeler l'étymologie de "religion", l'idéal de relier , de rassembler en une même [aimante] communauté « tous » les hommes. Aujourd'hui, on constate partout une diversité arrogante qui attaque sans cesse l'idéale unité, autrement dit la "sainte" unité. Nul besoin de regarder par le bon bout d'une lorgnette pour constater que le dit islam est une idéologie sectaire avec porte verrouillée, et qui ressemble malheureusement à une communauté qui s'enroule sur elle-même, à l'exemple d'un nœud de vipères.
lasenorita
- 22/10/2019 - 17:39
La ''modernité''..
C'est sûr que la pratique de l'islam est contraire à la ''modernité'', je pense même que l'islam est rétrograde puisque dans les années 80 les musulmanes(vivant en France) ne ''portaient pas le voile'' et qu'actuellement ces mêmes musulmanes le ''portent''! J'ai du mal à comprendre qu'au vingt-unième siècle des musulmans instruits continuent à pratiquer cette religion, peut-être le font-ils par ''peur'' pour ne pas être massacrés par les islamistes? Le roi du Maroc, qui parait être quelqu'un d'intelligent et de ''moderne'',a emprisonné deux jeunes musulmans qui avaient bu une orangeade pendant le Ramadan, ce Ramadan avait lieu pendant l'été!.. Il faut être c.. pour ne pas manger et boire quand il fait chaud et qu'on travaille!.. à Alger, en 1957,mes voisins musulmans mangeaient et buvaient,chez eux, pendant le Ramadan, mais ils le faisaient ''en cachette''...