En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

03.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 2 heures 56 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 20 heures 19 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 21 heures 7 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 21 heures 51 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 22 heures 13 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 23 heures 38 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 1 jour 55 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 3 heures 8 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 20 heures 33 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 22 heures 24 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 23 heures 53 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 1 jour 1 heure
© FAYEZ NURELDINE / AFP
© FAYEZ NURELDINE / AFP
Concentration du pouvoir

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

Publié le 07 octobre 2019
Les choix de Mohammed ben Salmane ont été critiqués depuis de nombreux mois. Son emprise sur le pouvoir est-elle toujours aussi forte ?
Pierre Berthelot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Berthelot est chercheur associé à l' IPSE et directeur de la revue Orients Stratégiques.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les choix de Mohammed ben Salmane ont été critiqués depuis de nombreux mois. Son emprise sur le pouvoir est-elle toujours aussi forte ?

Atlantico.fr : L'attaque revendiquée par des houthis yéménites, contre des infrastructures pétrolières du royaume le 14 septembre dernier, a suscité l’inquiétude au sein plusieurs branches de la famille royale. Assassinat de Jamal Khashoggi, enlisement de la guerre au Yémen et purges au sein du pouvoir saoudien… Certains choix de Mohammed ben Salmane ont été vivement critiqués jusqu'à Riyad. Son emprise sur le pouvoir est-elle aussi ferme qu'elle ne parait ?

Pierre Berthelot : Son emprise est à la fois très forte et fragile. Très forte, car il a écarté, définitivement ou provisoirement, en les intimidant (on pense au célèbre et multimilliardaire Prince Al Waleed détenu plusieurs mois sans procès dans un hôtel de luxe de la capitale saoudienne entre fin 2017 et début 2018)  presque tous ceux qui auraient pu représenter une menace sérieuse. ll a ainsi fait presque le vide autour de lui.  

Cependant, Mohamed Ben Salmane (MBS) est aussi fragile car l’imprévisible Trump peut décider, s’il a l’impression qu’il ne sert plus suffisamment ses intérêts ou qu’il va à leur encontre (lancer une attaque contre l’Iran obligeant Washington à réagir) faire pression pour l’écarter. Par ailleurs, un évènement récent et d’importance s’est produit, le 28 septembre dernier, mais il a été rapidement évacué par les médias occidentaux, à savoir l’assassinat du garde du corps personnel du roi Salman, lors, selon la version officielle d’une querelle avec un ami, mais hors du palais royal et loin du roi Salman, toujours selon les autorités saoudiennes. Mais le fait que ce drame se soit produit juste après l’attaque du 14 septembre contre les sites d’ARAMCO n’est probablement pas anodin. Certaines sources bien informées considèrent que ce garde du corps qui avait rang de général ( et était de nationalité saoudienne ) aurait pu être tenté d’influencer le roi Salman pour le convaincre d’écarter MBS ou de réduire ses pouvoirs et qu’il aurait été en réalité neutralisé de façon préventive ou subi les représailles du fougueux prince héritier informé de ses intentions. D’ailleurs MBS disposerait selon ses détracteurs, et à l’instar de nombreux hauts dirigeants de ce monde de garde du corps qui ne seraient pas des nationaux, ces derniers étant considérés comme moins loyaux.     

Enfin, la « rue saoudienne», lorsqu’elle a été mécontente dans le passé ou critique des frasques de la famille royale a été d’une certaine manière « achetée » par la manne pétrolière. Hors, si celle-ci se tarit car le pays ne peut plus exploiter l’intégralité de son potentiel à cause des attaques ennemies, comme le 14 septembre dernier, alors comment réagira-t-elle ? Ne lancera-t-elle pas son «  printemps arabe » par crainte de voir le pays s’effondrer totalement sur fond de guerre sans fin avec le Yémen.      

Prince Héritier, Ministre de la Défense, responsable du Conseil des affaires économiques et du développement (organisme chargé d'organiser la transition du royaume dans l'ère post-pétrole), Mohammed ben Salmane est actuellement à 34 ans le vrai dirigeant du royaume saoudien. MBS paye-t-il l'hyper-concentration de ses pouvoirs ?

En apparence il semble être le vrai dirigeant, mais on a vu qu’il avait été absent à l’occasion d’un certain nombre de manifestations importantes ces derniers mois et que ce n’est pas lui qui a condamné un certain nombre de projets israéliens  maximalistes annoncés par Netanyahu comme si son rapprochement avec l’Etat hébreu semblait être allé trop loin. On dirait que le roi Salman  lui a retiré ses prérogatives pour tout ce qui concerne ce pays, qui contrôle un des trois grands lieux saints de l’Islam, Jérusalem, dont officiellement, puisque c’est son titre, le souverain d’Arabie Saoudite est le gardien. Il est aussi vrai que MBS a été invité à se faire plus discret après l’affaire Kashoggi. Quand à sa concentration à l’extrême de ses pouvoirs, elle est contre-productive, puisqu’il aurait gagné à disposer de fusibles, et personne ne lui aurait reproché de diluer  davantage les responsabilités étant donné son manque d’expérience. 

Malgré les différentes polémiques qu'il a traversées, MBS garde la confiance de son père. Pour autant sa nomination comme héritier n'est pas conforme aux traditions saoudiennes et a suscité une forte grogne chez d'autres membres de la famille royale. Quelles alternatives existent-ils pour la succession du Roi Salmane ?

Il garde la confiance de son père jusqu’à un certain point. Si cela doit ébranler trop fortement la monarchie sur ses bases, il devra alors peut être revenir sur sa décision. Par ailleurs, reconnaitre qu’il s’est trompé est très difficile à admettre pour le Roi Salman, cela serait se déjuger et concéder que la monarchie peut commettre des erreurs majeures et qu’elle n’est pas d’une certaine façon quasi infaillible et donc moins légitime. Il est dans une certaine mesure coincé, d’autant plus qu’il a bouleversé l’ordre de succession en place depuis la mort du fondateur de la dynastie, à savoir que ce sont les fils de ce dernier qui se succèdent sur le trône. Et c’est pourquoi a ressurgi régulièrement l’hypothèse du prince Ahmed Ben Abdelaziz, autre frère du roi Salman (77 ans) qui pourrait être un souverain de transition et succéder à son frère ainé au cas où il décéderait prochainement. Le prince Moukrin, autre oncle de MBS, écarté lui aussi par ce dernier, et un peu plus jeune  (74 ans tout de même), pourrait peut-être faire son retour. Après eux,  on reviendrait à une gouvernance plus classique (même si la troisième génération sera alors au pouvoir), c’est à dire plutôt consensuelle, ménageant les différents clans et branches de la famille royale, loin du projet centralisateur et hégémonique de MBS, symbole de décisions unilatérales qui jusque là n’ont pas prouvé qu’elles étaient un gage de réussite même si dans l’esprit du jeune prince c’est le seul moyen de moderniser un pays sclérosé.           

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 07/10/2019 - 17:39
Je rappelle quand même.....
Que MBS est ....mort! C'est Rauffer qui nous l'a annoncé il y a un an....alors du respect sinon pour le mort, du moins pour Rauffer et ses analyses percutantes et imparables.
En fait j'exagère car JMS nous annoncé qu'il avait ressuscité pour pouvoir se suicider publiquement le jour du Brexit en même temps que Boris Johnson! L'évênement sera retransmis en direct sur BouFfeMerde TV et commenté par Leon Zitrone!!!!
Rate pas ça Bendidons!