En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 3 heures 53 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 6 heures 55 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 17 heures 9 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 1 heure 13 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 1 heure 37 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 6 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 6 heures 46 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 16 heures 23 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 17 heures 54 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 20 heures 27 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

Publié le 18 octobre 2019
En traitant le sujet du voile par le prisme de la laïcité, Emmanuel Macron prend un retard considérable sur son ministre Jean-Michel Blanquer, qui a bien compris que les problématiques autour du voile allaient bien au-delà de la laïcité, et concernaient les principes républicains les plus fondamentaux.
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En traitant le sujet du voile par le prisme de la laïcité, Emmanuel Macron prend un retard considérable sur son ministre Jean-Michel Blanquer, qui a bien compris que les problématiques autour du voile allaient bien au-delà de la laïcité, et concernaient les principes républicains les plus fondamentaux.

Les polémiques sur le voile n’en finissent plus depuis l’affaire des collégiennes de Creil en 1989. Le débat piétine depuis maintenant 30 ans, sans qu’aucune position claire sur le sujet n’ait pu être arrêtée par un pouvoir en place.
Ce flottement aurait pu prendre fin avec la position du ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer. Celui-ci considère qu’au nom de la liberté d’expression, au nom de l’égalité entre hommes et femmes, et au nom de la lutte contre le communautarisme, le voile, bien  qu’il ne soit pas interdit, n’est pas souhaitable en France.

Il se heurte au sein même de la majorité présidentielle à Aurélien Tâché, un député LREM qui s’était illustré l’an dernier en comparant le voile islamique au serre-tête des catholiques, face à Zineb El Rhazoui. Pour Aurélien Tâché, Jean-Michel Blanquer, par ses positions, fait le jeu du Rassemblement National.

Pour les départager, le médiateur de LREM a été appelé à la rescousse, et Emmanuel Macron a été interrogé sur le sujet lors de sa conférence de presse avec Angela Merkel. Visiblement agacé, il a écarté le sujet d’un revers de main, invitant les français à faire bloc, à ne pas faire d’amalgame, et à distinguer les sujets de la radicalisation, du communautarisme, et de la structuration de l’islam.

Emmanuel Macron, dans un « en même temps » qui sied mal à la polarisation de l’opinion sur le sujet, s’évite ainsi de trancher entre son député et son ministre. Il reste sur une ligne floue, s’abritant derrière une laïcité sans adjectifs, vue comme la liberté de croire ou de ne pas croire.

La position de Jean-Michel Blanquer a pourtant l’avantage d’être légale et de recourir non pas à la coercition d’Etat pour interdire, mais à la liberté d’expression pour affirmer des valeurs. Elle a surtout l’intérêt de s’appuyer sur les grands principes républicains que la laïcité, qui n’est jamais qu’un outil, a vocation à garantir.

Jean-Michel Blanquer comprend bien que la question du voile n’est pas qu’une simple question de laïcité. C’est un marqueur de l’inégalité entre hommes et femmes, qui fait porter à celles-ci une obligation que ceux-là ne s’imposent pas, malgré des principes de pudeur analogues leur incombant théoriquement, selon les textes islamiques. C’est également un jugement de valeur porté indirectement contre « l’impudeur » de celles qui ne le portent pas.

En cela, le voile pose des questions sur les principes de liberté et d’égalité en droits entre hommes et femmes. 

Le ministre de l’Education Nationale a également compris que le voile permettait aux islamistes de montrer ostensiblement un rapport de force aux élus dont ils attendent des mesures clientélistes. De même, le caractère d’uniforme que revêt le voile encourage le communautarisme au sein d’une Nation qui, de l’aveu même d’Emmanuel Macron, a besoin de faire bloc face à « l’hydre islamiste ».

En cela, le voile pose des questions en matière de lutte contre le clientélisme, de lutte contre l’islamisme, et de lutte contre le communautarisme, que le président distingue à mauvaise escient.

Les arguments de Jean-Michel Blanquer pourraient être complétés par ceux de Fatiha Boudjahlat, énoncés dans son livre « Combattre le voilement », qui ne critique pas celui-ci au nom de la laïcité, mais au nom de la dignité, de l’égalité femmes/hommes, et de la lutte contre le communautarisme. Elle y dénonce entre autres le faux choix imposé aux musulmanes, entre le paradis par le voilement, ou l’enfer par son refus. Elle y précise également que l’orthodoxie religieuse relève d’un choix personnel, et que la société entière n’a pas vocation à s’y adapter.

Fatiha Boudjahlat, comme Jean-Michel Blanquer, évitent ainsi le piège d’une laïcité mal comprise, prise en main par un conseil d’Etat et un observatoire de la laïcité qui ont systématiquement avancé dans le sens d’une laïcité ouverte, rendant possible la banalisation du voile.

Ce faisant, ils ont mis le doigt sur les problématiques que le voile pose, et qui vont bien au-delà de la seule laïcité.

Emmanuel Macron, lui, patauge toujours dans les méandres de cette laïcité où chacun met bien ce qu’il veut, depuis un principe juridique très ouvert, jusqu’à un athéisme militant. En cela, son « en même temps » lui fait prendre un retard considérable sur son ministre, sur un sujet du voile qui n’a plus rien d’anecdotique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 18/10/2019 - 16:13
De l'utilité du voile selon les islamistes
L'Islam est à la conquête du monde entier. Les islamistes en sont les bras armés. En dehors du terrorisme, ils imposent des revendications communautaires et ,notamment, le port du voile. Ils provoquent sciemment une population française qui n'en veut pas, et appuient en sous main, ceux des musulmans qui se disent conciliants et qui ne sont pas hostiles à l'idée d'un Islam de France.
Nos politiques jouent les idiots utiles et cherchent, avidement, les moyens d'inventer un islam de France et donc de faire de l'islam une religion de France qui aurait pour commandeur des croyants le président de la République. La tête de pont serait ainsi réalisée.... et dans cinquante ans ou avant ou plus tard, nos enfants ou petits enfants connaîtront la guerre civile.
Gpo
- 18/10/2019 - 15:40
Hypocrisie et jeu de dupes
pour berner les foules et obtenir des voix musulmanes aux prochaines élections..Tant pis s'il y a des morts..le voile islamique est la partie voyante (de plus en plus dans nos rues, espaces publics) des frères musulmans qui prônent la charia en France mais chut... Silence
Dehors ces incapables
cmjdb
- 18/10/2019 - 15:40
VOILE
Pour compléter : Quels regards portent les enfants sur ces dames voilées? L'éducation des garçonnets musulmans en faisant des petits machos turbulents futurs frustrés et , et celle des fillettes soumises, est renforcée par l'image des voilées.