En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 3 heures 22 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 3 heures 59 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 5 heures 12 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 8 heures 8 sec
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 8 heures 57 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 3 heures 37 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 4 heures 24 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 5 heures 40 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 8 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 8 heures 46 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 12 heures 13 min
© STR, Josh Edelson, Loïc VENANCE, EMMANUEL DUNAND / AFP
© STR, Josh Edelson, Loïc VENANCE, EMMANUEL DUNAND / AFP
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

Publié le 18 octobre 2019
L’OCDE a publié les premiers résultats de son programme de travail adopté lors du G20 afin de construire une "approche unifiée" des nouveaux défis posés par l’économie mondialisée et notamment sur la question de la taxe des géants du numérique et des grandes entreprises multinationales.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’OCDE a publié les premiers résultats de son programme de travail adopté lors du G20 afin de construire une "approche unifiée" des nouveaux défis posés par l’économie mondialisée et notamment sur la question de la taxe des géants du numérique et des grandes entreprises multinationales.

Atlantico.fr : L’OCDE a publié les premiers résultats de son programme de travail adopté lors du G20 du mois de mai dernier pour construire une « approche unifiée » des nouveaux défis posés par l’économie mondialisée. Le 9 octobre, l’organisation a donc publié un ensemble de propositions qui doivent servir de base de négociation à plus de 130 pays pour taxer les géants du numérique mais aussi les grandes entreprises multinationales.

Le point névralgique de ce projet repose sur la définition d’une nouvelle règle du lien qui permettrait de taxer les entreprises même si celles-ci n’avaient pas de présence physique directe sur un territoire, mais simplement à partir d’un seuil de ventes sur un territoire. Ce projet sera notamment discuté jeudi 17 octobre et vendredi 18 octobre, à Washington par les ministres du G20. En quoi ce nouveau modèle de taxation permettrait-il de régler les défauts des régulations actuelles ?

Michel Ruimy : Contrairement à l’impôt sur le revenu, qui touche l’ensemble des revenus mondiaux d’un contribuable donné, l’impôt sur les sociétés a une application territoriale. Autrement dit, le principe fiscal qui régule, jusqu’à présent, la taxation des entreprises multinationales repose sur un principe d’imposition dans le ou les pays où l’entreprise est présente physiquement.

Or, l’économie devenant de plus en plus numérique et hautement décentralisée, les multinationales, afin de payer le moins d’impôts possible, délocalisent artificiellement, dans leurs filiales à l’étranger,une partie de leurs profits, en réalisant des montages à la limite de la légalité.

A cet égard, les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) et, par extension, toutes les grandes entreprises informatiques sont connues pour leurs pratiques de l’évasion fiscale. Ainsi, en Europe, ces entreprises paient, en moyenne, 9 % d’impôts sur les bénéfices, là où les entreprises traditionnelles paient 23 %.En 2017, Google a déclaré un chiffre d’affaires en France de 325 millions d’euros (le chiffre réel serait plus près de 2 milliards selon le Syndicat des régies internet) et a payé 14 millions d’euros d’impôts. La même année, Facebook a payé 2 millions d’euros d’impôts en France et Amazon 8 millions.Ainsi, en matière de fiscalité, toutes les entreprises ne sont pas logées à la même enseigne.

C’est pourquoi, l’OCDE a été chargée de dessiner l’architecture de la « taxation du XXIème siècle », de créer une sorte de « big bang fiscal et digital ». L’institution propose ainsi que les entreprises soient taxables, au-delà d’un certain niveau de recettes, même si elles ne sont pas présentes physiquement sur un territoire (notion d’établissement stable). 

Une question majeure, et techniquement compliquée, demeure toutefois : l’assiette fiscale ou, autrement dit, le chiffre d’affaires réalisé réellement sur le territoire. C’est la raison pour laquelle, à la différence de la taxe instaurée en France par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, l’Organisation internationale suggère d’imposer plutôt les sociétés sur leurs profits consolidés (dans le cas où elles font du profit) afin d’éviter toute « manipulation » du bénéfice. De plus, taxer les entreprises déficitaires pourrait avoir un impact négatif sur les consommateurs, ces entreprises ayant un pouvoir de marché pouvant répercuter cette taxe sur leurs tarifs. Il y aurait dès lors une inégalité face à l’impôt. 

Cette réforme de justice fiscale vise ainsi à enterrer un modèle daté et à inventer une taxation adaptée à notre époque, qui devrait permettre aux différents États de lever plus d’impôts auprès des grandes entreprises internationales décentralisées. La répartition des recettes fiscales devrait en être largement améliorée alors qu’elles vont trop souvent dans les poches de pays qui attirent les sièges sociaux des grands groupes grâce à des allègements fiscaux, plutôt que dans celles des pays où se trouvent clients et marchés.

Un tel projet est-il réaliste pour rénover la fiscalité mondiale ? Quels seraient les principaux Etats gagnants dans ce processus ?

La taxation des géants du numérique et des multinationales constitue un enjeu majeur pour adapter la fiscalité internationale à la numérisation de l’économie. Car les négociations, qui s’étaient déjà ouvertes au sein de l’OCDE en janvier après plusieurs années d’atermoiements, ont été, à nouveau, bloquées par trois positions divergentes et « concurrentes » issues de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis et de l’Inde. Face à cette situation, l’Organisation internationale cherche aujourd’hui un compromis multilatéral en présentant sa propre « approche unifiée ». 

On voit bien que si la cacophonie perdure, l’OCDE ne parviendra pas à un accord en 2020, ce qui renforcera le risque que des pays agissent unilatéralement. En revanche, si son projet reçoit l’aval des ministres des Finances, il se pourrait qu’il y ait une nouvelle dynamique politique pour trouver un accord mondial. 

Si un accord est signé, les pays à économie libérale et en développement seraient, a priori, les gagnants de cette réforme fiscale, les perdants étant les paradis fiscaux qui hébergent les sièges sociaux des multinationales. 

Il n’en demeure pas moins toutefois qu’au-delà d’un accord, les travaux qui s’ensuivront ne seront pas des plus aisés car il va notamment falloir déterminer le champ d’application de cette nouvelle taxe et surtout résoudre un grand nombre de questions.

L’OCDE propose aussi la mise en place d’un taux minimum des entreprises numériques, ce qui permettrait aux Etats de récupérer sur leurs entreprises nationales la différence entre les impôts payés à l’étranger et ceux qu’elles auraient payés sur son territoire. Quels pays pourraient s’opposer à de telles mesures ? Quels seraient les effets sur les marchés mondiaux ?

L’idée d’une taxation sur les géants du numérique et des multinationales était déjà à l’étude au niveau européen, mais plusieurs pays ont bloqué sa mise en place. Notamment, l’Allemagne n’a pas souhaité instaurer une telle taxe, qui porterait principalement sur des entreprises américaines,car elle pourrait envenimer ses relations avec les Etats-Unis (Comme Donald Trump avait menacé de taxer les importations de voitures allemandes, les autorités allemandes ont craint qu’une « taxe GAFA » ne nuise au secteur automobile en raison des mesures de rétorsion commerciales). De son côté, l’Irlande, où sont localisées nombre de grandes entreprises du numérique du fait de sa fiscalité avantageuse, a refusé une telle taxe car elle éroderait son avantage fiscal.

Face au blocage au niveau européen, la France a décidé d’établir, seule,à compter du 1er janvier 2019, une taxe de 3 % sur le chiffre d’affaires des grandes entreprises du numérique (Cette taxe porte sur les revenus publicitaires, les activités de marché c’est-à-dire la mise en contact d’acheteurs et de vendeurs, et la vente de données). Elle devrait rapporter 500 millions d’euros par an.Une telle taxe est aussi instaurée en Espagne et au Royaume-Uni. 

La proposition de l’OCDE me semble un peu simpliste. On va prendre des capitaux aux « paradis fiscaux » pour les redonner aux pays développés. Il y a, peut-être, là, un véritable problème de justice dans cette solution alors que celle-ci est plus complexe. Par ailleurs, une politique fiscale devrait donner aux entreprises la stabilité nécessaire pour exercer à l’intérieur des frontières d’un pays et à l'étranger. Dès lors, on risque de voir apparaître de nouvelles stratégies commerciales. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 18/10/2019 - 10:11
Sujet technique: les pièges.
Au-delà de la question spécifique des GAFA US il faut être prudent sur la mise en place systématique d'une taxation liée essentiellement aux pays de consommation plus qu'aux pays de production ou de localisation des sièges sociaux. Les grands gagnants seront évidemment les fiscs Chinois et US ( les deux grands marchés ) au détriment des fiscs comme le fisc Français, la France étant le siège d'un grand nombre de multinationales ( CAC 40) alors que son marché est d'importance moyenne. Ce que l'état Français gagnera d'un côté, il pourra le perdre se l'autre côté et même au-delà. Mais demander à Bercy et Le Maire de faire preuve de discernement et d'éviter de faire de la com, c' est probablement utopique.