En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Edward Reid, le nouveau Susan Boyle

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 4 min 41 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 41 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 22 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 23 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 33 min 47 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 34 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 9 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 30 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 47 min
© ANDREAS SOLARO / AFP
© ANDREAS SOLARO / AFP
Préoccupant

Le synode de l’Amazonie ou l’adoration de la forêt

Publié le 12 octobre 2019
Si le document de travail devait être adopté, on assisterait à un retour en force de la théologie de la libération, muselée un temps par Jean-Paul II, sous le nouveau nom de « théologie de l’écologie intégrale ». Les théologiens qui ont conseillé le pape actuel sur l’écologie intégrale sont ceux qui avait été recadrés dans le passé pour leur position marxisante.
Samuel Furfari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari est professeur en géopolitique de l’énergie à l’Université Libre de Bruxelles, docteur en Sciences appliquées (ULB), ingénieur polytechnicien (ULB) et Président de la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels. Il a été durant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le document de travail devait être adopté, on assisterait à un retour en force de la théologie de la libération, muselée un temps par Jean-Paul II, sous le nouveau nom de « théologie de l’écologie intégrale ». Les théologiens qui ont conseillé le pape actuel sur l’écologie intégrale sont ceux qui avait été recadrés dans le passé pour leur position marxisante.

Les lecteurs de Atlantico ont déjà été bien informés du revirement historique de l’église catholique romaine que risque de constituer le « synode de l’Amazonie » . Si le document de travail devait être adopté, on assisterait à un retour en force de la théologie de la libération, muselée un temps par Jean-Paul II, sous le nouveau nom de « théologie de l’écologie intégrale ».  Depuis son élection, beaucoup se sont déjà exprimé sur la sympathie du Pape François avec les thèses marxisantes, alors que le message de Jésus-Christ est l’amour du prochain, mais non pas l’égalité. On entend souvent dire que les écologistes sont comme les pastèques, vertes à l’extérieur mais rouges à l’intérieur. Les théologiens qui ont conseillé le pape actuel sur l’écologie intégrale sont ceux qui avait été recadrés dans le passé pour leur position marxisante.

Mais plus préoccupant encore que ce retour sous une autre forme de la théologie de la libération est l’entrée en force du syncrétisme dans cettereligion vieille de deux millénaires. Jamais comme aujourd’hui on n’a fait l’éloge du paganisme. Il suffit de parcourir la table de matière de ce document pour s’en rendre compte . Il y est question de « conversion écologique », de « conversion intégrale », de « conversion ecclésiale en Amazonie », alors que l’Église a pour mission de prêcher la conversion à Christ.Le document de travail du synode (« Instrumentumlaboris »)contient sept fois le terme « Mère » , et dans un langage tout à fait étranger à la Bible, indiqueque le Saint Esprit a enseigné à ces peuples la « foi en Dieu Père-Mère Créateur ».

Selon son chef, l’Égliseromaine, au lieu de l’évangélisation historique, doit, dans le cadre d’un dialogue interculturel, se limiter à échanger oralement avec les indiens et prendre en compte leur croyances ancestrales y compris leur déesse Pachamama, déesse à qui le président Bolivien, Evo Morales, sacrifie des lamas. Ce même personnage est parvenu à convaincre les Nations Unies qu’il fallait adopter la « journée internationale de la Terre nourricière ».En 2016, cette journée du 22 avril a d’ailleurs été très symboliquement choisie pour ouvrir le processus de ratification de l’Accord de Paris sur le changement climatique, montrant par-là que cette politique donne aussi une place d’honneur à ladivinitépaïenne, étrangère au christianisme.

Il semble donc que, selon le Vatican, les tradition et religions autochtonesont préséance sur la Bible et sur la tradition catholique romaine.D’ailleurs, les missionnaires catholiques en Amazonie ne prêchent plus la conversion à Christ, mais « accompagnent » les indigènes. Le missionnaire Corrado Dalmonego, qui vit avec des indiens depuis 11 ans et les connaît donc bien, estime que ces autochtones peuvent « avec l'expérience de leur propre religiosité, de leur spiritualité, aider l'Église elle-même à se purifier des schémas, des structures mentales qui sont peut-être devenues obsolètes e inadéquates ». Sa mission se vante d’ailleurs de n’avoir baptisé aucun indien en 53 ans .  Pour ce « missionnaire », il n'est pas nécessaire d'abandonner la foi catholique romaine, il s'agit simplement de s'approprier autre chose. Étant conscient de la limite qu’il franchit, à ceux qui pourraient l’accuser de syncrétisme, de relativisme, il répond "nous ne sommes pas maîtres de la vérité". N’est-ce pas étrange qu’un missionnaire ne connaisse pas la phrase limpide du Christ à ce sujet, rapportée par l’Apôtre Jean ‘je suis le chemin, et la vérité, et la vie, nul ne vient au Père que par moi’ (14:6) ?

En droite ligne de son encyclique Laudato Si’, le Pape veut que ce synode mette l’environnement au cœurde la doctrine de l’Églisecatholique romaine, alors que rien – ni dans l’Ancien testament et encore moins dans le Nouveau -  ne fait écho aux préoccupations environnementales qui nous assaillent de touscôtés. François prétend imposer la nature sauvage de l’Amazonie comme modèle pour le reste du monde, puisque là-bas, les populations autochtones l’auraient– selon lui – préservée. Puisque l’Amazonie est vaste, et s’étend sur neuf pays d’Amérique du Sud, on lui pardonnera de dire, d’une part, qu’elle doit être notre modèle et d’affirmer, d’autre part, aussi que « l’Amazonie est aujourd’hui une beauté blessée et défigurée, un lieu de douleur et de violence ». Comme tout bon écologiste, pour faire peur, il transforme une vérité locale en paradigme général. Non ! Toute l’Amazonie n’est pas blessée, brulée, attaqué. Et elle est loin d’être « pristine », comme de nombreux travaux l’ont montré.

L’objectif de ce Pape est de mettre fin à l’économie de marché comme le désirait la théologie de la libération. Le document du synode déclare que  « la forêt n’est pas une ressource à exploiter, mais un être ou des êtres auxquels se rapporter».On peut mieux comprendre pourquoi beaucoup s’en sont pris dernièrement au président Brésilien, Jair Bolsonaro, car ce document, préparé bien avant les incendies actuels, fustige « la destruction sous de multiples formes de [ …] de l’environnement, […] l’abattage et le brûlage des arbres, la perte massive de la biodiversité, la disparition des espèces ». De nouveau, faisant del’amalgame, le document estime que « le territoire »,sans préciser quel pourcentage de la forêt amazonienne, « s’est transformé en un lieu de désaccords et d’extermination des peuples, des cultures et des générations. »Et sans rire,ils osent comparer « le cri de douleur de l’Amazonie […] au cri du peuple en esclavage en Égypte que Dieu n’abandonne pas : « J’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, j’ai entendu son cri devant ses oppresseurs ; oui, je connais ses angoisses. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens » (Ex 3, 7-8) ». On frise le blasphème.

Pour Instrumentum laboris « La clameur amazonienne » retentit parce que des « forces avides de pétrole » risquent de transformer la forêt en savane….Un bel exemple d’hyperbole ! Le Brésil a en effet découvert des énormes gisements pétroliers….mais au large de Rio de Janeiro. Il est piquant de noter que le plus grand de ces gisements en préparation pour l’exploitation porte le nom du Président …. socialiste Brésilien Lula, qui est en prison pour corruption, précisément dans le cadre de la gestion de ces exploitations pétrolières.

Revenons à la forêt. Le document prétend que «l’abattage massif des arbres, l’extermination de la forêt tropicale par des incendies intentionnels, l’expansion de la frontière agricole et des monocultures sont les causes qui déclenchent les déséquilibres régionaux climatiques actuels, avec des répercussions évidentes sur le climat global et des conséquences aux dimensions planétaires telles que les grandes sécheresses et inondations toujours plus fréquentes. »Cette déclaration est aussi peu scientifique que celle du Pape François qui, dans le même paragraphe,  qualifie le bassin de l’Amazone de « poumon de la planète ».

Le Pape ignore, ou feint d’ignorer, que l’Europe était, elle aussi, une vaste forêt qui a été défrichée essentiellement par les moines au Moyen-Âge par la pratique de l’essartage. A partir du XIIIème siècle,les seigneurs d’une terre la mettaient à disposition desecclésiastiques pour la défricher avec, comme compensation l’obligation de construire une église sur ce qui devenait un « essart » ou « sart ». Les moines cisterciens ont été les spécialistes de l’essartage. Il en est resté des noms propres, comme, par exemple, Charlotte des Essarts. Beaucoup de toponymes ont conservés le souvenir de ces défrichements qui ont formés nos territoires : rien qu’en Belgique on peut citer Sart-les-Spa, Sart-Bernard, Sart-Dame-Avelines, Lambusart, Sart-la-Buissière, Sart-Eustache, Sart-Saint-Laurent, Rixensart, Maransart, Sart Custine, Sart-en Fagne, Cul-des-Sart, Lodelinsart, Ransart, Goysart, Nobressart, Bernissart.

Après sa mémorable victoire de Hastings1066,Guillaume le Conquérant a ordonné un recensement national appelé « enquête Domesday » ou le « Livre du Jugement Dernier », pour établir un grand inventaire de l'Angleterre. Terminé en 1086, ce recensement a montré que 85% des champs et 90% des terres arables étaient des essarts ; sept siècles avant l'ère industrielle, la Grande-Bretagne a été complètement déboisée.

Pourquoi le monde chrétien a-t-il défriché, créé des essarts et brulé des forêts pour amender les sols ? Parce que la population était en croissance. Le premier ordre que Dieu donne à l’Homme selon la Bible se trouve à la première page de la Bible, dans le premier chapitre de la Genèse au verset 28 : « croissez et multipliez et assujettissez la terre », ce qui est exactement le reproche des premiers écologistes comme Lynn White Jr qui dans un article dans Science en 1967 déclarait « nous continuerons à avoir une crise écologique qui empire jusqu’au moment où nous rejetterons l’axiome chrétien que la nature n’a pas d’autre raison d’exister que de servir l’homme ». On dirait que le Pape veut ignorer cette affirmation fondatrice de l’environnementalisme. Les moines de l’époque, qui eux connaissaient bien la Bible, savaient que pour obéir à ce premier commandement,il fallait créer du progrès afin de satisfaire les besoins élémentaires de cette population en croissance et que le premier de ces besoins était l’alimentation. Il fallait créer des champs et des pâturages. Grâce à ce départ économique, les générations qui nous ont précédés ont créé un monde où les conditions de vie matérielle sont sans cesse meilleures, car contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, nous vivons tous mieux aujourd’hui qu’hier. Nous sommes tellement aveuglés par les peurs que les écologistes instillent que nous ne rendons pas compte des progrès extraordinaires que nous avons accomplis. Le premier de ceux-ci est l’espérance de vie qui est en Europe d’une trentaine d’année supérieure à celle des indiens habitant l’Amazonie, que le Pape nous invite pourtant à copier. De plus, n’en déplaise à tous les catastrophistes, l’espérance de vie et l’index DHI (index de développement humain) de l’ONU croît à mesure que nous consommons de l’énergie.

La planète n’est pas en danger imminent et peu sont prêts en Occident à adopter le mode de vie des indiens d’Amazonie. Avec son Synode de l’Amazonie, le Pape ne peut faire qu’un chose : mécontenter une partie de son Église. Certains cardinaux ont d’ailleurs commencé à se faire entendre et d’autres s’opposeront à ce que certains n’hésitent déjà pas à appeler une hérésie ou une apostasie. François ayant tout pris en main, rien ne changera au Vatican, mais il y aura des dégâts dans les paroisses. Tout cela pour justifier une écologie intégrale, c'est-à-dire une théologie anti-marché.

Pourtant le livre des Proverbes nous enseigne ce précepte biblique : « Mauvais ! mauvais ! dit l'acheteur ; Et en s'en allant, il se félicite ». (Proverbes: 20.14). La loi du Marché donne satisfaction aux deux parties, autrement il n’y aurait pas de Marché. Seule cette règle apporte la prospérité : comme disait Adam Smith, ce n’est pas par bonté que le boucher nous vend de la viande. Copier les indigènes d’Amazonie ne nous apportera que régressionéconomique et sociale et mortalité précoce. Et le Pape ferait bien de se souvenir que Jésus-Christ se préoccupe de notre âme et non pas de nos arbres dont il n’a pas hésité à en assêcher un dans la parabole du figuier qui ne porte pas de fruits.

*             *

Le dernier ouvrage de Samuele Furfari est « Chrétien écolo ? Le retour du paganisme » disponible sur Amazon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 13/10/2019 - 02:54
Excellent article
Je félicite l'auteur pour cet article érudit qui analyse avec pertinence les dérives d'une église "amazonienne".
ienne
jurgio
- 12/10/2019 - 14:05
Pour être gentil...
j'appellerai « amazoniens » les nigauds, jobards et autre simplets de l'écologie sylvestre, océanique ou autre.