En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 18 min 15 sec
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 2 heures 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 6 heures 33 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 7 heures 5 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 9 heures 1 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 11 heures 18 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 11 heures 49 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 12 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 1 heure 9 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 6 heures 19 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 6 heures 48 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 7 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 12 heures 15 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Danger

L’angoisse d’une récession mondiale a paralysé les bourses cette semaine

Publié le 05 octobre 2019
Les boursiers ont cru cette semaine que la fête était finie et qu’il fallait se préparer à la crise. L’hypothèse d’un simple ajustement est plausible mais peu probable. Ce qui se prépare est beaucoup plus grave.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les boursiers ont cru cette semaine que la fête était finie et qu’il fallait se préparer à la crise. L’hypothèse d’un simple ajustement est plausible mais peu probable. Ce qui se prépare est beaucoup plus grave.

Dure, dure, la semaine qui vient de se terminer sur les marchés boursiers. A Paris, mercredi, on a bien cru que l’heure de la panique avait sonné. La Bourse de Paris a fini en fort recul (3,12%) mercredi, et ça faisait très longtemps qu’on n’avait pas connu une dégringolade aussi violente. Et Paris n’est pas la seule à avoir dévissé ainsi. A New York ou en Asie, on a aussi vendu pour éviter des pertes.La fin de semaine a été moins angoissée. Les indices restent très positifs depuis le début de l’année avec en moyenne encore 10% de gain, mais cette semaine, les boursiers ont perdu entre le tiers et la moitié de ce qu’ils avaient gagné. D‘où la tentation pour beaucoup de prendre leurs bénéfices avant qu’il ne soit trop tard. C’est toujours assez facile d’acheter en bourse, surtout quand le marché est alimenté massivement et généreusement en liquidités qui proviennent directement des banques centrales et ça marche depuis plus de 5 ans.

Les pays occidentaux ont effacé les blessures de la crise financière de 2008 en pressant les banquiers centraux de brancher des perfusions pour éviter le débordement d‘une récession et soutenir le système bancaire et l’activité économique. Depuis plus d’un an maintenant, tous les experts nous expliquent qu’un système qui se dope à l’argent facile, aux taux zéro et au crédit illimité ne peut pas tenir très longtemps.

Cette semaine, les boursiers ont bien cru que la fête était finie et qu’ils devaient se préparer au grand soir qui précède le retournement durable des indices.

Les marchés ont deux soucis majeurs.

Le premier est d’ordre conjoncturel : les indicateurs d’activité et d’emplois aux Etats-Unis publiés cette semaine ont ébranlé beaucoup de certitudes concernant la solidité de l’économie américaine.Les chiffres manufacturiers américains ont provoqué une véritable onde de choc. S’y sont ajoutés de mauvais chiffres pour les ventes de détails à Hong Kong puis les révisions significatives à la baisse de la croissance allemande par ses principaux instituts de recherche.Ces indicateurs annoncent la panne probable de l’économie américaine en dépit de tous les efforts de Donald Trump qui explique le contraire. Malheureusement, quand, au même moment, l’Organisation Mondiale du Commerce autorise Washington à imposer des taxes sur plus de 7 milliards de dollars de biens européens, tous les économistes savent que cette menace entraînera une riposte de l’Union européenne et par contrecoup, va alimenter le risque de récession mondiale.

Ajoutons à ces risques ceux qui sont portés par le Brexit alors que nous sommes à 3 semaines de la décision qui paraît assez inéluctable. Et ceux qui proviennent d’une Chine en pleine interrogation.

Dans cette situation,la majorité des valeurs cycliques (automobile, équipements, aéronautique) et toutes les valeurs du luxe (LVMH ou Kering) ont été très frappées.

La cristallisation de tous ces phénomènes a fait basculer les indices. Alors ce basculement pourrait se traduire par un simple ajustement s’il n’y avait au même moment des facteurs structurels très lourds.

La deuxième grosse inquiétude est donc d’ordre structurel et revient à penser que le monde tout entier est en risque de récession et surtout que son logiciel économique ne marche plus. Le logiciel était fondé sur le dynamisme de l’économie chinoise et sur la capacité des Occidentaux à vivre à crédit tant que locomotive chinoise tirerait le monde. Or, l’économie chinoise connaît un ralentissement marqué. Après 20 années et plus de croissance à deux chiffres supérieurs à 10%, les objectifs de croissance ont été ramenés à 6% officiellement, contre 2 à 3% réalisés réellement d’après les experts. La Chine misait sur les exportations mais ce sont les exportations qui marquent le pas. Alors Donald Trump freine le commerce mondial mais beaucoup moins qu‘il le dit. Les exportations marquent le pas, parce que l’Occident s’interroge sur l’intelligence de la mondialisation telle qu’elle s’est développée jusqu’alors. Les effets politiques, les effets économiques et sociaux avec des inégalités croissantes et surtout les contraintes climatiques conduisent les marchés occidentaux à penser qu’on doit pouvoir vivre autrement.

De leur côté, les Chinois qui ont poussé la consommation intérieure et qui croyaient que cette consommation allait compenser le ralentissement du commerce mondial se heurtent aux jeunes consommateurs chinois qui ont des problèmes de pouvoirs d’achat, de surendettement, d’immobilier, de services sociaux et qui ont aussi des exigences politiques à satisfaire en termes de liberté individuelle et de droits politiques et sociaux.

Le gouvernement chinois est devant des problèmes intérieurs qu’il n’avait pas appréhendés.

La mutation chinoise change le paradigme des pays capitalistes qui comptaient sur le dynamisme asiatique.

Si les Chinois se mettent en marge du système mondial, le système mondial aura du mal à fonctionner comme avant. Moralité : les réponses à la crise et notamment les politiques monétaires qui ont encouragé la vie à crédit auront du mal à rester équilibrées à partir du moment où la croissance chinoise ne peut pas garantir ces crédits.

Conclusion, les analystes qui annoncent un grand chambardement paraissent désormais plus nombreux que ceux qui parient sur un simple ajustement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JBL
- 06/10/2019 - 08:49
Didonc33
Sortez de votre télé, et regardez la réalité. Les milliards sont partout, mais uniquement dans certaines poches. Les autres se partagent ce qui reste. Beaucoup de gens en France vivent sous perfusion des aides sociales. 50 % ne paient pas l'impôt sur le revenu. Tu parles d'un pays riche ! Quand à la récession, c'est encore un prétexte pour appauvrir les peuples et donner de l'importance à de pseudo-économistes, qui changent de chemise à chaque crise sociale comme JMS et sans doute vous même. Combien de milliards la BCE a fabriqué ? Et ou sont ces milliards ? La récession pour un type qui gagne 1500 €/mois, ça va lui changer quoi ???? une pizza en moins !!!!!!!!!! Qui a parlé de distribution d'argent par hélicoptère ???? C'est pas le "grand" MENC lui même ?
Papy Atlantico
- 05/10/2019 - 19:58
@Citoyen-libre
"En France on crève" ... Vous dites vraiment n'importe quoi.
Et en ce qui concerne la récession à venir, ne vous en déplaise, elle vient.
JBL
- 05/10/2019 - 14:09
M. Sylvestre
Il y a aujourd'hui, sur la planète, des milliards de milliards d'argent qui se baladent. Certains ne savent plus quoi en faire, quitte à placer leur fric à des taux négatifs.... Des tableaux sont vendu 100 millions d'euros. La planète croule de fric. Mais voilà, tous ces milliards injectés par la BCE sont dans les poches de quelque uns pendant que les peuples (au sens large) crèvent dans leur misère. Même l'ineffable Menc le reconnaît. Et tous les jours vous nous bassiner avec une récession à venir. Rendez vous utile pour une fois (si vous le pouvez...). Dites la vérité.