En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

02.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

07.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 3 heures 52 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 5 heures 41 sec
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 7 heures 34 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 23 heures 52 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 3 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 6 heures 38 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 7 heures 19 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 22 heures 50 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 22 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 6 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

Publié le 18 octobre 2019
En traitant le sujet du voile par le prisme de la laïcité, Emmanuel Macron prend un retard considérable sur son ministre Jean-Michel Blanquer, qui a bien compris que les problématiques autour du voile allaient bien au-delà de la laïcité, et concernaient les principes républicains les plus fondamentaux.
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En traitant le sujet du voile par le prisme de la laïcité, Emmanuel Macron prend un retard considérable sur son ministre Jean-Michel Blanquer, qui a bien compris que les problématiques autour du voile allaient bien au-delà de la laïcité, et concernaient les principes républicains les plus fondamentaux.

Les polémiques sur le voile n’en finissent plus depuis l’affaire des collégiennes de Creil en 1989. Le débat piétine depuis maintenant 30 ans, sans qu’aucune position claire sur le sujet n’ait pu être arrêtée par un pouvoir en place.
Ce flottement aurait pu prendre fin avec la position du ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer. Celui-ci considère qu’au nom de la liberté d’expression, au nom de l’égalité entre hommes et femmes, et au nom de la lutte contre le communautarisme, le voile, bien  qu’il ne soit pas interdit, n’est pas souhaitable en France.

Il se heurte au sein même de la majorité présidentielle à Aurélien Tâché, un député LREM qui s’était illustré l’an dernier en comparant le voile islamique au serre-tête des catholiques, face à Zineb El Rhazoui. Pour Aurélien Tâché, Jean-Michel Blanquer, par ses positions, fait le jeu du Rassemblement National.

Pour les départager, le médiateur de LREM a été appelé à la rescousse, et Emmanuel Macron a été interrogé sur le sujet lors de sa conférence de presse avec Angela Merkel. Visiblement agacé, il a écarté le sujet d’un revers de main, invitant les français à faire bloc, à ne pas faire d’amalgame, et à distinguer les sujets de la radicalisation, du communautarisme, et de la structuration de l’islam.

Emmanuel Macron, dans un « en même temps » qui sied mal à la polarisation de l’opinion sur le sujet, s’évite ainsi de trancher entre son député et son ministre. Il reste sur une ligne floue, s’abritant derrière une laïcité sans adjectifs, vue comme la liberté de croire ou de ne pas croire.

La position de Jean-Michel Blanquer a pourtant l’avantage d’être légale et de recourir non pas à la coercition d’Etat pour interdire, mais à la liberté d’expression pour affirmer des valeurs. Elle a surtout l’intérêt de s’appuyer sur les grands principes républicains que la laïcité, qui n’est jamais qu’un outil, a vocation à garantir.

Jean-Michel Blanquer comprend bien que la question du voile n’est pas qu’une simple question de laïcité. C’est un marqueur de l’inégalité entre hommes et femmes, qui fait porter à celles-ci une obligation que ceux-là ne s’imposent pas, malgré des principes de pudeur analogues leur incombant théoriquement, selon les textes islamiques. C’est également un jugement de valeur porté indirectement contre « l’impudeur » de celles qui ne le portent pas.

En cela, le voile pose des questions sur les principes de liberté et d’égalité en droits entre hommes et femmes. 

Le ministre de l’Education Nationale a également compris que le voile permettait aux islamistes de montrer ostensiblement un rapport de force aux élus dont ils attendent des mesures clientélistes. De même, le caractère d’uniforme que revêt le voile encourage le communautarisme au sein d’une Nation qui, de l’aveu même d’Emmanuel Macron, a besoin de faire bloc face à « l’hydre islamiste ».

En cela, le voile pose des questions en matière de lutte contre le clientélisme, de lutte contre l’islamisme, et de lutte contre le communautarisme, que le président distingue à mauvaise escient.

Les arguments de Jean-Michel Blanquer pourraient être complétés par ceux de Fatiha Boudjahlat, énoncés dans son livre « Combattre le voilement », qui ne critique pas celui-ci au nom de la laïcité, mais au nom de la dignité, de l’égalité femmes/hommes, et de la lutte contre le communautarisme. Elle y dénonce entre autres le faux choix imposé aux musulmanes, entre le paradis par le voilement, ou l’enfer par son refus. Elle y précise également que l’orthodoxie religieuse relève d’un choix personnel, et que la société entière n’a pas vocation à s’y adapter.

Fatiha Boudjahlat, comme Jean-Michel Blanquer, évitent ainsi le piège d’une laïcité mal comprise, prise en main par un conseil d’Etat et un observatoire de la laïcité qui ont systématiquement avancé dans le sens d’une laïcité ouverte, rendant possible la banalisation du voile.

Ce faisant, ils ont mis le doigt sur les problématiques que le voile pose, et qui vont bien au-delà de la seule laïcité.

Emmanuel Macron, lui, patauge toujours dans les méandres de cette laïcité où chacun met bien ce qu’il veut, depuis un principe juridique très ouvert, jusqu’à un athéisme militant. En cela, son « en même temps » lui fait prendre un retard considérable sur son ministre, sur un sujet du voile qui n’a plus rien d’anecdotique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 18/10/2019 - 16:13
De l'utilité du voile selon les islamistes
L'Islam est à la conquête du monde entier. Les islamistes en sont les bras armés. En dehors du terrorisme, ils imposent des revendications communautaires et ,notamment, le port du voile. Ils provoquent sciemment une population française qui n'en veut pas, et appuient en sous main, ceux des musulmans qui se disent conciliants et qui ne sont pas hostiles à l'idée d'un Islam de France.
Nos politiques jouent les idiots utiles et cherchent, avidement, les moyens d'inventer un islam de France et donc de faire de l'islam une religion de France qui aurait pour commandeur des croyants le président de la République. La tête de pont serait ainsi réalisée.... et dans cinquante ans ou avant ou plus tard, nos enfants ou petits enfants connaîtront la guerre civile.
Gpo
- 18/10/2019 - 15:40
Hypocrisie et jeu de dupes
pour berner les foules et obtenir des voix musulmanes aux prochaines élections..Tant pis s'il y a des morts..le voile islamique est la partie voyante (de plus en plus dans nos rues, espaces publics) des frères musulmans qui prônent la charia en France mais chut... Silence
Dehors ces incapables
cmjdb
- 18/10/2019 - 15:40
VOILE
Pour compléter : Quels regards portent les enfants sur ces dames voilées? L'éducation des garçonnets musulmans en faisant des petits machos turbulents futurs frustrés et , et celle des fillettes soumises, est renforcée par l'image des voilées.