En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 33 min 55 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 41 min 40 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 31 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 6 heures 15 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 37 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 21 heures 19 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

Publié le 17 octobre 2019
Un nombre de plus en plus importants d'États européens envisagent d'utiliser des techniques comptables douteuses pour remplir les objectifs d'économies d'énergie mis en place par la Commission Européenne. Une pratique qui conduit à s'interroger sur l'efficacité des directives énergétiques européennes.
Chercheur à l'institut Sapiens. Economiste formé à l'Université de Strasbourg, particulièrement intéressé aux questions européennes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axel Vallée
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur à l'institut Sapiens. Economiste formé à l'Université de Strasbourg, particulièrement intéressé aux questions européennes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un nombre de plus en plus importants d'États européens envisagent d'utiliser des techniques comptables douteuses pour remplir les objectifs d'économies d'énergie mis en place par la Commission Européenne. Une pratique qui conduit à s'interroger sur l'efficacité des directives énergétiques européennes.

Atlantico : Quelles sont les méthodes utilisées par ces pays (République Tchèque par exemple) pour remplir les exigences d'économie d'énergie de la directive sur l'efficacité énergétique ?

Axel Vallée : Tout d’abord, il faut rappeler que l’objectif de cette directive est de mesurer les efforts effectués par chaque pays membre dans la baisse de production de gaz à effet de serre, indicateur principal de la lutte contre le réchauffement climatique. L’Europe pose donc une question simple : montrer par quels moyens vont être atteints au niveau national les objectifs qui ont été fixés au niveau communautaire

C’est à ce moment que la difficulté apparaît, chaque pays dispose d’une méthode comptable différente, les politiques publiques menées dans ce domaine sont différentes, et il est difficile de quantifier les impacts de ces mesures.

L’élément principal réside dans la temporalité des mesures, celles qui ont été mises en place hier continueront à avoir un impact demain. C’est la stratégie de certains pays comme la République Tchèque par exemple. Une augmentation de la TVA sur le carburant il y a 5 ans continue d’avoir des effets positifs aujourd’hui sur la réduction de la production de gaz à effet de serre. Ces pays calculent la production de gaz à effet de serre qu’il y aurait si cette taxe n’avait pas été mise en place. Assurément la consommation énergétique aurait été aujourd’hui plus élevée.

Si on accepte cet argument c’est la porte ouverte à des mesures de bricolage budgétaire pour respecter les directives européennes. On comprend rapidement que ce type de stratégie remet en cause l’intérêt même de la directive.

Au-delà même de la stratégie consistant à contourner la directive européenne, on constate bien que la mesure de l’impact environnemental est une affaire délicate. Cette année en France et pour la première fois, Bercy décide de publier les mesures environnementales de son projet de budget pour l’année 2020 dans un « livret de la transition écologique ». On retrouve des mesures effectivement chiffrables et fer de lance d’une politique en faveur de l’environnement, comme l’instauration d’une taxe sur les billets d’avion. Mais dans le même temps, on retrouve le maintien de mesures à contre-sens de la politique environnementale, comme l’exonération de taxe sur le gazole utilisé dans le secteur routier ou dans le BTP.

 

En quoi est-ce lié au fait que les objectifs européens sont trop élevés ou que l'orientation générale est sujette à caution ?

Le problème ne vient pas tant de la difficulté à atteindre les objectifs européens fixés. Ces objectifs sont élevés, mais cela provient du fait que l’Europe est un des meilleurs élèves mondiaux sur la production de gaz à effet de serre. Pour un euro de PIB produit, c’est en Europe que la production énergétique dépensée pour l’obtenir est la plus faible. L’orientation générale elle-même est claire, le rôle de l’Europe dans les négociations internationales pour la lutte contre le réchauffement climatique n’est plus à défendre.

Le problème vient surtout de l’hétérogénéité des États-membres. En 30 ans, on estime que la production d’électricité aura généré en Allemagne environ 10 milliards de tonnes de CO2, là où la production française en aura généré 1,5 milliards. Quand la France fait le choix du nucléaire, l’Allemagne a fait le choix du charbon. Les différentes politiques nationales entrainent des difficultés à tracer un cadre communautaire clair et stable dans le temps.

Il faut tout de même souligner l’objectif global de tous les pays européens sur les énergies renouvelables, c’est dans ce secteur que les efforts sont coordonnés aujourd’hui, et le seront plus encore à l’avenir.

 

Ce cas semble également révélateur des problèmes de transparence de l'Union sur ces enjeux énergétiques. Est-ce qu'il n'y a pas une volonté de conserver une façade verte sans regarder l'efficacité dans le détail ?

La question de la politique énergétique ne touche pas uniquement au domaine de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique. Il ne faut pas oublier les considérations géopolitiques et économiques qui sont fortement liées à la question énergétique.

Une fois encore, la politique de l’Union est dépendante avant tout des politiques énergétiques nationales. Lorsque l’Allemagne souhaite mettre fin à sa production d’électricité au charbon, c’est vers le gaz qu’elle va devoir se tourner, les énergies renouvelables ne permettant pas à l’heure actuelle d’assurer la production nécessaire. La production au gaz dépendra donc nécessairement des grandes puissances qui en produisent, comme la Russie et de plus en plus les États-Unis qui développent le gaz de schiste dans cet objectif d’indépendance énergétique.

Prenons l’hypothèse d’une politique forte de l’Union Européenne qui souhaiterait voir disparaître les véhicules diesel pour les remplacer par des véhicules électriques. L’objectif énergétique et environnemental est tout à fait louable, mais les conséquences géopolitiques n’en sont pas moins importantes. La production de batterie se fait principalement aujourd’hui en Chine, de même que les panneaux photovoltaïques. Faut-il vraiment faire des choix environnementaux qui nous placeraient en situation de dépendance vis-à-vis de la Chine, responsable de 24% des émissions mondiales de CO2 ?

En conclusion, l’avenir de la politique énergétique européenne se situe avant tout dans la capacité de l’Europe à innover pour anticiper les besoins et les solutions de demain. Cela lui permettrait de se mettre à l’abri de la dépendance énergétique envers d’autres grandes puissances, et permettrait une véritable harmonisation à termes des mix énergétiques nationaux.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 17/10/2019 - 11:01
Des dirigeants qui trichent ? Quelle surprise !
L'objectif réel est de se regarder le nombril et d'en tirer gloire.
Dépendances au gaz russe et aux batteries chinoises ne sont pas évoquées officiellement, du moment qu'on atteint des buts arbitraires et stupides (sans avouer qu'ils le sont), qui sont surtout prétextes à augmenter des taxes supposément vertueuses.
On oublie aussi que plus il y aura de voitures électriques, plus il faudra augmenter la production d'électricité: comme ça ne pourra pas se faire avec des éoliennes et que le nucléaire doit reculer, ce sera avec du pétrole et du gaz, voire du charbon.
Ça ressemble à l'agriculture bio en Europe: pour produire les pesticides bio qu'on utilise (ben ouais, il en faut), il faut les importer de pays pauvres où ils poussent grâce à des pesticides chimiques... Mais chut ! il ne faut pas le dire.