En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 38 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 11 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 15 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 8 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 12 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 36 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 9 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 50 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 26 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 55 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 22 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 37 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

Publié le 18 octobre 2019
Boris Johnson va tenter de convaincre les députés britanniques ce vendredi 18 octobre, après l’accord obtenu jeudi entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur le Brexit. Le Premier ministre britannique vient de remporter une manche décisive.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Boris Johnson va tenter de convaincre les députés britanniques ce vendredi 18 octobre, après l’accord obtenu jeudi entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur le Brexit. Le Premier ministre britannique vient de remporter une manche décisive.

Depuis hier après-midi, il y a de quoi s’amuser de la plupart des commentaires français sur ce qui se passe entre Bruxelles, Berlin, Dublin et Londres. Beaucoup de « scepticisme » ou de « on n’y comprend pas grand chose! ». Alors qu’il faudrait commencer par dire « Respect, Boris! ».  Rappelez-vous, c’était la semaine dernière, ou même hier, on nous disait que Boris Johnson n’y arriverait pas. La courageuse Theresa May (c’est dit sans ironie) n’y était pas parvenue, pourquoi cet homme apparemment si fantaisiste y arriverait-il? Eh bien, précisément, les grands politiques sont ceux qui savent emprunter « la diagonale du fou ». Etre soudain là où on ne les attendait pas. Tous les européistes blasés nous disaient que Johnson jouait la carte d’un « No Deal », il provoquait, il n’arriverait à rien ! Voilà que Michel Barnier vient, sérieux comme un fonctionnaire européen, expliquer sans ciller qu’un accord a été trouvé. Donald Tusk a été obligé de ravaler son habituelle assurance vis-à-vis de ces « pauvres Britanniques ». Et Jean-Claude Juncker esquisse un petit sourire de contentement personnel qu’on lui pardonnera: il pourrait quitter la Commission européenne sur un succès. Tant pis pour Ursula, tant pis pour Emmanuel. Angela et Jean-Claude ont repris la main. 

Certes, rien n’est fait définitivement. Il faut encore que le Parlement britannique vote le texte. Le résultat sera serré. Les unionistes irlandais du DUP, pour l’instant, ne veulent pas voter le texte. On n’est pas sûr que tous les membres du European Research Group, Tory et très eurosceptique, se rallieront. Mais il y aura au moins 19 députés travaillistes à voter le texte. Et puis, surtout, Boris Johnson a créé un momentum. On ne prête qu’aux riches. Le succès appelle le succès. On peut donc raisonnablement parier que que le texte sera voté. 

Peut-on résumer ce qui s’est passé? Au risque de simplifier, il faut retenir trois points : 

1. L’Union Européenne, dont on nous assurait qu’elle ne bougerait plus, le Withdrawal Agreement étant gravé dans le marbre, a fait des concessions essentielles. C’est largement sous l’impulsion de l’Allemagne, menacée de récession, voyant le marché chinois se rétrécir, incertaine sur les débouchés américains. Angela Merkel avait beau s’être emportée dans un coup de téléphone à Boris Johnson, le pragmatisme l’a emporté. 

2. Boris Johnson a obtenu gain de cause sur le fait que la Grande-Bretagne sortait de l’union douanière dans son entier. Elle aura les mains libres pour négocier des accords de libre-échange avec des tiers. Elle négociera un nouvel accord de libre-échange avec l’Union Européenne. Une période d’un an permettra d’y arriver. 

3. Le cas de l’Irlande du Nord n’est qu’apparemment compliqué: L’Irlande du Nord est bien dans le Royaume-Uni. Une distinction est effectuée, lorsque des marchandises transiteront du reste du Royaume-Uni vers l’Ulster, entre des biens à destinations de la seule Irlande du Nord (marché intérieur) et des biens destinés à l’exportation. Entre 2024 et 2026, le parlement d’Iralnde du Nord pourra choisir de garder le régime douanier de l’UE ou de se rallier au régime britannique. 

Theresa May n’avait pas réussi à obtenir que le Royaume-Uni sorte de l’union douanière tant qu’un nouvel arrangement ne serait pas trouvé. Elle avait signé un texte dans lequel le backstop irlandais était un piège qui risquait de garder toute la Grande-Bretagne dans cette même union douanière si les négociations avec l’UE échouaient. Les jusqu’-au-boutistes auront beau expliquer qu’il n’est pas normal que l’Union Européenne garde son mot à dire sur le commerce entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni dans la période de transition, l’important est que la démocratie nord-irlandaise décide au bout du compte. 

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne pourrait-on dire en parodiant une célèbre formule sur le football trouvée un jour par un supporter britannique dégoûté de voir l’Allemagne toujours gagner dans ce sport (« Le foot se joue à 22 et à la fin c’est l’Allemagne qui gagne »). En politique, c’est l’inverse, apparemment: Boris n’avait pas été effrayé par le « Nein » d’Angela Merkel le 8 octobre dernier. Là encore, cela fait un bien fou à l’Europe: un gouvernement britannique apporte la preuve que l’on peut tenir tête à Londres et trouver un accord équilibré pour toutes les parties, où l’on fait prévaloir sans agressivité l’intérêt national. Cela pourra donner à réfléchir à Paris. 

Alors, oui, il reste beaucoup à faire, en deux jours et Boris Johnson n’a pas gagné son vote au moment où nous écrivons. Mais le Premier ministre s’apprête à dire aux députés britanniques que c’est « son deal ou aucun deal ». Effectivement, on ne voit pas ce qui pourrait être renégocié. On voit mal les Remainers hystériques du Parlement, pris à contrepied par cette UE sur laquelle ils avaient tant misé, se remettre sérieusement à négocier. Surtout, un sondage fait sur un échantillon de 26 000 personnes, publié hier 17 octobre, donne 54% en faveur du Brexit en cas de nouveau référendum. La question avait été posée avant le succès de Boris. Les jeux sont (presque) faits. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 18/10/2019 - 18:40
ah Didou....
Il est comme Bendidons il a du mal! Il regarde son miroir et voit Husson qui lui dit: certes tu n'es pas le plus beau mais....tu es le plus con !
evgueniesokolof
- 18/10/2019 - 18:38
HiHiHi
Et notre JMS ? Il a filé combien de cartons rouges à Boris? Aux chiottes l'arbitre!
Liberte5
- 18/10/2019 - 17:54
B. Johnson a fait un tour de force en obtenant cet accord.
Et pourtant c'était mal parti pour lui. Les médias Français se réjouissaient de le voir se débattre , malgré les défections de son camp. Reste au Parlement de ratifier cet accord. Pour le moment rien n'est acquis, mais les choses bougent. Les députés savent qu'en rejetant l'accord, c'est le brexit dur qui se fera, que le parlement sera dissout et que de nouvelles élections auront lieu. Dans un tel cas, les sondages donnent B. Johnson gagnant. certains prédisent les plus grandes difficultés économiques pour la Grande Bretagne. Faisons confiance aux Anglais pour se réinventer dans une économie nouvelle.