En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 37 min 41 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 4 heures 21 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 6 heures 30 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 45 min 26 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 57 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 35 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 6 heures 19 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 41 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 21 heures 23 min
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

Publié le 17 octobre 2019
La plus belle période ( 1971-1992) de Bacon au Centre Pompidou.
Pascal Duthuit est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Duthuit pour Culture-Tops.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Duthuit est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La plus belle période ( 1971-1992) de Bacon au Centre Pompidou.

INFOS & RÉSERVATION

Centre Pompidou Place Georges Pompidou Galerie 2, niveau 6

75004 Paris

http://www.centrepompidou.fr

Jusqu’au 20 janvier 2020, tous les jours de 11h à 21h sauf le mardi. Nocturne le jeudi jusqu'à 23h00

LU / VU PAR

PASCAL DUTHUIT

RECOMMANDATION

Bon

THÈME

Le Centre Pompidou poursuit la relecture des œuvres majeures du XXième siècle et consacre une vaste exposition à l’artiste anglais, Francis Bacon (1909-1992) à travers une soixantaine de toiles dont 12 triptyques impressionnants à l’aune de ses relations avec la littérature.

L'exposition se concentre sur la période qui a suivi la grande exposition rétrospective de 1971 organisée à Paris, au Grand Palais, soit ses vingt dernières années de création, pour en souligner la mutation stylistique et l’aboutissement qui va consacrer l’artiste de façon internationale.

POINTS FORTS

La plus belle période de Bacon réunie ensemble ! Cette exposition est unique, jamais vue en France.

Une véritable  révélation, la puissance des peintures de Bacon nous fascine et nous interpelle. Nous sommes troublés par la polarité entre la douceur des couleurs utilisées et une peinture en mouvement permanent, déformée, souvent violente et torturée.

L’angle choisi par le musée pour ponctuer cette exposition est la littérature avec un parcours de six salles dédiées à six auteurs importants pour Bacon : Eschyle, Friedrich Nietzsche, T.S. Eliot, Michel Leiris, Joseph Conrad et Georges Bataille, tous extraits de sa bibliothèque personnelle qui comprenait plus de mille ouvrages.

Bacon peint la vie elle-même, il nous la livre brute comme une tragédie grecque avec ses drames notamment dans la première salle dédiée à la mort par suicide de son ami George Dyer à travers trois  « triptyques noirs », malgré leur dominante rose.

L’obsession de Bacon, qui refuse l’abstraction, est d’attraper la réalité sans en faire une illustration. Bacon, homosexuel dans une Angleterre encore puritaine, rebelle à toutes conventions nous livre une peinture brutale mais tellement authentique et remplie d’intériorité!

Ne pas rater le document filmé à la fin de l’exposition composé d’extraits d’interviews de Bacon qui nous livre enfin quelques explications bien utiles pour comprendre le regard de l’artiste sur la vie et surtout sur son art, notamment à travers ses entretiens avec David Sylvester.

POINTS FAIBLES

L’angle littéraire de l’exposition n’est pas du tout facile d’accès malgré la scénographie avec des salles audio aux murs vides de peintures et délivrant de courts extraits de 6 textes choisis parmi les auteurs aimés de Bacon et lus par de grands comédiens comme Matthieu Almaric, Denis Polyadès ou Hippolyte Girardot… Malheureusement cette approche n’a trouvé aucune résonance chez moi.

L’exposition en l’absence de cartels explicatifs manque totalement d’aide à la compréhension de l’œuvre de Bacon pour ne pas interférer et nous laisser envahir par nos émotions, véritable parti pris du commissaire de l’exposition respectueux du refus de Bacon de toute approche illustrative et de son dogmatisme anti-interprétatif.

Cela fonctionnera pour certains et vraisemblablement pas du tout pour beaucoup d'entre nous, tellement la peinture complexe et cérébrale de Bacon est difficile à appréhender sans une aide extérieure.

Il est dommage de devoir acquérir le catalogue de l’exposition pour y chercher les clés de cette exposition inédite sans aucun cartel explicatif.

EN DEUX MOTS ...

Impossible de rater cette exposition à Paris qui est une chance unique de ressentir intimement l’œuvre de Bacon mais il faut bien préparer sa visite pour la vivre pleinement. 

Bacon est uniquement « sensation  » et il faudra être réceptif pour se faire submerger par la puissance de ses peintures et nous tirer hors de nos habitudes.

L'AUTEUR

Né à Dublin le 28 octobre 1909 et mort le 28 avril 1992 à Madrid, Francis Bacon est un peintre britannique autodidacte réputé pour ses triptyques, dont l’un « Étude de Lucian Freud » s’est vendu 142 millions de dollars en 2013, le plus cher au monde.

L’œuvre de Bacon se déploie en grands triptyques mettant en scène sa vie, ses amis, son admiration pour certains artistes comme Diego Vélasquez, Vincent Van Gogh ou Pablo Picasso, ou en portraits déformés, tout en restant figuratifs, de ses amis Michel Leiris, Mick Jagger, etc…

Michel Leiris, écrivain, ethnologue et critique d’art va participer grandement à faire connaître l’œuvre de Bacon qui s’écarte de tous les sentiers battus par la « volonté de figurer » et « celle de ne jamais illustrer ».

Au milieu des années 1970, Francis Bacon fait de nombreux séjours à Paris où il dispose d’un atelier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires