En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 3 heures 19 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 6 heures 39 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 9 heures 52 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 15 heures 18 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 15 heures 59 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 8 heures 25 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 9 heures 50 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 11 heures 32 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 16 heures 17 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

Publié le 16 octobre 2019
La privatisation de la Française des Jeux commencera début novembre, d’ici là, les banques vont inonder leurs clients pour qu’ils en achètent mais est-ce que ce sera une bonne idée ?
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La privatisation de la Française des Jeux commencera début novembre, d’ici là, les banques vont inonder leurs clients pour qu’ils en achètent mais est-ce que ce sera une bonne idée ?

Faut-il acheter les actions de la Française des Jeux lors de la privatisation ? Le gouvernement va nous inonder d’incitations pour que l'opération soit un succès populaire.  Normal, c’est la première privatisation du quinquennat d’Emmanuel Macron autorisée par la loi Pacte. Une loi qui concerne aussi Engie ( ex Suez , spécialise dans l‘énergie ) et Aéroports de Paris qui est l'objet d’une demande de référendum populaire et préalable parce que les Aéroports de Paris sont considérés par une partie de l’opinion publique comme des actifs publics inaliénables. La privatisation va donc constituer un test pour jauger du potentiel de privatisation en France. 

Sans entrer dans le débat idéologique de savoir si une privatisation est légitime ou pas, la situation économique et le rapport des  Français à la bourse commandent aujourd’hui qu’on ne puisse pas s’embarquer à la légère. Techniquement, le gouvernement ne peut pas se louper et prendre le risque d’un échec. Pour deux raisons de fond. 

D‘abord parce qu’il faut vérifier si les Français sont véritablement allergiques à la bourse ou alors s’ils peuvent de temps en temps faire des exceptions. Les faits sont têtus. Les Français parlent de la bourse, regardent les indices comme un marqueur de santé générale, mais ils n’aiment pas la bourse et ils ne la pratiquent pas. 

Les Français ont une préférence pour l’immobilier parce la pierre protège de la météo et de la conjoncture et parce que les banques prêtent à taux zéro, les Français préfèrent l’assurance-vie parce que c’est garanti par l’Etat avec des avantages fiscaux, ils aiment la  Caisse d’épargne, parce que c’est héréditaire même si le livret A ne rapporte plus rien. Ils aiment aussi garder de l’épargne sur leur compte courant. Mais investir en bourse, pas question. 

En l’an 2000 juste avant le Krach, il y avait encore en France 7,5 millions d’actionnaires, Aujourd’hui, il en reste moins de la moitié, soit 3 millions. L’application du principe de précaution les a éloignés du financement de l’économie. Contrairement aux anglo-saxons en général et aux Américains en particulier qui veillent sur la bourse parce que de la bourse dépend la richesse de leur future retraite, produit des fonds de capitalisation dont la France n’a jamais voulu entendre parler. Les Américains rêvent d’un compte titre, nous nous fantasmons sur les livrets A. 

Le résultat est que l’essentiel de l’épargne s’investit dans la pierre ou dans le financement du déficit public. Nous payons déjà beaucoup d’impôts mais il faut croire qu’on pourrait en payer encore davantage puisqu’on finance généreusement la machine d’Etat avec notre épargne.
Ensuite deuxième raison, le gouvernement a fait des privatisations un enjeu politique en pariant sur les dividendes de progrès que génèrent en général une gestion privée. De plus le gouvernement espère retirer de la vente des moyens de financement dont il a besoin. 

Sur la Française des Jeux, l’Etat détient 72% du capital, il en gardera environ 20 % . Il va donc vendre plus de 50% de l’opérateur de jeux ce qui pourrait représenter 1,5 milliards qui seront théoriquement engagés dans le désendettement de l’Etat ( mais on n’ira pas loin ) et dans la constitution d’un fonds de 10 milliards pour booster des innovations technologiques. 

Toujours sur le plan politique, le gouvernement veut montrer que la privatisation doit favoriser les salariés à qui on réserve 5% du capital et les buralistes qui distribuent les produits. Le gouvernement va donc faire un effort en distribuant une action gratuite pour dix.  

Et quand on lui reproche d’abandonner au privé cette poule aux œufs d’or, le ministre de l’économie a beau jeu de répondre que s’il se prive de dividendes, il garde le pouvoir de régulation et surtout le privilège de continuer à percevoir l’intégralité des taxes fiscales et des redevances de jeux, soit plus de 3,5 milliards d’euros l'année dernière. 

 

Maintenant, l‘épargnant français a-t-il intérêt à acheter des actions La Française des jeux ? La réponse est oui, mais il ne faut pas s’attendre à percevoir un pactole au bout de six mois.  

La FDJ ne sera jamais une machine à spéculer sur la bourse, la FDJ est une entreprise mature, capable de produire du dividende. C’est donc forcément une bonne valeur de rendement, qui sera toujours meilleurs que n’importe quel autre placement. La garantie de l’Etat fonctionnera toujours ( l‘Etat a un coffre fort de taxes à protéger ) et la conjoncture économique a peu d’impact.  Au contraire, si l’économie générale va mal, l’économie des jeux va bien. « Les derniers euros en poche sont souvent pour l’Euromillions.»

Le gouvernement va tout faire pour éviter que le cours de l’action baisse dans les mois qui suivront la privatisation, il a mis des incitations à la fidélisation ( une action gratuite pour dix ) avec un prix de vente qui sera très attractif. 

L’ objectif est d’éviter ce qui s’était passé avec EDF en 2005 quand Dominique de Villepin avait mis sur le marché 15% du capital de l’électricien à 32 euros, qui vaut désormais 9 euros pour cause d’incertitudes sur le prix du pétrole et sur le nucléaire. Avec la FDJ, il y a assez peu d’incertitude sur le marché des jeux. On pourrait retrouver le phénomène qu’on avait connu avec la BNP Paribas ou France Télécom. Les actionnaires de la première heure ne l’ont pas regretté. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 19/10/2019 - 17:43
HUM
les résultats dépendent de Taxes.. ....donc si l'Etat et notamment dans le cours du second quinquennat augmente les taxes ,la FDJ rapportera moins donc le cours baissera. dans un pays addict à la dette et ou le personnel politique n'a qu'un mot à la bouche TAXE comme solution à tout problème ....la question de la bonne affaire se pose
pierre de robion
- 18/10/2019 - 22:11
Vous avez dit loterie?
J-Marc, si les Français ne boursicotent pas ou plus, c'est qu'ils ont fini par comprendre que le Bourse ne sert plus (ou si peu) à financer les entreprises, mais est devenue le casino de la spéculation où des algorithmes , échappant souvent à leurs créateurs, décident si ça monte ou chute en fonction de la soif d'argent facile des joueurs à terme qui se financent d'autant plus facilement à crédit qu'il est gratuit!
zelectron
- 17/10/2019 - 20:16
Jadis, on achetais des bons de la semeuse . . .
. . . et tous furent floués !