En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 30 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 46 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 10 heures 19 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 12 heures 1 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 23 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 15 heures 8 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 48 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 16 heures 9 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 45 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 31 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 34 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 49 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 33 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
SOS culture économique

Les Français et la décroissance : une histoire d’incompréhension et d’hypocrisie

Publié le 04 octobre 2019
D'après un récent sondage Aviva Assurance, BFM Business et Challenges, 54% des Français interrogés indiquent qu'ils seraient favorables à la décroissance. Ces résultats reflètent-ils une incompréhension de la croissance et de son réel impact ?
Ferghane Azihari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après un récent sondage Aviva Assurance, BFM Business et Challenges, 54% des Français interrogés indiquent qu'ils seraient favorables à la décroissance. Ces résultats reflètent-ils une incompréhension de la croissance et de son réel impact ?

Atlantico.fr : Selon un sondage Aviva Assurance, BFM Business et Challenges, 54% des Français seraient favorables à la décroissance.  Ce point de vue radical ne dénote-t-il pas une incompréhension de ce qu'est véritablement la croissance et de son impact ?  

Ferghane Azihari : Tout d'abord, permettez-moi de tempérer ce genre de sondages. Entre ce que les gens disent vouloir et ce qu'ils font effectivement, il y a un gouffre. Les Français se disent hostiles à la mondialisation. Et pourtant celle-ci prospère sur le fait que le consommateur se fiche éperdument de la nationalité des produits qu'il achète lorsqu'il se rend au supermarché. Le Français se dit en faveur d'une réduction de sa consommation. Mais lorsque son pouvoir d'achat est dégradé, il enfile son gilet jaune et proteste contre les impôts qui frappent son portefeuille. Je croirai en la popularité de la décroissance lorsque les Français se convertiront spontanément à la vie monacale ou s'exileront dans des pays pauvres. Pour l'instant, c'est l'inverse que je constate. Les pauvres migrent vers les pays riches. Pas l'inverse. La nature humaine est ainsi conçue qu'elle cherche continuellement à améliorer son sort. C'est la raison pour laquelle de plus en plus de théoriciens de la décroissance sont décomplexés à l'idée d'instaurer une bonne vielle dictature, conscients que les gens ne renonceront pas spontanément à leur confort. 

Quelles seraient véritablement les conséquences de la décroissance notamment pour les catégories populaires ?

Pour comprendre les effets de la décroissance, il faut déjà comprendre ce qu'est la croissance économique. Celle-ci résulte de la faculté d'une société à se montrer toujours plus productive dans l'emploi de ses facteurs de production. La croissance perpétuelle de la productivité conditionne notre aisance matérielle et notre faculté à consommer les biens et les services qui améliorent perpétuellement notre condition. La croissance conditionne aussi notre capacité à lutter contre les fléaux humanitaires qui ont longtemps gangréné notre espèce. Si nous n'avons jamais été aussi bien nourris qu'aujourd'hui, c'est grâce à la croissance. Si notre espérance de vie a plus que doublé en deux siècles, c'est grâce à la croissance. Si nous nous soignons facilement au moindre coût, c'est encore grâce à elle. On peut dire la même chose de l'éducation, de la mortalité infantile et de plein d'autres indicateurs humanitaires. La croissance n'est donc pas un caprice comptable et mercantile. C'est le processus qui a toujours accompagné une certaine forme d'épanouissement de l'homme. Les décroissants sont-ils prêts à regarder l'humanité droit dans les yeux en lui ôtant tous ces avantages ? 

N'est-ce pas là une incohérence totale puisque, qu'entre autres, la crise des Gilets jaune a montré combien le pouvoir d'achat restait une préoccupation centrale chez les Français ? Comment expliquer cette incohérence chez les Français ? 

Les Français sont en proie à une tension très forte. Chacun veut améliorer sa situation. Mais, d'un autre côté, nous sommes quotidiennement envahis par une propagande bien huilée qui nous explique que notre confort s'obtient en contrepartie de la destruction des conditions de vie sur terre. On se demande comment la population humaine fait pour continuer de croître! Cette eschatologie verte est toutefois démentie par la littérature économique. Celle-ci montre une réduction spectaculaire du nombre de victimes de catastrophes naturelles au rythme où les sociétés se développent. Elle met en évidence le fait que les pays riches ont un environnement de meilleure qualité que les pays pauvres. Elle suggère que les coûts du changement climatique anthropique restent largement maîtrisables et que la problématique climatique est in fine une problématique de développement (puisque les pays développés peuvent libérer plus de moyens pour investir dans la protection contre les risques du futur). Mais pour adhérer à ce constat, encore faut-il se débarrasser du fantasme fondamentaliste d'une nature sauvage et affranchie de toute emprunte humaine. Or c'est ce fantasme, non dénué d'arrières-pensées anti-capitalistes, qui gouverne la pensée des adeptes de l'écologie profonde et de leurs discours déclinistes qui envahissent les ondes. Nous sortirons de l'hystérie climatique lorsque nous croirons de nouveau en la primauté de l'espèce humaine d'une nature anthropisée en lieu et place d'une nature sauvage prétendument bienveillante qu'il faudrait protéger à tout prix d'une emprunte humaine viciée par essence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 05/10/2019 - 09:45
Et la décroissance des cellules grises ?
Elle menace gravement le quidanm !
moneo
- 04/10/2019 - 19:27
décroissance?
on se demande pourquoi tous les gouvernement veulent accélérer la croissance ? il a surtout un téleécospage entre un ignorance abyssale des français du fonctionnement de l'economie le tout enrobé d'egalitarisme marxiste généralise Ave cela croyance que l'on peut moins travailler sans se preocuper des autres pays.. et enfin l'héritage anarchisant de 68 MOI MOI MOI .... Quand un pays veut tout et le contraire de tout il est fichu
Benvoyons
- 04/10/2019 - 17:23
Une bonne décroissance.=Une bonne décroissance des prestations
sociales= Une bonne décroissance des impôts= une bonne décroissance du nombre des fonctionnaires = une bonne décroissance des Hôpitaux = une bonne décroissance des écoles = une bonne décroissance de la Recherche = Vive la décroissance pour tous.
Pour une fois que les Français réclament moins de pognons & bien faut le faire de suite.