En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

03.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 2 heures 31 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 19 heures 55 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 20 heures 43 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 21 heures 27 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 21 heures 49 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 23 heures 14 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 1 jour 31 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 1 heure 46 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 2 heures 44 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 20 heures 9 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 20 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 22 heures 19 sec
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 23 heures 29 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 1 jour 47 min
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
Atlantico Business

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

Publié le 08 octobre 2019
La politique monétaire des taux d’intérêt négatifs a rogné toutes les marges des banques qui cherchent a augmenter le prix de leurs services.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La politique monétaire des taux d’intérêt négatifs a rogné toutes les marges des banques qui cherchent a augmenter le prix de leurs services.

 Les banques européennes, et notamment françaises, ont bien du mal à assumer les effets de la politique monétaire très accommodante. La baisse des taux d’intérêt a évidemment laminé leurs marges commerciales ce qui va rendre leur exploitation très problématique. 

En déversant des masses de liquidités et en abaissant les taux d’intérêt, les banques centrales ont sans aucun doute permis au système financier international d’éviter une catastrophe au moment de la crise des subprimes de 2008. Ces banques centrales, la Réserve fédérale américaine d’abord,suivie plus tard par la BCE, ont développé une politique monétaire accommodante qui avait deux objectifs.

D’une part, éviter les ruptures de liquidités qui auraient bloqué tout le système. Et d’autre part, apporter à l’appareil de production un soutien à l’investissement.

Le premier objectif a été atteint mais les résultats du second objectif ne sont pas probants. L’économie mondiale s’est redressée certes, mais elle est restée très fragile, avec un endettement global d’autant plus massif que les taux d’intérêt étaient très bas.

Le ralentissement économique se vérifie et porte un risque de récession quand, en plus, les tentations protectionnistes freinent le moteur du commerce mondial. C’est le principal risque que fait courir a la planète la politique de Trump.

Cette mécanique monétaire a eu trois effets.

D’abord, elle a permis aux Etats de s’endetter et du coup, elle les a dispensés de travailler à l’équilibre de leurs finances publiques. Pas très courageux mais politiquement payant du moins à court terme.

Ensuite, en abaissant les taux d’intérêt, elle a aussi obligé les banques à baisser le taux de rémunération de l‘épargne en dessous de l’inflation.

En toute logique, cette politique monétaire aurait dû encourager les investissements industriels à risque, or, elle a dopé l’activité financière et boursière et créé une sorte de bulle sur le marché des actions.

Le problème principal a été à la charge des banques et des sociétés d’assurance. En toute logique, cette baisse des taux de rémunération de l’épargne aurait dû décourager les épargnants et les inciter à consommer. Or les choses ne se sont pas passées comme cela. C’est un peu l’inverse qui s’est produit.

L’épargne liquide et les dépôts, qui ne rapportent plus rien ou alors beaucoup moins que l’inflation, ont augmenté dans les banques. Lesquelles n‘ayant pas en contrepartie les investissements rémunérateurs. La seule solution pour les banques est de mettre cette épargne à l’abri dans des fonds d’Etats solides. La France, l’Allemagne, la Suède, la Belgique, la Suisse, l ‘Australie peuvent financer leur fonctionnement à très bon compte. On les paie pour s’endetter à long terme. Et plus ils s’endettent, plus ils s’enrichissent. Ce qui est quand même paradoxal. Les banquiers eux, qui sont coincés entre les préteurs et les emprunteurs, sont squeezés.

Le banquier est un marchand d’argent. Il achète de l’épargne et fait des crédits en revendant de l’argent. Il gagne sa vie avec la différence de prix si cette différence est positive. Son modèle est de faire des crédits qui vont lui rapporter plus d’argent que ce que lui coûte l’épargne.

Actuellement, c’est l’inverse qui se passe. Les crédits ne lui rapportent rien. Il faut donc trouver des recettes dans les tarifs des services facturés aux clients.

En 2019, les banquiers avaient gelé leur tarifs, compte tenu de la crise des gilets jaunes. Alors que le mot d’ordre des manifestants portait une revendication de pouvoir d’achat, ils ne pouvaient pas arriver en taxant les comptes courants ou les dépôts. Les banques sont les premiers commerces ciblés par les manifestants les plus violents.

Tout le monde s’attendait à ce que les banques décident de remonter leur prix de services et même de créer des taxes sur l’épargne liquide ou les dépôts.

En fait,  sous la pression de la concurrence des banques digitales et sans doute de l’Etat, les banques viennent de renoncer à augmenter pour l’année prochaine, le coût de gestion du simple compte courant. Les frais de base resteront environ à 2 euros par mois.

Les banques ne devraient pas changer le prix des cartes bancaires, le coût des virements et des chèques.

Cela dit, les banques devraient se rattraper à la marge et de trois façons , le client va avoir intérêt à regarder ses relevés à la loupe.

Première source d’augmentation, les frais de transferts de comptes ou de produit d’épargne vers une autre banque,  la tenue de compte titres, et toutes les opérations autour du compte chèque comme l’envoi de chéquiers à domicile et l‘émission de chèques de banque, locations de coffre-fort...

Deuxièmesource de recettes, les banques vont tout faire pour dissuader leurs clients de venir en agence, tout faire pour les dissuader d’utiliser des chèques et tout faire pour les orienter vers le digital mobile.

Troisième source, développer des offres plus haut de gamme pour des clients détenteur de comptes courants confortables, quitte à ouvrir la porte plus largement de la banque privée. Les services de la banque privée sont évidemment facturés beaucoup plus chers, ainsi que les moyens de paiement comme les cartes Gold ou Platinium.

Pour 2020, le client échappera sans doute à l’obligation de payer pour conserver son compte courant.

Mais tant que les taux d’intérêt sont aussi bas, on voit mal comment la banque pourra faire des exploits en terme de financement. La balle est dans le camp des banquiers centraux dont l’objectif actuel est principalement de permettre aux Etats,  de tenir en équilibre sur leur montagne de dettes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 08/10/2019 - 12:03
Les politiciens sont les seuls vrais coupables
Le problème central est donc bien la gestion des comptes publics par les élus.
Ils dépensent trop (train de vie élevé des élus et des hauts fonctionnaires, gabegies, dépenses somptuaires, détournements, pléthore de fonctionnaires, non rationalisation des postes) et refusent de limiter ces dépenses en prétendant qu'il s'agit essentiellement d'aides sociales.
La fiscalité augmente malgré les dénégations, les dettes progressent sans fin (l'origine des intérêts négatifs décrits ici), les services publics se dégradent continuellement.
C'est inévitablement ce qui se passe quand on confie de l'argent (notre argent !) à des gestionnaires irresponsables qui agissent en toute impunité.