En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 34 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 7 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 7 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 12 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 10 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 9 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 33 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 2 heures 6 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 47 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 23 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 52 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 19 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 34 min
© JORGE SILVA / POOL / AFP
© JORGE SILVA / POOL / AFP
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

Publié le 18 octobre 2019
La Russie est devenue un acteur majeur dans le cadre de la stabilisation du Moyen-Orient. Vladimir Poutine a également occupé un rôle important lors des décisions sur la crise syrienne.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Russie est devenue un acteur majeur dans le cadre de la stabilisation du Moyen-Orient. Vladimir Poutine a également occupé un rôle important lors des décisions sur la crise syrienne.

Atlantico.fr : La Russie est de plus en plus présentée comme un acteur majeur de la stabilisation du Moyen-Orient. Poutine serait devenu l'éminence grise capable d'influencer les décisions des principaux acteurs autour de la crise syrienne. Comment expliquer cette réussite de la part d'un pays dont les dépenses militaires, relativement à celles de l'OTAN ou des Etats-Unis, sont faibles, et qui a été l'objet d'une grande méfiance de la communauté internationale depuis une dizaine d'années ?

Cyrille Bret : Depuis l’intervention militaire en Syrie en septembre 2015, la Fédération de Russie a fait un retour très remarqué sur la scène stratégique, diplomatique et économique du Moyen-Orient. Appelée par la présidence Al-Assad, elle a déployé un contingent militaire terrestre, naval, aérien et cyber en Syrie et dans la zone pour soutenir les forces gouvernementales dans leurs combats contre l’EI mais aussi contre l’opposition. Il s’agit là d’une politique qui plonge ses racines dans la période soviétique et même dans la période tsariste. Vladimir Poutine a réactive l’alliance que l’URSS avait scellée avec Al-Assad père au début des années 1970 et a plus largement repris la politique d’alliance de la Russie dans la zone… jusqu’à l’étendre. Il partage certains objectifs avec l’Iran en Syrie et en Irak. La Russie a même réussi à se rapprocher de l’Arabie Saoudite de MBS, pourtant allié central des Etats-Unis dans la zone. Elle entretient des liens forts avec Israël. Elle est même parvenue à se rapprocher du rival séculaire turc, pilier de l’OTAN, jusqu’à l’inviter au salon de l’armement MAKS 2019. Aujourd’hui, la Russie ne façonne pas seule le destin de la région mais fait de nouveau partie des acteurs majeurs du Grand Jeu qui s’y déroule

Peut-on dire que l'influence russe au Moyen-Orient est aussi liée à de mauvaises décisions de la part des pays occidentaux ? Quelle est la part de responsabilité du gouvernement américain dans cette nouvelle donne géopolitique ?

Le retour très rapide de la Russie en Syrie et dans toute la région doit en grande partie à l’impression, répandue dans la région, d’un désinvestissement américain – réel ou supposé. La présidence Obama et la présidence Trump ont marqué un retrait des Etats-Unis après une décennie 2000 marquée par l’intervention américaine en Irak. La priorité des deux présidents a été de se désengager d’Irak, de limiter les ressources dans la zone pour les redistribuer en faveur du « pivot » vers l’Asie et de diffuser dans l’opinion américaine l’idée que le Moyen-Orient n’était pas nécessairement un intérêt vital pour les Etats-Unis. Ainsi, ils se sont fort peu occupés du conflit israélo-palestinien, ils ont critiqué leurs alliés saoudiens et ont laissé planer le doute sur leur volonté de s’impliquer dans la guerre en Syrie. La Russie a utilisé le vide relatif laissé par les Etats-Unis dans la région.

L'intervention russe en Syrie et son levier d'influence au Moyen-Orient peut-elle lui permettre de briser son isolement ? Dans quelle mesure cette intervention peut-elle affaiblir et diviser l'OTAN ?

L’isolement de la Russie est limité à son flanc ouest. A l’est et au sud, elle parvient à nouer des partenariats stables. Avec la Chine, avec l’Iran, avec l’Egypte et naturellement avec l’Algérie, le Vietnam et l’Inde, ses clients depuis l’ère soviétique en matière d’armements. Au Moyen-Orient, l’OTAN est en tension. La Turquie s’est rapprochée de la Russie jusqu’à lui passer commande de batteries anti-aériennes S400. Mais l’influence de la Russie est-elle une cause ou une conséquence ? Le régime turc est entré en tension avec l’Union européenne et les Etats-Unis depuis bien avant le début du rapprochement de 2015. De même, le rapprochement avec Israël, qui n’est pas membre de l’OTAN mais allié des Etats-Unis est la conséquence de facteurs structurels internes au pays qui n’ont que peu de rapport avec l’intervention russe en Syrie de 2015. Le retour de la Russie sur la scène du Moyen-Orient est un symptôme autant qu’une cause.

L'Europe et les Etats-Unis sont-ils désormais condamnés à passer par l'acteur russe pour organiser la désescalade à la frontière syrienne et maintenir des victoires contre le terrorisme ? Ou peuvent-ils espérer redevenir des acteurs clés dans les années à venir ?

Dans la sortie de crise en Syrie – qu’on espère rapide mais qu’on pressent difficile – la Russie est devenu un élément incontournable. Elle s’est en effet positionnée comme l’avocat et le défenseur du régime Al-Assad. De sorte qu’une solution politique sera conditionnée par l’accord de la Russie, la pression qu’elle voudra exercer sur son allié et les garanties qu’elle obtiendra sur ses buts de guerre comme la base navale de Tartous dans le nord du pays. Toutefois, il convient de ne pas surestimer les capacités de la Russie dans le jeu syrien. On le voit concernant l’intervention de la Turquie contre les Kurdes dans le nord de la Syrie : la Russie se trouve prise entre deux alliances devenues incompatibles d’une part avec le régime Al-Assad qui commence à combattre avec les Kurdes et, d’autre part, avec le président Erdogan qui a lancé les hostilités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 19/10/2019 - 21:48
Il est vrai que la Russie
Est devenue incontournable au Proche Orient. Le mérite en revient à Poutine qui a montré qu'il ne lâchait pas ses alliés (il est vrai qu'avec 2 bases sur un pays bordant la Méditerranée, il a raison) mais il faut reconnaître aussi qu son ministre des Affaires, étrangères, Sergei Lavrov est expérimenté et beaucoup plus compétent que certains dont le rôle paraît bien insignifiant.
Bref attendons, ce qui va devenir urgent c'est d'une part arriver à stopper Erdogan qui veut s'approprier une partie de la Syrie et d'autre part surveiller la situation libanaise qui est explosive....
Benvoyons
- 18/10/2019 - 20:40
Subtiliser un Nid de Serpents franchement je trouve que les USA
s'en sortent pas mal. Ils restent avec l'Arabie Saoudite & Israël & l’Égypte.
Bon problème pour nous comme c'est les Russes qui vont se déstabiliser avec ce Nid de serpents,alors qu'il a des Frontières avec :)::)
Donc ils nous faut faire Urgemment, une armée Européenne digne de se nom tout en conservant une partie de nos Unités les plus opérationnelles sous commandement & interventions que Français. Pendant un moment.
ssy@amaraggi.net
- 18/10/2019 - 15:44
La Russie et l'Europe
Comment ne pas voir que l'Europe sans la Russie ne signifie rien et n'a aucune puissance. Le cessez le feu en Syrie est l'oeuvre des américains , hors des lamentations des "leaders" européens. L'Europe a besoin de la Russie, plus que la Russie de l'Europe.