En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 26 min 52 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 2 heures 13 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 6 heures 3 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 7 heures 47 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 42 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 2 heures 5 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 7 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 7 heures 58 min
© Paul ELLIS / AFP
© Paul ELLIS / AFP
Business

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

Publié le 12 octobre 2019
A 20 jours de la date toujours fixée du Brexit et alors qu’aucun deal de sortie ne paraît possible, on sait maintenant que Boris Johnson abandonne l’idée d’imposer des taxes sur les produits à l’entrée de la péninsule britannique. Pas de réponse protectionniste, place au commerce.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A 20 jours de la date toujours fixée du Brexit et alors qu’aucun deal de sortie ne paraît possible, on sait maintenant que Boris Johnson abandonne l’idée d’imposer des taxes sur les produits à l’entrée de la péninsule britannique. Pas de réponse protectionniste, place au commerce.

Boris Johnson vient de prendre une décision extrêmement maline. Il s’engage à instaurer le zéro-taxe douanière à l’entrée du marché britannique en cas de no deal. Ses consommateurs (qui sont aussi ses électeurs) n‘auront pas à payer le prix d’un Brexit sans deal. Le marché anglais restera donc ouvert.

Alors que le Premier ministre paraît entêté dans son projet de Brexit avec ou sans deal, la confusion est telle que ce sera sans doute sans deal. Bruxelles n’a rien reçu de sérieux et d’applicable en provenance du gouvernement de Londres. Pour les commissaires européens, la question de la frontière irlandaise est d’une confusion rare à tel point que personne n’est capable de dire ce que veut vraiment faire le Premier ministre. Et notamment sur le point de la frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande du sud. Son idée de frontière flottante ne convainc personne.

Conscient que son ambition politique est bloquée pour des raisons techniques, il a pris avec son cabinet une décision capitale qui est de supprimer la quasi totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume Uni.

L’annonce est passée inaperçue, noyée dans un rapport le No deal Readyness report (ou l’état des lieux de préparation face à un no deal). Mais, dans un monde d’incertitudes et de guerre commerciale, elle est pourtant assez rassurante sur la capacité du gouvernement de Boris Johnson à se plier au pragmatisme et suivre parfois les recommandations données par des tiers extérieures, en l’occurrence ici celle de l’institut économique allemand Ifo.

La décision est importante et marque un revirement de la stratégie.

La décision prise revient à confirmer que la Grande Bretagne va rester dans une logique multilatérale qui commande le fonctionnement de l'Union européenne et que le pays va même élargir cette logique au reste du monde.

Le Royaume-Uni n’appliquera pas les taux de droits de douane préconisés par l’OMC en cas de Brexit sans accord, ce que tout le monde craignait. Au moins pendant les 12 premiers mois de la sortie. Sur 88% des produits importés au Royaume-Uni, il n’y aura tout simplement aucun droit d’entrée.

Pas de droits de douane sur les produits européens, comme c’est le cas aujourd’hui dans le cadre du marché unique, mais ce qui est plus étonnant, c’est que certaines taxes existant aujourd’hui pour des produits en provenance de l’extérieur de l’Union européenne, seront aussi supprimées. Par exemple, le miel néo-zélandais était taxé à l’entrée à hauteur de 17%, le raisin du Brésil l’était d'environ 15% à zéro, selon les exemples cités dans le même rapport.

La bonne nouvelle est évidemment pour les consommateurs, les prix des importations vont diminuer, soutenant ainsi la demande intérieure et la consommation.

Dans le même temps, 12% des importations garderont des droits de douane ou seront soumis à des quotas, sur des secteurs jugés stratégiques parmi lesquels des produits d’agriculture - quotas sur le bœuf, l'agneau, le porc, la volaille et certains produits laitiers, mais c’est déjà le cas actuellement avec les tarifs européens envers les produits extérieurs ; sur les automobiles finies (et non les pièces), mais aussi sur l’industrie du textile ou le bioéthanol afin de soutenir une production intérieure dans ces secteurs.

Évidemment, ces mesures ne peuvent régir que les produits entrant sur le territoire britannique et non les exportations. Il n’y a toujours donc pas d’informations sur la future taxation des importations françaises et européennes en provenance du Royaume-Uni. Mais cet aspect du problème dépend de l’Europe et l’Europe n’a encore rien annoncé en ce sens et sans libre circulation de biens négociée après le 1er novembre, on se retrouverait de nouveau avec des droits de douane et TVA d’importation pour ces produits.

Pour l’instant, l’incertitude reste donc entière pour les entreprises françaises. Les entreprises françaises pourront donc accéder librement au marché britannique, mais elles ne savent pas à quel prix elles pourront se fournir de composants en provenance des îles britanniques.

Alors les grandes entreprises ont pris leurs dispositions, elles ont réalisé leurs études, mis en place des processus alternatifs mais ce sont les plus petites – et aussi les plus nombreuses, qui ne disposent pas de moyens suffisants pour anticiper et préparer un tel changement encore incertain.

Aujourd’hui, 60% des entreprises travaillant avec le Royaume-Uni ( ce qui représente 68 000 entreprises, selon le cabinet d’avocats Taj) ne sont pas préparées à réaliser des formalités douanières extra-communautaires – hors de leurs habitudes d’échanges commerciaux - si celles-ci se mettaient en place après le Brexit.

Toutes ces TPE et PME ont un immense travail de familiarisation avec des procédures lourdes, et dont parfois elles n’ont pas les ressources humaines et financières pour y faire face.

C’est sans compter que toutes ces « incidences de fonctionnement » entrainent des charges supplémentaires et seront répercutées par les entreprises sur le consommateur européen.

Voilà donc pour l’instant la dichotomie entre consommateur britannique et européen à laquelle on risque d’être confrontés.

La manœuvre est habile du côté anglais, parce que pour l’instant, le consommateur européen sera semble-t-il plus touché par le Brexit que le consommateur britannique. Puisque a priori, l’Europe taxera les produits venant de la Grande Bretagne en cas de no-deal, ce qu’elle ne faisait pas tant que la GB restait dans l’UE.

En s’engageant à ne pas mettre de droits de douanes sur les produits importés, Boris Johnson évite une bronca des consommateurs britanniques qui n’aurait pas accepté les augmentations de prix et les rupteurs d’approvisionnement. Mais les Européens n’ont rien décidé pour les produits importés de Grande Bretagne, et pour cause, il n‘y a pas de directive. Il ne reste maintenant que 20 jours maintenant pour réagir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 14/10/2019 - 20:35
Ahhhhhhhhhhhhhhhhh
C'est notre JMS qui vient de découvrir que brexiter ne voulait pas dire restaurer des droits de douane mais simplement faire la nique au monstre bruxellois! Bon! l'alerte est levée! les radeaux des réfugiés anglais restent à quai à Douvres!
Merci à madame Kersulec de l'avoir aidé à trouver! fallait au moins être deux ! en y ajoutant Bendidons, l'analyse ferait se pâmer les mécréants comme moi !
Mais si Bendidons veut pas restera mon gârs Denis
Alf
- 13/10/2019 - 21:36
Enfin un dirigeant qui comprends ce qu'est le libre échange !!!
"Pour les marchants d'ici comme pour les marchands d'ailleurs, la loi sera la même."

Le libre échange ne peut être qu’unilatéral et pour ainsi dire réductible à cette maxime.
Ce que les dirigeants de l'UE sont incapable de comprendre avec leurs traités de commerce, soit disant de "libre-échange" épais de centaines ou milliers de pages qui ne sont que du mercantilisme déguisé.
Les Britaniquse on de la chance d'avoir un tel talent à la tête du pays, BRAVOS BORIS !
zelectron
- 13/10/2019 - 13:31
GB, équivalences zero droits de douane et indemnités à l'Europe
Boris préfère jeter cet argent à la poubelle plutôt que d'honorer ses dettes, comme le bolchevik qu'il est, à l'instar de Lénine et Trotski qui répudient les Emprunts russes (14 janvier 1918)