En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

J'ai voté nul (et je ne veux pas que ça se reproduise)

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 21 min 38 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 2 heures 8 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 5 heures 57 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 7 heures 42 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 37 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 2 heures 18 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 5 heures 44 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 7 heures 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 7 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
"Années de plomb"

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Publié le 19 octobre 2019
La pression exercée par l'islamisme sur nos sociétés pourrait conduire à établir un parallèle avec le contexte des "années de plomb". Les situations sont-elles comparables ?
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Wolton est un journaliste et essayiste français. Il a publié une vingtaine d'ouvrages consacrés aux relations internationales, à l'histoire des pays communistes et à la politique française.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Thierry Wolton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Wolton est un journaliste et essayiste français. Il a publié une vingtaine d'ouvrages consacrés aux relations internationales, à l'histoire des pays communistes et à la politique française.
Voir la bio
Pierre Conesa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pression exercée par l'islamisme sur nos sociétés pourrait conduire à établir un parallèle avec le contexte des "années de plomb". Les situations sont-elles comparables ?

Atlantico.fr :  La pression exercée par l'islamisme sur nos sociétés peut conduire à comparer la situation actuelle à celle des "années de plomb", pendant lesquelles l'extrême-gauche communiste violente tentait de déstabiliser les démocraties occidentales, notamment en France. En quoi les deux situations sont-elles comparables en France ? En quoi diffèrent-elles ?  

Alain Rodier : Ayant connu personnellement ces deux époques, je pense qu'elles n'ont pas grand chose à voir.
 
Pour la première - les années 1960-80 -, la France traversait une période économique exceptionnelle dite des "trente glorieuses" qui avait succédé à l'immédiat après guerre qui avait été très difficile en raison des restrictions et de la reconstruction sans oublier la traversée de deux conflits coloniaux (l'Indochine puis l'Algérie). Par contre, l'opposition droite/gauche battait son plein en raison de visions socio-politiques diamétralement opposées, pour faire court entre celle de Raymond Aron d'un côté et de Jean-Paul Sarthe de l'autre.

Durant les "années de plomb" les extrêmes se rejoignaient dans la violence et parfois le terrorisme.

A l'extrême-droite, c'était les nostalgiques de l'Algérie française représentés par l'OAS. Dans toute l'Europe sont peu à peu apparus les groupuscules et des mouvements d'extrême-gauche violents dont les plus connus sont Action directe en France, la Rote Armee Fraktion (RAF) en Allemagne, les Brigade Rouges en Italie, etc. Dans ce dernier pays, l'extrême droite a aussi été particulièrement active participant à de nombreux attentats dont le plus grave a eu lieu le 2 août 1980 dans la gare de Bologne où une bombe a fait 85 morts et plus de 200 blessés.

L'idéologie de base de ces activistes a été influencée par les mouvements de protestations ayant lieu aux États-Unis en opposition à la guerre du Vietnam, à la ségrégation et plus généralement en remettant en question du système de société basé sur capitalisme. Un facteur important a aussi été le soutien à la cause palestinienne, surtout après la Guerre des six jours (1967). Et surtout, tous ces mouvements violents d'extrême gauche ont été au minimum "accompagnés" par les services secrets du bloc communiste dont le centre était à Moscou. En effet, alors que la Guerre froide qui battait alors son plein, les forces de l'OTAN se préparant à tenter de s'opposer à une offensive blindée du Pacte de Varsovie qui, selon les plus pessimistes, était en mesure d'atteindre les côtes de l'Atlantique en trois jours (on s'est aperçu bien plus tard que l'Armée Rouge était loin d'avoir cette capacité mais les Américains avaient exagéré la menace à des fins de politique étrangère), l'action des groupes d'extrême gauche étaient considérée comme un élément déstabilisateur des sociétés européennes qui devrait permettre d'annihiler toute volonté de résistance. Pour ne pas apparaître en première ligne, ces services secrets utilisaient les Palestiniens comme proxies, ces derniers assurant la formations d'activistes dans leurs camps d'entraînement situés au Liban, en Libye ou en Tunisie.
 
Fondamentalement, le terrorisme des "années de plomb" était un terrorisme d'Etat même si chaque groupe bénéficiait d'une grande liberté d'action.
 
Il en a d'ailleurs été de même après la révolution de 1979 qui a amené les mollahs au pouvoir à Téhéran. Mais les objectifs ont d'abord été les opposants au régime puis les Occidentaux avec lesquels Téhéran avait des comptes à régler (pour la France dans le cadre du projet Eurodif) et bien sûr contre les Israéliens considérés comme l'ennemi principal. Ce n'est que lorsque Téhéran a renoncé au terrorisme comme méthode de combat (si l'on excepte l'emploi du Hezbollah libanais, du Hamas et du Djihad Islamique Palestinien en tant que proxies) qu'est vraiment apparue l'idéologie salafiste-djihadiste - prônée initialement par le Wahhabisme et les Frères musulmans - d'abord soutenu par l'Occident pour chasser les Soviétiques d'Afghanistan. Une fois cette mission accomplie, les activistes se sont retournés contre leurs anciens alliés considérés comme des mécréants et contre la famille royale des Saoud qui a accueilli des forces militaires occidentales impies sur les terres sacrées de l'islam lors de la première du Golfe (1990-91). Cela a constitué les années de gloire d'Al-Qaida "canal historique" à partir des attentats contres les ambassades US de Dar es Salam et de Nairobi en 1998 puis les attaques du 11 septembre aux États-Unis.
 
Dans un premier temps, l'idéologie salafiste-djihadiste s'est propagée progressivement au sein des communautés musulmanes qu'elles vivent en Dar al-Islam (demeure de l'islam) - pays à majorité musulmane - ou en Dar al-harb (demeure de la guerre) - pays dominés par les kufars (mécréants) via les réseaux wahhabites et fréristes qui existaient depuis longtemps à travers les mosquées, les écoles coraniques, des associations cultuelles, etc. De jeunes prêcheurs salafistes-djihadistes ont peu à peu contesté l'autorité des imams déjà en place en prétendant qu'ils étaient des "déviants" et que seuls eux détenaient la "vrai foi" (le retour à l'islam des origines).
La grande différence entre les mouvements terroristes des "années de plomb" et d'aujourd'hui réside dans le fait que les premiers avaient des États derrière eux alors que les seconds sont indépendants ayant rompu les liens qui pouvaient le unir à leurs matrices génitrices. 

C'est un lieu commun de reconnaître que les moyens de diffusion des doctrines sont infiniment plus étendus aujourd'hui grâce au net - et touchent donc un public beaucoup plus large -, les tracts d'extrême-gauche étant désormais rangés dans les cahiers de l'Histoire.  

Thierry Wolton : La référence aux années de plomb des années 1970 concerne plutôt l'Italie, avec les Brigades rouges, ou l'Allemagne avec la "Bande à Baader". Le terrorisme d'extrême gauche en France est resté  relativement limité avec Action Directe. Le bilan mortel du terrorisme islamiste est surtout plus important, il me parait donc difficile de comparer les deux menaces. Les objectifs ne sont pas les mêmes non plus. L'extrême gauche a usé de la stratégie de la tension pour pousser le système démocratique à être répressif  afin, disait leur discours, de montrer son vrai visage sous son masque libéral. Les Islamistes visent  à effrayer le plus grand nombre  pour nous obliger à renoncer à certaines de nos libertés, à nos  moeurs notamment. L'extrême gauche menait un combat de lutte de classes, les islamistes veulent imposer leurs valeurs à tous.

Pierre Conesa : Il faut tout d'abord préciser qu'on est en face de deux phénomènes assez différents. Vous évoquez l'extrême-gauche violente. Dans les années 1960, le terrorisme était lié à la guerre d'Algérie, et s'il y a eu des le terrorisme d'extrême-gauche, il faut surtout parler des attentats commis par Action Directe, qui ont eu lieu entre 1979 et 1987. Et ce terrorisme n'avait pas la même ampleur que le terrorisme islamiste. 

Les groupuscules communistes commettaient des attentats contre des banques, contre des forces de sécurité, mais rien de semblable à ce qui s'est passé au Bataclan par exemple. Il faut rappeler que le terrorisme est une forme de violence du faible au fort, mais ce n'est pas une cause politique : c'est un moyen d'action. La forme et la motivation politique du communisme étaient différentes de ce qu'on connait aujourd'hui. 

Si l'on prend le terrorisme algérien qui visait à terme l'indépendance de l'Algérie, cette envie d'indépendance a crée un basculement de l'opinion publique, accentué par une lassitude de la guerre d'Algérie. Lorsque Charles de Gaulle parlait de "négociations", cela rencontrait un écho dans l'opinion française. Le terrorisme n'a été que l'appui militaire d'une cause dont la légitimité a été reconnue par la société française. 

Dans le cas des violences d'extrême gauche, il y a eu une forme de résilience de la société française : les Français ont collaboré avec les services de police et de sécurité pour démonter le groupe le plus actif, à savoir Action Directe, qui à la fin n'était qu'un groupuscule avec très peu de soutien. Par ailleurs, le Parti communiste et les militants ne soutenaient pas ces mouvements. 

Dans la situation actuelle, la France fait face à un terrorisme salafiste, qui a été le produit d'une diffusion par l'Arabie Saoudite pendant des années et qui a d'abord touché et continue de toucher les pays arabes. Le premier pays à en pâtir a été l'Algérie qui s'est retrouvée pendant dix ans au centre d'une guerre civile et religieuse. Les revendications auxquelles on doit faire face aujourd'hui sont des revendications politiques, pas religieuses. Il y a en effet cinq obligations pour les musulmans, qui ne sont que des obligations religieuses.

Dans la lutte contre l'islamisme,  y a-t-il des leçons à tirer de la manière dont le terrorisme d'extrême-gauche fut géré par les autorités d'une part ? Et par les services de renseignement d'autre part ?

Alain Rodier : L'idéologie d'extrême gauche s'est éteinte de l'intérieur avec la disparition du modèle soviétique (encore qu'il reste toujours beaucoup de "nostalgiques" qui tentent de raviver la flamme révolutionnaire - à tendance marxiste-léniniste teintée d'écologie et d'auto-gestion - auprès de la jeunesse naturellement contestataire), il est difficile de prévoir comment le salafisme-djihadisme disparaîtra de la même manière. Peut-être quand les nouvelles générations remettront en cause l'enseignement de leurs parents salafistes en demandant plus de libertés individuelles ? C'est possible mais pas certain tant les carcans intellectuels et physiques imposés aux membres de ce qui peut être comparé à une secte qui attend le jugement dernier sont lourds.

Les dirigeants, que ce soit des pays musulmans (Dar al-Islam) et des autres (Dar al-Harb) sont contraints d'adopter des politiques sécuritaires (un pansement sur ne jambe de bois) tant ils sont aujourd'hui dans l'incapacité de s'opposer intellectuellement au salafisme-djihadisme.

Les méthodes pour mener des politiques sécuritaires restent donc les mêmes que par le passé : la surveillance, l'infiltration et la gestion de repentis. Mais si elles permettent de limiter la casse et de gagner des batailles mais elles sont insuffisantes pour gagner les esprits donc la guerre. 

Même si des troubles ont existé et que l'année 1968 a pu inquiéter une partie de la population, il n'y a pas eu, dans les années 1960-1970 d'affrontements civils majeurs en France. Quelles leçons pour la démocratie libérale peut-on tirer de la "résilience" de la société française dans les années 1960 et 1970 ?

Thierry Wolton : Encore une fois, la menace n'est ni de la même ampleur, ni de la même nature. Le terrorisme d'extrême gauche n'a jamais réellement menacé les fondements de la société française car les gauchistes ont toujours été une minorité. Minoritaires, les islamistes le sont aussi puisqu' il  faut se garder de  les confondre avec la grande majorité des musulmans, en France et ailleurs dans le monde. Il n'empêche, le danger islamiste parait plus inquiétant car il se double de la peur de l'Autre dans l'inconscient collectif.  Il y a une confusion entre islamisme, population musulmane, immigration le tout vue comme  une menace globale pour l'équilibre nationale. C'est la thèse du grand remplacement qui oublie qu'une partie des musulmans qui vivent ici sont français et que tous les immigrés ne sont pas des islamistes, ni des musulmans d'ailleurs. On ne pouvait pas tenir ce type de raisonnement face aux   gauchistes d'hier qui était le plus souvent des fils et des filles de bonnes familles. En somme, nous étions entre nous, aujourd'hui le danger s'identifie avec l'étranger. C'est plus irrationnel comme crainte.

Pierre Conesa : Tout d'abord, le champs politique était assez organisé et structuré. Le Parti communiste par exemple, se refusait à soutenir le terrorisme d'extrême gauche. Il y avait une réelle condamnation collective, aucune compréhension implicite comme on peut l'entendre aujourd'hui. Il me semble néanmoins que la société française est bien plus résiliente que la classe politique. La classe politique a très peur des mots "islamophobie" ou "racisme" et donc reste en retrait. Si l'on prend les caricatures du prophète par exemple, et  il faut tout de même rappeler que l'on tape facilement sur l'Eglise, on est en face d'une religion qui a réussi à imposer le fait que si jamais l'on s'en prend à elle, on peut être assassiné. Il faut se rendre compte du laxisme de la société française face à ce type de posture. Par ailleurs, dans diverses études, il n'est pas rare de voir que beaucoup de musulmans considèrent que la charia mériterait d'être respectée dans la République française. On est dans une problématique beaucoup plus compliquée qu'à l'époque.  

La société française, au lieu de poser des règles claires, négocie sans cesse à reculons et chaque pas des salafistes est analysé comme étant une minuscule concession. Le paradoxe de cette société française est de vouloir l'égalité homme-femme mais aussi d'accepter qu'un homme refuse de serrer la main d'une femme ou d'obéir à une femme.  Dans notre société du politiquement correct, il faut savoir que ce sont les musulmans modérés qui critiquent les premiers la faiblesse de la société française. Alors que la répression pourrait toucher les milieux salafistes, la société française est trop faible pour le faire. Les hommes politiques ont tellement négocié qu'ils sont pris au piège et ne savent pas quoi faire. Si l'on prend l'affaire Julien Odoul, le CCIF a fait pression pour que la femme porte plainte, mais il ne dénoncera jamais un imam salafiste qui traite les juifs exactement de la même manière en utilisant un discours antisémite. La nature des débats que l'on a eu sur les questions liées à l'islamisme étaient d'ailleurs très faibles. On a l'impression qu'aujourd'hui, le débat politique est une ineptie et ne prépare pas la société française à la résilience.  

Les communistes représentaient tout de même 20% sur le plan électoral dans les années 1960, et l'idéologie communiste était porteuse d'un modèle de contre-société. Sur un plan politique, qu'est-ce qui a été décisif dans la gestion de ce que certains considéraient comme une menace intérieure ?

Thierry Wolton : Il n'y a pas d'Internationale islamiste, ni de partis islamistes qui obéissent à une seule et même centrale comme ce fut le cas avec le communisme. Les organisations islamistes existantes sont divisées, les terroristes agissent par petites cellules indépendantes les unes des autres, il n'y a jamais eu de chef d'orchestre clandestin, même à l'époque de Ben Laden.  Encore une fois les situations sont différentes.  Le communisme s'est effondré, en France et ailleurs, après la chute du centre, l'Union soviétique. On peut toutefois tirer une leçon de ce passé .  Les démocraties capitalistes sont sorties vainqueurs de l'affrontement avec le communisme parce qu'elles sont restés elles-mêmes et qu'elles ont continué à prospérer. La sauvegarde des libertés et l'enrichissement de la population, même s'il reste toujours très inégal, ont été les meilleures réponses apportés à ceux qui voulaient renverser le système au nom de la lutte des classes. C'est en croyant en nos valeurs et en les défendant que nous aurons raison de la menace islamistes, comme hier du communisme.

Que peut-on apprendre du déclin de l'idéologie communiste pour éclairer notre époque et comprendre l'avenir ? 

Pierre Conesa : Je crois qu'il faut parler de la manière dont le communisme s'est effondré pour comprendre comment l'idéologie islamiste peut également disparaître. Les communistes pensaient avoir le pouvoir à la fin de la guerre et pensaient qu'en URSS les gens vivaient heureux... Petit à petit, le comportement de l'URSS vis-à-vis des pays satellites a été révélé publiquement avec la Hongrie en 1956 ou encore la Tchécoslovaquie en 1968, ce qui fait que le corps communiste s'est atrophié de la perte de crédibilité du modèle. Je pense que la crise idéologique du salafisme va venir surtout du fait que la cible principale du salafisme concerne les autres musulmans. Si on regarde le Pakistan, la Syrie, Barhain etc. il existe  des guerres intra-religieuses entre sunnites et chiites. La crise viendra des élites musulmanes qui vont s'apercevoir que l'oumma se tire une balle dans le pied. Tant que l'on s'en mêle, on devient la cible principale. C'est pour cela par ailleurs que j'étais contre les interventions en Irak et en Syrie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

J'ai voté nul (et je ne veux pas que ça se reproduise)

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 21/10/2019 - 09:31
Je ne comprends pas!
Hier j'ai fait un commentaire en relatant des ''fais'' commis par les musulmans (ce commentaire n'était pas agressif):ce commentaire a disparu:Pendant que je faisais mon commentaire une réclame s'est affichée m'empêchant de continuer..Je ne peux plus commenter avec les mails que je reçois d'Orange dès que je clique pour lire un article,je vois ''Déjà abonné,je me connecte'',je clique et je revois de nouveau le même message!Orange met régulièrement le journal Atlantico dans les Spams,je soupçonne Orange d'être infecté de musulmans comme le sont la police,l'armée,les transports,etc..''Le ver est dans le fruit''!...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 20/10/2019 - 20:58
@ganeshânebâté
Mais non...! Jeff, t'es pas tout seul, mais tu sais qu'tu m'fais honte......
Ganesha
- 20/10/2019 - 20:34
Débile et de Mauvaise Foi
Je fais effectivement partie des 5 286 939 citoyens français qui ont voté pour la liste Rassemblement National aux Européennes de 2019.

Il faut cependant être à la fois particulièrement débile et de mauvaise foi pour imaginer que Marine Le Pen se sentira liée par les opinions d'un seul de ses partisans lorsqu'elle arrivera au pouvoir.