En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

03.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 23 min 29 sec
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 1 heure 14 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 2 heures 4 sec
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 7 heures 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 20 heures 37 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 21 heures 24 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 22 heures 51 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 38 min 20 sec
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 20 heures 49 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 21 heures 52 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 23 heures 41 min
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

Publié le 17 octobre 2019
Il est rare d’être intrigué par le titre d’un livre. Quand on tombe sur l’ouvrage que nous offre Norbert Hillaire, c’est le cas. La réparation dans l’art.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est rare d’être intrigué par le titre d’un livre. Quand on tombe sur l’ouvrage que nous offre Norbert Hillaire, c’est le cas. La réparation dans l’art.

On s’interroge. Il y a quelque chose de triste dans la notion de réparation. On pense à une brisure, à une cassure. Il y a aussi quelque chose de mécanique. C’est une machine que l’on répare, grâce à une opération technique. Quand on lit l’ouvrage extrêmement original de Norbert Hillaire, on change d’avis.  

Il est beau que quelque chose soit réparable. Loin d’être la preuve d’une fragilité, cela prouve plutôt une intégrité  profonde que la réparation révèle. En outre, briser un silence pesant, l’indifférence ou la médiocrité, c’est libérer et de ce fait non pas casser mais réparer. Pour revenir à l’harmonie de ce qui est fondamentalement, il faut une brisure. C’est ce que suggère Norbert Hilaire en nous le donnant à penser. 

Au-delà du visible, il y a l’invisible. Si le visible est ce que nous sentons de façon immédiate et utilitaire, l’invisible est ce que nous sentons en profondeur à partir de notre être comme de ce qui est. Relation d’être à être, il est ce qui nous permet de sentir en relevant de la sensation originelle. Quand nous sentons ainsi, nous sommes habités par l’existence au sens fort et nous habitons celle-ci. C’est ce que l’art recherche. « Nous ne sommes pas au monde » dit Rimbaud. « La vraie vie est ailleurs ». L’art qui nous emmène du visible à l’invisible à travers nos sensations profondes, nous met au monde en nous faisant renouer avec la vraie vie. 

Il est toujours bouleversant d’effectuer un tel pasage.  On était dans une vie qui n’était pas habitée. Soudain, on s’ouvre à une vie habitée. Cela marque un avant et un après. Il y a là quelque chose d’irréparable au sens lumineux. Sans le savoir, du fait qu’elle n’était pas vécue, notre vie était brisée. Brisant cette brisure, la sensation lumineuse que provoque l’art répare notre vie brisée en la remettant debout.  D’où le lien que l’on peut établir entre brisure, réparation, temps et être. Quand on est dans l’être qui est la vie pleinement habitée, cette ouverture brisant   la lourdeur qui pèse sur nous, nous découvrons la vie réelle avec des avants et des après, c’est-à-dire du temps réel.  Nous comprenons la métaphysique et la morale. 

 Le fait que l’existence existe est un fait inouï, proprement unique  qui marque un avant et un après. Voir la réalité ainsi relève de la métaphysique et  la vivre ainsi de la morale.  Vivons la réalité  métaphysiquement et moralement. On crée un bouleversement créateur. C’est ce que signifie la brisure réparatrice.   Lorsque celle-ci brise, elle n’est pas tant blessure que ce qui prévient toute blessure.  Bouleversant toute indifférence afin d’installer le règne du vivant, elle se situe avant le couple brisure-réparation. Mystiquement, c’est ce que signifie la miséricorde divine ainsi que le salut. 

Lorsque Dieu crée le monde, il ne le crée pas, il le sauve, le sauver ne consistant pas à venir après sa brisure pour réparer celle-ci mais avant.  Ce geste est appelé  miséricorde. Terme trompeur. Qui dit miséricorde dit  misère et souvent misérabilisme. La pitié peut être dangereuse, rappelle Stefan Zweig. On se complaît souvent dans le misérabilisme. 

Dieu ne vient pas après la catastrophe mais avant. Il n’attend pas que le monde soit perdu pour le sauver. Quand il crée le monde il le crée comme étant fondamentalement ce qui peut être sauvé. Comprenons la réparation en ce sens. On commence à voir se lever un coin du voile qui recouvre le mystère de l’art et de la création. 

Les artistes pourquoi font-ils de l’art ? Pour retrouver quelque chose de perdu, dit-on. Superficiellement, c’est vrai. Dans la vie quotidienne nous ne voyons pas le monde ni les autres, ni l’existence, rappelle Bergson. Il n’y a rien d’étonnant à cela. À force de vouloir vivre nous ne voyons plus la vie et nous ne savons plus vivre, En nous incitant à regarder les choses et les êtres pour eux-mêmes, l’art nous permet de retrouver la vie perdue que nous devrions vivre et que nous ne savons pas vivre. Toutefois, cela ne va pas au fond des choses, l’art apparaissant comme réparation de la brisure ordinaire alors qu’il va plus loin. 

Jacques Derrida a écrit un essai brillant intitulé La pharmacie de Platon dans lequel il rappelle le génie de Socrate avant de le déconstruire.  Socrate, souligne-t-il,  a fait de la pensée un remède qui passe par le poison.  Il a pensé que la pensée brise, mais pas suffisamment.   Pour Jacques Derrida toutefois Socrate ne va pas assez loin. Son approche est trop idéale. Cet idéalisme vient de ce qu’il est marqué par le mythe d’un Logos originel transparent. Il rêve d’une réparation idéale. Pour Jacques  Derrida il faut aller au-delà de ce mythe en déconstruisant la notion de Logos originel. 

   Jacques Derrida ne veut pas d’une brisure qui répare. Il veut une brisure qui ne répare pas, la pensée étant dans la pensée quand, à travers l’intellectuel hypercritique, elle pratique une révolution permanente de type  anarcho-trotskyste. Farouchement opposé à toute métaphysique il est dans le « faire » de l’action militante. Attitude violente que l’on retrouve dans la problématique de l’art contemporain. 

Aujourd’hui, tous les artistes travaillent la question de la blessure.  Une grande partie d’entre eux se reconnaît  dans la déconstruction militante en pratiquant une blessure permanente  et agressive. D’où la violence de cet art et son cercle vicieux. Plus il est violent, plus il lui faut réparer le monde. Plus il lui faut  réparer le monde, plus il est violent. Cet art militant n’a pas compris ce qui brise vraiment le monde de façon créatrice. Il n’a pas assez pensé Socrate et le Logos originel. Il existe toutefois un art qui le pense.    Pour Norbert Hilaire cet art s’exprime sous trois formes.  

La première est l’art dit primitif qui renvoie à l’art non européen, manifeste dans l’art japonais ou chinois. Nous sommes fascinés par le calme émanant des peintures qu’on y trouve. Rien d’étonnant à cela. Celles-ci pratiquent une blessure irréparable de notre inertie, de notre lourdeur et de notre indifférence en provoquant une résonance infinie avec l’être. Elles sont l’être en montrant la vie dans sa splendeur avant toute brisure et toute réparation. 

Cet art de l’irréparable créateur se retrouve dans tout ce qui, comme la marque Hermès  fait vivre l’élégance et le raffinement, en se reconnaissant dans cette formule de Robert Dumas, l’un de ses fondateurs : « Le luxe est ce qui se répare ». Formelle étonnante. Le luxe n’est-ce pas ce qui n’a jamais été cassé ? Un objet réparé a moins de valeur qu’un objet intact, pensons nous.  Justement non. Quand une chose est belle et de qualité elle peut toujours le redevenir. Ce n’est pas parce qu’elle est cassée qu’elle est vouée à devenir un déchet. Le beau même cassé ne part jamais à la casse. Il demeure toujours beau et la réparation fait ressurgir le beau qui, étant fondamentalement, est et sera toujours. L’irréparable créateur parle d’une intégrité originelle avant le temps, ses brisures et ses réparations. Le fondamentalement réparable qui définit le luxe parle de la même chose. 

Enfin, il y a la réparation au sens mystique et pas simplement artistique ou esthétique. Toute la kabbale hébraïque se fonde sur l’idée du tikhun ou retour, terme que l’on traduit par rédemption. La création est si belle qu’elle peut, comme l’objet de luxe,  être réparée. C’est ce que veut dire le retour ou tikhun. Message d’espoir renversant.  Dans la kabbale l’accès au retour  est décrit par l’arbre des sefirots, arbre de la connaissance au sein duquel trois éléments jouent un rôle central : la rigueur din, la miséricorde hessed et la beauté tiferet. La rigueur et l’amour s’opposent comme le parfait et l’imparfait. Quand ils se réconcilient ils donnent non pas le beau mais le plus que beau, beau inouï brisant de façon créatrice le beau statique. Brisure sublime qui emmène vers le haut, libère, délivre, donne du souffle comme l’art colossal   d’Anselm Kiefer. 

Les artistes qui se hissent au niveau de la brisure réparatrice sont des virtuoses. Dans cet ouvrage hors du commun par sa culture époustouflante, Norbert Hillaire démontre que ceux qui savent la penser et la donner à penser sont également des virtuoses.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mta
- 17/10/2019 - 13:04
Merci Monsieur Bertrand
Merci Monsieur Bertrand Vergely, Vous êtes un virtuose de la pensée partagée. Un texte à lire comme on se sustente et comme ça fait du bien !