En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

02.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

03.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

04.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

07.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 6 heures 51 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 23 heures 9 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 5 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 6 heures 36 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 22 heures 7 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 23 heures 39 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 5 heures
© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

Publié le 14 octobre 2019
Quelle question ! A quelques semaines des municipales ! Oui bien sûr, il faut baisser le taux d’intérêt de ce « placement préféré des Français » à 0,5% en janvier, comme prévu par sa formule de calcul et courageusement annoncé ! 0,6%, si vous tremblez ! « Emprunt perpétuel » ? Jamais entendu ! Vous voulez dire qu’on ne sera jamais remboursés ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelle question ! A quelques semaines des municipales ! Oui bien sûr, il faut baisser le taux d’intérêt de ce « placement préféré des Français » à 0,5% en janvier, comme prévu par sa formule de calcul et courageusement annoncé ! 0,6%, si vous tremblez ! « Emprunt perpétuel » ? Jamais entendu ! Vous voulez dire qu’on ne sera jamais remboursés ?

Parlons chiffres d’abord : 5000 milliards d’euros, c’est l’épargne des ménages en France fin 2018. Sur ce total, 1650 milliards sont en actions, 560 en dépôts à vue et 750 en « épargne réglementée », dont 268 en Livrets A. L’épargne réglementée, c’est 15% de notre épargne totale, dont 5% pour le Livret A. Il a toujours le vent en poupe. Sur une année, la masse des actions augmente de 1%, le livret A de 4% et les dépôts à vue de 7%. Moralité : quand on ne paye pas l’épargne, comme c’est le cas pour les dépôts à vue, elle augmente plus encore ! Dans ces conditions, il ne faut pas hésiter à réduire le taux du Livret A : 0,5% sans impôt (jusqu’à 22 950 euros au maximum par livret), c’est toujours mieux que le 0% du dépôt à vue (en attendant qu’on le facture au-delà de 100 000 euros) !

Mais vous avez dit « emprunt perpétuel » ? Oui : « perpétuel de fait », car il ne baisse pratiquement pas. La décollecte du Livret A est rarissime et très faible par temps de difficulté moyenne : -4 milliards en 2014, -7 en 2015 et -1 en 2016, alors que la collecte augmente de 23 milliards en 2008, au pire de la crise, puis de 15 en moyenne les trois années qui suivent ! Nous en sommes à +11 milliards en 2018 et autant sur le seul premier semestre 2019 ! Et cet emprunt est « perpétuel de droit », car garanti par l’état si la banque où est déposé le Livret A est en crise mortelle. Aucun risque donc avec le Livret A, sauf à ce que l’état ne puisse rembourser ses dettes : nous n’y sommes pas !

En fait, le livret A est un « emprunt perpétuel de choix » : simple, cool, moral, pas si bête. Simple, car son calcul obéit à une formule élémentaire : taux du Livret A =  (ìnflation + taux d’intérêt interbancaire)/2. Simple, car cette formule limite l’intervention des politiques, toujours prêts à « faire plaisir ». Mais à qui donc ? En baissant le taux de l’intérêt, ils déplaisent à l’épargnant. En l’augmentant, ils accroissent le coût de financement du logement social. Donc les mouvements du Livret A, à la hausse ou à la baisse, doivent toujours être limités ! Cool, car la baisse prévue de 25 points du taux du livret pour janvier est annoncée comme indolore. Pour un livret A moyen de 4.800 euros, elle « coûterait environ un euro par mois » selon le Directeur Général de la Caisse des Dépôts et Consignations. Moral donc cet emprunt, car, pour calmer les cris à la « spoliation de l’épargne » quand son taux baisse, ce même Directeur Général ajoute que cette baisse va permettre « un allègement des charges financières pour le logement social de 317 millions d'euros en année pleine… L'épargne réglementée restera pleinement utile pour les territoires ».

Pas si bête non plus, cet emprunt perpétuel ! Tout le monde le sait mais personne ne le dit, ce Livret A est très sympa, quand on voit comment sont traitées les autres formes d’épargne. Très sympa, car il n’est pas si « populaire » que cela, avec 6% de ses détenteurs au-delà du plafond de 22.950 euros, pour plus de 28% des 275 milliards collectés fin 2018 ! Et si l’on prend tous les livrets emplis à 19 000 euros et plus, on voit qu’ils sont aux mains de 11% des détenteurs, pour 49% du total collecté. Au fond, cet emprunt est liquide, garanti et couvre l’inflation, si l’on tient compte de son exonération fiscale (3 à 5 milliards d’euros). Pas si bête donc d’en avoir un !

C’est à partir de cette base stable que les politiques peuvent jouer, pour orienter les suppléments d’épargne des fourmis françaises. Le Ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire le dit carrément : « nous avons protégé l'épargne très populaire des taux bas… et le taux du Livret A ne descendra jamais en dessous de 0,5% et le livret d'épargne populaire (LEP) ne sera jamais inférieur à l'inflation ».  Donc : « l'argent qui dort, ça suffit. Il faut mieux orienter l'épargne. Nous avons besoin de placements plus dynamiques et de sortir de l'alternative basique entre épargne réglementée avec peu de rendement ou immobilier ». Son espoir est de faire passer les encours d'épargne retraite de 230 à 300 milliards d'euros d'ici à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron, en 2022.

Moralité : à 0,5% de rémunération, sauf catastrophe, nous sommes au plus bas. Et si les dépôts en Livret A montent encore, ils prouveront bien que cet emprunt est décidément perpétuel, autrement dit toujours en croissance ! C’est donc à partir de cette base de 300 milliards qu’on peut pousser vers plus de risques. La bourse paye 3% par ses dividendes, 2% net d’impôt environ : c’est mieux que tous les autres dépôts et livrets, mais évidemment plus risqué ! Alors, les produits d’épargne d’entreprise pourront se développer, avec l’idée de rémunérer les salariés relativement plus en actions qu’en salaires, ce qui renforcera le capital des entreprises, notamment des PME qui ont besoin d’innover et d’exporter.  

Le livret A est l’emprunt perpétuel français, une sorte de garantie… de l’état ! Il est cher mais politiquement assez pratique, si on le stabilise où il est en donnant les chiffres des avantages qu’il procure. A partir de cette base, il faut pousser les épargnants français à financer davantage les entreprises et l’innovation que le logement. Plus risqué ? Oui, mais le risque maximum, c’est de n’en prendre aucun.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 15/10/2019 - 18:32
Pourquoi ne pas obliger les
privilégiés, comme, par exemple, les "journaliste" et leur 30% d'abattement sur leurs impôts (3 milliards/an), à investir dans les industries françaises et non s'acheter des hôtels et villas somptueuses au Maroc? Pourquoi ce doit être les français qui doivent jouer à la loterie avec leur maigres économies?
thymthym711
- 15/10/2019 - 08:49
Les conseilleurs ne sont pas les payeurs
L’État oriente les dépenses en ponctionnant une très grosse part du PIB, en subventionnant certains achats (ex : voiture électrique, panneaux solaires, etc.) et on trouve encore le moyen de reprocher aux Français de trop utiliser le livret A et de ne pas aimer le risque. Le plus gros risque nous vient des 2400 milliards de dettes de l'État qui n'a pas hésité à changer les règles du jeu (les lois) pour favoriser une globalisation-mondialisation au bénéfice des gros capitalistes qui cherchent une seule chose : "faire de l'argent". Horrible expression, très significative. Le bon peuple est plutôt rétif devant le risque car il a très bien compris que le premier à en payer le prix fort ce sera lui. Comment lui en vouloir !
Jardinier
- 14/10/2019 - 23:04
C'est sur qu'avec la bourse au plus haut c'est le moment
De rentrer. Ça permettra aux gros de sortir et quand ça finira par se casser la gueule, on aura une fois de plus éponger les petits porteurs.