En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 2 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 3 heures 44 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 6 heures 16 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 8 heures 19 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 8 heures 47 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 9 heures 31 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 11 heures 13 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 8 heures 12 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 8 heures 39 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 9 heures 24 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 9 heures 43 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 10 heures 15 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 10 heures 56 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 21 heures 30 min
© Francesca Mantovani - éditions Gallimard
© Francesca Mantovani - éditions Gallimard
Atlantico Litterati

Le garde des cœurs, ou un sujet nommé désir

Publié le 06 octobre 2019
Sylvain Prudhomme publie avec « Par les routes » (l’Arbalète/ Gallimard) l’un des meilleurs romans de l’automne. Enigmatique, mélancolique, sans épanchements, ce bréviaire du désir surprend par sa forme ultra-contemporaine.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Prudhomme publie avec « Par les routes » (l’Arbalète/ Gallimard) l’un des meilleurs romans de l’automne. Enigmatique, mélancolique, sans épanchements, ce bréviaire du désir surprend par sa forme ultra-contemporaine.

Sylvain Prudhomme publie avec « Par les routes » (l’Arbalète/ Gallimard) l’un des meilleurs romans de l’automne. Enigmatique, mélancolique, sans épanchements, ce bréviaire du désir surprend par sa forme ultra-contemporaine. Et sa maîtrise parfaite du sujet : la déconstruction du moi par l’Autre. Fixant notre époque à l’aide d’une série de polaroïds, l’auteur de « Par les routes » parvient à saisir l’insaisissable : le passage du temps, la circulation des affects. L’Autre s’échappe puis revient, avant de disparaître à nouveau, car tel est son destin, sa fonction, cette mise à distance, puis ces rapprochements, dans la souffrance de qui attend, « celui des deux qui aime le plus » selon Roland Barthes. « Dans la vie il y a ceux qui partent et ceux qui restent », rappelle Sylvain Prudhomme, utilisant pour son intrigue la métaphore (très réussie) de l’autostop, en tant que déplacement hors -champ, itinérance rebelle, décalée, en somme.

« Ce jour-là, j’ai compris que ce serait toujours là : ce courant, cette immédiate intelligence entre nous. Cette intuition chacun des pensées de l’autre », constate, désemparé, Sacha, le narrateurde Sylvain Prudhomme. Le désir (mouvant, insaisissable, dérangeant), et celui ou celle qui le provoque, nous révèlent mieux que ne le feraient l’introspection, l’expérience et les discours : tel est le fil rouge de « Par les Routes ». Telle fut aussi l’idée fixe de Pier Paolo Pasolini dans son« Théorème » (Folio/Gallimard/1968/), devenu le film que l’on sait. Chez Pasolini, le personnage central est ce « Visiteur » christique, jamais nommé. Celui qui sème le trouble dans les esprits. Le « visiteur » connaît bibliquement tous les protagonistes, avant de disparaître, sorte d’« illusion comique ». Sylvain Prudhomme (Prix Louis Guilloux 2012), s’est donné lui aussi mission de cerner dans son cinquième romanla figure énigmatique du désir. Et celle de l’attachement, qui l’accompagne souvent.Sylvain Prudhomme utilise la métaphore de « l’autostoppeur » (éternel partant)-cet ami jamais nommé (comme ne l’est pas davantage le « Visiteur « chez Pasolini), pour donner corps à ce voyageur imprévisible, son personnage central. Existant par intermittences, « l’autostoppeur « de Sylvain Prudhomme incarne cette figure fuyante du désir, l’impossible jumeau, l’ « alter-ego » (cf. Montaigne/La Boétie :« parce que c’était lui, parce que c’était moi »). Nous assistons à la chute symbolique du sujet désirant aux prises avec les surprises existentielles qu’installe l’être désiré. Chute que Pasolini avait mise en scène au sein d’une famille de bourgeois milanais, tandis que Sylvain Prudhomme l’observe chez un couple d’intellectuelsdans une ville qui semble être Arles. Sacha, le narrateur de Sylvain Prudhomme, est un artiste. Il perçoit l’invisible et comprend « La mélancolie des paquebots » (son futur roman, ses graphismes, the « work in progress »).Chaque mot, chaque silence de« L’autostoppeur », cet ange exterminateur de certitudes, déclenche chez le narrateur ultra-sensible de Prudhomme des abimes de perplexité. Avec de la joie, ou de la tristesse, etle sentiment de n’être pas vivant.(« Un seul être vous manque »,etc.)Comment retenir « l’autostoppeur », le fixer, en somme ? C’est dans « Fragments d’un discours amoureux », peut-être, que Sylvain Prudhomme, qui chérit la nuance, a trouvé la définition du « Fading »sentimental : « épreuve douloureuse selon laquelle l'être aimé semble se retirer de tout contact dans une sorte d’indifférence énigmatique dirigée contre le sujet amoureux». C’est ainsi que « l’autostoppeur » disparaît pourrenouer avec la magie de l’autostop (cf. « fading »). Et fuir Sacha, et l’attachement de Sacha.(« fading », suite)… Marie, femme de « l’autostoppeur », et mère de leur enfant, a le mérite de rester. Elle demeure donc, éveillant soudain le désir de Sacha. L’amour triangulaire s’installe.La fabrique du désir et sa circulation sont à l’œuvre dans « Par les routes ». « L’autostoppeur » chérit Marie au point de partager son existence ? Sacha la désire par imitation. Le désir qu’éprouve « l’autostoppeur » pour Marie rend celle-ci d’autant plus désirable pour Sacha. « J’ai savouré la délicieuse excitation de regarder ses jambes se tendre et se détendre tout près des miennes, de nous sentir proches, pas tout à fait l’un à l’autre encore, mais presque. »Sylvain Prudhomme se plaît ainsi à illustrer la théorie du « désir mimétique », telle que la conçut le génial René Girard (1923-2015). « Le vaniteux romantique veut toujours se persuader que son désir est inscrit dans la nature des choses ou, ce qui revient au même, qu’il est l’émanation d’une subjectivité sereine, la création ex nihilo d’un Moi quasi-divin. Désirer à partir de l’objet équivaut à désirer à partirde soi-même : ce n’est jamais, en effet, désirer à partir de l’Autre. Le préjugé objectif rejoint le préjugé subjectif et ce double préjugé s’enracine dans l’image que nous nous faisons tous de nos propres désirs. (…)Tous ces dogmes (…) relèvent tous, plus ou moins directement, de ce mensonge romantique qu’est le désir spontané. Ils défendent tous une même illusion d’autonomie à laquelle l’homme moderne est passionnément attaché. (…). A la différence des écrivains romantiques ou néoromantiques, un Cervantès, un Flaubert et un Stendhal dévoilent la vérité du désir dans leurs grandes œuvres romanesques. » (« Mensonge romantique et vérité romanesque », René Girard/Grasset/Poche).Stoïque, pudique, Sacha songe au fait qu’il est à mi-parcours de l’existence, et qu’il voudrait chérir « l’autostoppeur »autrement que dans la vie rêvée. « J’ai reconnu la voix del’autostoppeur plus que jamais à côté de la plaque, plus quejamais dans son monde, coupé de tout, hors sujet. (…)». Sylvain Prudhomme est un écrivain. il y a dans son texte une légèreté à la Sagan, et, ce qui n’est pas donné à tout le monde, la même profondeur de champ. Il existe en effet, non par le style, mais par l’esthétique et la vision des êtres et des choses, une certaine parenté entre l’auteure de « Bonjour Tristesse » et Sylvain Prudhomme. Pour résister à « La mélancolie des paquebots », Sagan installait sa fausse désinvolture. Prudhomme impose le même regard ambigu et subtil sur les objets du monde. Par sa liberté, sa fantaisie, son côté non- conforme, et cette courtoise que réclame la pudeur (« oui, c’est un peu con tous ces mots, heureux, malheureux… » p. 33), Sylvain Prudhomme aurait probablement charmé l’auteure du « Garde du cœur ». A force de nonchalance (trompeuse, car chaque mot est ciselé, et les séquences narratives sont extrêmement travaillées), Sylvain Prudhomme ne contrarie jamais le rythme du récit, donc le plaisir du lecteur. « Vivre, c’est maintenir entier le petit nuage que nous formons, malgré le temps qui passe », conclut l’auteur. Le personnage - mystérieux - de « L’autostoppeur », jamais nommé, jamais tout à fait présent, jamais tout à fait disparu, hantera désormais l’imaginaire du lecteur de « Par les routes «Tu as raison, pardon, elle a souri d’un air triste. Bonsoir Marie, j’ai dit en m’en allant. » L’art en général et la littérature en particulier incarnent ce mouvement, cette « mise en route ». Sylvain Prudhomme figure donc sur les listes Renaudot et Interallié, celles du Femina et du Grand Prix du Roman de l’Académie française, sans oublier la liste du Renaudot des Lycéens…

« Par les routes »/ Sylvain Prudhomme/L’arbalète/Gallimard/299 pages, 19 euros/

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires